#Collège2016 : Démocratiser ce qui était réservé à 15% des élèves

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche était l’invitée de RTL, ce 30 avril 2015.

La ministre a dénoncé les contre-vérités propagés par ceux qui s’opposent à la réforme aux noms d’intérêt très éloignés de l’intérêt général de tous les collégiens. La ministre de l’Éducation nationale a expliqué que les critiques ne concernent pas « l’essentiel de la réforme » mais qu’elles s’opposent à ce « que l’on rende accessible à tous des choses qui n’étaient réservés qu’à 15% des collégiens (…) ça leur fait perdre des avantages comparatifs ».
Et de préciser sa pensée : « Ce ne sont pas les matières qui sont élitistes mais des options et des filières sont organisées pour permettre à certains collégiens de se mettre à part. Pendant ce temps, les autres ne bénéficient pas du bienfait du bilinguisime (…) Mon choix, c’est la démocratisation de l’apprentissage« .

Presse Éducation nationale Publié le 30 avril 2015

Tags : ,

87 commentaires sur #Collège2016 : Démocratiser ce qui était réservé à 15% des élèves

  1. P.

    Madame la ministre,
    pourquoi marteler que les classes bilangues sont élitistes car « réservées à seulement 15% des élèves », alors qu’elles sont proposées à 100% des élèves en fin de CM2? ( mais choisies librement par 15%au final, ce qui fait tout de même un élève sur six environ…)
    Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, madame, mes respectueuses salutations.

  2. Une Enseignante

    Démocratiser ?

    Mais chaque collégien a le droit de choisir d’étudier une seconde langue, actuellement.
    Et chaque collégien a le droit de choisir l’option Latin, s’il le souhaite.

    Démocratiser signifie supprimer ce droit et imposer à tous les collégiens des enseignements qu’ils n’ont pas envie de suivre ?

    J’ai du mal à suivre, là…

  3. Clemens Brentano

    « Cette réforme du collège s’inscrit dans un processus de déconstruction de l’école républicaine et signe sa mise à mort avec le développement du pédagogisme (…) C’est le règne de la confusion et de l’inculture qui s’affirme comme tel au plus haut sommet de l’État. »

    Jean-Pierre Le Goff est sociologue, mais vous ne manquerez pas, Madame, de l’insulter de « pseudo-intellectuel » comme vous l’avez déjà fait pour d’autres !

    http://www.marianne.net/jean-pierre-goff-cette-reforme-du-college-signe-mise-mort-ecole-republicaine-100233254.html

  4. Clemens Brentano

    Jack Lang a eu des mots durs pour vous : „Décapiter ce qui marche », « asphyxier le latin »…

    Mazarine Pingeot, également « pseudo-intellectuelle » à vos yeux, qui a enseigné dans des quartiers réputés difficiles et qui, constatant vos renoncements dit : « L’autorité, la discipline et l’exigence doivent être des valeurs de gauche, celle d’un humanisme républicain, qui met au cœur de ses réformes éducatives le respect de ‘l’élève’, en tant qu’élève, et non en tant que noir, blanc, arabe, musulman, juif, catholique, bouddhiste, et que sais-je. C’est ce qu’on appelle l’égalité » ?

    L’opposition mais aussi la gauche ne veulent pas de votre réforme.

    DÉMISSIONNEZ et vite !

  5. Professeur d'italien

    Madame la Ministre,

    Votre communication n’est apparemment destinée qu’à faire avaler des couleuvres. 515 postes supplémentaires en allemand ? Tout le monde sait bien qu’ils ne seront PAS POURVUS ! 500, c’est environ le nombre de candidats présents, par an, tous concours confondus et les pourcentages de réussite sont d’environ 60% pour le capes et de 30% pour l’agrégation. Impossible donc, de recruter davantage !

    Pourquoi ne pas avoir réparti ces postes entre les grands perdants des classes bilangues ? L’allemand, mais AUSSI l’arabe, le chinois, le portugais, l’espagnol, l’italien, le japonais, le russe et le vietnamien ? Par ailleurs, vous ne proposez aucune compensation à la suppression des sections européennes.

