Allez l’OL !

J'aime ! Publié le 5 avril 2007

OL Comme tous les supporters de l’OL, j’ai été triste de la défaite contre Bordeaux en finale de la Coupe de la Ligue samedi au Stade de France. Malgré une nette domination, les Lyonnais ont pris ce malheureux but en toute fin de match. C’est vraiment rageant ! Mais c’est peut-être aussi cela qui fait toute la magie de ce sport qui concentre toutes les émotions.

Passée la déception, regardons l’avenir d’un œil positif et surtout, continuons de soutenir notre équipe. Car au fond, l’OL est aujourd’hui en passe de réaliser le plus grand exploit de l’histoire du football français : remporter six fois d’affilée le championnat ! Seuls les plus grands clubs sont capables de telles performances. Alors oui, plus que jamais je dis « Allez l’OL ! », car qui aurait imaginé, il y a quelques années seulement, un tel scénario ?

Tags :

15 commentaires sur Allez l’OL !

  1. lopez

    C’est triste pour l’ol;il reste le championnat.mais quelle grosse déception tout de meme.l’ol a besoin de faire ce que le parti socialsite a timidement commencé:la grande lessive.nouvelles tetes,nouvelles generations.mais je n’ai pas trop d’inquiétude pour eux.avec ben arfa et benzema ,on a des graines de champion a condition qu’on ne nous les prenne pas a l’étranger.

  2. Gérard ELOI

    @ Asse

    Je me rappelle de la grande époque des Verts, avec Janvion Farison, Lopez, Piazza, Revelli, Rocheteau,…

    C’est parfois dur de discuter, mais si je rapporte seulement une voix, et qu’elle est décisive, j’aurai encore gagné un match !

    Je suis un peu Illuminé, parce que admirateur de Nerval !

    Bonne journée, cordialement

  3. asse42

    Gérard je vois que c’est dur de discuter avec un aveugle qui persiste à croire les âneries qu’on lui a dites. Prétendre que Ségolène Royal c’est tout pour le capital, c’est la précarité des salariés, … et j’en passe. C’est du grand n’importe quoi. Autant essayer de discuter avec une porte de prison, c’est aussi intéressant.
    Nous avons d’autres choses à faire que de discuter avec des illuminés inconscients et dons dangereux pour notre société puisqu’ils préférent voir Sarkosy au pouvoir plutôt qu’un gouvernement de gauche qui appliquerait exactement, mais de façon réaliste, les principaux points demandés par ces gauchistes!

    Un petit clin d’oeil à Najat en lui disant que moi je suis supporter de l’ASSE et que je l’attends pour les derbys futurs en toute amitié!

  4. Gérard ELOI

    Robespierre,

    Je suis de ton avis sur bien des points…
    Et tu seras étonné du nombre de mesures proches de ce que tu attends Mme Royal sera capable de prendre.

    Retrouvons, dans son pacte présidentiel ses volontés sociales, sa volonté de négocier sérieusement avec les banques et l’OMC,…

    Quant aux entreprises,…
    Il est temps de faire la distinction entre PME et mutinationales qui délocalisent à tour de bras.

    Ségolène veut aider les PME pour leur permettre d’embaucher. Et en ayant prévu des créneaux non délocalisables, parce que s’appuyant sur les spécificités régionales.
    (Mais je vais pas tout recopier : mon épycondilite me retravaille méchamment, depuis que la campagne meprend dix quand c’est pas douze heures par jour ! Cherche un peu, ou crois moi sur parole.)
    Quant aux multinationales, Ségolène veut ouvertement -enfin- "les mettre au pas".

    En préparant (en coopération avec ‘Europe, puis le Monde) sérieusement l’ère de l’après pétrole, en luttant efficacement contre les délocalisations,…

    Quand on observe aussi le volet environnement (ô combien important) de son programme, on conclut qu’il est mathématiquement impossible de faire mieux !

    Tu n’es pas obligé de me croire, et je respecte tes opinions (qui me rappellent mai 68…).
    Je regrette que nos routes, qui ont des points communs, ne soient que parallèles…donc ne se rejoindront jamais !
    Cordialement.

