A Bruxelles, 18 pays européens s’engagent à faire reculer la prostitution

Bruxelles,  Joelle Milquet, Sa Majesté la Reine des Belges et Najat Vallaud-Belkacem
Droits des femmes Publié le 1 octobre 2013

18 pays européens ont lancé lundi 30 septembre à Bruxelles un appel pour "faire reculer la prostitution" en renforçant la lutte contre la traite des être humains et en "sensibilisant" les clients.

Soixante-cinq ans après la signature à New York de la Convention pour la répression de la traite des êtres humains et l’exploitation de la prostitution, les ministres chargés de l’égalité des sexes des pays signataires membres de l’UE se sont réunis à Bruxelles, en présence notamment de la reine des Belges, Mathilde, pour relancer leur coopération.

L’optique choisie par les participants à la réunion, déjà inscrite dans la convention de New York, est celle de « l’abolition« , qui ne cible pas les prostituées, considérées dans leur très grande majorité comme des victimes, mais propose de réprimer plus sévèrement les proxénètes et autres trafiquants.

« Il faut notamment limiter les entrées des femmes dans les circuits de la prostitution et favoriser la sortie de celles qui y sont, en mettant notamment à leur disposition des logements temporaires ou encore des papiers« , a expliqué la ministre française des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem.

« C’est à l’Europe de lutter, avec Eurojust, Europol et le nouveau parquet européen« , en facilitant par exemple la saisie des biens des proxénètes, y compris dans un autre pays, a-t-elle proposé.

« Une grande campagne d’information devrait insister sur la responsabilisation des clients« , a souligné Mme Vallaud-Belkacem. En France, l’Assemblée nationale travaille sur un texte qui pourrait déboucher sur des sanctions pour les clients, selon des modalités (amendes, prison, stages…) qui restent à définir.

En Belgique, Joëlle Milquet, vice-Première ministre, ministre de l’Intérieur et de Égalité des chances, souhaite également « sortir du flou » qui fait que le proxénète français « Dodo la Saumure » s’est vu condamné récemment, alors que des communes autorisent la création d' »Eros-centers ».

Il faut « faire appliquer la loi » et « les établissements de la frontière franco-belge n’ont qu’à bien se tenir« , a lancé la ministre, qui entend toutefois coordonner son action avec les acteurs de terrains et les municipalités.

Joëlle Milquet aux côtés de Najat Vallaud-Belkacem a déclaré : « la Belgique est dans le même camp que la France » en matière de lutte contre la prostitution et la traite des êtres humains.

Bruxelles,  Joelle Milquet, Sa Majesté la Reine des Belges et Najat Vallaud-Belkacem

A lire aussi sur le site du Ministère :

Le discours de Bruxelles prononcé par la Ministre pour les 65 ans de la convention de New York pour la suppression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution

La Convention de New York sur la suppression de la traite et de l’exploitation d’autrui

Les conclusions de la Conférence de Bruxelles du 30 septembre (Anglais)

Tags : , , , ,