« De tous les événements inattendus, le plus inattendu c’est la vieillesse » !

Éditos Publié le 5 janvier 2011

La formule est de Léon Trotski, mais l’on pourrait croire à une déclaration ingénue de Roselyne Bachelot.  
 
La ministre des solidarités et de la cohésion sociale, qui a tout récemment hérité du dossier des personnes âgées, vient, en effet, d’installer quatre groupes de travail qui vont plancher sur la prise en charge de la dépendance, événement inattendu s’il en est… Et la ministre prévient : « la dépendance sera certainement un sujet de l’élection de présidentielle » !
 
Elle a raison… de l’élection présidentielle de 2007, car c’est bien une promesse de campagne non tenue, celle de la création d’une cinquième branche de la sécurité sociale, que le gouvernement nous ressert aujourd’hui et Nicolas Sarkozy pourrait bien épuiser sur ce dossier le 6ème ministre de son quinquennat.  Quand on songe à l’accroissement insupportable du reste à charge pour les familles, au vieillissement inexorable de la population française, à la crise financière des services d’aides à domicile qui réclament en vain depuis plus d’un an le secours de  l’Etat et à l’étranglement financier des départements qui financent de plus en plus seule l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA), on ne peut être que consterné par cette lenteur.
 
D’ici à 2015, le nombre des personnes âgées dépendantes de plus de 85 ans passera de 1.300.000 à 2.000.000. La question de la prise en charge de la dépendance des personnes âgées  est parfaitement connue, elle donne lieu depuis une quinzaine d’années à un investissement intellectuel exceptionnel par son ampleur et sa qualité, en témoigne l’excellent rapport d’Hélène Gisserot, remis à Philippe Bas en 2007. Relancer des groupes de travail quand tout a déjà été dit ou écrit, c’est prendre le risque d’une politique à la Henri Queuille : « Il n’est aucun problème assez urgent en politique qu’une absence de décision ne puisse résoudre. »
 
D’autant que chacun connaît les orientations du gouvernement : Révision de l’APA, recours sur succession, privatisation, diminution du soutien à domicile, vieillissement à deux vitesses… Le rapport Rosso-Debord, rendu public en juin dernier, a définitivement enterré le projet de cinquième risque, c’est-à-dire le financement de la dépendance par la solidarité nationale, au profit d’un régime assurantiel. La décision est prise et nul n’ignore que les discussions sont en cours avec de grandes assurances dont les présidents sont, oh surprise, membres du désormais fameux premier cercle…
 
Le financement du 5ème risque est un enjeu de société, il pose la question de la solidarité entre les générations, de notre modèle social; ce que prépare le gouvernement n’est rien d’autre, pour saisir au bond l’invitation de Stéphane Hessel, qu’un motif  de plus d’indignation.

Tags : , , ,

6 commentaires sur « De tous les événements inattendus, le plus inattendu c’est la vieillesse » !

  1. AJ77

    Bonjour Najat, bonjour à tous,

    Il faut reconnaître à Sarkozy, travesti en gouvernant, sa pertinence à poser les bonnes questions. Avant même qu’il fut élu président il portait des diagnostics perspicaces. Or il a démontré son incapacité à remédier aux maux dont souffrent les français.
    C’est que malheureusement il sert, comme il respire, des intérêts diamétralement opposés à la bonne santé du pays. Voilà pourquoi il ment si souvent, ou bien qu’il voue aux gémonies le cinquième risque, les financements de l’APA, etc., …

    Roselyne Bachelot ne fait que laisser transpirer cet autre thème  » de bonne intention » qui sera exploité au cours de la campagne présidentielle dont on sait quelle sera leur destination (l’enfer pavé de Dante) : les oubliettes. En quelque sorte le rappel du passé est instructif si nous nous souvenons des remontrances adressées à certains membres sincères de l’équipe de campagne sarkozyenne en 2007 stipulaient : « les promesses électorales ne sont pas faites pour être appliquées, n’entretenez donc pas ces conversations ayant pour objet d’envisager leur faisabilité ». Il n’y a que pure démagogie dans la démarche qui émane de la présidence sortante.
    Nous savons à quel point le vote des « personnes âgées », apeurés par les sirènes de ce candidat clamant que la gauche allait « sucrer » les petites retraites, avait pesé dans la balance. Ils s’apprêtent à exploiter le même filon et à brandir le slogan de l’abandon de cet électorat par la gauche menaçant de les oublier à leur misérable sort.

    Amicalement.

  2. François Mitterrand...!

    […] La vieillesse n’est pas une question de mort,c’est une question de santé,puisque la mort est certaine. François Mitterrand.

  3. François Mitterrand...!

    […] Qu’est-ce que la vieillesse…? C’est d’abord perdre la curiosité. François Mitterrand.

  4. Bonne Année 2011...!

    […] Bonne Année 2011,Najat,meilleurs Voeux,et surtout la Santé,à toutes les personnes que vous aimez et qui vous sont chères,ainsi qu’à notre excellent Maire,Gérard Collomb…!

  5. DUFLOT

    Tout à fait d’accord sur cet édito et sa conclusion bien sûr.
    Quel lieu, au niveau fédéral, pour débattre sereinement de ce problème et de ses répercussions au niveau local, CG notamment.

Commentaires fermés.