Les femmes progressent dans l’encadrement de la fonction publique

Najat Vallaud-Belkacem et Marilyse Lebranchu Colloque ENA "Parcours au féminin"
Droits des femmes Publié le 16 octobre 2013

«Dans la fonction publique comme dans le secteur privé, le plafond de verre est une réalité », un sujet qui a fait l’objet « pendant longtemps d’une forme de déni« , a déclaré Mme Vallaud-Belkacem, lors d’un colloque organisé à l’occasion de la semaine de l’égalité professionnelle et qui s’est tenu dans les locaux parisiens de l’Ecole nationale d’administration (ENA).

>> Téléchargez le dossier de presse des rencontres « Comment surmonter le plafond de verre dans la fonction publique ? » à l’ENA.

A titre d’exemple, la ministre a relevé qu’«en 2012, les femmes représentent 25% des cadres dirigeants et supérieurs de la fonction publique d’Etat, alors qu’elles sont 52% parmi les agents ». Dans la fonction publique, elles sont respectivement 34% et 45% dans l’encadrement, alors qu’elles représentent plus 60% des agents.

Mais, a-t-elle souligné, «heureusement, les choses sont en train de changer ». Elle a rappelé que le gouvernement s’est engagé à ce que l’objectif d’au moins 40% de femmes parmi les nouvelles nominations aux emplois de cadres dirigeants et de direction de l’État soit atteint au 1er janvier 2017, avec un an d’avance sur l’échéance fixée par la loi du 12 mars 2012.

Depuis le 1er janvier, la loi impose que les nominations dans l’encadrement des trois fonctions publiques soient pourvues par au moins 20% de femmes. Ce taux sera porté à 30% à partir de 2015, puis à 40%.

Ces objectifs sont assortis de pénalités, a rappelé Najat Vallaud-Belkacem. Mais, a-t-elle souligné, l’objectif du gouvernement via une politique proactive et des bilans réguliers est aussi qu’«aucune administration ne soit jamais amenée à payer une pénalité ».

«A la fin du mois d’août 2013, les femmes ont représenté 31% des primo-nominations de cadres dirigeants (c’est à dire les nominations en Conseil des ministres) contre auparavant 24% en 2012. Je crois que c’est un chiffre qu’on peut saluer », a indiqué la ministre, ajoutant que «le même travail » devait être fait pour obtenir «des résultats aussi encourageants » dans la Territoriale et l’Hospitalière. Les deux ministres se sont engagées à établir en 2014, comme dans le secteur privé, un palmarès des administrations dont les administrations sont les plus féminisées.

Najat Vallaud-Belkacem et Marilyse Lebranchu Colloque ENA "Parcours au féminin" - © Razak

A ses côtés, Marilyse Lebranchu a rappelé qu’un accord sur l’égalité professionnelle avait été signé le 8 mars, prévoyant notamment une concertation sur les pratiques managériales en ce domaine, un chantier «extrêmement ambitieux .

«Il faut faire attention à ce qu’on ne relâche pas notre vigilance », a souligné la ministre de la Fonction publique. «Aujourd’hui, nous sommes deux femmes ministres (…) Il faut qu’on fasse extrêmement attention à ne pas devenir des leurres pour les femmes qui elles n’ont pas la chance de pouvoir prendre la parole facilement ». Mais, a-t-elle ajouté, «si on réussit dans la fonction publique, on réussira aussi dans le privé ».

Source AFP.

Tags : , ,

4 commentaires sur Les femmes progressent dans l’encadrement de la fonction publique

  1. Colette

    J’ai été 37 ans ingénieur chercheur à l’EDF, je suis une femme…, je n’ai jamais souffert d’être une femme… j’ai occupé des fonctions semblables à celles des hommes, avec les mêmes responsabilités et les mêmes avancements qu’eux et je n’ai jamais eu à me plaindre…
    Mais j’ai vu beaucoup de femmes refuser des postes par manque de courage… Il faut savoir ce que l’on veut et beaucoup de femmes ne veulent pas se bousculer…, alors, de grâce, qu’elles ne se plaignent pas !…

  2. Madame Fabienne FRAICHE

    La mise au placard des plus de 55 ans à Bac plus cinq est une réalité toujours actuelle dans les universités du Sud de la France.

    Les collègues sans diplôme universitaire y accèdent à des postes d’ingénieur par simple copinage.

    Le népotisme y est également très courant.

  3. thom

    Comme si les dirigeants des fonctions publiques etaient assez betes pour prendre des hommes par corporatisme masculin.
    Ces dirigeants prennent les meilleurs un point c’est tout, arreter de vous sentir persecuter.
    Apres c’est bien de voir que les femmes se bougent de plus en plus pour prendre des responsabilites.
    Ma femme me depassera bientot, et j’espere que cela ne sera pas a cause de vos quotas infantilisants

Commentaires fermés.