Mobilisation sans précédent de l’École pour les valeurs de la République : réponse au Figaro

Presse Éducation nationale Publié le 6 janvier 2016

Contrairement aux allégations mensongères du Figaro dans son édition datée du mercredi 6 janvier 2016, les mesures de la Grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République sont dans leur très grande majorité déjà appliquées. En voici un aperçu.

Le renforcement de la transmission des valeurs de la République est-il resté lettre morte ?

La mobilisation de l’école et de ses partenaires pour les valeurs de la République a rencontré un écho exceptionnel au printemps sur l’ensemble du territoire, avec 1325 réunions réunissant plus de 81 000 participants. Les priorités définies avec l’ensemble des acteurs de la communauté éducative, enseignants, parents d’élèves, associations et collectivités ont été mises en œuvre.

Le plan exceptionnel de formation est en place. Les 1200 premiers formateurs ont été formés en mars et en avril. Depuis lors, plusieurs dizaines de milliers d’enseignants sont formés par leurs pairs.

De multiples ressources ont été mises à disposition des enseignants, notamment autour du nouvel enseignement moral et civique (EMC), effectif du CP à la terminale depuis cette rentrée. Ainsi, ce sont plus de 50 ressources nouvelles qui ont été mises en ligne depuis la rentrée 2015 et très largement consultées par les enseignants. L’espace dédié à l’EMC a attiré à lui seul plus de 260 000 visites au 5 janvier 2016 et connu plus de 400 000 téléchargements.

Un nouveau portail de ressources pédagogiques consacré aux valeurs de la République a été mis en ligne en décembre à l’adresse http://www.reseau-canope.fr/les-valeurs-de-la-republique.

Un livret Laïcité a été diffusé à tous les établissements scolaires cet automne, pour garantir l’engagement de la ministre de ne laisser aucune atteinte au principe de laïcité sans réponse.

La capacité des candidats « à expliquer et à faire partager les valeurs de la République » a été évaluée dans les concours de recrutement dès la session 2015. Un rapport de l’IGAENR est venu confirmer que les jurys l’avaient bien intégrée. Les écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) ont été mobilisées pour la formation à la laïcité des futurs enseignants et éducateurs et un module sur l’enseignement laïque du fait religieux a été mis à disposition de l’ensemble des ESPE dès cette rentrée.

De son côté, le Conseil supérieur des programmes a tenu compte dans la rédaction des programmes du souhait exprimé par les partenaires de renforcer les contenus de l’enseignement laïque du fait religieux et de l’éducation aux médias et à l’information.

La Réserve citoyenne de l’Éducation nationale a été créée. Animée par des référents académiques, elle compte à ce jour 5400 réservistes. Les interventions dans les classes ont commencé et, pour amplifier son utilisation par les enseignants, un travail est en cours pour faciliter la mise en relation avec les réservistes.

Par ailleurs, un livret de prévention et de lutte contre les phénomènes de radicalisation a été mis à disposition des équipes éducative dès le 9 février 2015.

Enfin, faisant suite à la circulaire du 17 juillet 2015 renforçant les conditions de contrôle des établissements scolaires hors contrat, de nouvelles modalités de contrôles inopinés ont été mises en œuvre pour vérifier le respect des valeurs républicaines et le rythme des contrôles a été accru.

Autre mesure phare, Najat Vallaud-Belkacem avait annoncé souhaiter rétablir l’autorité des maîtres et les rites républicains.

Ainsi, désormais, le règlement intérieur et la Charte de la Laïcité sont présentés, expliqués aux élèves et signés par les parents d’élèves.

Par ailleurs, comme la ministre l’avait annoncé, les incidents graves sont désormais systématiquement remontés aux recteurs et au ministère par l’intermédiaire des directeurs d’école ou des chefs d’établissement.

On pourrait, sans être exhaustif, rappeler que désormais une journée de la laïcité est célébrée chaque 9 décembre, qu’une cérémonie de remise des brevets des collèges sera annuellement organisée dès septembre 2016 et que depuis cette rentrée, les projets d’écoles et d’établissements détaillent les modalités de la participation active des élèves aux journées de commémoration.