  5. robespierre

    Oui, le programme de Mme Royal a le mérite d’être clair… une véritable aubaine de plus pour les patrons, pour plus de flexibilité et de précarité au final. C’est de la véritable poudre aux yeux, un concentré de tout ce qu’on a pu voir dans les gouvernements de gauche comme de droite ces dernières années !
    Cela ne marche pas !!!
    Et celui de me dire que décidément, et plus encore après avoir vu le "clip" centre-droite de Ségo, il est grand temps de remettre les préoccupations sociales au coeur de la campagne, et ce sans compromis avec le "monde de l’entreprise" ! Comment demander la "réconciliation des Français" avec lui alors que le constat est calamiteux en termes d’inégalité du partage des richesses, en termes de logement !
    Jamais l’accélération des subventions aux entreprises, des déductions fiscales et des privatisations n’a été aussi forte que sous Mitterrand puis Jospin. Et ce n’est pas Ségolène Royal qui va changer cela, bien au contraire ; elle est même plus à droite que la majorité du parti !
    Que Ségo ose dire "comme nous le permet la LOI, réquisitionnons le million de logements vides appartenant aux assurances et aux banques, qui sont les principaux acteurs de la flambée de l’immobilier, qui grève le budget des ménages et engendre 3.5 millions de mal-logés", et je voterai pour elle.
    Que Ségo ose dire "nous sommes tous enfants d’immigrés, l’identité française c’est notre capacité à dépasser les replis identitaires et à porter des valeurs UNIVERSELLES", et je voterai pour elle !
    Que Ségo ose dire "je reviens sur la réforme des retraites, la privatisation des services publics", bref les lois de droite, et je voterai pour elle !
    Que Ségo ose dire "proportionnelle intégrale" et je voterai pour elle !
    Que Ségo ose dire "arrêtons de subventionner et de défiscaliser les entreprises qui font des profits gigantesques, au profit de ceux qui créent ces profits, les travailleurs !" et je voterai pour elle.
    Autant de mesures de gauche, autant de déclarations absentes du discours de Ségo, qui clame du vague, des principes, son histoire personnelle mais n’est capable de pondre que des projets de droite à coloration rose pastel !
    J’imagine la déception de nombreux jeunes socialistes de voir le discours de leur candidate. J’ai les boules pour eux…
    Ras-le bol ! Dans la France d’aujourd’hui, il nous faut un retour de la vraie gauche, de la gauche de COMBAT !

  6. Gérard ELOI

    Je ne trouve pas juste cette répartition des richesses.

    Mais, en lisant bien son programme, on doit se rendre compte que Ségolène ne trouve pas juste cette répartition non plus.

    Et elle a l’intention de réaliser tout ce qui est réalisable dans ce domaine, comme dans d’autres (environnement, éducation et formation,…)

    Nous devons faire savoir qu’elle est notre seule chance !

    Je présume que tu ne vois pas Besancenot Président ?

    Alors, le vote utile, c’est Ségolène !

    Je voterai pour elle pour ses qualités, vote "par défaut" si tu veux, comme on dit en maths…

    Et puis, quand elle sera Présidente, vote LCR aux législatives, de façon à ce que vous ayez une représentativité dans la majorité !

    Et on revivrait une TOTALE union de la gauche !!!!!!!!!!!

    Avoue que j’ai de bonnes idées!

  7. robespierre

    Bien entendu que les entreprises doivent faire des profits, mais au profit de QUI ?
    Ce que je trouve anormal Gérard dans ces bénéfices, c’est que le rapport capital-travail soit de 40/60, contre 30/70 au début de l’ère Mitterrand.
    Il n’y a jamais eu autant de profits en France. Trouves-tu juste la redistribution des richesses ?

  8. Gérard ELOI

    Tu trouves que les entreprises ne doivent pas faire de profits ?
    Mais alors, comment vont-elles payer leur personnel ?

    Les idées de Ségolène sont novatrices, d’accord.
    Mais elle encourage le "profit" dans un but à la fois de relance économique et SOCIAL: grâce aux profits réalisés par une compétitivité retrouvée, nos entreprises pouroont engager, au lieu de licencier et délocaliser, et fournir du travail pour tous !

    J ‘ crois !
    Relis le pilier "Relancer la croissance pour travailler tous" du pacte présidentiel.

