L’éducation au développement durable, une manière concrète de vivre les valeurs de la République

Éducation nationale Publié le 4 février 2015

Solidarité, responsabilité, engagement, respect : le développement durable mobilise des valeurs similaires à celles de la République. Donner les moyens aux enfants et aux adultes autour d’eux d’apprendre à respecter l’environnement, c’est leur apprendre à se respecter eux-mêmes et à respecter les autres. Bâtir des projets communs autour de l’environnement, notamment à l’école, en collège ou au lycée, c’est faire vivre de manière concrète la notion de fraternité et montrer aux jeunes qu’ils sont capables de s’engager ensemble dans un projet, au-delà de leurs différences. Dans cette optique, Ségolène Royal et Najat Vallaud-Belkacem ont annoncé un ensemble de mesures pour intensifier l'éducation au développement durable.

Mobiliser  la jeunesse et la société civile en vue de la COP21

Ségolène Royal, en charge de la mobilisation de la société civile pour la COP21, soutiendra et valorisera les initiatives de terrain initiés par les associations, les mouvements d’étudiants etc. Elles seront répertoriées sur le site internet du Ministère de l’écologie (ex. : COP for Youth (COY), éco-parlements des jeunes, COP in My City et beaucoup d’autres). Le Ministère de l’écologie apportera son appui aux 4èmes assises de l’éducation à l’environnement et au développement durable.
·                    
L’ensemble des mouvements d’étudiants et de la jeunesse sera associé aux travaux du Conseil national de la transition écologique pour la COP21.
La lutte contre le changement climatique est désignée Grande Cause nationale 2015, ce qui permettra à des organismes à but non lucratif d’obtenir des diffusions gratuites auprès des sociétés publiques de radio et de télévision. Le délai de candidature pour obtenir le label Grande cause national, initialement fixé au 26 janvier, est repoussé au 19 février.
L’excellence environnementale dans les établissements :
montrer l’exemple

Encouragement de l’accès au bio dans les cantines scolaires : Le nouveau plan eco phyto contiendra des aides pour encourager le développement du Bio dans les cantines scolaires. Le crédit d’impôt en faveur de l’agriculture biologique a été prorogé pour une durée de 3 ans à partir de cette année. Le gouvernement a publié un guide à destination des collectivités pour promouvoir l’approvisionnement des restaurants en produits Bio.
Lutte contre le gaspillage alimentaire : Guillaume Garot effectue une mission sur la restauration collective et les circuits d’approvisionnement auprès de Ségolène Royal et Stéphane Le Foll, qui portera notamment sur les cantines scolaires.
Zéro-pesticide : Depuis 2014, l’usage des pesticides est interdit dans l’enceinte des établissements scolaires et des centres de loisirs, crèches etc. Cet usage est encadré à proximité de ces lieux afin de protéger les élèves (mise en place de haies, interdiction d’utilisation à certaines heures…). Le projet de loi de transition énergétique pour la croissance verte avance au 31 décembre 2016 l’interdiction de l’usage des pesticides dans les espaces verts des communes. Ségolène Royal remettra en mai les 400 premiers labels « Terre Saine, communes sans pesticides » aux communes qui ont déjà supprimé totalement l’utilisation des pesticides sur leur territoire.
Territoires à énergie positive et rénovation énergétique : Les 200 territoires à énergie positive pour la croissance verte qui seront annoncés par Ségolène Royal le 9 février prochain comporteront un axe sur la participation citoyenne et l’implication des écoles. Toutes les collectivités peuvent mobiliser le fonds d’épargne de la Caisse des dépôts et consignations.

L’école change avec vous : chaque école, chaque collège et chaque lycée va s’engager dans une démarche de développement durable