    Vos projets d’apprentissage renforcé des langues à l’école primaire sont totalement flous : si vous renforcez, comme vous le prétendez, l’allemand à l’école primaire, quel est l’avenir de la diversité linguistique précédemment introduite ? Votre réforme met en danger l’ouverture sur le monde des jeunes générations : les pauvres !

  6. Sudholt Emmanuelle

    Massivement ?? A quoi cela va servir ??? le nombre de germanistes va fondre comme neige au soleil car visiblement vous n’avez toujours pas intégré que 90% des germanistes au collège le sont en bilangues…

  7. PF

    Allo ? Allo ? Y’a quelqu’un ? C’est par ici le dialogue ? Le débat ? …..Visiblement pas:
    INTOX: NVB :1 Profs:0

  8. Lainé Danielle collège Molière à L'Aigle

    Vous voulez discutez et dialoguer? Je rêve. Cela fait des semaines que l’on vous tend la perche et c’est nous qui ne voudrions pas dialoguer?! C’est d’un ridule. De plus, ce midi, je n’ai pas du tout apprécié le raccourci entre Le FN que je hais et les enseignants qui seraient de plus en.plus conservateurs d’après les dernières élections professionnelles. Faites attention à ne pas trop agiter le drapeau brun, il risquerait de s’en réjouir. Je suis de gauche mais pas de cette gauche entre caviar, démagogie et langue de bois.
    Votre réforme est tout sauf égalitarisme et centrée sur l’élève, ses besoins, ses envies et ses capacités que nous nous devons de soliciter.

  9. cestlacrisemapôvlucette

    L’ouverture internationale des établissements scolaires repose souvent pour plus de moitié sur des échanges avec l’Allemagne (échanges de classes, séjours individuels, …). Un recrutement plus tardif, un enseignement moins intensif priveraient ces échanges d’une partie de leur vivier. Les échanges et séjours de longue ou moyenne durée sont accessibles au plus grand nombre grâce à l’aide de l’OFAJ et à l’engagement des enseignants. C’est loin d’être le cas des voyages à destination des pays anglo-saxons. Pour des élèves issus de milieux ou de régions peu favorisés, l’Allemagne offre des opportunités de mobilité précieuses.

  10. cestlacrisemapôvlucette

    Si seules les classes bilangues qui permettent de commencer l’anglais en 6e lorsqu’une autre langue a été enseignée en primaire sont conservées, la plupart des académies n’auront plus de bilangues, puisque l’allemand n’est presque plus proposé en primaire, à l’exception des régions frontalières. Or, on a besoin partout de compétences en allemand comme le montre l’ouverture d’une section aéronautique franco-allemande à Bordeaux.

  11. cestlacrisemapôvlucette

    Il n’y a malheureusement pas de dialogue possible avec vous, vous ne recevez pas les représentants des professeur d’allemand!

  12. CHARVOLIN Maria

    Madame la Ministre, que révèle le fait que vous multipliez les interventions? Vous donnez à penser que vous cherchez à vous convaincre vous même!

  13. MP

    Vous dites vouloir débattre ! Mais nous vous le proposons depuis des semaines ! Et aucune réponse de votre part !!! Un mensonge de plus !

  14. Münchhausen

    Cela n’a échappé à personne: Vos conseillers diffusent des messages de plus en plus nombreux (et de plus en plus provocants d’ailleurs; cf. l’annonce de la création de centaines de postes, sans fournir les explications nécessaires …) en direction du monde des germanistes. Car cette partie de la réforme qui prévoit la suppression des classes bi-langues et européennes est particulièrement spectaculaire et fait réagir parents, enseignants, hommes politiques en Allemagne et en France et même vos propres amis du PS.

    Deux possibilités:

    Vous renoncez à cette réforme en maintenant ces classes dont les nombreux atouts ont été soulignés par vos propres collaborateurs

    ou bien,

    vous reconnaissez que ce sont les contraintes budgétaires qui vous poussent à agir de la sorte. A partir de là, le dialogue de sourds du moment pourra prendre fin et nous pourrions enfin débattre de la vraie question: L’école, la formation des jeunes, la préparation de leur avenir, sont-elles VRAIMENT la priorité de votre gouvernement?