  9. robespierre

    communiqué LCR :
    La candidate du PS, Ségolène Royal, mise sur la seule peur de Sarkozy pour gagner l’élection présidentielle.
    Qui a dit : « Je dis aux entreprises : faites des profits, il n’y a pas de honte à faire des bénéfices. Il faut sortir de cette idéologie punitive du profit » ? Nicolas Sarkozy ? Raté, c’est Ségolène Royal. Décidément, rien ne l’arrête. Au moment où, malgré les profits affichés, les plans de licenciements s’amoncellent provoquant rage et dépit pour des centaines de milliers de familles, et à quelques encablures de l’élection, Ségolène Royal fait le choix d’afficher ses sympathies aux patrons à la « une » de la revue Challenges.

    Les rédacteurs de la revue le soulignent eux-mêmes : « Jamais aucun dirigeant socialiste – pas même Michel Rocard – n’était allé aussi loin dans la rupture avec les origines guesdistes du parti. » Ils mettent ainsi le doigt sur la mutation du Parti socialiste qui est engagée. Inachevée, cette mutation consiste à moderniser le vieux parti pour le débarrasser définitivement de ce qui reste de l’héritage des deux siècles précédents. Le moderniser pour qu’il ressemble au Labour britannique ou à la social-démocratie allemande et puisse, sans que cela ne génère trop de contradictions en son sein, durer au pouvoir sur la base d’un projet libéral tempéré. Le programme mis en avant par la candidate se situe dans cette logique. Il s’agit de trouver un point d’équilibre pour une situation instable, baptisé «ordre juste ».

    C’est pour cela que, si elle indique aux patrons qu’ils ne doivent pas avoir honte de s’enrichir, elle ajoute deux limites : il faut que « l’argent soit honnêtement gagné », et qu’il « soit correctement redistribué ». En d’autres termes, le libéralisme, tempéré par la morale comme philosophie économique et sociale. Du coup, on ne trouvera aucune mesure concrète pour organiser cette redistribution des richesses ni, a fortiori, pour en fixer le niveau. Sans s’attaquer aux profits, avec Royal comme présidente, on peut avoir « l’ordre », mais il ne faudra pas espérer avoir la « justice » sociale.

    On promet le Smic à 1 500 euros, mais brut, et dans cinq ans. Quand Libé demande à la candidate quelles mesures elle prendra dans les 100 premiers jours – symboliques d’une volonté politique -, elle annonce une timide réforme institutionnelle, où l’on insère une dose de proportionnelle. Pour l’emploi, elle avance une nouvelle mesure, censée favoriser l’emploi des jeunes, le « contrat première chance », un dispositif qui s’inspire des emplois jeunes de Jospin-Aubry et qui n’offre en rien un avenir de stabilité professionnelle aux jeunes. Bien entendu, on ne trouve nullement mention d’une quelconque volonté politique pour entraver les licenciements, pour organiser un partage du temps de travail qui génère de l’emploi sans favoriser la précarité et les bas salaires.

    Si l’on peut enregistrer des inflexions positives dans le dispositif contre les violences faites aux femmes, on ne trouve rien pour imposer l’égalité salariale ou pour en finir avec le temps partiel imposé.
    Royal ne dit rien de la réquisition des logements vacants.
    Elle ne propose pas de retour sur les privatisations de la droite.
    Pas d’annulation du plan Fillon sur les retraites.

    Enfin, s’il est positif que Ségolène Royal soit allée visiter les grévistes de Peugeot Aulnay, elle s’est contentée d’administrer aux patrons une leçon de morale, pour leur dire qu’il faut qu’ils négocient. Elle s’est bien gardée de dire qu’elle soutient les revendications des travailleurs de cette entreprise, notamment l’augmentation de 300 euros immédiate des salaires, qui ne figurent évidemment pas dans son programme !

