Le président défend le #Collège2016, un collège au service de la réussite de tous les élèves

Éducation nationale Publié le 6 mai 2015

Ce mercredi 6 mai 2015, le président de la République François Hollande a soutenu très fermement la réforme du collège contre ceux qui défendent leurs « intérêts particuliers » lors d’un discours devant des jeunes au Conseil économique, social et environnemental (CESE) à Paris.

« J’entends le concert des immobiles, ce sont souvent les plus bruyants, ceux qui, au nom de l’intérêt général supposé, défendent leurs intérêts particuliers« , a-t-il lancé, enchaînant: « et bien non, c’est terminé« .

« Il y aura à partir de cette réforme davantage d’enseignement des langues, mais pour tous les élèves« , a-t-il fait valoir, le jour du troisième anniversaire de son élection le 6 mai 2012.

« Pour ceux qui veulent apprendre l’allemand, ils pourront l’apprendre dès la cinquième et, s’ils le choisissent en première langue, dès le cours préparatoire« , a poursuivi le président Hollande.

Quant au latin et au grec, ce sont, selon lui, des « disciplines essentielles qui étaient aujourd’hui proposées par options » et qui s’inscriront désormais « dans le parcours des jeunes collégiens« .

Ceux qui « défendent avec la plus grande énergie » ces enseignements « savent bien que ces options étaient le moyen d’accéder à certains établissements plutôt qu’à d’autres« , a-t-il encore souligné.

De son côté, la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a reproché « notamment aux parlementaires de droite » de « ne pas s’être intéressés à la réforme dans un premier temps« , a-t-elle estimé sur i-TÉLÉ, citant les apports bénéficiant directement à tous élèves : accompagnement personnalisé des élèves, 4.000 postes pour permettre de travailler en petits groupes, avancement d’un an en cinquième de la deuxième langue vivante.

« Le seul moment où la droite s’est réveillée, c’est quand elle a eu le sentiment en parlant notamment des classes bi-langues (deux langues dès la sixième), qu’on allait s’attaquer à des privilèges, à des offres qui étaient jusqu’à présent réservées à une minorité de collégiens, qu’on généralise« , a-t-elle fait valoir.

Évoquant également le « débat sur l’histoire« , François Hollande s’est dit au CESE « très attaché » à cet enseignement. « Pour la génération qui est la vôtre, il est fondamental de savoir d’où nous venons, comment s’est construit notre pays, avec quels apports successifs des mouvements d’idée, des cultures qui se sont ajoutées, des ruptures et des continuités« , a-t-il insisté.

Découvrez l’essentiel de la réforme du Collège en une infographie à partager :

infographie_college_2016_large


Avec AFP.

Tags : , , , ,

59 commentaires sur Le président défend le #Collège2016, un collège au service de la réussite de tous les élèves

  1. Professeur d'italien

    Madame la Ministre, Monsieur le Président de la République,

    Dans le rapport de l’inspection générale sur les bilangues et SELO, disponible ici http://cache.media.education.gouv.fr/file/2014/08/1/2014-083_bilangues_et_SELO_412081.pdf

    on découvre que la Ministra n’a suivi aucune de leurs préconisations, et concernant les classes bilangues, la conclusion est limpide :

    « les classes/sections bi‐langues préservent une forme de DIVERSITÉ dans l’enseignement des langues et une forme de MIXITÉ SOCIALE dans les établissements les moins favorisés. Sans la présence de ces classes bi‐langues en sixième, il y aurait RUPTURE dans le parcours scolaire linguistique pour TOUTES LES LANGUES AUTRES QUE L’ANGLAIS. » (p.2)

  2. Riviere

    Commençons vraiment par là pour casser le « entre nous » dévastateur de solidarité et d’égalité :
    « C’est pourtant une illusion ou une tromperie de penser que l’école française pourrait devenir plus juste, plus efficace et plus équitable sans supprimer les privilèges dont bénéficient les héritiers… »
    Pierre Merle

  3. Philou

    Et allez, c’est reparti pour un tour de comm’!! Alors, on vous répond …

    « Pour les élèves qui débuteront une autre langue que l’anglais au CP (dont l’allemand), ils auront la garantie de pouvoir apprendre l’anglais dès la 6ème (ce qui n’était jusqu’alors qu’une possibilité) »

    Mais pourquoi un tel traitement? C’est de l’élitisme pour ceux qui prendraient autre chose que l’anglais au primaire. Pô bien l’élitisme! Bouh!!!

    « L’idéal serait un jour d’avoir un bilinguisme pour tous dès la sixième. » Je ne vous le fais pas dire, alors faites-le ou alors avouez-vous à demi-mots que c’est l’argument budgétaire qui vous en empêche et cessez alors l’hypocrisie à laquelle vous nous habituez depuis 6 semaines que nous vous répondons!

