Plan Entrepreneuriat Féminin : faire levier pour l’égalité et pour l’emploi

Présentation du Plan Entrepreneuriat féminin
Droits des femmes Publié le 28 août 2013

Ce mardi 27 août, c’est au siège d’une entreprise, Talentia Software, crée et dirigée par une femme, Viviane Chaine Ribeiro, que Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, a présenté avec Fleur Pellerin, ministre en charge des PME et de l’économie numérique et Geneviève Fioraso, ministre de la Recherche et de l’enseignement supérieur, le plan national pour l’entrepreneuriat féminin. Objectif : faire progresser de 10 points le taux de femmes entrepreneures, pour atteindre une part de 40% de femmes entrepreneures en France d’ici 2017.

Il s’agit avec ce plan de lever les obstacles qui empêchent nombre de femmes de créer, de développer leur entreprise. Ces obstacles transforment trop souvent l’envie créatrice en parcours du combattant, que ce soit pour accéder à l’information ou au financement. Mais il s’agit aussi avec le Plan Entrepreneuriat Féminin de balayer préjugés et stéréotypes qui empêchent les jeunes femmes de se projeter dans la création d’entreprise. Les femmes ne représentent en France que 30% des créations d’entreprise et ce taux stagne depuis plusieurs années. Seule 1 sur 10 des entreprises innovantes nouvellement créées sont dirigées par des femmes. Et les comparaisons internationales montrent que la France est en retard par rapport à ses voisins.

>> Téléchargez la Synthèse du Plan Entreprendre au féminin
>> Téléchargez le plan Entreprendre au féminin

Encourager l’entrepreneuriat des femmes, c’est d’abord répondre à l’enjeu de l’égalité entre les femmes et les hommes en offrant à toutes et à tous des moyens pour s’investir et se réaliser dans la création ou la reprise d’entreprises.

L’entrepreneuriat peut également être, pour les femmes comme pour les hommes, un levier d’insertion professionnelle, en particulier en cas de reprise d’emploi après une période d’inactivité prolongée. Encourager l’entrepreneuriat féminin, c’est aussi une clé du succès pour notre économie et un levier pour la compétitivité et l’emploi.

Au cours de la présentation de ce plan sont intervenues des créatrices qui ont réussi à dépasser ces obstacles mais aussi les membres du comité de pilotage. Ce comité composé de cheffes d’entreprise, de partenaires institutionnels et de réseaux d’accompagnement m’a accompagné au cours de la création de ce plan à définir l’ensemble des moyens permettant d’aller vers la parité dans la création et la reprise d’entreprise.

Ces moyens choisis pour atteindre cet objectif ambitieux s’articulent autour de 3 axes principaux :

Axe n°1 : sensibiliser, orienter et informer

L’entrepreneuriat doit désormais être présenté comme une voie ouverte aux femmes autant qu’aux hommes. Des actions favoriseront désormais la sensibilisation à l’entrepreneuriat dans le parcours éducatif. Dès la classe de 6e, l’entrepreneuriat féminin fera partie du programme au titre du nouveau parcours individuel, d’information, d’orientation, et de découverte du monde économique et professionnel, prévu par la loi refondation de l’Ecole. Les Pôles Etudiants, Entrepreneuriat, Innovation (P2EI) lancés par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le ministère du Redressement productif et associant la Caisse des dépôts seront également tenus de mettre également en place toute une série d’actions spécifiques visant à encourager et promouvoir l’entrepreneuriat au féminin.

Un espace d’information et d’orientation sera créé. Cet espace de référence servira à la fois d’observatoire de l’entrepreneuriat féminin et de site d’information de référence sur les dispositifs dédiés aux femmes aux niveaux national et local. Ce site internet constituera une forme de guichet unique regroupant les informations sur l’ensemble des dispositifs disponibles pour les femmes.

Axe n°2 : renforcer l’accompagnement des créatrices

Pour faciliter le parcours de la créatrice d’entreprise, les acteurs régionaux, les institutionnels et les partenaires associatifs se mobiliseront pour travailler ensemble dans une même logique d’accueil facilité et personnalisé. La professionnalisation de l’accompagnement est également visée. Cette professionnalisation passera par la formation des acteurs de l’accompagnement, de la banque, des chambres consulaires, etc…

En exemple, les déléguées régionales aux droits des femmes et à l’égalité (DRDFE) auront pour mission de conclure des accords avec les directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte), les régions, et les directions régionales de la Caisse des dépôts ainsi qu’avec bpifrance.

Axe n°3 : faciliter l’accès des créatrices au financement

Parce que l’accès au financement ne doit pas être une succession d’obstacles ou de portes closes, les ministères et partenaires institutionnels consolident les dispositifs actuels de financement. Des aides spécifiques sont également apportées, notamment par l’action de Bpifrance, pour favoriser l’émergence et la réalisation de projets de création d’entreprises.
En lien avec la Fédération bancaire française, l’entrepreneuriat féminin sera promu et développé dans les principaux réseaux bancaires. Il s’agira notamment en sensibilisant et formant les conseillers bancaires à l’existence du dispositif FGIF et pour les former à l’accueil des créatrices.

Pour tenir l’objectif fixé, chacun des acteurs concernés par le soutien à l’entrepreneuriat devra publier des statistiques sexuées, réaliser un diagnostic sur les dossiers féminins portés par leur structure, et, sur la base de ce diagnostic, se fixer des objectifs de progression et une feuille de route d’ici à fin 2013. Chaque réseau identifiera les obstacles à lever pour atteindre à terme la parité dans les dossiers traités.

>> Téléchargez la Synthèse du Plan Entreprendre au féminin
>> Téléchargez le plan Entreprendre au féminin

Tags : , ,

Un commentaire sur Plan Entrepreneuriat Féminin : faire levier pour l’égalité et pour l’emploi

  1. Daisy Dourdet

    Depuis 2006 nous aidons les femmes a entreprendre et avec l’état, le région et la aide des dépôts, nous avons été pilote du plan d’action régional avec en charge l’organisation du  » prix des femmes entrepreneures en Bretagne » nous sommes toujours actifs sur cette thématique auprès des institutions régionales et locales, et en sus de notre accompagnement des femmes, nous avons crée une académie de formation continue « WO-MEN BREIZH ACADEMY  » qui enseigne les fondamentaux économiques de la création et la reprise d’entreprises, la formation aux postes d’administratrices ( loi Coppe-Zymmermman) et la sensibilisation des entreprises a l’égalité professionnelle des femmes et des hommes.
    Nous avons crée le concept « les petits bureaux » qui favorise l’apprentissage du métier de patron par les femmes, sous forme d’un post accompagnement par les entreprises qui les hébergent, et je viens de remporter l’award national de « l’esprit d’entreprendre »
    Je me tiens a votre disposition pour tout entretien relatif a ma participation active au sein du plan national de l’entrepreneuriat féminin, ayant été moi même créatrice d’une Entreprise devenue une PME d’une centaine de salaries du monde automobile et pneumatiques revendue depuis a un groupe financier, ce qui me permet de me consacrer aujourd’hui a l’émergence d’un patronat féminin.

Commentaires fermés.