IVG : 37 ans après la loi Veil, mener la bataille idéologique pour garantir ce droit

Droits des femmes Publié le 18 janvier 2013

Najat Vallaud-Belkacem et Marisol Touraine à la Maternité des Lilas, 17 janvier 2013, 38ème anniversaire de la loi Veil

A l’occasion de l’anniversaire de la loi Veil, ce jeudi 17 janvier, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes et Marisol Touraine, Ministre de la Santé et des Affaires Sociales, se sont rendues à la maternité des Lilas pour une table ronde avec les personnels de santé et les responsables du Planning familial. Les ministres ont dit l’engagement total et très concret du gouvernement à assurer l’effectivité de ce droit si chèrement conquis.

Najat Vallaud-Belkacem a rappelé que les engagements du Président de la République en la matière ont d’ors et déjà été tenus avec la décision de rembourser intégralement l’IVG et d’augmenter très prochainement le tarif pour mettre en cohérence les recettes des établissements et coûts supportés. La ministre des Droits des femmes a aussi donné en exemple la publication cet été de la circulaire visant à renforcer dans tous les territoires l’accessibilité de l’IVG malgré les absences estivales.

Les échanges avec les personnels de santé présents, comme les travaux du planning familial et de l’Agence Régionale de Santé ont démontré qu’il restait des difficultés à surmonter en termes d’accessibilité, de délai et de choix du mode d’interruption de la grossesse. Médecins, sages-femmes, membres du planning familial ont décrit des situations matérielles parfois difficiles, l’ignorance des droits et une culpabilisation grandissante des femmes ayant recours à une interruption de grossesse.

Au-delà de l’engagement du gouvernement concernant l’accessibilité et l’effectivité de ce droit fondamental, la ministre des Droits des femmes a insisté sur la nécessité d’une information suffisamment transparente et d’une éducation à la sexualité. La ministre a ainsi annoncé la parution « avant la fin du mois de janvier » d’une circulaire instituant « une véritable éducation à la sexualité » dans les collèges et les lycées.

Préparée avec Vincent Peillon, ministre de l’Éducation Nationale cette circulaire a vocation à couvrir l’ensemble des dimensions d’une éducation à la sexualité, la dimension affective, la dimension du consentement, la dimension sanitaire et celle de la contraception.  C’est une des manières, a expliqué la ministre, d’avancer sur la voix d’une meilleure information des Français.

En conclusion, Najat Vallaud-Belkacem a insisté sur la nécessité de mener la bataille idéologique pour défendre ce droit fondamental qu’est le droit à l’interruption volontaire de grossesse.

A lire aussi :  Garantir le droit à l’avortement

Retrouvez un diaporama de la visite :

Tags : , , , , , , , ,

4 commentaires sur IVG : 37 ans après la loi Veil, mener la bataille idéologique pour garantir ce droit

  1. Desrousseaux

    Plus qu’une jolie maternité des Lilas, vous avez visité un centre d’orthogénie. L’ambiance semble être aux congratulations et aux rires sur les photos. Or, vous êtes juste dans un centre IVG.C’est tout de suite moins riant que la jolie maternité des Lilas.N’oubliez pas la douleur des femmes qui passent pas ces endroits.Ne me dites pas que c’est de la « culpabilisation grandissante », respectez au moins juste leur tristesse. Merci.

  2. Charles-Louis de Kergorlay

    Rien d’étonnant : 37 ans n’influent pas sur la conscience de ceux qui en ont. Même le conditionnement qui semble vouloir être imposé par le gouvernement francmac n’y suffira pas.
    Les dictatures ne peuvent s’en sortir face à la liberté de l’Homme. Il n’y a aucune crainte à avoir. Ils peuvent toujours s’agiter, il y aura toujours, par bonheur, d’irréductibles et libres gaulois.

  3. ramain charles

    Bonjour
    Il semble que 37 ans après certains n’ont toujours pas accepté ce texte et il apparait que pour certaines femmes il est difficile d’accéder a une interruption volontaire de grossesse il y a certes des questions de moyens,d’information, mais aussi du nombre de praticiens acceptant de pratiquer cette intervention…il reste du travail a faire BON COURAGE

Commentaires fermés.