    « Mais nous faisons déjà une grande partie du chemin » euh nous n’avons pas la même conception du chemin, en tout cas pour les germanistes c’est 5 pas en arrière, 2 pas en allemand, soit …. 5 – 2 = 3 pas en arrière regardez un peu les chiffres réels, pas ceux que vos conseillers incompétents ont déniché … ou alors les ont-ils manipulés mais là c’est encore pire!!

    « JDD : La langue allemande ne risque-t-elle pas malgré tout de décliner?
    Najat Vallaud-Belkacem : Non car nous allons promouvoir l’allemand, je rappelle qu’à la rentrée prochaine, nous ouvrons 515 postes dans cette discipline. » Je vous rappelle que les postes déjà proposés ne sont pas tous pourvus. Quid des départs à la retraite? Quid de tous les professeurs qui vont perdre la moitié de leur service? Trouverez-vous encore des personnes qui souhaitent devenir professeur d’allemand vu le mépris que vous affichez à leur encontre depuis des semaines! Y’a-t-il des suicidaires prêts à s’écrier « morituri te salutant »? Permettez-moi d’en douter!!!

    « Surtout, je suis en train de reprendre en main le pilotage national des langues vivantes sur tout le territoire afin de garantir une vraie diversité de l’offre grâce à une répartition adaptée des postes d’enseignants. » Comment se fera cette répartition? Allez-vous forcer certains PE à enseigner l’allemand, alors qu’ils ne sont pas formés et ont déjà du mal à dégager un peu de temps pour de l’anglais qu’ils ne savent pas enseigner, tout simplement parce que ce n’est pas leur métier. Si l’allemand n’est pas proposé partout, vous allez créer des inégalités territoriales et de l’élitisme. Ohhh, pô bien l’élitisme!!! Bouhhh!

    « S’agissant de l’allemand, parce que j’ai entendu les inquiétudes, » Vous n’entendez rien, vous restez sourde à nos arguements et comme on le dit, il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre!

    « je fixerai des objectifs très ambitieux aux recteurs : le nombre de locuteurs devra passer de 178.000 à 200.000 en 2016 pour la langue vivante 1 (qui commencera désormais en CP) et de 487.000 à 515.000 pour la langue vivante 2 (qui commencera désormais en 5e). » Ah, ça c’est bien les objectifs et c’est pratique surtout: faites ceci et démerdez-vous pour y arriver peu importe si vous n’avez pas les moyens pour cela. On est dans le foutage de gueule le plus total!!! Arrêtez de nous prendre pour des cons!

    « J’ai aussi décidé de nommer un délégué ministériel à la promotion de l’allemand qui sera chargé d’y veiller. » Laissez-moi deviner Jean-Marc Ayrault, pour son retournement de veste, avec un beau cabinet, un beau bureau et une belle paye alors que la promotion de l’allemand, c’est nous qui la faisons depuis des années, GRATUITEMENT, en faisant le tour des écoles SUR NOTRE TEMPS LIBRE, en PAYANT nos déplacements, je vais peut-être déduire cela de mes impôts, tiens … Vous savez aussi bien que nous qu’il n’aura aucun pouvoir réel, que les recteurs feront ce qu’ils veulent: un seul exemple, la rectrice de Toulouse qui avait parlé d’expérimentation pour la LV2 en 5ème … elle avait oublié de préciser qu’il s’agissait d’une expérimentation non évaluée qui serait ensuite étendue à l’ensemble du territoire!

  4. Reich-Ranicki

    « J’ai aussi décidé de nommer un délégué ministériel à la promotion de l’allemand qui sera chargé d’y veiller », ajoute la ministre sans plus de précision.

    Vous faites maintenant PITIÉ avec de telles propositions car vous êtes une ministre incapable.

    M. Jean d’Ormesson a raison : Vous êtes une véritable Attila.

    Partez svp et vite !

  5. Leo

    Les élèves qui auront appris l’allemand au CP n’entreront qu’en 2021 au collège, ceux qui débuteront cette langue en 5ème ne le feront qu’en 2022. Or, les sections européennes et les sections bi-langues seront supprimées dès 2016. Que vont devenir les enseignants dont les sections seront progressivement supprimées à partir de 2016?
    Pourquoi se précipiter au lieu d’attendre 2021/2022 pour mesurer l’impact réel de la réforme sur l’enseignement de l’allemand en France?