    Vous avez dit utile ? Derrière « l’ordre juste », il y a la bonne vieille idéologie de la collaboration entre les classes. Il n’y aurait plus d’ouvriers et plus de patrons. Il n’y aurait que des Français, dont les relations ont besoin d’être apaisées, qui ont besoin du parapluie de la République protectrice. Une République et une nation qu’elle entend elle-même – en toute modestie – incarner et que résume son nouveau slogan, « La France présidente ». Exalter le patriotisme, faire entonner La Marseillaise et demander de mettre le drapeau au balcon ne répond en rien à l’urgence sociale. Tout au plus, cela aggrave le brouillage des repères. Beaucoup ne font plus la différence entre la gauche et la droite. Assujetie à l’impôt de solidarité sur la fortune, Royal n’arrive pas à faire souffler le vent de l’espoir du côté des couches populaires. Il ne reste au PS qu’à jouer sur la peur, celle de son élimination au premier tour. Il ne faut pas céder à ce chantage. Au premier tour, il faut choisir. C’est au second que l’on élimine. Si, le 6 mai, la droite est défaite, ce que nous souhaitons tant le projet de Sarkozy fait peur, il y aura bien besoin d’une opposition de gauche la plus forte possible. Et son poids dépendra de deux éléments : de son audience dans les urnes le 22 avril, et de la capacité des travailleurs à imposer l’urgence sociale par leurs luttes.

  10. Gérard ELOI

    Réponse à Whynot :

    -les CPC sont dans le cadre des "emplois tremplins" définis dans le pacte présidentiel.
    (Voir sur desirsdavenir le volet 3, du travail pour tous).

    Grosso modo, il s’agit de créer 500 000 emplois pour les jeunes, en coopération avec les PME.
    Ces emplois seront financés pendant six mois par l’Etat ou les Régions.
    (D’accord, cela va coûter. Mais si les jeunes restaient au chômage, cela coûterait aussi ! ).

    Les objectifs de l’opération : redonner de la compétitivité aux entreprises, (dans des créneaux comme spécificités régionales, énergies nouvelles, créneaux…non délocalisables), compétitivité qui DOIT leur permettre d’embaucher avec CDI ceux qui sont arrivés en "tremplin" !

    Audacieux ? Oui, mais il était temps d’oser enfin quelque chose face à une situation mondiale que nous maîtrisons de moins en moins…

    Situation que Ségolène a la volonté d’ améliorer, en négociant fermement avec l’OMC, les banques, …

    Si rien n’est fait, si l’on tombe dans le programme Sarkozy, c’est Marche ET crève, car : heures sup jusqu’à la retraite à 7O ans !
    (Il n’y aura peut-être plus beaucoup de retraités, c’est néanmoins une manière peu humaine de régler le deficit de la Sécu,…d’autant qu’il y a une erreur de calcul : moins de retraites à payer, mais de plus en plus de chômeurs !)

    Avec le programme de Ségolène, quand les 500 000 emplois "tremplin ou CPC" seront devenus définitifs…50 % de la dette publique s’effacera d’elle-même. Car : emploi = richesse, et la dette publique représente un million d’emplois…

    Le monde de l’économie (voir mon blog centpenseespourvous.blogs…

    article daté de mercredi 4 avril) a considéré le programme de Ségolène comme le seul économiquement fiable !

    Donc, ancien prof d’économie, je suis fier d’y croire, et d’être du même avis que les chercheurs et profs d’unif d’aujourd’hui !

    Et il n’y a pas que l’économie, voir aussi le programme écologie de Ségolène…Mais c’est une autre histoire !

    A Robespierre :

    Salut, Camarade de gauche,

    En mai 68, nous étions dans le même bateau…
    Et j’ai toujours un tee-shirt avec l’image du Che…
    Mais soyons réalistes : ce qui est réalisable dans les programmes d’Arlette Laguiller, Marie-Georges Buffet ou Olivier Besancenot figure aussi dans le programme de Ségolène Royal !
    (Je vais pas tout recopier, tu peux constater de visu sur desirsdavenir ou sur mon blog précité !).

    Et faudrait marcher à fond pour Ségolène DES LE PREMIER TOUR : si une désunion de la gauche (trop de candidats sur "petites" listes) faisait notre faiblesse, comme en 2002, et qu’on se dirige (j’y crois pas, parce qu’ils bouffent au même ratelier, mais c’est hypothèse de travail) vers un deuxième tour Le Pen- Sarko, serais-tu content ?

