Depuis 2012, nous avons ouvert à 130.000 nouveaux boursiers le droit à une bourse



Le 2 juin 2015, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a répondu à une question de Marianne Dubois, députée du Loiret Drôme sur la question des bourses.

Retrouvez ici la réponse de la ministre ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche :

Madame la députée, je prends note de votre sollicitude à l’égard des étudiants. Je ne doute pas qu’elle aille droit au cœur de ceux qui ont vainement attendu pendant des années que vous leur versiez le dixième mois de bourse que vous leur avez promis mais jamais financé(Protestations sur les bancs du groupe Les Républicains), de ceux qui ont vu leur pouvoir d’achat s’affaisser, la pauvreté et le mal-logement les envahir ces dernières années au point que certains aient renoncé à poursuivre des études ou à se soigner sans que cela, à ma connaissance, ne vous ait ému outre mesure.

Vous commentez notre politique de bourse. Je veux bien y revenir et vous confirmer que nous n’avons pas la même politique que vous. Il ne s’agit pour nous ni de faire la charité ni de nous exonérer à bon compte de nos responsabilités à l’égard de tous les étudiants en nous contentant d’en aider quelques-uns pour nous donner bonne conscience.

Il vous aura visiblement échappé que, depuis 2012, ce gouvernement a investi 450 millions d’euros dans les bourses étudiantes, 450 millions d’euros supplémentaires qui ont permis, par exemple, d’aider 130 000 étudiants supplémentaires de classes moyennes à hauteur de 1 000 euros par an, eux qui ne bénéficiaient de strictement rien auparavant ! Ils ont encore permis d’augmenter de 800 euros par an les bourses de ceux aux revenus les plus faibles ou encore de verser à 2 000 étudiants une allocation d’autonomie de 4 000 euros par an lorsqu’ils sont en rupture familiale avérée.

Oui, notre politique est ambitieuse car nous voulons amener 50 % d’une classe d’âge à être diplômés de l’enseignement supérieur. Dans ce cadre, nous avons décidé d’élargir le nombre des bénéficiaires des bourses et de continuer à donner un coup de pouce à ceux qui ont fait des efforts. Les mentions « Très bien » continueront à percevoir 900 euros de plus par an pendant trois ans. Le mérite et la réussite du plus grand nombre, c’est conciliable !

Tags : , ,

4 commentaires sur Depuis 2012, nous avons ouvert à 130.000 nouveaux boursiers le droit à une bourse

  1. Oh, les bourses

    Copié-collé du thuriféraire énamouré Dominique Lancien, fautes de français comprises, mais avec corrections de ma part entre parenthèses (= [ ] ) :
    « Que de mensonges osent [ose] écrire tout cette opposition incohérente !!! ça [cela: question de style écrit, SVP !] en devient vraiment scandaleux! Car la vérité est bien que le nombre de boursiers a sérieusement augmenté,mais surtout [fin de la phrase ?].Ce sont enfin les plus défavorisés(es) qui y ont accès. Vous aurez beau mentir ! Najat Vallaud -Belkacem et la Vérité l’emporteront!!! »
    Monsieur Lancien Dominique, depuis le temps que je travaille à l’Université, c’est-à-dire plus de vingt ans, sachez que chaque année, les contribuables français paient des bourses dites sociales pour des étudiants fantômes qui se présentent à un seul examen pour rendre copie blanche, et ce afin de profiter l’année d’après d’une autre bourse.
    Désolée, je suis pour les bourses au mérite, pour les bourses pour raisons sociales, mais pour autant qu’on demande des comptes aux bénéficiaires, et en particulier aux boursiers fantômes. Cela vous dérange ?

  2. Niveau d'INCOMPÉTENCE atteint par Vallaud-Belkacem

    ll est clair que l’intéressée, dont la nomination avait surpris, a atteint aujourd’hui, selon le principe de Peter, son niveau d’INCOMPETENCE.

    Mais le type d’incompétence qu’elle manifeste avec la réforme du collège qu’elle a imposée avec l’appui de Hollande et Valls, est hautement significatif de la manière dont, tant par facilité intellectuelle que par idéologie, on prend rue de Grenelle, depuis quarante ans, les décisions qui détruisent peu à peu notre appareil éducatif.

    La méthode est simple: ceux qui sont en charge de proposer des réformes partent des principaux changements qui ont été opérés au cours de années précédentes ; ils constatent que ces changements, réforme après réforme, vont tous dans le même sens et , comme un élève de cinquième qui apprend la géométrie, ils se contentent de prolonger la courbe que ces changements dessinent pour aller « un peu plus loin  » sur la même trajectoire – quand c’est encore possible.

    Il est vrai que le ministère est truffé de vieux augures, apparatchiks généralement médiocres et hégéliens au petit pied, dont toute la compétence consiste à dire sentencieusement , d’un air inspiré, « on va vers ceci ou vers cela » , et d’en tirer une opération de prolongation aussi stupide que celle que nous venons de décrire.

    Le latin et le grec sont en déclin; on décrète leur suppression prochaine.

    L’allemand est en déclin au bénéfice du tout anglais : on l’affaiblit encore au mépris de nos engagements vis à vis du gouvernement allemand et de l’amitié franco-allemande qui constitue toujours le socle de notre diplomatie.

    http://www.atlantico.fr/decryptage/et-maintenant-histoire-najat-vallaud-belkacem-ou-stade-supreme-reforme-ideologique-roland-hureaux-2177967.html

  3. LANCIEN Dominique

    Que de mensonges osent écrire tout cette opposition incohérente !!! ça en devient vraiment scandaleux! Car la vérité est bien que le nombre de boursiers a sérieusement augmenté,mais surtout.Ce sont enfin les plus défavorisés(es) qui y ont accès. Vous aurez beau mentir ! Najat Vallaud -Belkacem et la Vérité l’emporteront!!!

  4. PF

    Et la contrepartie, c’est de diviser par 2 le montant de la bourse au mérite ?…Assez injuste..mais c’est vrai que ces boursiers (il faut obtenir la mention TB au bac pour l’obtenir) sont sans doute à vos yeux des futurs membres de l’élite….Pourtant, cette bourse au mérite est conditionnée par les ressources des familles…Y’a t-t-il une logique à tout cela ?
    Non….comme pour la réforme du collège….supprimer tout ce qui fonctionne, tout ce qui dépasse…

Commentaires fermés.