Plus juste, la France sera plus forte

Éditos Publié le 12 février 2007

J’étais dimanche à Villepinte comme 15 000 à 20 000 autres militants et sympathisants pour écouter Ségolène Royal dans une ambiance extraordinaire.
Après les 6500 débats participatifs qui ont eu lieu dans toute la France et en particulier en Rhône Alpes (ce qui représente près de 700.000 personnes) et les 135 000 contributions reçues sur Internet, Ségolène Royal a formalisé lors de ce grand rassemblement son pacte présidentiel pour la France. Un programme riche qui permettra à notre candidate de remporter la « formidable bataille des idées » qu’a promis de lui livrer Nicolas Sarkozy. En un mot, nous sommes prêts.
Un discours enthousiasmant et mobilisateur, émouvant aussi, au plus près des préoccupations des Français que je vous laisse voir ou revoir, nous aurons l’occasion d’en discuter.

Tags : ,

27 commentaires sur Plus juste, la France sera plus forte

  1. hafrit

    Abir sabil , lollllll trop fort j’aurais pas mieu fait , mais elle est cameleon , le sens du vents ,elle change quand il tourne

  2. Smaël

    Bonjour Najat,

    J’ai envie de revenir sur le slogan "Plus juste, la France sera plus forte", comment Ségolène Royal compte s’y prendre pour rendre la France plus juste, quand on voit qu’une personne d’origine maghrébine (Rachid Nekkaz) ne peut se présenter à l’élection présidentielle car les maires qui lui avaient promis leur parrainage se sont rétractés à cause de pressions de leur Conseil Général et qu’un autre maire a reçu une lettre de menaces car elle, je cite : "collabore avec les arabes". Si vous ne voyez pas de quoi je veux parler, voici un reportage qui a été diffusé dans l’emission 66 minutes:
    http://www.dailymotion.com/relev...

    Cette émission aurait dû faire un scandale mais elle est passée inaperçue et ça ce n’est pas juste. En voyant cela je me suis dit qu’il y aura toujours du racisme et de l’hypocrisie en France.

  3. Najat

    @ ex de gauche
    Je condamne les violences faites aux femmes d’où qu’elles viennent et quelle que soit leur forme. Ce que vous évoquez est sans conteste une violence et il faut la combattre. Je vous rappelle que Ségolène Royal a pris l’engagement que sa première loi porte sur les violences faites aux femmes, comme ce fut le cas en Espagne avec l’arrivée de Zapatero. Une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon, cette effroyable réalité n’est réservée à aucun quartier ni à aucun milieu social.

  4. ex de gauche

    Qu’en pensez-vous ?
    Ces filles qui se refont une virginité à l’hôpital…
    Des centaines de jeunes filles musulmanes se refont chaque année une virginité à l’hôpital.
    Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) a invité les praticiens à refuser ces pratiques illégales « qui n’ont pas de finalité médicale. C’est une atteinte à la dignité des femmes. Nous n’avons pas à faire des faux… » A Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), le chef de l’obstétrique, Stéphane de Saint-Léger, accepte de pratiquer une réfection d’hymen « si la jeune fille court des risques physiques ». Selon lui, « avant, les gens se pliaient aux règles, maintenant ils veulent imposer les leurs ». Il évoque les « beurettes » en larmes qui supplient à genoux, car elles ont peur d’être renvoyées « au bled ». Elles arrivent terrorisées dans les cabinets médicaux, évoquent les coups, la peur, les menaces de mort si elles ne peuvent prouver leur virginité… Grâce à cette opération chirurgicale, elles tachent le drap de sang, lors de la nuit de noces. Certaines filles demandent même un « renforcement » de l’hymen, pour être sûres de saigner suffisamment et éviter de jeter l’opprobre sur leurs parents: laver l’honneur d’une famille peut passer par la mort de la « fautive ».
    Selon Stéphane de Saint-Léger, les pressions viennent des nouvelles populations immigrées, mais aussi – et surtout – des enfants de l’immigration. Le professeur Lansac, lui, s’oppose à toute concession : « Nous ne devons pas cautionner les obscurantistes. Nous comprenons la pression croissante que subissent les femmes musulmanes, mais on demande au médecin de vérifier la qualité de la “marchandise”. Or la femme n’est pas une chose ».