Avec 12,3 millions d’élèves, 840 000 enseignants, l’éducation nationale est un levier majeur pour faire évoluer les comportements, réussir le pari de la transition énergétique et former à une citoyenneté respectueuse de l’environnement.
Depuis 2013 et la loi de refondation pour l’école, l’éducation à l’environnement et au développement durable fait partie des missions de l’école, dès l’école primaire.
Une école, un coin nature : dans les écoles primaires, des outils pédagogiques seront mis à disposition des écoles pour les aider à développer des coins nature (jardin pédagogique, hôtels à insectes, mares pédagogiques…).
Pour permettre à chaque élève de l’École de la République de devenir acteur du développement durable, une « semaine pour le climat » se tiendra chaque année dans toutes les écoles et tous les établissements scolaires, en lien avec la Fête de la Science.  Elle sera l’occasion d’organiser des débats sur le thème du changement climatique et de la biodiversité, en lien avec les associations d’éducation à l’environnement et au développement durable.
Le gouvernement fixe l’objectif que toutes les écoles, tous les collèges et tous les lycées s’inscrivent dans la démarche développement durable et intègrent, d’ici 2020, le développement durable dans leur projet d’école ou d’établissement. Des objectifs précis et des indicateurs de suivi seront fixés à l’éducation nationale pour traduire cette priorité : généralisation des projets d’école ou d’établissement intégrant le développement durable, doublement des labels E3D dans chaque académie d’ici 2017.
A l’occasion du renouvellement des programmes en cours, tous les programmes scolaires et toutes les disciplines intégreront le développement durable, de la maternelle au baccalauréat.
Pour mobiliser les élèves de manière ludique, ou en s’appuyant sur la sensibilisation par les pairs, des simulations de négociations internationales sur le changement climatique seront organisées d’ici l’automne 2015 dans chaque collège et chaque lycée, avec toutes les classes qui le souhaitent. Des éco-délégués (délégués de classe sur le développement durable) seront désignés dans tous les collèges et lycées pour sensibiliser leurs camarades et proposer des projets communs.
Pour récompenser les meilleurs projets pédagogiques des enseignants sur l’éducation à l’environnement et au développement durable, un appel à projets « les Clefs de l’éducation à l’environnement et au développement durable » est lancé dans toute la France. Un prix spécial récompensera les projets ayant trait à l’alimentation et à la lutte contre le gaspillage alimentaire, en cohérence avec le thème de l’exposition universelle de Milan « produire et manger autrement ».
Les sorties scolaires dans la nature seront encouragées dans chaque école et chaque établissement. Un groupe de travail sur les sorties scolaires vient de débuter au sein du ministère de l’éducation nationale pour identifier les leviers permettant de développer ces sorties. Pour développer ces sorties, le gouvernement s’appuiera sur les actions des établissements dépendant notamment du ministère de l’écologie (Office national des forêts, Conservatoire du littoral, 10 parcs nationaux, Muséum national d’histoire naturelle etc.), les 51 Parcs naturels régionaux et les associations qui accompagnent un très grand nombre de sorties nature.

L’enseignement supérieur et la recherche, acteurs de l’éducation au développement durable

En permettant d’établir les bases scientifiques du changement climatique, la recherche joue un rôle central en matière de développement durable. Des opérations de vulgarisation scientifique seront menées tout au long de l’année 2015 à destination des citoyens et des acteurs économiques, avec deux moments phares : la conférence « Climate-smart agriculture » en mars 2015 à Montpellier, et la conférence scientifique internationale « Our common future under climate change » en juillet 2015.
Avec 2,5 millions d’étudiants et plus de 91 000 enseignants dans l’enseignement supérieur, l’enseignement supérieur est également un lieu d’apprentissage et de réalisation concrète du développement durable. Aussi, pour valoriser les initiatives étudiantes sur le développement durable, un concours «génération développement durable » est lancé à destination des étudiants, en partenariat avec la Conférence des présidents d’universités,  la Conférence des grandes écoles, le REFEDD et le magazine « La Recherche », parrainé par Yann Arthus-Bertrand.
20150204-Education-developpement-durable-web

Tags : , , ,

11 commentaires sur L’éducation au développement durable, une manière concrète de vivre les valeurs de la République

  1. Frache Hugues

    L’association Styx notre équipe la Terre a éco conçu du matériel de sport (mini but, haies, piquets de slalom, plots) à partir de la traçabilité de déchets d’activité économique d’une entreprise de literie et d’ameublement. Ce matériel certifié conforme par l’éducation nationale est un outil de sensibilisation au développement durable à destination des enfants de 3 à 12 ans qui encourage aussi la pratique du sport.
    Les membres de l’association sont à votre disposition pour toute information complémentaire.
    Cordialement
    Hugues Frache

  2. piloumat63

    Madame la Ministre,
    si vous souhaitez former les citoyens de demain, sans prosélytisme, avec ouverture d’esprit à la complexité des choix de nos modèles énergétiques, que pensez-vous de la proposition suivante :
    la mise en œuvre dans chaque établissement, pour 1 classe, d’un débat argumenté et contradictoire sur ce sujet. Ce débat serait animé par un animateur environnement garant de la pluralité d’informations et l’objectif serait que chaque classe participante définisse 1 enjeu prioritaire et 1 action en lien à mettre en œuvre, dans son établissement, sur son territoire…
    Un lire blanc capitalisant ces enjeux/actions serait remis symboliquement lors de la CPO21 par un groupe d’élève représentant les territoires, avec 21 propositions clés.
    Ce serait ensuite un superbe support de communication pour développer une plus large sensibilisation à la population.
    Des centaines d’éducateurs à l’environnement sont volontaires pour se mobiliser avec votre soutien afin de créer cet engouement autour de projets éducatifs pluriels et fédérateurs.
    Nous sommes prêts à vous rencontrer pour construire avec vous cette mobilisation pour accompagner le changement climatique.
    Respectueuses salutations.

  3. Mallet Hugo

    Bonjour,

    Merci de vos engagements pris pour la luttre contre le gaspillage et la valorisation des circuits courts qui valoriseront effectivement la pensée locale et la prise de conscience que changer le monde commence par se changer soi-même.

    Néanmoins, cette pensée globalisante nous offre, ne l’oublions pas, une diversité unique de possibilités culinaires et nos cantines peuvent se réjouir d’acceuillir encore des Ananas et du chocolat.

