Concours enseignants pour l’année 2017 : près de 190 000 candidats inscrits

Éducation nationale Publié le 31 octobre 2016

Les inscriptions à la session 2017 des concours externes de recrutement d’enseignants des premier et second degrés et de conseillers principaux d’éducation , sont closes depuis le 13 octobre et font apparaître cette année encore une hausse du nombre des candidats inscrits , alors que le nombre de postes offerts aux concours se stabilise.
Cette année, ce sont 30 991 postes qui sont offerts à l’ensemble des concours de recrutement d’enseignants et de conseillers principaux d’éducation de l’enseignement public :
– pour le premier degré, 13 031 pour l’ensemble des concours de professeurs des écoles ;
– pour le second degré, 13 600 aux concours externes et troisième concours (17 960 avec l’ensemble des concours).

concours-postes-ouverts

 

 

 

 

 

 

 

 

Au total, 189 885 candidats se sont inscrits aux concours ; un chiffre en hausse de 5,0% par rapport à l’année dernière et près de deux fois plus important qu’à la fin du précédent quinquennat. Le nombre d’inscrits s’établit à un niveau similaire à celui connu vers 2008, c’est-à-dire avant les suppressions de près de 80 000 postes dans l’Éducation.

inscfits-aux-concours

 

 

 

 

 

 

 

Najat Vallaud-Belkacem se félicite de ces bons chiffres qui confirment un engouement retrouvé pour le métier enseignant et permettent d’espérer un nombre de lauréats à la hauteur des besoins de recrutement. La création de 54 000 postes dans l’Education nationale, le rétablissement d’une formation initiale, la revalorisation de l’ISAE à 1200 euros dans le 1er degré à la rentrée 2016 et la revalorisation de l’ensemble des carrières enseignantes au 1er janvier 2017 (PPCR) ont permis d’encourager de nombreux étudiants à faire le choix de l’enseignement et de progressivement renouveler l’attractivité des métiers de l’Éducation nationale.

Dans le premier degré , le nombre d’inscrits a progressé de 5,3% avec 86 409 inscrits . Dans le détail, sur 30 académies, 19 connaissent une progression du nombre d’inscrits au CRPE, 9 sont quasiment stables (entre -2,5% et +2,5%), 2 sont en baisse (Besançon et Paris). Les territoires « sous tension » connaissent un nombre d’inscrits stables cette année : ainsi, l’académie de Créteil totalise 6 223 inscriptions contre 6 303 en 2016 et l’académie de Versailles, 6 194 inscrits contre 6 111 en 2016.

Dans le second degré le nombre total d’inscrits progresse de 4,7% avec 103 476 inscrits . Il est particulièrement intéressant de noter une stabilisation ou une progression sensible des inscriptions dans les disciplines dites déficitaires. Ainsi, le nombre d’inscrits augmente :

–         au CAPES de mathématiques de 4,5% (6 531 inscrits),

–         au CAPES de lettres modernes de 9,0% (4 320 inscrits),

–         au CAPES de lettres classiques de 14,2% (266 inscrits).

En langues vivantes,  le nombre d’inscrits aux CAPES d’anglais (4 947 inscrits, +112), d’espagnol (3 549 inscrits, +362) augmente. Le chiffre reste quasiment stable pour les CAPES d’italien (825 inscrits, -29), d’allemand (688 inscrits, -18), de chinois (204 inscrits, +31) et de portugais (132 inscrits, +9). 70 personnes se sont par ailleurs inscrites à la première session du CAPES de japonais.

 

Tags : ,

6 commentaires sur Concours enseignants pour l’année 2017 : près de 190 000 candidats inscrits

  1. Ricercar

    Pourquoi ne signalez-vous pas qu’à la session 2016 du CAPES de mathématiques, malgré un nombre d’INSCRITS en forte hausse (5365 contre 4529 en 2015), il y a eu moins de candidats à COMPOSER RÉELLEMENT qu’à la session 2015 (2251 contre 2280) et que tous les postes n’ont pas été pourvus ? Ces chiffres ne veulent pas forcément dire grand-chose, il serait plus prudent d’attendre l’issue du concours avant de « se féliciter » (ce qui semble être le sport favori de ce ministère)…

  2. Hassan

    Que peuvent « supporter » ceux/celles qui ne supportent pas, ou trop peu, dans son ensemble, la réussite…, pourtant, assez récemment et outre quelques synonymes élémentaires et citoyens comprenant et satisfaisant le sens égal et commun de la perspective individuelle et collective des âges, et des études, l’Ecole n’a ni pris l’air ni escompté le degré d’une montagne ou d’un désert…

    Comme beaucoup le savent, un nombre important de (grandes) valeurs est indiscutable, incontournable, indispensable, qu’en est il alors aujourd’hui de l’équilibre, sociétal soit-il…

    Bien à Vous…

    Merci…

  3. pierre

    @Laura M.
    Merci Laura M. de votre commentaire.
    L’augmentation annoncée du nombre d’élèves apprenant l’allemand cette année est un trompe l’œil.
    Cette augmentation qualifiée « d’historique » s’explique par une situation exceptionnelle : deux classes d’âge au lieu d’une commencent cette année l’apprentissage d’une LV2, en 5e (LV2 avancée) et en 4e (ancien dispositif, mais nouvel horaire, soit 5 heures au lieu de 6 sur les deux dernières années du collège).
    Le nombre d’élèves débutant une LV2, quelle qu’elle soit, a donc mécaniquement progressé par comparaison avec 2015 et cette augmentation concerne aussi l’allemand. Pour permettre une véritable comparaison, le ministère devrait également fournir les chiffres concernant l’espagnol, l’italien, le portugais.
    L’allemand n’est pas enseigné que dans les « beaux quartiers ». La suppression des classes bi-langues et européennes supprime une chance de mixité sociale dans les collèges de zones d’éducation prioritaire.
    Quoiqu’il en soit, le nombre de candidats au C.A.P.E.S. d’allemand diminue.

    Respectueusement.

  4. Laura M.

    @Pierre
    Ras-le-bol des soit-disant amoureux de l’Allemand et de son enseignement mais qui n’ont cessé de crier à la mort de l’Allemand. Normal qu’ensuite les candidats ne se précipitent pas aux concours. Alors même que le nombre de germanistes a augmenté de 6% avec la réforme du collège et un enseignement avancé en 5ème pour tous les élèves.
    Ras-le-bol de ce malthusianisme qui voudrait que l’Allemand soit enseigné de manière plus précoce à 10% des élèves triés sur le volet … Quelle honte.

  5. pierre

    Étrange stabilité pour le nombre d’inscrit au C.A.P.E.S. d’allemand qui est en recul en réalité de 18 candidats selon le ministère lui mème.!!!
    Pour l’allemand, on assiste à la poursuite d’un recul du nombre d’inscrits en lien direct avec la réforme du collège qui a supprimé les classes bi-langues et européennes.
    Il faut rappeler que le nombre d’inscrits n’est pas le nombre de reçus.
    Il faut donc s’attendre à un nouveau recul du nombre de professeurs d’allemand reçus au C.A.P.E.S. pour l’année prochaine.
    Inévitablement, la filière universitaire va être impactée.
    Ces conséquences désastreuses pour l’enseignement de l’allemand ont déjà été dénoncées par l’ensemble des professeurs d’allemand ainsi que par les associations de défense de l’enseignement de l’allemand.
    Nos voisins d’outre Rhin voient d’un très mauvais œil cette réforme qui diminue le temps hebdomadaire d’exposition à la langue des élèves et qui complique considérablement les échanges franco-allemand.

Commentaires fermés.