Najat Vallaud-Belkacem lance un programme « anti-sexisme » en maternelle

Droits des femmes Presse Publié le 19 octobre 2012

logo_expressMis en sommeil pendant plus de dix ans, le comité interministériel aux droits des femmes et à l’égalité professionnelle sera réactivé en novembre prochain, sous la houlette de la ministre chargée de ces questions, Najat Vallaud-Belkacem. Le point sur l’un des thèmes phares de ce rendez-vous: la lutte contre les stéréotypes sexistes.

François Hollande veut en faire un événement. Le président de la République ouvrira lui-même le comité interministériel aux droits des femmes et à l’égalité professionnelle prévu en novembre prochain par un discours ad hoc, précédé d’une visite sur le terrain. Créé en 1982 sous l’ère Mitterrand, ce comité ne s’était plus réuni depuis l’année 2000.

Au cabinet de Najat Vallaud-Belkacem, la ministre chargée de ces questions, on prépare et on annonce depuis plusieurs semaines ce comité auquel assistera l’ensemble des ministres et qui doit arrêter un plan d’action concret. Au menu, trois grandes thématiques : le sexisme, l’égalité professionnelle et les violences faites aux femmes. Le point sur la première d’entre elle, le sexisme ordinaire.

2013, année de l’égalité à l’école

Pour Najat Vallaud-Belkacem, le combat est à mener dès la grande section de maternelle. Conçu pour faire comprendre aux enfants les différences de genres entre les individus – qu’est-ce que le masculin, qu’est-ce que le féminin ? – un programme d’une quinzaine d’heures sera expérimenté dans cinq rectorats au second semestre 2013, en collaboration étroite avec le ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, très investi sur le dossier, au point que l’année 2013 sera décrétée année de l’égalité à l’école.

Baptisé l’ABCD de l’égalité, ce programme  » anti-sexisme  » pour les petits s’inspire très directement de la méthode élaborée par Nicole Abar, une ancienne championne de football, qui a pu constater au fil de sa carrière la vigueur des clichés sexistes dans le sport. Des films seront également diffusés aux parents, en vue de les intégrer à la démarche.

Les collégiens, eux, seront amenés à réfléchir sur la notion de respect envers l’autre sexe, et sur les violences subies par les filles – une grande conférence regroupant enseignants et chefs d’établissements est également prévue en novembre sur le sujet. A partir de janvier prochain, des sessions auront lieu dans tous les collèges, animées entre autres par un millier de jeunes de l’Agence du service civique, en collaboration avec la Ligue de l’enseignement.

L’éducation sexuelle dans les petites classes?

Mieux informer sur la sexualité aide aussi à lutter contre le sexisme. Prévue par la loi dès l’école primaire depuis 2001 – sous l’impulsion de la ministre chargée de l’enseignement scolaire de l’époque, Ségolène Royal – l’éducation sexuelle n’a jamais vraiment été abordée dans les petites classes.

Le sujet est difficile à traiter pour les enseignants. En effet, ils sont parfois aux prises avec des parents qui craignent un discours normé de la part de l’Education nationale, susceptible d’influencer leurs enfants dans un sens ou dans un autre, à un âge où se forgent les premiers modèles comportementaux. C’est pourquoi ce volet sera surtout développé au lycée. D’autres mesures sont attendues, dans le domaine des médias, notamment.

3 commentaires sur Najat Vallaud-Belkacem lance un programme « anti-sexisme » en maternelle

  1. bibi

    faudra voir le contenu, mais ça risque, connaissant l’attraction de la gauche pour la notion de « genre » qui reflète officiellement ce que pense les gens d’eux-mêmes, de faire partir un très grand nombre de parents vers l’enseignement laïque indépendant de toute doctrine comportementale sexuelle. Enfin l’enseignement privé pour parler en termes officiels.

  2. charles ramain

    bonsoir
    cette question de l’éducation sexuelle a l’école est a mon avis une chose importante
    la grande question c’est :comment aborder le sujet en fonction des âges ?et qui va l’aborder ? mais il est certainque de nombreux parents n’aborde pas ces questions avec leurs enfants…et les conditions de la découvertes de ces questions quand l’enfant ou « l’ado »le fait seul c’est quelque fois dommageable c’est sans doute la raison qui fait que cette question est restée inabordée
    si longtemps…c’est utile de le faire

Commentaires fermés.