150ème anniversaire de Montchat

Lyon Publié le 8 juin 2008

En l’honneur du 150e anniversaire du quartier de Montchat, ce samedi 7 juin 2008, plusieurs milliers de montchatois avaient investi les rues et les cours autour notamment d’une gigantesque parade historique. Grand pique nique urbain sur le cours du docteur long, animations, théâtre, musique, les commerçants, et à leur coté la Ville et la mairie d’arrondissement se sont pliés en quatre pour fêter ce quartier comme il le méritait.

Chapeau en particulier aux artistes qui illuminé cette journée, en acceptant d’exposer leurs oeuvres comme Olivier SOUBEYRAND, Frédéric MOREL, Antoine PASQUIER, Marion CHARREYRE, Magali XAGNER, Florent Le Men ou encore Hand Made Graffiti, en orchestrant la magistrale grande parade (bravo Alexandre !) ou encore en offrant une très belle lecture spectacle aux petits montchatois, merci au comédien Dominique MARTIN.

Et puisque c’était le parti pris de la parade, on ne résiste pas à se replonger à nouveau dans l’histoire étonnante de ce quartier : Le 24 mars 1852, les communes de la Guillotière, Vaise et la Croix-Rousse étaient rattachées à la ville de Lyon. En 1858, Jean-Louis RICHARD-VITTON, propriétaire des terrains situés sur le territoire de Montchat se tournait vers la ville de Lyon et les services du préfet Vaïsse pour céder une partie de ses terres afin d’y construire un tout nouveau quartier de la ville. Il avait déjà tracé plus de 12 kilomètres de rue auxquelles il a donné le nom des membres de sa famille. C’est ainsi qu’est née une petite bourgade avec son église Notre-Dame du Bon Secours près de la place du chateau, la place Ronde et le parc Chambovet. Ce vaste projet est contemporain du percement de la rue Impériale et de la construction de la digue sur le Rhône, qui permit la création du Parc de la Tête d’Or et l’urbanisation de la rive gauche. Le quartier fut ensuite très marqué, au 19e sièce, par l’histoire de la construction automobile et l’implantation des usines Berliet. En 1912, Marius BERLIET y fit d’ailleurs construire une magnifique demeure décorée par les artistes Louis Majorelle et Jacques Gruber.

Au début du 20e siècle, le quartier de Montchat change en profondeur une nouvelle fois avec la construction de plusieurs établissements de santé : l’Hôpital Edouard Herriot construit par Tony Garnier inauguré en 1933, la Clinique Mutualiste inaugurée en 1935 et le Nouvel Hôpital Militaire d’Instruction Desgenettes inauguré en 1930.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, le quartier fut un foyer de la Résistance avec notamment la figure du docteur Jean LONG, membre du résau « Coq Enchaîné » qui distribuait des tracts et fournissait des soins aux clandestins et aux Résistants de la région. Le cours Henri à été rebaptisé Cours du Dr Long. On eput évoquer aussi le souvenir de René TAVERNIER, écrivain, journaliste et Résistant, père de Bertrand Tavernier, qui se cacha à Lyon entre 1941 et 1944. C’est au n°4 de la rue Chambovet que fut créée et publiée la revue « Confluences » pendant cette période. C’est là que se réunissait le Conseil National des Ecrivains de la Zone Sud et que Louis Aragon, dit-on, écrivit dans cette maison « Il n’y a pas d’amour heureux ».

Voir le compte rendu de la journée sur sur l’excellent Lyon Webzine

Tags :