La nouvelle carte des quartiers prioritaires de la politique de la Ville

Ville Publié le 17 juin 2014

Najat Vallaud-Belkacem, ministre en charge de la ville, a présenté mardi 17 juin 2014 une nouvelle carte de la pauvreté en France pour concentrer son action sur un nombre réduit de territoires. 1300 contre 2600 auparavant quartiers ont été retenus dont plusieurs sont sans surprise dans le Nord ou en banlieue parisienne mais d'autres nouveaux entrants sont situés en pleine campagne.

Cette carte « met à jour la réalité de la pauvreté en France dans toutes ses formes, que ce soit dans des tours, des barres ou des zones pavillonnaires« , a souligné la ministre de la Ville Najat Vallaud-Belkacem en défendant une « simplification« .

La politique de la Ville, dédiée aux zones urbaines les plus fragiles, s’est construite par sédimentation et avait fini par concerner 2.500 quartiers situés dans 900 communes, dont certaines comme Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) ou Saint-Raphaël (Var) « n’auraient jamais dû y entrer« , selon la ministre.

Une méthodologie objective et transparente
Pour mettre un terme au saupoudrage de ses moyens financiers, le gouvernement avait lancé il y a un an et demi une remise à plat. Pour éviter d’être accusé de choix partisans, il a inscrit en février dans la loi un critère unique de sélection des quartiers: le revenu de leurs habitants.

Une seule carte remplacera désormais les trop nombreux zonages et dispositifs. La consulter ici.
Ont donc été retenus 1.300 quartiers dans 700 communes, où plus de la moitié de la population vit avec moins de 11.250 euros par an (60% du revenu médian national).

Quelque 300 communes sortent du dispositif, qu’elles soient dans les Pyrénées-Atlantiques (Biarritz et Hendaye), en Seine-Maritime (Le Grand-Quevilly, Yvetot) ou dans les Hauts-de-Seine (Bourg-la-Reine, Sceaux, Rueil-Malmaison). C’est aussi le cas de Crest, dans la Drôme, dont le maire UMP Hervé Mariton a dit « comprendre » le souhait de « concentrer les aides de l’État sur les quartiers les plus en difficulté« .

A l’inverse, une centaine de communes font leur apparition sur cette nouvelle carte de la pauvreté, dont certaines en pleine zone rurale comme Dax (Landes), Foix et Pamiers (Ariège) ou Guéret (Creuse).

L’Association des petites villes de France a salué une « mesure concrète en faveur de l’égalité des territoires« . L’association des maires Ville et banlieue a pour sa part souligné les « problématiques communes, en termes de chômage, de logements, d’enclavement ou de familles monoparentales« , entre les cités et les villes rurales paupérisées.

Clause du territoire le plus favorisé
Une « clause du territoire le plus favorisé » sera présente dans tous les contrats de ville et toutes les opérations de renouvèlement urbains. Cette clause devra permettre d’assurer un niveau de présence des services publics et de mobilisation des outils de droit commun supérieur à la moyenne.

Ainsi l’objectif sera de faire de ces quartiers prioritaires des « quartiers exceptionnels dotés d’un pouvoir d’attraction vertueux pour la mixité sociale ». Les élus locaux et les préfets signataires des contrats de villes devront identifier sur le territoire plus large de l’agglomération l’excellence et  les atouts du territoire le plus favorisé pour en faire bénéficier les territoires prioritaires et élever le niveau d’attractivité de ces derniers

L’objectif sera également de rechercher l’excellence environnementale, pour réduire la facture énergétique des habitants, et l’excellence numérique, pour attirer les entreprises créatrices d’emplois.

Le nouveau programme national de renouvèlement urbain
En septembre 2014, 200 quartiers, identifiés par l’ANRU comme présentant les dysfonctionnements urbains les plus lourds, bénéficieront d’une rénovation urbaine qui mobilisera  5 milliards d’euros de l’État qui feront effet levier pour un investissement de près de 20 milliards au total sur 2014-2024.

Dans chaque projet seront fixés des objectifs substantiels de mixité sociale, d’amélioration du cadre de vie et de développement de la mobilité. Cela permettra de désenclaver les quartiers.

Conseil citoyens
La politique de la ville doit se faire avec les habitants. Ainsi des conseils de citoyens seront mis en place afin de favoriser la prise de parole, garantir la place des habitants dans toutes les instances de pilotage du contrat de ville, créer un espace de propositions et d’initiative à partir des besoins des habitants, mais aussi assurer le renouvèlement démocratique et la recréation d’un lien trop souvent distendu entre les habitants et les institutions.

Ces derniers seront composés de volontaires, d’associations et d’habitants tirés au sort, et seront paritaires. Ils seront associés à l’ensemble des projets menés dans ces quartiers au titre d’une politique de la ville qui s’appuiera désormais sur l’expertise du quotidien des habitants.

Prochaines échéances :

  • Juillet – septembre 2014 : Concertation avec les maires et les présidents d’intercommunalité pour fixer les périmètres précis des territoires cible
  • Septembre 2014 : Conseil d’administration de l’ANRU arrêtant une proposition de liste des territoires coeur de cible pour le nouveau programme de renouvellement urbain
  • Octobre 2014 : publication du décret fixant la liste définitive des territoires cible et leur périmètre
  • 1er janvier 2015 : Entrée en vigueur de la nouvelle géographie d’intervention qui remplace les ZUS, ZRU, CUCS, etc : Signature des contrats de ville


Photo : Visite de la ministre ce mardi 17 juin 2104 à Creil
Crédit © H. Hamon/FVJS.

Tags : , ,

3 commentaires sur La nouvelle carte des quartiers prioritaires de la politique de la Ville

  1. belot monique

    la nouvelle carte une catastrophe humaine pour notre ville de la verrière la plus grande aberration ? la résidence sociale adoma qui est largement et malheureusement en dessous du seuil de pauvreté mais qui est localisée près du village de la verrière où les revenus sont plus élevés!!!! en tout 60% de logement sociaux sont touchés par cette réforme injuste qui une fois de plus va à l’encontre des plus nécessiteux sur deux cités une seule est maintenue en géographie prioritaire, comment on gère ? on laisse une partie des habitants sur le bord du trottoir ? non il nous faudra aussi agir pour ceux qui sont en dessous du seuil de pauvreté de cette cité mais comment faire avec un budget qui au fur et mesure des subventions retirées par l’état s’amenuise d’année en année nous sommes tous mobilisés, pour nous faire entendre, une motion a été votée par le conseil municipal et une pétition est en cours. Excusez ma réaction un peu vive mais c’est une élue en colère qui vous écrit.

  2. zaidi claude

    madame najat jais le respect pour croyez moi si tous les hommes ou femmes politique seront comme vous croyez moi on paie et on amour l un pour l autres il n auras pas ces différences qu on vie actuellement merci a vous au moins vous nous donnez lamitier lumeniter et la joie de vivre ensemble merci merci dieu vous aidera pour tous que vous faites merci

Commentaires fermés.