Retrouvez-mes réponses aux lecteurs du Monde.fr

En campagne Publié le 3 mai 2012

J’étais l’invitée du Monde.fr « Election présindetielle 2012 » pour répondre en direct aux questions des internautes-lecteurs, je vous invite à lire ici les échanges… (Eric Nunes, journaliste au Monde).

Antoine : Que pensez-vous des propos de M. Longuet, qui a dit, dans un entretien à Minute, voir en Marine Le Pen un « interlocuteur » possible ? Si M. Hollande est élu président le 6 mai, faudra-t-il compter sur le FN ? Quelle place lui accorder ?

Najat Vallaud-Belkacem : M. Longuet n’en est pas à son premier coup d’essai. Il est même passé maître dans l’art de dire tout haut ce que le Front national pense tout bas. Souvenez-vous de son propos, il y a quelques années, au moment oùMalek Boutih était pressenti à la tête de la Halde [Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité] : « Cela ne me semble pas être le candidat idéal car il n’appartient pas au corps traditionnel français. »

Hier, il a eu un mérite : dire clairement ce qui semble se préparer dans les esprits de beaucoup entre la droite et l’extrême droite. A force de courir après les thèses du Front national, il ne faut pas s’étonner d’une telle proximité et de voir des digues républicaines sauter.

M. Longuet sera peut-être désavoué mais s’il n’est pas clairement exclu du gouvernement, il faudra en déduire que la ligne qu’il a défendue hier (faire deMarine Le Pen une interlocutrice honorable, et donc préparer des alliances pour les législatives pour parler clairement) a droit de cité à l’UMP.

Green : Le PS promet depuis trente ans le droit de vote des étrangers aux élections locales, comme il promet depuis cinq à dix ans le mariage pour les homosexuels et l’adoption. Quand ces réformes seront-elles mises en place ?

Si le Parti socialiste n’a pas fait adopter plus tôt le droit de vote des étrangers aux élections locales, c’est tout simplement qu’il n’avait pas la majorité pour le faire au Parlement. Pour la première fois dans l’histoire peut-être, avec le basculement à gauche du Sénat, nous pourrions être en capacité de faire aboutir cette réforme.

Ce sera l’un des aspects de la loi sur les institutions que j’évoquais précédemment qui sera adoptée avant les prochaines élections locales.

Sagissant de l’ouverture du mariage pour les couples homosexuels et de l’adoption, sachez que la loi sera adoptée au plus tard, au printemps 2013.

Alexis Abitbol : Pouvez-nous nous donner des informations précises sur le coût réel du « contrat de génération » ?

Le « contrat de génération » est une mesure phare du programme de François Hollande. Il consiste pour une entreprise qui accepte de donner sa chance à un jeune en l’embauchant en CDI tout en conservant en son sein un senior chargé de le tutorer, à bénéficier d’allègement de charge sur ces deux emplois.

Par définition, le coût pour l’Etat de ces allègements de charge dépendra du nombre d’entreprises qui s’engageront dans ce dispositif. Il faut par ailleurs avoir à l’esprit que les jeunes et les seniors en emploi sont une source de recettes pour l’Etat par leurs cotisations et les impôts qu’ils payent.

Si nous atteignons, comme c’est notre ambition, les 500 000 contrats de génération, les allègements de charge sont estimés à 2,5 milliards d’euros.

Rémi : Alors que M. Vaillant, ancien ministre de l’intérieur, a sorti un rapport sur les effets bénéfique de la légalisation du cannabis, François Hollande semble être totalement opposé à une évolution de la loi concernant le cannabis. Est-il possible d’avoir une clarification à ce sujet ?

Le rapport de Daniel Vaillant portait plus exactement sur les limites de la politiquede répression actuellement menée pour lutter contre le trafic de drogue. La question principale qu’il se posait était celle de l’efficacité.

Elle mérite de l’être. De là à prôner la dépénalisation du cannabis, il y a un pas que François Hollande ne souhaite pas franchir.

Césarée7 : Pourquoi prévoir un audit après l’élection ? Pour justifierl’impossibilité de tenir des promesses utopiques ?

Vous savez, quand on découvre que le gouvernement sortant a dépensé 6,3 millions d’euros pour des sondages portant sur la communication privée du président, on peut légitimement s’interroger sur l’utilisation faite, ces dernières années, des deniers publics.

Malgré l’excellent travail de la cour des comptes, il n’est pas exclu que nous découvrions si nous arrivions au pouvoir des comptes en plus mauvais état encore que ceux auxquels on s’attend.

Je vous conseille le très instructif livre du député [app. PS] René Dosière sur le montant et la nature des dépenses engagées par l’Elysée et les ministères ces dernières années. Vous comprendrez que l’intérêt général ou l’efficacité n’ont pas toujours été au cœur des préoccupations du gouvernement sortant.

Vincent : François Hollande remettra-t-il en question le CDI et le CDD au profit d’un contrat unique, comme le préconisait François Bayrou ?

Cela n’est pas au programme. L’objectif (cf ce que je disais au sujet du contrat de génération), c’est de favoriser le plus largement possible l’emploi en CDI.