  5. Abir sabil

    Pour Najat :
    Es-tu marocaine, française ou les deux ?
    Es-tu musulmane, chrétienne ou juive ou autres ?

  6. Benoît

    Je suis de Poitiers, je suis très fière pour le PS que vous ayez rejoint l’équipe de campagne de ségolène. J’ai vu votre première interview sur BFM. Bravo ! On est derrière vous !

  7. Mohamed Ali

    Bonjour Najat, une petite recette de "boxeur à la retraite" pour l’emporter:
    -quelques jaunes d’oeuf et un bon jus d’orange pour faciliter une mise en route dès 5h du mat(un petit bonjour aux travailleurs héroiques du matin que personne ne voit);
    -poursuivre par de nombreux assouplissements et le saut à la corde(l’élèphant du P.S est souple surtout dans le compromis, vous devez donc étre plus rapide!!)
    -ne pas mentir sur le poids….de vos arguments(tout est pesé par l’electeur qui admire la technique, "les bonnes esquives",l’endurance et le courage de ceux que l’on taxe de poids-mouche);
    -avant les grands rdv, préférez le couscous à la quiche(le couscous des mamans est le meilleur)qui vous permettra de mieux digérer et supporter les coups-bas venant des adversaires et des journalistes;
    -concentration totale et oeil du tigre avant d’arriver sur le ring de la république: ne pas craindre les plus forts, ne pas moquer les plus faibles ou celui que le public siffle;
    -enfin au plus fort du combat,un peu sonnée ne vous demandez pas si vous êtes challenger légitime, le noble art de la politique ignore parfois l’expérience, l’origine sociale,les hiérarchies pour laisser place a la volonté, au courage et la sincérité: sérrez les gants et défendez vos couleurs; tenez votre garde et soignez vos jeux de mots………………..alors seulement peut-être vous porterez la ceinture et représenterez la nation.

    de l’audace, de l’audace, toujours de l’audace mme Najat shake,shake M.A de Philadelphie.

  8. ex de gauche

    Robespierre, voilà du concret :
    Natation – Championnat de France : Lucas allume les politiques
    En marge de la conférence de presse de Laure Manaudou, vendredi à Lyon, lors de la 2e étape de la Coupe de France, Philippe Lucas, son entraîneur, a (comme d’habitude) fait le spectacle. Sauf que cette fois, il s’est peut-être lâché un peu plus que d’habitude. Et les hommes politiques en ont pris pour leur grade.
    « Si Laure est contente de revenir ici, moi, franchement, je suis pressé de partir. Je me fais vraiment ch… dans cette compétition. J’en ai marre qu’en France on travaille dans des bassins où il n’y a pas de place, où il fait chaud, où il n’y a pas de bassin de récupération, pas de ligne d’eau serrées. C’est comme si dans un stade de foot, il n’y avait pas de poteaux. C’est n’importe quoi », a souligné Lucas, mettant en avant le manque de moyens mis à disposition.
    « Ce n’est pas une piscine digne d’accueillir des nageurs trois semaines avant d’aller aux championnats du monde. Cela va changer avec l’Australie. Ici, on est en Formule 1, là-bas ce sont des palaces. En France, c’est nul. Pour une ville comme Lyon, c’est grave. Mais ce n’est pas propre à Lyon. Regardez Paris, il n’y a pas de piscine. Je ne rejette absolument pas la faute sur les organisateurs, les pauvres, ils font ce qu’ils peuvent et avec ce qu’ils ont. Vous me parliez de campagne électorale, il faudrait que les politiques, au lieu de nous parler des cités, des quartiers difficiles, etc…, qu’ils mettent de l’argent dans les moyens sportifs. Franchement, cela fait 25 ans que j’entraîne, je ne vois pas d’évolution. Rien ne bouge. On ne peut pas être une nation performante en natation avec ça. Les résultats qui ont été réalisés ces dernières années, c’est bien, mais il va falloir confirmer. Ce n’est pas gagné. »
    Entraîneur à résultats, Lucas n’a pas l’intention de venir en aide à quiconque. « Je gagne zéro du ministère des sports et zéro de la fédération et vous croyez que je vais défendre des gens comme ça ? J’ai eu 5 médailles aux championnats d’Europe, je n’ai pas eu de prime. Vous croyez que je vais me battre pour eux ? Si on pouvait partir en train en Australie, ils nous feraient prendre le train. C’est la vérité. Un jour, j’ai proposé une réunion entre des candidats politiques et des athlètes de haut niveau et des entraîneurs (mais des gens qui parlent et disent la vérité, pas du Diagana, du machin, du truc), ça ne s’est jamais fait. En France, c’est de la langue de bois. C’est un gros problème. Ils (les politiques) auront tous le T-shirt de l’équipe de France lors des championnats du monde de handball ou autre compétition et puis le lendemain, ils ont tous oublié. C’est dommage de ne pas avoir eu les JO de 2012, c’est même catastrophique car il y a un réel problème d’infrastructures, de moyens financiers et de formation des entraîneurs. Manaudou a eu les moyens, en plus du talent, d’atteindre le haut niveau et d’avoir des résultats. C’est ce qui a entraîné la médiatisation du sport. Mais en France, on marche à l’envers, on n’est pas bon. »
    Bref, si ses nageuses sont encore un peu en dedans, Lucas, lui tient la grande forme.

