Une augmentation de tous les enseignants mais aussi la valorisation et la reconnaissance de leur engagement


Ce mardi 31 mai 2016, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, était l’invitée de BFMTV-RMC pour présenter de nouvelles mesures de modernisation et de revalorisation de la carrière des personnels enseignants, d’éducation et d’orientation. Tous les enseignants seront mieux rémunérés et mieux accompagnés. L’engagement du personnel de l’Éducation nationale, au sein d’un réseau d’éducation prioritaire par exemple, sera reconnu et valorisé.

Najat Vallaud-Belkacem a annoncé une rénovation de l’évaluation professionnelle des enseignants, qui sera plus transparente et qui valorisera l’engagement :

Éducation nationale Publié le 31 mai 2016

5 commentaires sur Une augmentation de tous les enseignants mais aussi la valorisation et la reconnaissance de leur engagement

  1. Jean-Igor Ghidina

    Madame la Ministre,

    Si vous entendez vraiment revaloriser tous les enseignants, il ne faut pas oublier les enseignants-chercheurs qui sont titulaires d’un doctorat ou d’une habilitation (HDR), soit bac +8/+12.

    Ces personnels contribuent non seulement à la formation et à l’insertion professionnelle des étudiants, mais aussi au rayonnement des universités françaises.

    Il me semble qu’il est nécessaire de garantir une gradation des rémunérations qui tienne compte du niveau d’études et de qualification, sinon vous risquez de tarir les vocations, comme l’a mis en exergue à juste titre un collègue et d’exacerber un sentiment de frustration voire d’exaspération face à une politique ministérielle que l’on pourrait considérer comme pusillanime pour l’université et ses représentants.

    Je vous prie de croire, Madame la ministre, à mes salutations respectueuses.

  2. Blanc Philippe

    Madame la Ministre,
    N’oubliez pas que les chercheurs et IT des EPST font aussi partie des personnels dépendant de votre ministère. Si la revalorisation des enseignants du primaire et du secondaire était une nécessité, il est particulièrement douloureux de constater que nous sommes les moins bien payés de tous les fonctionnaires, cela malgré la nécessité de l’obtention d’une thèse (BAC +8), bien souvent de plusieurs années de post-doctorat et le passage par des concours extrêmement sélectifs (régulièrement 30 candidats pour 1 poste).
    Considérez également que c’est en une semaine le deuxième très mauvais message à destination du monde de la recherche. Difficile de continuer à susciter des vocations et à travailler sereinement dans de telles conditions.

    Donc merci pour les autres et sincères condoléances à mes collègues du supérieur.

  3. Etienne Ph

    Tout à fait d’accord avec mon collègue Sylvain qui dresse un bilan très juste de la situation actuelle des EC. A cela, on peut également ajouter une chute libre des ouvertures de postes de PR (gelés ou supprimés dans la plupart des universités), conséquence directe de la LRU, entrainant notamment résignation et démotivation chez certains (voire la plupart) collègues MCF HC qui ne voient plus aucune perspective d’évolution de carrière, et ce dès 45 ans. Le bilan de la situation est non exhaustif puisque la liste des dysfonctionnements actuels serait bien trop longue pour être énumérée ici. Mme la Ministre, il n’est sans doute pas trop tard pour faire évoluer les choses et maintenir (voire booster) la compétitivité internationale de la recherche française.

  4. Diquélou Sylvain

    Madame la Ministre,
    N’oubliez pas que les enseignants chercheurs font aussi partie de tous les enseignants. Si la revalorisation des enseignants du primaire et du secondaire était une nécessité, il est particulièrement douloureux de constater pour les enseignants du supérieurs que les maîtres de conférences en fin de carrière seront désormais potentiellement les enseignants les moins bien payés de tout le système éducatif français, cela malgré la nécessité de l’obtention d’une thèse (BAC +8), bien souvent de plusieurs années de post-doctorat et le passage par des concours extrêmement sélectifs (régulièrement 30 candidats pour 1 poste).
    De grâce, ne parlez pas de tous les enseignants, mais des enseignants jusqu’au secondaire. Considérez également que c’est en une semaine le deuxième très mauvais message à destination du monde de la recherche. Difficile de continuer à susciter des vocations et à travailler sereinement dans de telles conditions.

    Donc merci pour les autres et sincères condoléances à mes collègues du supérieur.

  5. Desgrois Didier

    Madame la Ministre, Madame Najat Valaud-Belkacem,
    – Merci pour l’augmentation significative des salaires des Professeur(e)s des écoles du premier degré dans le cadre du protocole « Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations ».
    – Les enseignants du premier degré étaient depuis très longtemps « les oubliés » de l’éducation nationale (pourtant maillon indispensable) en terme de rémunération/carrière par rapport aux autres corps travaillant dans ce Ministère.
    – Maintenant, les enseignants français du premier degré vont enfin pouvoir prétendre à des salaires équivalents à la plupart des autres pays européens.
    Merci pour cette reconnaissance !

Commentaires fermés.