    Hugo Mallet
    Elève formé au developpement durable à SupAgro Montpellier

  4. Jean-Pierre FELS

    Madame la Ministre ,

    Nous sommes une petite association travaillant modestement, au plus près des habitants de nos deux villages, à l’éducation à l’environnement (accompagnement des projets nature pour les enfants des écoles maternelles et primaires, plantation d’arbres pour chaque naissance, nettoyage et entretien d’espaces naturels, sorties botaniques, débats…).

    Nous nous sentons évidemment totalement concernés et en phase avec vos déclarations. La Cop 21 est assurément une occasion formidable pour créer une dynamique citoyenne, une forme d’incitation à plus de responsabilité pour tous les états de la planète rassemblés pour l’occasion, la démonstration qu’au-delà de l’abstraction des intentions et des affichages politiques avantageux ce sont les acteurs de terrain qui peuvent transformer la société à condition qu’on les soutienne.

    Même si elles sont nécessaires, ce ne sont pas les grandes conférences internationales qui manquent mais ce sont les actions locales, concrètes : nous savons « penser global » mais trop souvent nous oublions tout simplement d’agir localement. Sauver la planète, oui, mais cela commence là ou nous vivons !

    Nous plaidons donc pour que l’on aide et que l’on donne plus de visibilité aux microprojets des acteurs associatifs locaux et des communes (Agenda 21) en matière d’environnement.

    Avec notre soutien pour votre action et notre haute considération.

    Jean-Pierre FELS
    Président de l’ARBRE (Association Restinclières Beaulieu pour le Respect de l’Environnement)

  5. leclercq christelle

    bonsoir je suis militante associative sur l environnement nous avons créer des calendrier eco cytoyen avec des classes des adultes j aimaerais être chef d ‘entreprise pour un projet ludique et c est un projet ecologique ou trouver le financement

  6. Fritz

    Madame Belkacem
    Vous commencez votre lettre par vouloir mobiliser la jeunesse pour la COP 21; et puis vous continuez à inciter l’éducation à enseigner l’amour pour l’environnement , le bio, la sobriété etc…ce qui très honorable
    Mais je pense que vous faites un amalgame qui n’a pas lieu d’être fait, car la COP 21 ne s’intéresse qu’in fine à la pollution de l’atmosphère par le CO2 qui en fin de compte n’en est pas une, puisque le CO2 est à la base de toute la vie sur Terre; le réchauffement climatique pour l’instant est loin d’être catastrophique et les projections du GIEC loin d’être fiables
    C’est pour cela que je pense que votre initiative vous a été dictée, et que cela pourrait se retourner contre vous au cas où les résolutions de la COP resteraient lettres mortes comme celle de Kyoto
    L’écologie et le respect de la nature oui, mais la décroissance et le repli des communautés sur soi , non !
    Avec mes respects

  7. Fabre

    Madame la Ministre,

    Je tiens avant tout à vous féliciter pour vos actions.

    Je souhaite avoir des infos pour comprendre les conditions des prises de décisions du rectorat et de l’académie , concernant le projet de suppression de deux classes (= 30élèves par classe + 4postes en danger), la suppression de l’aide aux devoirs et la mise en péril de nos options et projets (section sportive, bilangue, euro…) ceci dans plusieurs collèges des Pyrénées Orientales.

    Je vais vous informer plus particulièrement sur ce qui me concerne et plus exactement de l’avenir de mon fils et de mes inquiétudes pour tous !

    Le collège jean Rous de PIA et Bompas à huit ans et plus de 700 élèves. Les deux communes sont en pleins développement depuis plusieurs années et les nouveaux arrivants sont très nombreux avec beaucoup de construction en cours et une forte mixité sociale, très bien, mais alors pourquoi de telle décisions ?

    J’espère avoir votre soutien et des explications afin de pouvoir transmettre aux parents et enseignants votre avis et vos décisions à ce sujet ( une réunion à lieu demain jeudi à 17h).

    Très cordialement.

    Béatrice Fabre

  8. Breye

    je ne sais rien dire d’autre , que BRAVO à toutes les deux:::: mais n’oubliez pas qu’il faut faire et réparer ce que les vieux cons comme moi ont cassé et gaspillé :::: il y a des moments lorsque je regarde dans ma mémoire et je vois l’étendu du désastre (les plastics qui flottent le ventre en l’air dans les rivières et bord de mer(quand ça flotte) , les forêts coupées et pas renouvelées , les terrils « nous disons les crassiers chez nous » etc. etc.) je me dit!!!! (je ne vous le dirais pas car c’est trop cra-cra).BON COURAGE et ne nous détestez pas trop

  9. Pichard

    Félicitations pour toutes ces initiatives, nous ne faisons pas suffisamment savoir lorsque nous trouvons que celles-ci sont positives, enfin d’après moi. Les enfants, petits et grands, devraient apprécier cette cause qui sera concrète pour eux et leur avenir.
    Bon courage pour la suite et tenez bon,

    Joëlle Pichard

Commentaires fermés.