  9. Robespierre

    M. Besson, puisque vous vous attaquez notamment à ce que vous appelez "l’extrême-gauche" et que moi j’appelle simplement la gauche, par égard pour l’esprit de ses fondateurs éminents dont je n’hésite pas, moi, à me revendiquer, je me permets de vous répondre en tant qu’électeur résolu de la LCR.
    Je vous cite :
    "Le réformisme (…) reste une formidable ambition, la seule crédible à gauche."
    Je ne crois pas, M. Besson, que votre réformisme soit le seul crédible à "gauche", et puisque vous nous permettez d’étendre la notion de "droite" à monsieur Bayrou, je l’étendrais pour ma part à madame Royal. Le réformisme, aujourd’hui, dans l’urgence actuelle, est un vocabulaire de droite.
    Vous ne pouvez pas non plus dire que le PS soit le seul parti d’ambition crédible, lorsque le désaveu de millions de Français face à ce mouvement aux dernières présidentielles, ainsi que le désaveu du TCE soutenu par votre (ex)parti montrent bien la lucidité croissante de nombreux Français issus de tous milieux face au PS.
    Pour ma part, ce que je ne trouve pas crédible, c’est de réformer le libéralisme pour le rendre plus fraternel, ce à quoi le PS n’a cessé d’échouer, car on ne réforme pas la philosophie du chacun pour soi et de la réussite contre d’autres en lui ajoutant la fraternité, qui lui est incompatible, sans échouer piteusement ni sans décevoir.
    Vous dites que M. Besancenot n’a rien compris du 21 avril ? Mais M. Besson, c’est vous qui n’avez rien compris du 21 avril ! Croyez-vous que si le PS au pouvoir sous Jospin avait été de gauche, les Français l’auraient à ce point désavoué pour lui préférer tous ces "petits" candidats que vous méprisez ?
    Vous dites que M. Besancenot est "habile" dans son "diagnostic", mais "creux" dans ses "propositions". Elles sont pourtant plus réalistes que celles du PS, vagues, démagogues au possible dans la forme que le fond, qui consistent en réalité à tabler sur une croissance hypothétique pour obtenir des mesurettes dérisoires et ajoutant à l’endettement, lorsque l’urgence est de plus en plus évidente de prendre l’argent là où il se trouve réellement !
    Vous n’avez jamais écouté M. Besancenot, qui chiffre bien davantage son programme que votre parti. Ses solutions ne sont pas creuses, parce que précisément, son analyse est plus habile que la vôtre.
    Par ce discours d’un libéralisme inévitable, monsieur Besson, votre courant bureaucrate a sapé les espoirs, brisé le peuple de gauche, déçu son aspiration à une société meilleure, plus encore peut-être que la droite qui l’a toujours rassemblé contre elle !

