Des Etats Généraux pour l’égalité dans le monde sportif

Droits des femmes Publié le 20 mai 2013

Najat Vallaud-Belkacem aux États Généraux du Sport féminin à Bourges - Photo © Mélanie

Le jeudi 16 mai, tous les acteurs du mouvement sportif étaient réunis à Bourges en États Généraux pour sonner l’alerte. Cette initiative du club de basket féminin de Bourges, 13 fois champion de France, a réuni journalistes sportifs, dirigeants de clubs, joueuses, pratiquantes, licenciées, arbitres, responsables de fédérations ainsi que la ministre des Droits des femmes, porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem. Toutes et tous ont partagé ce constat : le monde sportif doit avancer vers plus d’égalité entre les sportives et les sportifs.

Des progrès immenses restent à réaliser. On ne compte aujourd’hui qu’une seule femme présidente de fédération olympique et aucune femme directrice technique nationale. Seules 12 fédérations approchent la parité dans leurs comités directeurs. Les clubs féminins continuent de subir de graves déséquilibres de financements, tant de la part des sponsors privés que des subventions publiques, par rapport aux clubs masculins de même niveau. 85% de la couverture médiatique est consacrée aux sportifs et seuls 9% des articles de presse sportive sont signés par des journalistes femmes.

Najat Vallaud-Belkacem, Ministre des Droits des Femmes, venue répondre aux interrogations du mouvement sportif, a proposé une feuille de route ambitieuse autour d’un mot d’ordre : l’Égalité sera réalisée partout, sur les terrains, sur les écrans et au sommet. Cette feuille de route, issue d’un travail considérable avec Valérie Fourneyron, Ministre des Sports, fera l’objet d’une large concertation avec les représentants des médias sportifs et avec les responsables des fédérations dont l’interlocuteur ressource sera le Comité National Olympique (CNOSF).

L’égalité débutera sur les terrains
. Le nombre de femmes pratiquant un sport dans un club et s’impliquant dans la vie d’un club via des fonctions d’arbitrage ou d’encadrement doit augmenter. Avant la fin de l’année, chaque fédération devra remettre un plan de féminisation donnant les détails de sa stratégie pour développer la pratique féminine.

L’égalité sur les écrans est indispensable pour développer l’intérêt du public pour le sport féminin. La liste des « événements sportifs d’importance majeure » sera élargie aux principaux événements du rugby féminin et du football féminin. Cette liste permet aux chaines de diffuser gratuitement un événement, même quand un opérateur en a acheté les droits. Cette liste ne compte pour l’instant que 5 événements féminins sur 27 événements listés. Enfin, le CSA verra ses pouvoirs étendus pour vérifier que la couverture médiatique du sport est établie avec équité entre sportifs et sportives.

L’égalité se poursuivra par le sommet, notamment le sommet des instances dirigeantes du monde sportif. Après avoir fixé l’objectif de parité aux conseils généraux, aux chambres de commerce, aux chambres d’agriculture, le gouvernement entend installer la parité dans les fédérations sportives. Cet objectif devra être atteint avant 2020. Un large processus de concertation est engagé pour préciser les modalités de réalisation de ce principe.

L’égalité est le plus beau projet collectif pour une société comme la notre. Le mouvement sportif, porteur de valeurs républicaines, a répondu présent à Bourges pour relever ce défi.

Tags : , , , , , , , ,

Un commentaire sur Des Etats Généraux pour l’égalité dans le monde sportif

  1. JL

    Bonjour,

    Je suis maman de deux filles de 12 et 13 ans. Elles pratiquent le cyclisme en compétition en Midi Pyrénées. Ce dimanche, j’ai encore vérifié le machisme des dirigeants régionaux : au niveau minimes les filles courent avec les garçons mais dans le classement, elles sont encore reléguées aux places inférieures : par exemple ma fille est classée 40 ème au lieu de 17ème. La gagnante de la course est top ten mais à l’affichage on la retrouve 34 ème ! Les filles sont reléguées dans le classement, et c’est toujours comme ça, et ça n’est pas nouveau !

    La ffc bénéficie de subventions pour soutenir le cyclisme féminin. Je connais quelques cyclistes féminines de haut niveau qui sont « bénévoles » dans leur discipline…Faut-il qu’elles aillent en Hollande pour vivre de leur sport ?

    Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>