L’engagement pour la maîtrise du français a été tenu.

Dès la maternelle, les nouveaux programmes, entrés en vigueur en cette rentrée 2015, favorisent l’entrée dans le langage. A l’école élémentaire, le programme de français est recentré sur les fondamentaux. Les horaires hebdomadaires sont alourdis (en plus des 10 heures classiquement consacrées au français, 10 heures hebdomadaires sont consacrées à des activités quotidiennes d’oral, de lecture et d’écriture qui prennent appui sur l’ensemble des champs disciplinaires) afin d’augmenter l’exigence, l’efficacité et réduire les écarts entre élèves selon leur milieu d’appartenance.

L’évaluation du niveau des élèves à des fins diagnostiques en début de CE2 a été mise en place et des outils dédiés ont été mis à disposition des enseignants : 414 fiches en français et en mathématiques sont en ligne sur http://eduscol.education.fr/pid33060/banqu-outils-pour-l-evaluation.html.

Quant au parcours citoyen, sa mise en œuvre pour tous les élèves se poursuit.

Depuis septembre 2015, le nouvel enseignement moral et civique est enseigné du CP à la terminale à tous les élèves de France, l’éducation aux médias et à l’information s’articule avec ce cours.

Le parcours citoyen est désormais évalué dans le nouveau brevet des collèges et un suivi est assuré tout au long de la scolarité. Enfin, pour rappel, une semaine de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, dont les actions sont renforcées, se tiendra fin mars.

Le parcours citoyen donne toute sa place à l’engagement des jeunes et à la démocratie scolaire. Des moyens nouveaux ont été mobilisés pour la création de médias et l’animation des instances de vie lycéenne. L’engagement de jeunes volontaires du service civique au sein des établissements scolaire approche déjà l’objectif des 5000 missions, puisque plus de 4000 jeunes sont recrutés à ce jour.

Ainsi, avec l’apprentissage de la citoyenneté, la pratique de l’engagement s’inscrit progressivement dans la culture de l’école.

La ministre avait annoncé une priorité absolue pour vaincre le décrochage scolaire.

Avec une première baisse de 20% constatée cet automne, cette mobilisation apporte des résultats inédits. Un plan exceptionnel pour la poursuivre est mis en œuvre, comprenant le droit au retour en formation, une enveloppe dédiée de 50 millions d’euros par an et une campagne de valorisation du numéro vert, le 0 800 12 25 00, qui a été réalisée en mai dernier.

L’action en faveur des publics les plus fragiles se poursuit notamment à travers l’augmentation de 20% des fonds sociaux, mais aussi le prolongement de la période jusqu’aux vacances d’automne des demandes d’accès aux bourses.

Enfin, difficile de croire que Le Figaro ait oublié le lancement d’un chantier sur la mixité sociale en lien avec les conseils départementaux, puisqu’il en avait fait sa une – toute en nuance – le 10 novembre dernier. A ce jour, 20 départements sont déjà engagés dans la démarche.

Cette liste, non-exhaustive, illustre une mobilisation sans précédent depuis des décennies de l’institution scolaire pour la transmission des valeurs républicaines, que seule une cécité délibérée ou une recherche de polémique pourrait ignorer.

Elle sera complétée par un dossier de presse dans les prochaines semaines à l’occasion du premier anniversaire de la Grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République. D’ici cette parution, nous vous rappelons qu’un point exhaustif avait été réalisé dans le dossier de presse de rentrée scolaire.

Tags : , , ,

17 commentaires sur Mobilisation sans précédent de l’École pour les valeurs de la République : réponse au Figaro

  1. Fred

    dans une société qui cherche le respect reciproque,on narrive meme pas de proposer larabe ou un cours euro à l’école.le clan francopuristefrancais tire trop les fils.quelle déception et conservatisme.