  10. Montebourde et le carton jaune

    C’est un petit miracle. Arnaud Montebourg, pourfendeur invétéré de la place financière helvétique, se fait soudain tout doux avec ses «amis suisses». Il reconnaît avoir tenu des propos «provocants» après l’exil de Johnny Hallyday et propose un dialogue poli, entre bons voisins, pour mettre fin à la «guerre fiscale» en Europe.

    Le Temps: Vous venez d’être réintégré dans vos fonctions de porte-parole de Ségolène Royal. Vous voulez toujours soumettre la Suisse à un blocus pour empêcher des gens comme Johnny Hallyday de quitter la France?

    Arnaud Montebourg: Je n’ai jamais préconisé le moindre blocus. J’ai rendu hommage au général de Gaulle qui, en faisant pression sur Monaco, a obtenu un succès puisque les résidents français de Monaco doivent payer leurs impôts. Avec la Suisse, j’ai simplement annoncé que la confrontation était inévitable, et elle est arrivée puisque l’UE menace de dénoncer l’accord de libre-échange avec la Suisse [ndlr: qui ne concerne que les sociétés et pas les personnes physiques]. Bruxelles dit la même chose que ce que j’ai dit de façon, comment dire, un peu plus provocante.

    – Vous imaginez bien que vos propos ne vous ont pas rendu très populaire en Suisse…

    – La Suisse est un grand pays par ce qu’il symbolise, c’est l’un des inventeurs de la démocratie participative [ndlr: concept clé de la campagne de Ségolène Royal], il a un grand rôle pour le compte de la paix… mais la Suisse ne peut pas vivre sans tenir compte de ses voisins. La Suisse a accès à un marché européen de 500 millions de consommateurs, mais n’accepte pas les règles de bon voisinage. La captation de matière fiscale ne peut pas être une politique. On a besoin d’une coexistence pacifique. Je dis: citoyens suisses et citoyens français, unissons-nous pour transférer la fiscalité sur les revenus spéculatifs et financiers.

    – Vous estimez que les Suisses sont victimes de leur propre politique d’attractivité fiscale?

    – Il y a un combat que nous devons mener ensemble, c’est de trouver un accord minimal sur la fiscalité des entreprises, pour éviter que les dindons de cette concurrence fiscale ne soient les salariés, les cadres, les commerçants, les artisans, les petites entreprises, bref tous ceux qui vivent de leur travail. On ne peut pas laisser les paradis fiscaux réduire les recettes provenant du capital dans de telles proportions que ce sont seulement les charges sur le travail qui financent les besoins collectifs.

    – Mais on vous répondra que c’est vous, les socialistes français, qui êtes responsables des impôts trop élevés en France, à cause de votre amour des dépenses publiques et des gaspillages qui vont avec.

    – L’idée selon laquelle nous aimons gaspiller l’argent est contraire au discours que Ségolène Royal a tenu à Villepinte [ndlr: le 11 février]. Notre ligne est raisonnable et moderne. La pression fiscale baissera lorsque nous aurons remis de l’ordre dans la maison France. Le contrôle des dépenses publiques, la lutte contre les gaspillages sont des questions centrales de la révolution démocratique proposée par Ségolène Royal.

    – Reparlons de Johnny Hallyday. Vous n’avez pas l’impression que beaucoup de Français ont approuvé sa décision de quitter la France?

    – Je n’ai pas le sentiment que les gens sont pour Johnny. Sur le terrain, j’ai plutôt ressenti de la révolte devant l’incivisme d’un homme qui a reçu de l’argent public pour financer ses spectacles.

    – Certains socialistes français prônent un «impôt citoyen» qui s’appliquerait aux expatriés fiscaux résidant à l’étranger. Comment allez-vous faire pour le prélever?