  11. robespierre

    je réponds volontiers ; à Gérard d’abord, qui en éternel soutien (sauf pour le football) défend Najat et fait ainsi un militant exemplaire du PS : bien entendu, je considère que voter utile, dans un pays où l’on échappe encore à un pseudo-duel de type américain, c’est voter pour l’urgence sociale.
    Ce qui me permet de clarifier ma position, pour répondre à "Pourquoi pas" (beau pseudo !) :
    Les 3,5 millions de mal-logés, la moitié des actifs touchant moins de 1200 euros par mois, les licenciements massifs, l’endettement, la casse des services publics, le tout-répressif, le repli identitaire, tout cela ce n’est jamais que la réalité. La vraie, subie par un grand nombre de personnes.
    Le constat corollaire est tout aussi réel : une partie croissante des profits colossaux dégagés par l’activité économique des salariés de France et du monde entier est accaparée par de gros actionnaires.
    Ce qui est néfaste, même d’un point de vue libéral, à l’investissement pour l’innovation économique.
    Je pourrais écrire des pages entières pour présenter le programme lcr, mais un rapide clic sur le site de campagne d’Olivier Besancenot en dira plus long : besancenot2007.org/rubriq…
    Pour résumer, des mesures d’urgence sont demandées :
    -mesures anti-discriminatoires (pour les femmes, les étrangers, les handicapés notamment).
    -augmentation immédiate de tous les salaires de 300 euros nets, et smic à 1500 euros nets.
    -construction d’un million de logements réellement sociaux, réquisition du million de logements détenus par les groupes bancaires et d’assurances dans le seul but de spéculer.
    -régularisation immédiate de tous les sans-papiers.
    -Interdiction des licenciements massifs quand une entreprise fait des profits. Droit de réquisitionner les entreprises abandonnées et de récupérer les subventions accordées aux entreprises faisant du profit mais qui délocalisent et licencient. Transparence des transactions financières. Droit de débattre et de poser son véto à l’assemblée des salariés sur les décisions antisociales de certains patrons, prises dans la confidentialité des conseils d’administration.
    -Arrêt progressif des activités nucléaires, ruineuses à court terme et à long terme en terme de gestion et de dangerosité. Moratoire sur les OGM. Effort massif de recherche et de développement des énergies renouvelables.
    -Abrogation des lois antisociales contre les retraites, la santé, la sécurité sociale, les services publics. Développement des services publics et de la protection sociale.
    -transports en commun encouragés, voire gratuits
    -A long terme (on peut toujours rêver), nouveau fonctionnement démocratique avec proportionnelle intégrale, séparation réelle des pouvoirs, réduction de l’exécutif à son rôle le plus simple, instances citoyennes de décision et de contrôle à toute les échelles de la société.
    Tous les points peuvent être développés, c’est possible.
    A condition de prendre enfin là où se trouve l’argent.
    Juste un exemple imagé : Monsieur Lagardère (75ème fortune de France, je ne parle même pas de Bettencourt, Mme L’Oréal…) a un patrimoine de 2 milliards d’euros. Avec cette somme, on peut rapidement mettre en place la gratuité totale des transports en commun en Ile de France (coût estimé à 1,5 milliards d’euros). D’où désengorgement de la capitale, dépollution immédiate de la capitale…

