De la rentrée universitaire au nouveaux programmes – Chronique hebdo N°46

Au sommaire de cette 45ème chronique hebdo du 12 au 18 septembre 2015 :
– Inauguration de l’école Pierre Bérégovoy d’Alfortville avec Luc Carvounas et Claude Bartolone, samedi 12 septembre 2015,
– Interview au journal télévisé 12-13 de France 3, dimanche 13 septembre 2015,
– Visite du pôle éducatif de Noroy-le-Bourg, Haute-Saône Comité interministériel aux Ruralités, lundi 14 septembre 2015,
– Discours du président de la République à Vesoul lors du Comité interministériel aux Ruralités, lundi 14 septembre 2015,
– Interview de la matinale de France Info, mardi 15 septembre 2015,
– Conférence de presse de rentrée universitaire, mercredi 16 septembre 2015,
– Intervention de Thierry Mandon à la Conférence de presse de rentrée universitaire, mercredi 16 septembre 2015,
– Journée nationale du sport scolaire, visite des ateliers sport pour tous à la Halle Carpentier, Paris 13ème, mercredi 16 septembre 2015,
– Question au gouvernement à l’Assemblée nationale sur la rentrée scolaire, mercredi 16 septembre 2015,
– Discours du président de la République au Campus Paris Saclay pour la rentrée universitaire, jeudi 17 septembre 2015,
– Matinale d’Europe 1 pour la présentation des nouveaux programmes du CP à la 3è, vendredi 18 septembre 2015,
– Reportage d’iTélé à la suite de la conférence de présentation des nouveaux programmes du CP à la 3è, vendredi 18 septembre 2015,

Chroniques hebdo Publié le 22 septembre 2015

Tags : , ,

3 commentaires sur De la rentrée universitaire au nouveaux programmes – Chronique hebdo N°46

  1. Ricardo

    Nino, Je fais effectivement l’e9cole frane7aise, et j’en conains l’ide9ologie (que je partage sur certains points). En effet, l’Ame9rique a toujours e9te9 une nation de be2tisseurs of9 une grande part des richesses est due e0 des initiatives prive9es. Mais celles ci ont un cout! il n’y a qu’e0 voir les frais de scolarite9, le cofbt des soins Au dele0 de l’ide9ologie, en tant qu’investisseur prive9, je ne me pose pas la question de savoir qui fait quoi en Afrique, mais plutf4t combien e7a coute et combien e7a va rapporter. Le but n’e9tant pas de faire de l’humanitaire, mais de faire du business Si je construit par exemple une autoroute Douala/Yaounde9, les gens accepterons-ils de payer 10000fcfa de pe9age (sachant que c’est la condition minimale pour rentabiliser mon investissement)? Toute privatisation implique force9ment une hausse des tarifs (exemples de la Sonel, la Snec ) ce qui n’est pas force9ment une bonne chose pour le camerounais moyen.Or l’entreprise publique (si elle est bien ge9re9e) a l’avantage de re9duire les tarifs en re9partissant les couts (via des taxes par exemple).C’est pour e7a que je pense que la satisfaction des besoins de base (sante9, education et infrastructures) incombe e0 Etat, particulie8rement dans le contexte africain. Ce qui n’empeache pas l’existence d’initiatives prive9es. le vrai proble8me c’est la gestion des entreprises publiques.

  2. Didier Jodin

    Je postule à la fonction de communicant auprès de NVB et de FR. Voici les éléments de langage qu’elles pourront utiliser pour présenter leur Réforme 2017, consistant à donner 100% d’autonomie aux élèves dans l’enseignement qu’ils dispenseront à leurs professeurs.
    ———————————-
    « Le collège doit évoluer. Ma Réforme, quoi qu’en disent les immobilistes réactionnaires, est la première à avoir été pensée avec le souci constant de la cohérence. Et c’est bien la Cohérence qui est au cœur de ma Réforme.
    En accordant 100% du temps à l’autonomie des élèves, leur responsabilisation sera totale. Et c’est bien la Responsabilisation qui est au cœur de ma Réforme. Les apprenants devront savoir mener, entre eux, les débats nécessaires pour choisir ce qu’ils enseigneront, à quels profs, à quels moments, et suivant quelles modalités. Ces débats, menés sur un socle et en dehors de toute contrainte ou dirigisme professoral, seront pour eux l’occasion constante d’exercer leur citoyenneté. Et c’est bien la Citoyenneté qui est au cœur de ma Réforme. Une citoyenneté qui ne sera plus pour eux une notion abstraite, mais une mise en pratique par laquelle ils s’approprieront, par eux-mêmes et en synergie, les valeurs républicaines et les valeurs morales qu’elles impliquent. Et c’est bien la Morale qui est au cœur de ma Réforme.
    Les contenus que les apprenants choisiront (rap, mangas… peu importe) permettront lors de leurs présentations aux professeurs de mieux faire comprendre à ceux-ci l’aspect déstabilisant de leur enseignement, tel qu’il était avant ma Réforme. Ils sauront enfin à quel point il est désagréable, pour un apprenant, de se voir imposer un savoir qui l’ennuie. Et c’est bien la lutte contre l’Ennui qui est au cœur de ma Réforme.
    Faisons un petit focus: l’objet des cours ainsi donnés par les élèves n’aura aucune importance. À l’heure d’Internet, toutes les connaissances se trouvent en un clic, nul n’est besoin de les imposer hors de contexte. Et c’est bien la Contextualisation qui est au cœur de ma Réforme. L’attractivité de la communication révélera cette compétence enfouie dans leur éducabilité, jusque là bridée par le formalisme doctrinaire des professeurs. Avec mon plan école numérique, les élèves apprendront à utiliser Internet, dont on leur a trop longtemps caché l’existence, et passeront le palier de maturité nécessaire à leur épanouissement. Et c’est bien l’Épanouissement qui est au cœur de ma Réforme.
    Dès la rentrée 2018, ma Réforme se développera durablement. Et c’est bien le Développement Durable qui est au cœur de ma Réforme. On se passera des écoutants, car les apprenants pourront se transmettre leurs compétences hors de toute présence professorale, en parfaite autonomie. Et c’est bien l’Autonomie qui est au cœur de ma Réforme.
    Des esprits chagrins penseront que l’économie est au cœur de ma Réforme. Mais ce que pensent les profs, je m’en balance. »

Commentaires fermés.