    – Cela passe par des accords avec les pays amis, pour lutter contre ceux dont la seule motivation est de fuir le fisc par incivisme. C’est une approche diplomatique, qui passe par la coopération. Il faut se reparler, coopérer en fonction de nos intérêts réciproques, c’est ce que nous demandons à nos amis suisses.

  11. Mustapha

    Bonjour Najat

    Juste un petit mot pour vous souhaiter bonne chance.

    Mustapha

    besançon (25)

  12. Nico

    Je viens d’entendre que tu deviens une des quatre portes paroles de Ségolène, avec Vincent Peillon, Montebourg et Bianco,
    bon courage pour cette campagne ! et à fond derrière notre candidate

  13. Patrick Blein

    J’ai regardé Ségolène sur TF1, je l’ai trouvée claire et convainquante. Il y a entre elle et les Français une vraie proximité parce qu’elle a une compréhension des problème sociaux que les autres candidats n’ont pas. Sous le feu roulant des questions, elle a su défendre sa vision de la France et ses idées. Bravo à elle

  14. aurélien

    bonjour Najat.
    je suis militant à Marseille et vice président de segosphère 13 (le mouvement des jeunes qui s’engagent aux côtés de ségolène). je te soutiens de toutes mes forces et je suis certain de ta victoire. à bientôt…

  15. kanto

    Pour qui connaît un minimum le monde des PME, il est tout simplement impossible de soutenir le parti socialiste. A quoi bon chercher des point positifs au projet de Ségolène? La français sont fatigués…

  16. Player

    Je crois qu’il ne faut pas tomber dans le piège des chiffres et parler des idées que Ségolène Royal a développé, je pense notamment aux propositions concernant l’éducation ou l’environnement qui semblent être deux sujets centraux de préoccupation des Français. Moi, je me réjouis de propositions comme la gratuité du soutien scolaire ou la limitation du nombre d’élève par classe en ZEP car je ne peux pas imaginer que notre éducation continue longtemps de lâcher 100000 jeunes par ans sans qualif… Parlons des propositions et de leur impact positif sur la vie des Français.

  17. Simon

    Un programme présidentiel n’a pas forcément un coût supplémentaire. Une ré-allocation des ressources peut suffir à remettre la barque dans le droit chemin, comme dans certaines entreprises. Mieux, l’état peut devenir bénéficiaire et rembourser sa dette. ce qu’il devra faire d’ailleurs, mais seulement si cela est réellement utile : tant que la dette ne suffoque pas l’état, elle est acceptable. Lorsque le remboursement des intérêts est le deuxième poste budgétaire, je pense qu’il faut commencer à s’en occuper !
    A moins qu’il y ait un réel effet levier : pour ceux qui ne connaissent pas cette notion, cela revient à dire qu’il est bon de s’endetter à n% si on est capable d’avoir un retour sur investissement de p% avec p>n+inflation !

  18. robespierre

    Nul besoin, certains candidats de la vraie gauche disent les mêmes choses et rament déjà pour obtenir leurs signatures et pour passer dans les médias.

  19. robespierre

    Il faut cesser d’opposer les gens. La France n’a jamais été aussi riche en liquidités. Tout le monde est défavorisé aujourd’hui, il est mensonger et démocratiquement criminel d’opposer les gens, de monter une partie de la population contre une minorité qui serait cause de tous nos maux, de toutes nos dettes, que ce soit contre les fonctionnaires, contre les classes moyennes, contre les immigrés, contre les "fainéants" et autres discours qui cachent la réalité de l’exploitation de tous.
    Il est temps de voir où vont les véritables profits financiers des grandes entreprises, qui n’ont jamais autant fait d’argent qu’aujourd’hui sur le dos de tous les Français dans leur immense majorité. Il faut prendre l’argent là où il se trouve réellement, et les chiffres disponibles dans tous les magazines économiques (pourtant pas réputés à gauche) crèvent les yeux et soulèvent l’indignation : dans les profits financiers. Simplement en les taxant à hauteur de la part de contributions sociales des salariés, ce n’est pas 30 milliards dont nos gouvernants disposeraient, mais de bien davantage. De même, les subventions aux grandes entreprises, prises sur l’argent de l’Etat, coûtent 65 milliards par an. Notre dette accumulée vient de là, pas d’un soi-disant trou de la sécu qui ne résulte que de choix politiques hypocrites. Seulement voilà, aucun grand candidat n’ a le courage de s’attaquer aux trusts financiers, qui par ailleurs contrôlent presque tous les médias. Tous sont potes avec des pdg de ces groupes du CAC 40 intéressés au profit direct de leurs entreprises, qui se fichent bien de la dette.
    En attendant, l’Etat et ses principes sont démantelés, démolis à coups de boutoir. Comment est-il possible de rester là, les bras ballants !!!