  12. whynot

    Je me permets d’intervenir car même s’il s’agit de foot pour commencer je ne peux m’empêcher de m’interroger sur le traitement d’une réaction passionnée et de la réponse qui lui a été donnée. On ne gagne je crois rien à caricaturer son adversaire. Je me doute que robespierre répondra avec verve à la réponse de Gérard Eloi mais je me permets de m’inviter dans cet échange ouvert aux autres. Je ne suis peut-être pas de votre bord mais j’aime la façon dont vous vous interrogez sur le vote utile. La question de celui-ci est effectivement une question très importante qui ne peut passer par un traitement si simple. Cependant la critique enlevée ne me semble pas devoir non plus éviter un retour sur elle-même et une interrogation sur sa propre pertinence. Ainsi les 35h ne m’est pas apparu comme un élément du programme de ségolène royal mais peut-être me tromps-je? De même pour le drapeau français et je me demande s’il n’est pas nécessaire d’exposer clairement ce qu’est le CPC, j’avoue me lancer après ce commentaire dans la recherche active de ce qu’il signifie mais là on m’envoie dans les dents des informations dont je n’ai aucun moyen de vérifier les sources et la réalité avec une fougue compréhensible mais qui ne me convainc pas plus. J’apprécie cette fougue de la passion politique sincère mais il me semble qu’il y a place pour un débat peut-être viendra-t-il après le coup de gueule et sa réponse, réponse qui surprend je l’avoue mais doit peut-être aussi beaucoup au réactif et à la passion. Je pense que vous avez mieux à répondre au vu d’autres de vos interventions. Ainsi quel que soit mon candidat je ne m’interdirai pas de le critiquer. J’ai des programmes et des personnes je choisis à partir de cela et de ce que je pense être pour le mieux (ou le moins pire) cela est tout à fait critiquable j’en conviens mais je serai content d’en parler dans le respect et l’échange. Peut-être dans une prochaine note évoquant la question du vote utile à moins que nous ne profitions de celle-ci?
    Je vais en tout cas reprendre le cours de ce blog pour lire avec intérêt vos interventions antérieures et suis à l’écoute de ce que vous appelez "l’urgence de mesures claires, nettes, radicales pour sauver notre modèle social, pour respecter le droit de chacun à un boulot, à un logement, à des moyens décents de vivre". Peut-être à l’occasion d’un autre débat à venir. Je voudrais aussi savoir ce que vous pensez du pacte présidentiel car comme le dit un autre intervenant il est peut-être important de le faire un peu mieux vivre pour le défendre ou le rendre convainquant. J’avoue aller m’y plonger à l’instant suite à l’intervenant en question. Restant en tout cas à votre écoute, bien à vous.

  13. Gérard ELOI

    A Robespierre :

    Votre vote va être utile ?
    Donc, vous votez Ségolène !

    Mais alors, pourquoi vous la critiquez ?
    Ah, vous voulez cacher votre tactique, petit malin !
    Et c’est pour çà que vous avez posté sur OL !

  14. robespierre

    Merveilleux.
    Allez l’OL !
    Et pendant ce temps, précarité.
    Et CPC !
    Encore une glissade acrobatique à tribord.
    Mme Royal continue à faire le jeu de la droite !
    après les "35H" pour les profs qui en font déjà plus…
    après le smic à 1500 euros, mais bruts (donc 1200 euros nets) et pour 2012, c’est-à-dire une progression moindre que ce qu’a fait la droite…
    après les 5% offerts aux petites retraites (youpi, 420 euros au lieu de 400 euros)…
    après l’encadrement militaire
    après le drapeau dans chaque foyer
    après l’ordre juste
    après la mise sous tutelle des allocs aux parents des mômes paumés
    après l’allocation aux jeunes de 150 euros (mazette !), mais seulement dans l’enseignement technique ET à condition (donnant-donnant, n’est-ce pas ?) de donner des cours de soutien…
    Voici le CPC !
    mieux que le CPE ! Un an de taf gratuit pour les patrons, sans aucune garantie de CDI ensuite. On continue à endetter l’Etat de façon irresponsable, à prendre le fric là où il n’est déjà plus, dans nos poches, plutôt que de la prendre LA OU IL EST.
    Comme le disait Sarkozy lui-même dans une interview au Parisien, il est plus à droite que l’UMP, Bayrou est plus à droite que les centristes et Royal plus à droite que les éléphants.
    Inutile de dire que c’est un boulevard donné au discours de gauche (vous savez, celle dite "extrême")…
    Après ça, on me dit de voter utile ? mais mon vote, il va être utile ! Utile pour dire l’urgence de mesures claires, nettes, radicales pour sauver notre modèle social, pour respecter le droit de chacun à un boulot, à un logement, à des moyens décents de vivre !
    Allez l’OL…

  15. Gérard ELOI

    Bonjour Najat,

    Heureux de voir…que tu t’intéresses aussi au foot !

    Pour une fois, je ne vais pas partager tout à fait ton avis, même si je reconnais que l’OL avait dominé, mais ce sont les aleas du sport.

    En coupe d’ Europe (on dit maintenant Champion’s League), je suis bien sûr supporter de l’OL…

    Mais dans la compétition française, je suis bordelais, puisque mon épouse est originaire de cette belle région !

    Consoles-toi : l’OL estchampion, il pouvait bien laisser un trophée à Bordeaux, où j’ai croisé (il y a longtemps !) Girard, Rhör, Dropsy,…qui étaient très sympas et proches du public !

Commentaires fermés.