  15. Debatte

    Vous dites souhaiter un « débat d’idées sincère » (France 3 aujourd’hui). Mais nous n’attendons que ça !

  16. cestlacrisemapôvlucette

    Comment seront choisis les élèves qui auront le privilège de faire bilangue en 6ème car ils auront eu la chance d’avoir bénéficié d’un enseignement dans une autre langue que l’anglais en primaire? Comment allez-vous sélectionner ces écoles à gros moyens et donc leurs élèves privilégiés?

  17. Ausgang

    Vous intervenez de plus en plus fréquemment sur les ondes ou le petit écran pour répéter sans fin le même discours ! Vous sentiriez-vous déstabilisée ? Cherchez-vous reprendre les rênes d’une réforme qui vous échappe chaque jour un peu plus…
    Les parents n’apprennent rien de plus et s’embrouillent. Quant aux enseignants, ils savent lire et comprendre vos textes. Ce qu’ils attendent de vos interventions, ce sont des réponses aux nombreuses questions qu’ils posent sur votre site et auxquelles vous ne daignez pas répondre.
    En fait, je crains bien que vous n’ayez aucune réponse à leur donner tant cette réforme sent l’idéologie, l’improvisation et le manque de professionnalisme. Qui parmi vos conseillers (je ne parle même pas de vous) a enseigné dans un collège ces vingt dernières années ? Qui connaît la réalité et les contraintes du terrain ?
    Et si vous preniez des vacances ? Prévoyez un petit voyage. Cela vous ferait du bien… et à nous aussi. Date du départ : 20 mai 2015.

  18. Alban CHAZEAU

    Madame la Ministre,

    Vous dites dans votre interview sur France 3 être prêtre à débattre de votre réforme. Mais pourquoi refusez-vous de discuter avec nous alors que nous le réclamons depuis des semaines. Mais, il est tellement plus commode de parader dans les médias seule sans contradicteur. Cela permettrait de démonter vos arguments fallacieux sur l’apprentissage de l’allemand car, contrairement à ce que vous prétendez, nous avons lu votre réforme très en détails. Et c’est justement après cette lecture détaillée que nous comprenons tous les dangers de votre réforme pour l’enseignement de l’allemand !

  19. Schande

    Vous prétendez vouloir accompagner et rassurer les professeurs alors que vous faites tout le contraire : vous méprisez notre travail en démolissant tout ce que nous avons construit pour les collégiens germanistes et vous nous ignorez en refusant de répondre à toutes nos questions.

  20. Rumpelstilzchen

    Ne pensez-vous pas que vous aurez besoin de nous, professeurs sur le terrain, pour réussir une réforme?

    Laisser entendre que les professeurs peuvent être tentés par les idées du FN pour refuser votre réforme est scandaleux! (le 3 mai sur le journal de France 3:
    http://www.tv-replay.fr/programmes-tv/france3-pluzz/nc/date/1.html)

    Vous multipliez des interventions sur les plateaux de TV et autres radios.

    Ayez donc le courage de débattre avec les parents, les élèves, et nous, les enseignants !

    Pour qu’enfin des témoignages authentiques soient diffusés dans les médias.

  21. Mme Duroure-Valentin

    Madame la Ministre,
    L’apprentissage de l’allemand n’est pas du tout réservé à une élite. Dans ma petite ville de province, où existent deux lycées professionnels publics et un centre de formation d’apprentis, de très nombreux échanges ont été réalisés en partenariat avec la Chambre de Métiers de Leipzig, dans les domaines de l’hôtellerie-restauration et du bâtiment. Ils ont été rendus possibles parce que les jeunes concernés avaient pu bénéficier au collège de la présence de classes bi-langues.
    En tant qu’enseignante et présidente de l’association « Haute-Loire / Leipzig », je vous demande instamment de maintenir ces classes et de respecter les engagements de la France à l’égard de notre partenaire allemand.