  20. Briavel

    50 milliards de promesses alors que la dette est devenue le deuxième poste du budget de l’état … Il faut arrêter! Il sera temps d’accorder de nouveaux droits quand nous en aurons les moyens mais à force de charger la barque, ceux qui peuvent exercer leur profession ailleurs vont devenir de plus en plus nombreux. Il est tout de même salutaire que Mme Royal n’ait pas retenue l’idée de DSK sur la fiscalité des expatriés car elle remet en cause bon nombre des conventions fiscales que la France a signée avec certains pays … Je suis très surpris qu’un ancien ministre des finances ait pu sortir une telle énormité …

  21. Briavel

    @ Victor : je n’ai jamais dit que le programme de Sarkozy était plus intéressant … Je regrette sincèrement que Nicolas Hulot ne soit pas allé jusqu’au bout … nous aurions peut-être pu avoir une campagne intéressante et non un affrontement entre 2 blocs qui efface une réflexion sur le sens de notre société …

  22. Victor

    Pour répondre à Briavel, 50 milliards d’euros. C’est l’estimation faite du coût des programmes de Ségolène Royal et de Nicolas Sarkozy. Sauf qu’au final, on a d’un côté un programme de gauche qui fait la part belle à l’éducation et à la solidarité, de l’autre un programme qui fait la part belle aux couches les plus aisées. Après, chacun tranche selon sa sensibilité. Reste que le procès d’intention fait à Royal sur le coût de son programme ne tient pas… Ou alors il faut aussi critiquer celui de Sarkozy !

  23. JB

    La lecture de l’interview d’Eric Besson ce matin dans Libération apporte des éléments de réponse sur le financement du projet. En se fondant sur un taux de croissance de 2,5% en moyenne sur 5 ans, cela permet de dégager entre 31 et 35 milliards d’euros pour financer une partie du pacte présidentiel à montant d’imposition constant. En outre, il y aura des redéploiements permettant des marges de manoeuvre supplémentaires, enfin, après négociation avec les partenaires sociaux, il est prévu de mieux utiliser les fonds de la formation professionnelle. Pour le reste, je trouve le programme de S. Royal très équilibré et très enthousiasmant. C’est un programme pour une France à la fois solidaire et réconciliée avec le monde de l’entreprise, à qui on offre les conditions d’une croissance juste grace à un effort en matière de recherche et d’inovation. Il ne suffit pas de répéter ce que certains médias malfaisant ont colporter pour décrédibiliser cet excellent programme. J’invite donc chacun à écouter avec profit le discours de SR pour ceux qui ne l’on pas fait. Cela permet de se faire sa propre opinion.

  24. Briavel

    Et combien ça coute tout ça? comment financez-vous? Ah oui! c’est vrai! en taxant ces salauds de "riches" (ceux qui gagne à peu près leur vie et qui n’ont droit à aucune aide pour leurs enfants => les classes moyennes) et en détruisant un peu plus les conditions de la croissance … super programme! ça serait bien que les français se réveillent! les mêmes droits et les mêmes obligations pour tous les français! même conditions de retraite, même statut du contrat de travail, l’accès aux études par voie de concours … etc. Construisons la société du MERITE! Arretons l’assistance à outrance qui tue l’idéal que nous avons tous en partage! La solidarité est essentielle mais il faut que cela soit juste une main tendue lorsque chacun d’entre nous peut être confronté à des difficultés …

Commentaires fermés.