La question de la compétitivité vaut mieux que la spéculation sur un rapport qui n’existe pas encore

Porte-parolat Publié le 25 octobre 2012

La publication ce matin d’informations supposées sur le contenu du rapport Gallois alimente une nouvelle série de spéculations sur les préconisations de ce rapport. Son auteur a depuis lors démenti ces informations.

Comme il l’indique continûment depuis plusieurs jours, le gouvernement ne connaît pas aujourd’hui la teneur de ce rapport qui n’est pas finalisé. Il ne sera en mesure d’en analyser le contenu et a fortiori de le commenter que lorsqu’il lui sera remis.

Le feuilleton quotidien sur le contenu de ce rapport, alimenté par les rumeurs, ne repose sur aucune forme de vérité. Il brouille les enjeux de la compétitivité plus qu’il ne les éclaire.

Le gouvernement suivra le calendrier qu’a défini le Premier ministre sur ce sujet. Une réunion de travail entre ministres qui portera sur les questions de compétitivité-coût aura lieu demain.

Après la remise du rapport Gallois le 5 novembre, un séminaire de travail permettra au Gouvernement d’adopter des mesures qui seront rendues publiques en temps et en heure.

3 commentaires sur La question de la compétitivité vaut mieux que la spéculation sur un rapport qui n’existe pas encore

  1. jean louis prime

    Madame la ministre
    Bonjour Najat

    Trop c’est trop !! Les « chiens » sont lachés.D’éditorials en chroniques, dans les débats à la radio et à la télévision, dans la presse écrite, on ne compte plus les approximations, les contre-vérités, les interprétations qui traverstissent la réalité. Ceci est le fait d’une caste médiatique composée de journalistes notables et parisien qui prétendent faire l’opinion, alors que son devoir est d’abord de l’informer.

    D’ailleurs ils y parviennent à en juger par les sondages d’opinion du Président de la République et du premier ministre.

    Il est temps de mettre en place une cellule riposte à l’image de ce qui fût indispensable pendant la campagne éléctorale du printemps dernier.

    La communication du gouvernement peine par ailleurs à se faire entendre du peuple français permettant à d’autres de faire passer ce défaut de communication pour de l’inaction.

    Je ne partage pas toutes les options du gouvernement mais j’entends pouvoir me faire une opinion à l’appui des faits et non des impressions de la nomenclatura journalistique parisienne.

    J’en veux pour preuve vôtre action qui a été si intense au cours de ces derniers mois et dont l’echo de parvient pas à tous les niveaux de notre socièté.

    Savez vous Madame la Ministre que dans mon entourage professionnel nombreux sont ceux qui ne savent même pas qu’il existe un ministère des droits des femme ?

    Bien à vous

  2. Pascal Wilder

    Aujourd’hui comme beaucoup de citoyen lamda j’ai un vrai problème sur la com du gouvernement. Je prend le cas que je connais le mieux celui des professions réglementés et en l’occurence la mienne,le taxi. Il y a un mois lors d’une réunion au Ministère de l’Intérirur ont nous dit vous n’avez rien à craindre,il y a 2 jours Pierre Moscovici dit le crontraire, hier Benoit Hammon dit pas de déréglementation, ce matin Moscovici dit le contraire de ce qu’il a dit avant hier. Que va t on nous dire demain ? Donc pour la compétivité il y a mieux comme com. Merci de tenir compte de ces petites remarques madame le ou la Ministre je ne sais jamais comment dire, donc plus simplement puisque l’on ce connais merci Najat de tenir compte de ces petites remarques.

Commentaires fermés.