Scolarisation des élèves présentant des troubles autistiques : 50 emplois dédiés pour l’année scolaire 2016-2017

Éducation nationale Publié le 26 février 2016

Pour rendre l’école toujours plus inclusive, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, donne la priorité cette année à l’adaptation des différents dispositifs de scolarisation pour répondre au mieux aux besoins des 260 000 enfants qui bénéficient aujourd’hui de parcours spécifiques.

Cette priorité se décline pour les élèves présentant des troubles autistiques ou des troubles envahissants du développement (TED), de plus en plus nombreux à être scolarisés dans les établissements scolaires : ils étaient 26 347 en 2014-2015 contre 23 545 l’année précédente. L’augmentation est de plus de 30 % en 4 ans. Les 2/3 des enfants bénéficient de l’aide d’un d’auxiliaire de vie scolaire et 14 000 sont scolarisés au titre d’une unité d’enseignement.

Dans la dynamique du troisième plan autisme, de nombreux efforts ont été accomplis afin de déployer une offre adaptée à la scolarisation des élèves avec TED, pour permettre une gradation de la prise en charge et une continuité des parcours. 30 nouvelles unités d’enseignement en maternelle ont ainsi été créées à la rentrée 2015. Elles s’ajoutent aux 30 unités ouvertes dans les écoles maternelles dès la rentrée 2014 afin de faciliter la scolarisation des enfants présentant des troubles du spectre autistique, en s’appuyant sur le déploiement d’interventions précoces, personnalisées, globales et coordonnées telles que recommandées par la Haute autorité de santé.

Lors de l’année scolaire 2016/2017, ce sont 50 nouvelles unités d’enseignement en maternelle qui seront installées. Pour mieux répondre aux besoins de ces très jeunes enfants, certains départements disposeront ainsi de 2 dispositifs.

Avec ces 50 emplois dédiés, 110 unités d’enseignement en maternelle auront été créées pour la scolarisation des jeunes enfants présentant des troubles autistiques.

Ces initiatives seront prolongées par Najat Vallaud-Belkacem afin de renforcer la scolarisation en milieu ordinaire qui permet de meilleurs résultats éducatifs pour les élèves, ainsi qu’une plus grande ouverture à la différence de la part des autres élèves.

Tags : ,

7 commentaires sur Scolarisation des élèves présentant des troubles autistiques : 50 emplois dédiés pour l’année scolaire 2016-2017

  1. Céline REBOUT

    Madame,

    En lisant cet article on pourrait croire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes concernant la scolarisation des élèves souffrant de TED.

    Actuellement AVS, c’est un métier qui me passionne et que j’adore, mais je suis en CUI. Mon contrat se termine fin mars. Il se trouve que j’accompagne un élève souffrant de TED… avec la fin de mon contrat cet élève va se retrouver face à la difficulté en cours d’année scolaire de changer d’accompagnateur.

    Médecin scolaire, psychologue scolaire, association qui accompagne l’élève ont tous demandé à ce que je puisse rester auprès de lui, cet enfant réagissant mal aux changements.

    Mais AVS nous ne somme que des précaires, des contrats courts, en temps partiels utilisé comme des mouchoirs jetables. Nous allons être une quarantaine à finir notre contrat, et du coup en ce moment a lieu une grande campagne de recrutement d’AVS en CUI afin de pouvoir nous remplacer.

    Nous avons tous 2 ans d’expérience, nous avons été formés mais nous allons être remercié afin d’être remplacés par d’autres personnes n’ayant souvent aucune expérience… qui eux même seront remerciés dans 2 ans !

    Tout cela pour une question financière, nous coûtons beaucoup moins cher en contrat aidé, donc les rectorats en usent et en abusent, et ne se gênent pas pour laisser leur personnel très investis, dans des situations très précaires.

    J’ai demandé à continuer avec un contrat AESH, mais sur mon académie (Toulouse) aucun poste disponible en CDD.

    Je pense que pour accompagner au mieux ces élèves il faudrait se décider à revoir ce système de contrat précaire pour leurs accompagnants !

    En vous remerciant de l’attention apportée

  2. Chapeau laura

    Madame la ministre .
    J’ai été AVS pendant 2 ans . Ce fut pour moi les plus belles années de ma vie . Ce métier est très enrichissant . malheureusement mon contrat c’est fini en décembre 2015 . Depuis je me bats pour retravaillé dans ce domaine . Je suis faites pour travaillé dans ce domaine . Cette création de poste serai pour moi une chance inouï pour re exercé le métier qui me tiens le plus à coeur . Et je me battrai pour ses enfants .

  3. RACHMA86

    Je viens tout juste de signer mon contrat de travail en temps qu’Auxiliaire de Vie Scolaire.Je débute mardi 1er mars 2016 avec grand plaisir car j’apprécie de travaillé auprès des enfants.
    Madame La Ministre vous devriez faire changer la durée des contrats d’Auxiliaire de Vie Scolaire pour permettre aux enfants qui sont dans le besoin d’avoir la même personne tout au long de sa scolarité.
    Vous avez absolument raison de vouloir créer des emplois pour aider les enfants qui ont un handicap quelque soit sa forme. Voilà les règles fondamentales de notre République.
    Bravo Madame La Ministre pour votre projet.
    Je vous soutiens à 300%.

  4. Lasri Nadia

    Bonjour ayant travaillé 13 ans dans l’éducation nationale j’aimerais postuler pour un poste en septembre .j adore travaille avec les énfants mon contrat s’est terminé en août 2015 ét j’aimerais vraiment retrouver un poste merci

  5. Bonadonna josiane

    Madame la Ministre,
    Je ne doute de votre volonté de bien faire mais scolariser des enfants autistes dans des classes « à part » dès la maternelle ne me semble pas être une bonne mesure. Un enfant autiste, bien accompagné par ailleurs (psychologie comportementale, orthophonie, psychomotricité…), va entrer dans le mimétisme et apprendre beaucoup de ses pairs s’il est en inclusion dans une classe ordinaire avec des enfants qui n’ont, eux, pas de troubles de développement. L’école inclusive, ce n’est pas être en inclusion uniquement pendant les récréations ou lors des pauses déjeuners. L’Education Nationale doit permettre aux classes « ordinaires » d’accueillir ces enfants. Les mesures qui me paraissent nécessaires sont de réduire les effectifs, faciliter la formation des enseignants accueillant ces élèves et les valoriser, enfin, attribuer des aides humaines et outils pédagogiques nécessaires. Je vous en conjure, ouvrez des classes, des écoles si besoin. Ces enfants ont beaucoup à apporter aux autres. Aux enseignants, un élargissement du champs pédagogique et plus encore et aux autres élèves une ouverture au monde, à la tolérance et à l’acception de la diversité et de la différence. Le handicap tel que l’autisme n’est pas un frein, mais une richesse pour tous !

  6. Breye

    A mon avis pour ces gosses il faut utiliser le principe des classes de neige ::::1/2 temps école et 1/2temps avec des animaux , par exemple la classe dans une ferme ou même carrément une école dans une ferme ou dans un ara avec les chevaux :::: je précise qu’en disant cela je ne dégrade pas ces gosses mais qu’une vie au naturel est beaucoup plus acceptable, que notre vie stressante

Commentaires fermés.