  22. Luise

    Etes-vous bien au courant des différents dispositifs innovants déjà proposés par vos prédécesseurs ?

    Un bilan a-t-il été fait avant de vous lancer dans les EPI ?

    Comment ne pas a priori être favorable aux Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI) qui peuvent encourager le développement de pédagogies novatrices ?
    On se souvient que des dispositifs du même ordre existent déjà dans le secondaire (les Itinéraires De Découverte au collège, les Travaux Personnels Encadrés et les Projets Pluridisciplinaires à Caractère Professionnel en lycées).

    Or ces dispositifs, mis en oeuvre à moyens constants en ponctionnant des heures sur les enseignements disciplinaires, sont en voie d’extinction ou en net recul.
    C’est le cas pour les IDD qui ne sont plus obligatoires. Quant aux Travaux Personnels Encadrés, après avoir disparu de l’année de terminale des séries générales, une seule heure semestrielle est parfois fléchée en première, les établissements devant prendre une autre heure sur celles dédiées aux projets pédagogiques.

    Combien de temps vont durer vos EPI ?!

    Dans les faits, ces dispositifs innovants ont juste permis aux différents gouvernements de faire des économies de moyens…. au détriment des élèves
    !

  23. Räuber Hotzenplotz

    Vous vous réfugiez à présent derrière des chiffres de postes d’enseignants offerts au concours. Si le grand public ne connaît pas les dessous des modalités de recrutement des professeurs, vous avez également des lecteurs avertis qui savent décrypter vos messages:

    Dans certains disciplines comme les maths, l’anglais ou encore l’allemand, le nombre de candidats par poste est très faible. Souvent, pour les épreuves d’admissibilité, le nombre de présents à l’oral est sensiblement inférieur à l’offre de recrutement. Et donc, seule une partie des postes est réellement créée, parfois un poste sur trois reste non pourvu!

    Il est honteux de faire apparaître en grand ces « nombres de postes offerts » pour l’allemand sur votre site et celui du Président de la République.

  24. CHARVOLIN Maria

    Comme c’est facile d’endormir le grand public avec vos chiffres … Je pense notamment aux fameux 515 postes, que vous voulez proposer au concours d’allemand. Mais qui en voudra? Les quelques étudiants germanistes auront bien vite compris qu’avec leurs compétences dans cette langue, ils auront un avenir plus sûr dans le privé et de toute façon dans un autre secteur que l’enseignement. Comptez sur nous pour éclairer le grand public à propos de vos arguments et vos chiffres fallacieux! http://blogs.mediapart.fr/blog/pascale-fourier/300415/stephane-le-foll-faux-chiffres-pour-vraie-disparition-de-lallemand-au-college

  25. Alban CHAZEAU

    Madame la ministre

    Votre ton a changé depuis quelques jours. Au début, vous cherchiez à convaincre des bienfaits de votre réforme. A présent, vous êtes arrogante et méprisante à l’égard de professionnels qui sont sur le terrain et qui ont une expérience concrète des difficultés de la promotion de l’allemand, oups pardon … à l’égard de pseudo-intellectuels et de conservateurs ! Si vous preniez la peine de débattre avec nous au lieu de répéter jusqu’à la nausée votre argumentaire fallacieux, vous vous apercevriez de la nécessité vitale pour chaque professeur d’allemand d’être moderne et innovant afin de rendre son enseignement attractif.
    Votre entêtement me désole et me scandalise…

  26. Lassiaille

    Vos arguments peuvent convaincre le grand public, mais les profs d’allemand ne sont pas dupes, pas plus que vous ne l’êtes vous-même d’ailleurs: l’ouverture de la LV1 au CP et l’avancée de la LV2 en 5è ne renforceront en rien l’enseignement de l’allemand. Seules les bilangues et les classes européennes, notre combat depuis une douzaine d’années, permettent au plus grand nombre d’accéder à l’allemand. Car, contrairement aux classes euro anglais, il n’y a aucune sélection pour rentrer en classe euro allemand. La seule condition: avoir envie. Et c’est formidable de voir ces jeunes issus de tous horizons, ces Oussama, Fathi, Alana, Salomé, Chloé, Lilian, Laurie vivre tant d’émotions grâce aux échanges et à l’apprentissage intensif de l’allemand.
    Ne supprimez pas les bilangues et les classes euros!