  6. Philou

    Vous étiez au concours de la résistance et l’avez apprécié … alors oui, vive la résistance. Résistons à votre plan de réforme inique qui prévoit la suppression des classes bilangues et sections européennes. Renseignez-vous sur les bons chiffres (http://blogs.mediapart.fr/blog/pascale-fourier/090515/allemand-les-impenses-de-la-reforme-du-college). Vos conseillers, ne maîtrisaient pas le socle commun et se sont plantés dans leurs calculs. Une réforme du collège est nécessaire oui, mais elle peut se faire sans la suppression des bilangues et classes européennes. Pourquoi supprimer un dispositif qui fonctionne plutôt que l’étendre à tous (ce qui était préconisé par le rapport de décembre 2014!). Non, les bilangues ne sont pas des classes d’élite. Dans mon collège ZEP, elles sont ouvertes à tous, assurant une meilleure mixité sociale. Arrêtez de nous mépriser! Nous nous sentons insultés chaque fois que vous prenez la parole et ressassez invariablement les mêmes arguments erronés. Vous savez très bien que l’allemand au primaire ne prendra pas. Comment voulez-vous mettre en place une carte des langues sans avoir les personnels formés pour cela? Voulez-vous mettre un couteau sous la gorge qui ne choisiraient pas allemand pour leurs enfants? Si vous ne proposez pas l’allemand partout, n’est-ce pas inégalitaire? Alors réfléchissez un peu, reconnaissez que vous avez eu tort et avez agi avec trop d’empressement. Pour résoudre un problème, une équation, il faut avoir les bonnes données, vous ne les avez pas eues. Allez, vous avez droit à l’erreur, revoyez votre copie. En cours d’acquisition … attention, on pourrait basculer dans le non acquis …

  7. Brockmeier

    Qu’allez-vous faire des professeurs d’allemand?
    Pourquoi vouloir en recruter en masse?

    La disparition des classes bi-langues fait disparaître 40% des heures-élève, et cela en tenant compte de l’avancée de l’apprentissage de l’allemand en LV2 de la 4° à la 5°. Madame le Ministre a-t-elle bien pensé à toutes les conséquences de ce fait?
    Près de la moitié des enseignants d’allemand va être, il faut le dire, surnuméraire. Pourquoi madame le Ministre a-t-elle annoncé une augmentation de l’ouverture du nombre de postes de CAPES d’allemand dans ce contexte? Quel plan a-t-elle mis en place pour la gestion à la rentrée 2016 des professeurs d’allemand au collège? Voilà les questions qu’il conviendrait de lui poser.
    L’article mis en ligne sur Marianne intitulé « Collège : Najat Vallaud-belkacem se prend les pieds dans les chiffres de l’allemand » rend compte du vrai nombre de petits collégiens suivant un enseignement d’allemand au collège: ils sont 42.000 à suivre cet enseignement en LVI, 48.000 en LV2, 55.000 à suivre un enseignement conjoint de l’allemand et de l’anglais sur les 4 années de collège ( les fameuses bilangues). Eradiquer les bilangues, c’est faire disparaître 1/3 de petits germanophones par an. Si les relations avec notre partenaire allemand pourraient s’en ressentir, il va sans dire qu’un problème majeur va se poser : que faire de presque la moitié des professeurs d’allemand qui n’auront plus d’élèves devant eux?

    Démonstration :

    Situation actuelle :
    • LV1 allemand :
    6° = 42.000 élèves X 4 H = 168.000 heures/élève
    5° -4°- 3° = 42.000 élèves X 3H sur 3 niveaux = 378.000 heures élève
    • LV2 allemand :
    4° et 3° = 48.000 X3 sur deux niveaux = 288.000 heures-élève

    Ensemble LVI et LV2 = 834.000 heure-élève
    • Bilangues : 55000X 3 heures sur 4 niveaux = 660.000 heures-élèves
    Ensemble LVI, LV2 et bilangues = 1.494.000 heures-élève

    Conclusion : la moitié des heures d’allemand est donnée aux élèves de bilangues, ou peu s’en faut actuellement (44%).

    Après la réforme ( et à effectif d’allemand LV1 et LV2 constant) :
    LVI : 6° = 42.000 élèves X 4 h = 168.000 heures/élève
    5° -4°- 3° = 42.000 élèves X3 heures sur 3 niveaux = 378.000 heures élève

    LV2 : 48.000 X 2.5H sur 3 niveaux = 360.000
    Ensemble LVI et LV2 = 906.000 heures-élève
    CONCLUSION: 40% des heures-élèves disparaissent. Que vont devenir à la rentrée 2016 les professeurs d’allemand? Beaucoup s’inquiétaient déjà de devoir enseigner sur trois établissements, suite à la disparition des bilangues, mais la situation est plus grave : près de la moitié d’entre eux n’auront pas d’élèves devant eux. On savait la réforme bâclée, impensée dans ses conséquences : l’affaire de l’allemand le montre de façon manifeste.

    Qu’allez-vous faire des professeurs d’allemand?
    Pourquoi vouloir en recruter en masse?

    A. Brockmeier inspirée de Pascale Fourier

Commentaires fermés.