  2. Toulouse François

    Le Figaro est un journal d’information ou d’opinion?
    Rappelez nous qui est le Financeur?
    Le mieux est de lire la réforme et non l’homme qui a lu l’hommme qui…. a lu le figaro…

  3. Prof d'italien en colère...

    Rencontres parents-profs dans mon collège ce soir:
    « Nous ne comprenons pas cette réforme, pourquoi on dit que les classes euro sont élitistes. Nous sommes une famille modeste et notre fille a de très bons résultats à l’école. Nous n’avons pas les moyens de lui payer des cours de langue en plus ou de voyager. La classe euro c’était l’occasion pour elle d’accéder à un enseignement enrichissant et motivant.Nous sommes déçus .Nous attendions plus de l’école. » Des parents et leur fille sacrifiés sur l’autel de votre réforme.

  4. Pseudovaleurs

    Hollande &Co: Exportation des armes comme autrefois, guerres comme autrefois, sans consultation des partnaires européennes et internationaux, chantant la Marseillaise sanglante , mépris des langues étrangères, en gros réfusant la solidarité européenne, non droit de vote pour les immigrants (!!!!), glorrifiant la propre histoire désastreuse, réfusant les réfugies (!!!!), une politique irrespecteuse avec l’être humaine, presque 0% immigration dans les Service Publique et Concours qui sont protectionnistes (surtout entre les cadres). Stop avec ce bla, bla des valeurs! Cela sert à rien. Surtout PS: Ouvrez la fenêtre (!!!), il faut plus doxygène. Quelques marionnettes ne sont pas assez. Faites une politique humaine et moderne!

  5. Mi B

    Vous avez donc le temps de répondre au Figaro, donc aux journalistes. Et si vous preniez le temps de recevoir l’intersyndicale et d’ECOUTER les enseignants envers qui vous ne manifestez que mépris? La réforme du collège est une réforme économique, vous le savez très bien, et vous êtes au service de l’OCDE: déclarer « élitistes » les dispositifs qu’on veut supprimer pour des raisons économiques, c’est exactement « qui veut noyer son chien l’accuse de la rage ». Les enseignants ne sont pas dupes.

  6. Dominique Pernoux

    Vous avez le soutien des nombreux enseignants réformistes qui refusent que perdure un système inégalitaire et de moins en moins adapté à notre époque. N’en déplaise à ceux qui, de fait, refusent tout changement de notre système d’éducation qui en a pourtant bien besoin, vos réformes vont dans le bon sens. Tenez bon Madame la Ministre !

  7. Basiez

    Cessez de penser à votre carrière Madame ! Cessez de faire croire que vous vous intéressez à nos élèves ; écoutez plutôt les enseignants, les vrais, c’est-à-dire ceux qui ont des élèves devant eux ; vous et vos sbires êtes en train de détruire l’école publique . Renseignez-vous un peu : désarroi, colère, envie de démission : voilà la réalité vécue depuis des mois dans les collèges.
    Je ne vous salue pas Madame ; vous n’êtes pas digne de respect ; vous jouez à la poupée qui aime les caméras mais vous ne connaissez absolument rien à notre boulot . Shame on you ! Et ne dites surtout pas que vous êtes de gauche !

  8. JCP

    Avez-vous jeté un œil sur les fameuses ressources en EMC mises en ligne par EDUSCOL ?
    Leur indigence est consternante.
    Des recettes pédagogiques formelles, parfois pertinentes, parfois indignes, mais rien sur le fond.
    Or, c’est le fond qui prime. Et il fait défaut.
    Cette vacuité est à l’image de ce que vous suggèrent vos conseillers ès réforme : ils prônent un formalisme contraignant et déstabilisant. C’est le fond qui en souffrira.
    Peu sont ceux qui en doutent.
    Hormis dans les salons pédagogistes, qui applaudit aux mesures que vous préconisez ?
    N’entendez-vous pas les protestations qui s’expriment chez les enseignants de terrain ?
    Votre communication, si habile fût-elle, ne saurait dissoudre le réel.

  9. Lefèvre

    Quel plaisir de lire des commentaires qui ouvertement démontrent les contrevérités de notre chère ministre!
    Des livrets????? Où ça?
    C’est incroyable d’entendre de telles inepties!
    2017 et nous serons comme cette bonne vieille reine des neiges!
    Libérés, délivrés!!!