  27. un prof de LV TRES déçu

    Bravo pour cette réforme qui va rendre les petits Français encore plus nuls en LV!: à la prochaine étude PISA, ils seront bons derniers « grâce » à ces 2h de LV par semaine…

  28. Löwenzahn

    Pour éviter ce genre de communication ridicule, rien ne vaut la clarté dès le départ:

    Vous devez économiser des heures et des postes. Vous n’avez pas le droit de le dire car l’éducation des enfants a été présentée comme une priorité de ce gouvernement.

    Donc, pour financer les heures d’EPI et autres enseignements transversaux, vous devez sacrifier en partie l’enseignement disciplinaires.

    Tiens, l’allemand n’intéresse de toute façon pas grand monde dans ce pays. Autant arrêter ce traitement de faveur dont il a bénéficié depuis une dizaine d’années. Ce ne sont pas les quelques supporters de la coopération franco-allemande qui vont sérieusement gêner la réforme du collège.

    Eh bien, si! Nous nous laisserons pas faire! Pas pour sauver des postes. Mais parce que nous CROYONS en ce que nous faisons. Et parce que l’allemand c’est important pour la France! Si vous lisiez vraiment les rapports sur les bénéfices du franco-allemand, on n’en serait pas là!

  29. B.REUZE

    Message d’une pseudo-intellectuelle ……
    Vous parlez d’une consultation des enseignants ???!!!!
    Mais il me semble que nous nous exprimons depuis des semaines et que vous en faîtes bien peu de cas !!!
    Par ailleurs vos propos deviennent méprisants à notre égard (cf. votre intervention sur RTL).Vous n’avez plus aucune crédibilité à nos yeux.
    34668 signatures contre la partie de ce projet qui concerne l’allemand et vous restez sourde à la colère qui gronde.
    Quoiqu’il advienne votre image restera lié à tout ce cafouillage (vos arguments chiffrés ne tiennent pas, vous ne connaissez décidément pas le terrain) et maintenant à vos maladresses de langage …..

  30. Friedrich Schiller

    Pseudo-commentaire d’un pseudo-intellectuel à une pseudo-ministre:

    Comment voulez-vous faire passer votre pseudo-réforme si vos pseudo-arguments présentent toujours les mêmes erreurs? Au lieu de supprimer les 15% d’élitistes (pas pseudo, cette fois), faites les monter à 85% et le problème sera résolu! Les classes bi-langues vous gênent parce qu’elles sont trop sélectives, multipliez-les, elles ne le seront plus! En plus, cela occupera les professeurs d’allemand que vous voulez recruter. Soyez au moins honnête : avouez que vous n’avez rien à faire de l’allemand et de ceux qui veulent bien l’apprendre et que c’est une simple préoccupation budgétaire qui vous motive! D’ailleurs, ne pensez-vous pas qu’en réduisant simplement le nombre d’élèves par classe, l’apprentissage des langues vivantes ne se ferait pas beaucoup mieux? Vous n’imaginez tout de même pas améliorer la capacité des élèves à parler l’anglais ou l’espagnol en maintenant des groupes à 30 élèves? Bon, je me tais maintenant, j’ai sans doute dit une bêtise, je ne suis qu’un pseudo-intellectuel et vous êtes une vraie ministre qui réfléchit beaucoup.
    Mes respects