Jerome : Quelle sera la première mesure de François Hollande pourrelancer l’emploi en 2012 et pour stopper les vagues de licenciements ?

Le soutien aux PME devrait être la mesure la plus efficace dès les premiers mois de la mandature de François Hollande, s’il était élu : mise en place d’une banque publique d’investissements pour leur accorder les crédits nécessaires ; mobilisation de l’épargne des Français à leur service ; réorientation du crédit impôt-recherche en leur faveur pour soutenir leurs projets innovants; réduction de leur impôt sur les sociétés…

On sait qu’en France, ce sont les PME qui créent 80 % de l’emploi. Les soutenir, c’est relancer l’emploi.

Par ailleurs, François Hollande s’est engagé, en cas de délocalisation, à faciliter la reprise de l’activité par un investisseur (qui peut être les salariés de l’entreprise). Enfin, pour dissuader les entreprises de recourir à des licenciements boursiers (se séparer des salariés alors que les actionnaires font des bénéfices), il sera imposé, dans ce genre de situation, le remboursement intégral des aides perçues par l’Etat (subventions, allègements de charges, etc.).

Biba27 : Concernant la moralisation de la vie politque francaise, que propose Francois Hollande ? Et que pensez-vous du fait que votre collègue, Delphine Batho, qui partage la fonction de porte-parole de François Hollande avec vous, vive dans un logement de la Régie immobilière de la Ville de Paris alors qu’elle est députée des Deux-Sèvres, et que plus de 100 000 Parisiens sont en attente d’un logement ?

François Hollande s’est engagé à moraliser la vie politique française, notamment en permettant son renouvellement régulier. C’est le sens de l’interdiction du cumul des mandats qui sera appliquée.

Plus aucun élu condamné par la justice ne pourra briguer un autre mandat. Sitôt arrivé au pouvoir, si les Français lui font confiance, François Hollande réduira les indemnités du président comme des ministres de 30 %.

Pour ce qui est de ma collègue, sachez qu’elle s’acquitte d’un surloyer dans le logement qu’elle occupe. Elle a eu l’occasion de s’en expliquer à plusieurs reprises.

Marc : Quel est l’enjeu du débat de ce soir pour Francois Hollande ?

Nous sommes à quatre jours du second tour de l’élection présidentielle. Beaucoup de choses se sont déjà construites pendant cette campagne. Et je doute que le scrutin se fasse sur cette seule confrontation.

Cela étant, c’est un moment important qui permettra (enfin !) de mettre Nicolas Sarkozy face à ses responsabilités et à son bilan, et d’exposer deux projets de société totalement contradictoires, si l’on en croit les propos tenus dans cet entre-deux-tours.

François Hollande appréhende ce moment avec sérénité : le programme qu’il défendra est celui qu’il a présenté depuis de longs mois aux Français, il n’est pas dans l’improvisation, lui, ni dans la fébrilité.

Son objectif n’est pas de convaincre son adversaire mais les Français. Lesconvaincre de la pertinence de ses réponses à la crise, mais aussi de sa stature d’homme d’Etat, courageux, déterminé et prêt à assumer ses responsabilités.

Guest : François Hollande prévoit-il de mettre en place une dose de proportionelle aux élections législatives ? Quand ?

C’est dans le programme, en effet. Une grande loi sur les institutions sera adoptée courant du mandat pour s’appliquer dès les prochaines élections locales (2014). En d’autres termes, s’agissant de la dose de proportionnelle aux élections législatives, elle prendra effet pour les élections de 2017.

Jean : M. Hollande reste très flou concernant la loi Hadopi. Cette haute autorité sera-t-elle supprimée ?

Je ne trouve pas M. Hollande flou. Il a eu cent fois l’occasion d’expliquer sa position : mettre fin à l’Hadopi telle qu’elle existe actuellement. Ne pas laisser de vide juridique, réunir très rapidement les acteurs (tous les acteurs, artistes, monde du numérique, internautes) pour réfléchir à un nouvel écosystème qui réponde à trois exigences : favoriser l’accès à l’offre légale, rémunérer les créateurs et mettre à contribution les acteurs économiques qui bénéficient de la diffusion des œuvres.

Fehmi : M. Hollande va-t-il amnistier les PV ?

Bonjour Fehmi. Je ne peux que vous inciter à éviter les PV car la vérité, c’est que j’ignore si François Hollande fera usage de ce pouvoir discrétionnaire.

Kamel : Quels sont vos commentaires sur l’agression de la journaliste de Mediapart hier lors du rassemblement UMP au Trocadéro ?

Sans rendre Nicolas Sarkozy responsable de cette affaire, je note tout de même la détérioration du climat, les tensions dans l’air qui peuvent conduire à ce type d’incident. A force d’accuser Mediapart d’officine, de dénoncer les contre-pouvoirs, de vouloir mettre à bas les corps intermédiaires, c’est le soupçon généralisé, la méfiance permanente, l’agressivité et parfois même la violence que l’on fait prospérer dans la société.