  10. Anne-Marie CHAZAL

    Comment osez-vous écrire de telles contrevérités ? Comment pouvez-vous penser que quelqu’un, en dehors de ceux qui sont confortablement installés au ministère que vous êtes censée gérer et dont vous écoutez la parole à la fois mensongère et inepte, puisse donner quelque crédit que ce soit à une telle communication pleine de demi-vérités et d’affirmations gratuites ?
    Non, il n’y a aucune mobilisation de votre part pour défendre ce qui compte, l’enseignement et l’éducation des enfants ;
    non, vous n’avez convaincu personne du bien fondé d’une réforme délétère et inefficace dont le seul but inavoué mais réel est d’économiser des moyens financiers et humains ;
    non, vous ne défendez pas les vraies valeurs de la République mais celles de l’OCDE et des officines qui appuient un discours visant à la destruction de la culture au profit d’une politique sans idéal ni humanisme ;
    non, vous ne préservez pas la langue française puisque vous niez ses racines en essayant d’éradiquer l’études des Langues et Culture de l’Antiquité et vous ne ferez pas prendre vos ÉPIs pour une façon nouvelle et valable d’enseigner quoi que ce soit d’exigeant ;
    non, vous ne permettez pas l’ouverture sur le monde en supprimant les classes bilangues et les langues vivantes comme l’allemand sous prétexte que ce sont des « langues élitistes » !
    Si on ne peut jamais gagner à persévérer dans l’erreur, il y a au contraire beaucoup de grandeur et d’intelligence à la reconnaître et à la corriger : il est encore temps de le faire et d’accepter l’ABROGATION de la réforme du collège 2016 !

  11. Claire Vernisse

    Cette pseudo-réforme va à l’encontre de l’école républicaine, puisqu’elle prive nos jeunes de l’ascenseur social qu’étaient les options bilangues, classes euro ou encore le latin et le grec. Vous anéantissez tous les efforts du corps enseignant en supprimant de façon incohérente ce qui fonctionnait et donnait leur chance à tous, dans la plus reculée des REP. Proposer des options n’est pas élitiste mais une façon de donner accès à tous à l’échelle sociale. En privant les jeunes de ces enseignements, vous les maintenez au plus bas, alors qu’ils rêvent de hauteurs que vous feignez d’ignorer. Est-ce de la bêtise, de l’ignorance, un égoïsme carriériste maladif ? Nous oeuvrons sans fin, depuis toujours pour nos élèves à qui nous souhaitons de s’élever socialement, dans la mesure de leurs possibilités. Les en empêcher est indigne de votre fonction, criminel parce que source de désespérance. Abrogez cette réforme plus budgétaire que pédagogique et redonnez ses chances à une jeunesse qui mérite toutes les options, tous les choix, tous les espoirs.

  12. Prof de français

    L’engagement pour la maîtrise du français a été maintenu… Alors, là, il fallait oser!
    Quand on sait que les élèves de 6è en difficultés passent de 6 heures de français par semaine à 4h30, votre prétention à vous engager pour la maîtrise du français semble presque une provocation ! Vous abandonnez les enseignants et leurs élèves en rase campagne ! Vos injonctions pour maîtriser la langue française ne sont que des vœux pieux voire des éléments de langage si vous supprimez les moyens pour y parvenir!

  13. Frédéric AURIA

    Et recevoir l’intersyndicale pour faire une bonne réforme du collège, c’est pour quand ?
    Répondre au Figaro est une perte de temps, tout le monde sait que vous passez votre temps à dire la vérité et à faire ce que vous dites, dans l’intérêt général.
    Quand je pense que certains prétendent que vous n’êtes qu’une arriviste qui est aussi incompétente qu’arrogante et qui êtes prête à sacrifier l’Education Nationale puisque de toutes façons vos enfants n’y seront jamais scolarisés !

  14. Didier Jodin

    Totalement sourde à la colère des profs et à l’exaspération générale que provoque votre réforme, vous êtes en revanche attentive à ce que disent les journalistes.
    Il serait temps de comprendre que vous êtes ministre de l’Éducation Nationale.

Commentaires fermés.