  31. M. Cazeneuve

    Votre arrogance et votre mépris à l’égard des personnes qui réagissent à vos argumentations successives mais identiques et stériles font de vous une piètre diplomate. Je rappelle par exemple, pour ne citer que « la dernière en date », que vous avez intitulé de « pseudo-intello », sans distinction, tous ceux qui ont commenté votre réforme, qui vous ont approchés pour vous faire part de leurs inquiétudes, parmi lesquels se trouvent des personnalités politiques françaises et allemandes, dont l’Ambassadrice d’Allemagne. Quel culot ! Mais comme vous ne comprenez pas l’allemand (peut-être n’aviez-vous pas eu la chance de bénéficier d’une quantité suffisante d’heures, comme c’est le cas par exemple grâce aux classes bi-langues et européennes pour mieux communiquer aujourd’hui et au poste que vous occupez, avec notre premier partenaire économique et politique ?), je vous fais part du fait que vous vous abîmez à grande vitesse votre réputation et crédibilité, autant dans la presse et population françaises et allemandes, mais aussi dans le monde politique allemand, vous savez, je me reprends encore, ce pays voisin dont la France – du moins jusqu’à l’heure actuelle – est le premier partenaire. Mais votre attitude actuelle est sur le point d’abîmer nos relations franco-allemandes aussi, qu’elle passe, votre réforme (oui, parce que ce n’est que la vôtre), ou pas. Les Français n’en veulent pas, les Allemands non plus, la France n’en a pas besoin, au contraire. Continuez de vous obstiner, de vous ridiculiser, de vous décrédibiliser, vous allez dans le bon sens, bravo, 20/20 !

  32. Gisela Lefebvre

    Madame la Ministre,
    Vous avez expliqué que les critiques ne concernent pas « l’essentiel de la réforme » mais qu’elles s’opposent à ce « que l’on rende accessible à tous des choses qui n’étaient réservés qu’à 15% des collégiens (…) ça leur fait perdre des avantages comparatifs ».

    Nous, les professeurs d’allemand, seraient très heureux si TOUS LES ELEVES pouvaient apprendre une deuxième langue vivante dès la 6e à raison de 3 heures par semaine (et non 2,5 heures). Mais tous les élèves n’ont peut-être tout simplement pas envie de le faire, ils préféreraient de faire plus de sciences ou d’histoire. Je croyais que vous ne vouliez pas d’un « collège uniforme ». Or, c’est ce qui se dessine à l’horizon. Qu’aucune tête ne dépasse.

    Le rapport de l’Inspection Générale avait bien mentionné d’autres « scénarios ». Ils ont pourtant été écartés.
    Le premier scénario, en supprimant les classes bi‐langues et les SELO et en généralisant le démarrage de la deuxième langue vivante en classe de sixième, est pédagogiquement satisfaisant, mais il paraît peu compatible avec les contraintes budgétaires actuelles.
    http://cache.media.education.gouv.fr/file/2014/08/1/2014-083_bilangues_et_SELO_412081.pdf (préambule)

    Il fallait le dire tout de suite, c’est une question d’argent. Cela aurait été tellement plus facile si, dès le début, vous aviez annoncé : « On supprime les classes bilangues et les sections européennes, c’est dommage pour l’allemand qui est la principale victime, mais nous n’avons pas assez d’argent pour une solution pédagogiquement satisfaisante. »

    Quel manque d’honnêteté de votre part ! Maintenant, vous êtes réduite à insulter vos adversaires de « pseudo-intellectuels ». Je ne suis pas pseudo. (C’est pour ça que, comme mes collègues, je ne peux accepter une réforme qui est fondé sur des MENSONGES GROSSES COMME DES PATES DE MAISONS.) J’ai fait 10 ans d’études, j’ai quatre diplômes universitaires, deux allemands et deux français, je parle couramment trois langues (le français n’étant pas ma langue maternelle) et je milite pour une ouverture culturelle et linguistique de mes élèves, de jeunes gens de la campagne, souvent issus de familles défavorisées.
    Mon choix, c’est la démocratisation de l’excellence !

    Madame la Ministre, vous êtes en train de vous faire beaucoup d’ennemis outre-Rhin. Le puissant quotidien « Frankfurter Allgemeine Zeitung » a consacré plusieurs articles à votre réforme. Faites-vous les traduire. Et – il sera temps pour que vous atteigniez le point Godwin, en s’opposant à l’Allemagne, quel sommet pour une ministre championne du nivellement par le bas !

