Numérique éducatif : lancement de 22 innovations pour repérer celles qui marchent

Éducation nationale Publié le 31 janvier 2017

Jeux sérieux, Twictée, réalité virtuelle, apprentissage de l’écriture sur tablette: la ministre de l’Éducation, la Caisse de dépôts et le Commissariat général à l’investissement ont présenté mardi 22 projets retenus pour des innovations dans le domaine du numérique éducatif.

L’État contribuera au financement de ces projets à hauteur de 20 millions d’euros dans le cadre de l’appel à projets e-Fran, qui fait partie du programme investissements d’avenir (PIA).

« L’innovation, la recherche dans le système éducatif, ça existe, nous les rencontrons ce matin » (mardi), a salué Najat Vallaud-Belkacem, lors d’une conférence à la Caisse des dépôts.

« Le gouvernement veut faire entrer le numérique dans les pratiques pédagogiques et à terme en banaliser l’usage« , a indiqué Nicolas Chung, conseiller du patron de la Caisse des dépôts et directeur de la mission PIA. L’objectif est de « faire le tri et valoriser celles qui marchent vraiment« .

Les collectivités locales consacrent au numérique éducatif « une part croissante de leur budget éducation, et si elles n’ont pas à se prononcer sur les usages pédagogiques, elles veulent très légitimement s’assurer que ces investissements sont efficaces« , a-t-il relevé.

Il existe aussi un enjeu industriel, avec la constitution d' »une filière du numérique éducatif prometteuse« .

« Si ces expériences réussissent, elles seront étendues« , a souligné Louis Schweitzer, Commissaire général à l’investissement.

Parmi les projets présentés, Ludo, piloté par le spécialiste de la psychologie cognitive Stanislas Dehaene, porte sur un logiciel pour « l’apprentissage ludique » des nombres et la lecture en grande section de maternelle. Ce projet, qui sera expérimenté dans 50 écoles des académies de Poitiers et Nice, comporte un algorithme pour s’adapter au niveau et aux progrès de chaque enfant.

Le projet Fluence se concentre sur le développement d’une lecture rapide et aisée, dans une optique de prévention des difficultés en primaire et de remédiation au collège.

Au total, 158 écoles, 104 collèges et 48 lycées sont concernés par les expérimentations, qui impliquent 24 collectivités territoriales, 20 entreprises, 58 unités de recherche, 25 établissements de l’enseignement supérieur, dix écoles supérieures du professorat et de l’éducation (Espé) ainsi que douze associations.

Tags : , ,