Loi travail : lycéens et étudiants sont légitimes à prendre part au débat


Les organisations étudiantes et lycéennes, qui appellent à manifester mercredi contre le projet de loi travail, sont « tout à fait légitimes à vouloir prendre part au débat« , a estimé mardi Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur sur France Info, mardi 8 mars 2016.

« Je ne considère pas qu’il y aurait des sujets pour les jeunes et des sujets pour les grandes personnes« , a-t-elle estimé. « Les jeunes, ce sont les futurs salariés, cette loi précisément répond à la question de l’entrée dans le monde du travail« . Elle « vise à réduire le chômage que nous connaissons comme une fatalité depuis plusieurs décennies » et « les règles du jeu qui veulent aujourd’hui que 70 % des entrées dans le monde du travail se fassent en CDD« .

Interrogée sur le niveau de mobilisation à partir duquel le texte serait compromis, la ministre a rétorqué: « Bien sûr qu’on suit tout ça avec attention, mais moi je ne fais pas de météo sociale« .

« On ne peut pas être gouverné par la crainte, on gouverne par la conviction, ce qui nous reste à faire c’est de convaincre le plus largement possible« , a-elle ajouté.

Alors que le projet de loi fait l’objet de discussions avec les partenaires sociaux, elle s’est dite confiante dans « notre capacité à arriver à un texte ambitieux, qui concilie à la fois nécessité de prévisibilité et souplesse pour les employeurs, et notamment les PME, et en même temps nécessité de sécurité, de protection pour les salariés« .

Éducation nationale Publié le 8 mars 2016

Tags : , , ,

2 commentaires sur Loi travail : lycéens et étudiants sont légitimes à prendre part au débat

  1. prof exaspérée (le mot est faible)

    Madame la ministre, je vous invite à mettre en ligne (si vous osez) la suite de cet interview ou vous avez, avec une vulgarité qui ne vous honore pas, parlé de « bruits de chiottes » en faisant allusion à la supposée démission de Manuel Valls.

    J’étais dans ma voiture, me rendant dans mon école, ou je m’évertue tous les jours à inculquer des règles de savoir-vivre à mes petits élèves, où je réprimande l’usage de mots ou expressions vulgaires, où je prends plaisir à enseigner une syntaxe riche avec un vocabulaire diversifié…. bref où j’exerce mon métier que j’aime.
    Oh, je ne peux pas dire que je vous tenais avant ce « dérapage » en haute estime, loin de là, surtout depuis que vous avez décidé de massacrer à coup de réformes emporte-piécées notre Education Nationale déjà bien affaiblie, mais là, les bras ont failli m’en tomber !

    J’espère que des excuses suivront… c’est la moindre des choses.

  2. DESCHAMPS

    je ne suis pas « jeune » ( 38 ans dans l’EN.) mais retraité, avec toute mon estime pour votre déclaration que j’ai entendue ce matin à la radio, et largement tronquée dans le résumé ci-dessus.

Commentaires fermés.