    Il n’est jamais trop tard pour bien faire – tentez une sortie par le haut, cela sera sûrement mieux pour votre carrière.
    Gisela LEFEBVRE
    Professeur d’allemand et heureuse de l’être

  33. M. Cazeneuve

    vendredi, 1er Mai 2015
    Votre arrogance et votre mépris à l’égard des personnes qui réagissent à vos argumentations successives mais identiques et stériles font de vous une piètre diplomate. Je rappelle par exemple, pour ne citer que « la dernière en date », que vous avez intitulé de « pseudo-intello », sans distinction, tous ceux qui ont commenté votre réforme, qui vous ont approchés pour vous faire part de leurs inquiétudes, parmi lesquels se trouvent des personnalités politiques françaises et allemandes, dont l’Ambassadrice d’Allemagne. Quel culot ! Mais comme vous ne comprenez pas l’allemand (peut-être n’aviez-vous pas eu la chance de bénéficier d’une quantité suffisante d’heures, comme c’est le cas par exemple grâce aux classes bi-langues et européennes pour mieux communiquer aujourd’hui et au poste que vous occupez, avec notre premier partenaire économique et politique ?), je vous fais part du fait que vous vous abîmez à grande vitesse votre réputation et crédibilité, autant dans la presse et population françaises et allemandes, mais aussi dans le monde politique allemand, vous savez, je me reprends encore, ce pays voisin dont la France – du moins jusqu’à l’heure actuelle – est le premier partenaire. Mais votre attitude actuelle est sur le point d’abîmer nos relations franco-allemandes aussi, qu’elle passe, votre réforme (oui, parce que ce n’est que la vôtre), ou pas. Les Français n’en veulent pas, les Allemands non plus, la France n’en a pas besoin, au contraire. Continuez de vous obstiner, de vous ridiculiser, de vous décrédibiliser, vous allez dans le bon sens, bravo, 20/20 !

  34. Une pseudo maman

    (1)Madame la ministre,
    J’ai énormément cru en vous…
    Mais cette fois, il y en a plus que marre de votre mépris, vos jugements et préjugés ici ou là sur ce que vous nommez « élite » autant que sur ceux que vous oubliez dans cette mascarade de réforme, haut perchés que vous êtes loin de la réalité dans une classe aujourd’hui!
    Vous, à l’origine de cette réforme, et ceux qui la défendez estimant tout savoir, connaissez-vous le nombre de HP, de dys et de TDAH (pour ne citer qu’eux) par classe?
    Le nombre de PPS partiellement voir non appliqués parce que les profs ont des classes si surchargées d’enfants et de problèmes qu’ils n’y arrivent plus?
    Du nombre d’enseignants qui refusent tout bonnement de les appliquer, estimant que « ces demandes de lunettes pour ces malvoyants » sont un luxe inutile, etc… n’étant absolument pas formés sur ces sujets et faisant vivre l’enfer involontairement à ces enfants de ce fait.
    Oui, mon enfant est en section européenne allemand (5h+1h30 d’histoire géo complémentaire) + latin (2h) à contenu dense!
    Et pas par élitisme ou prétention parental et encore moins par fortune!

    Il y est parce que c’est un HP ( mais en connaissez vous simplement le terme, ce qu’il engendre réellement…?), qu’à ce jour c’est le seul endroit PUBLIC ET GRATUIT à porté de notre maigre budget, apte à le nourrir en suffisance pour lui éviter de s’éteindre d’ennui à en perdre le goût pourtant accru d’apprendre, de tomber dans la phobie scolaire, etc…!

    Il y est parce que depuis le CP (qu’il a sauté à l’initiative d’une directrice de maternelle formée, elle) il veut faire du latin pour connaître l’étymologie des mots.
    Avide de comprendre!
    Il y est par passion pour l’allemand que lui a donné une enseignante de CM2.
    Il rêve, de lui même d’ABIBAC, ayant à 10 ans bien compris que pour le projet professionnel qu’il a depuis ses 6 ans, parler couramment l’allemand lui sera impératif, compte tenu de leur importance dans ce secteur d’activité, parmis tant d’autre.

Commentaires fermés.