Eduquer contre l’homophobie.

Presse Publié le 9 février 2010

Vous avez sans doute entendu parler, depuis quelques jours, de la polémique autour d’un court métrage « le baiser de la lune »,  destiné à sensibiliser les élèves de CM1 et CM2 à l’homosexualité.

Avec mes camarades Secrétaires Nationaux à la culture et à l’éducation, j’ai fait paraître le communiqué de presse ci-dessous, pour défendre la présence d’outils pédagogiques à l’école permettant de lutter contre les discriminations sexuelles.

L’idée de ce film, selon moi, est très importante car il s’agit, non pas d’évoquer une quelconque forme de sexualité, mais bien de les sensibiliser à l’existence d’autres modèles de couple et de famille, et de combattre les stéréotypes. Il n’est jamais trop tôt pour éduquer à la différence.

Communiqué de Sylvie Robert, secrétaire national à la culture , de Bruno Julliard, secrétaire national à l’éducation et de Najat Vallaud-Belkacem, Secrétaire nationale aux questions de société

L’opposition du ministre de l’Education nationale et porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, à la production et à la diffusion du court-métrage d’animation « Le Baiser de la lune », aux élèves de CM1-CM2 est choquante.

Qui peut nier que le droit au respect des choix individuels, y compris sexuels, doit encore progresser dans notre société ? La prévention et l’éducation sont essentielles, dès l’école primaire, là où déjà se construisent les stéréotypes et les amalgames. Il s’agit d’ailleurs d’une obligation légale.

En faisant marche arrière et en retirant le soutien de son ministère, Luc Chatel bafoue ainsi son engagement à « lutter contre toutes les violences et toutes les discriminations, notamment l’homophobie », figurant pourtant parmi ses dix grandes priorités. Le ministre cède ainsi aux sirènes des lobbys conservateurs qui considèrent que l’Éducation à la tolérance et à la différence n’ont pas leur place à l’école.

La liberté d’expression et de création artistique est une condition indispensable à l’exercice de la démocratie. Le Parti socialiste réaffirme son soutien au réalisateur et à son projet de film d’animation qui s’insère parfaitement dans les missions de l’école républicaine, contribuant à la lutte contre les discriminations et au respect entre tous. »

Tags : , , , ,

5 commentaires sur Eduquer contre l’homophobie.

  1. Cécile

    @relooking : quel lien ne fonctionne pas ?
    en ce qui me concerne le mien fonctionne…pour moi en tout cas.
    bien à vous. Sinon voilà un extrait de la lettre du planning familial :

    « LETTRE OUVERTE A MONSIEUR CHATEL MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE
    A PROPOS DE L’INTERDICTION DU FILM A VISEE PEDAGOGIQUE
    LE BAISER DE LA UNE

    Monsieur le ministre de l’éducation nationale
    Votre décision d’interdire la diffusion du film à visée pédagogique « le Baiser de la Lune » -film
    d’animation destiné aux élèves de CM1-CM2 leur permettant d’aborder les relations amoureuses entre
    personnes de même sexe – nous surprend et nous indigne.

    Le Planning Familial qui revendique et qui agit pour que chacune et chacun puisse vivre sans
    contrainte ni discrimination une sexualité choisie et épanouie, intervient massivement en éducation à la
    sexualité en milieu scolaire, remplissant ainsi une mission reconnue officiellement par l’Education
    Nationale.
    L’âge des élèves a été invoqué pour justifier cette interdiction. Nous pensons au contraire que l’école
    élémentaire est un moment idéal pour aborder ces questions ! L’éducation à la sexualité ne peut, ne doit
    pas commencer seulement à l’adolescence. Le rapport à l’autre, le respect des différences, le
    questionnement des normes sont autant de thèmes qu’il est essentiel d’aborder dès l’école primaire.
    L’objectif de ce court métrage étant, l’ouverture au dialogue quant aux différences de toutes sortes dont
    l’orientation sexuelle fait partie , il ne nous semble en aucun cas prématuré d’aborder , avec des
    éducateurs ou éductrices formé-e-s , cette différence là auprès d’enfants de 10-11 ans. Comprendre
    n’est pas inciter. Pas plus que l’éducation à la sexualité n’est un encouragement à avoir des relations
    sexuelles, l’information sur l’homosexualité n’est une incitation à avoir des pratiques homosexuelles !  » (…)

  2. Cécile

    J’ai lu l’analyse de Radu Stoenescu, qui me laisse perplexe.

    Je n’ai pas vu non plus le film , mais ce qui est certain c’est que le principe était très bien. maintenant de savoir si cela serait faire de la propagande homo, ça me parait absurde comme prétexte.
    voilà d’ailleurs la lettre adressée au Ministre par le planning familial qui en dit long:
    http://www.leplanning13.org/IMG/pdf/CP_Le_baiser_de_la_lune.pdf

    Pour ma part, je pense qu’il faut agir et vite, et arrêter de culpabiliser la jeunesse pour éviter qu’elle ne sombre plus encore.

  3. Gérard Eloi

    @ Fromageplus,

    J’ai lu attentivement l’analyse de Radu Stoenescu.
    Elle est très bien écrite et semble parfaitement argumentée, à un détail près : Radu Stoenescu avoue ne pas avoir vu le film complet.

    Je n’ai pas vu le film non plus. Donc je suis bien incapable de dire s’il convient ou non à des enfants de CM 1 et 2.

    Si les craintes de Radu S. sont justifiées, le fait de ne pas utiliser ce film serait pleinement justifié aussi.
    Mais si c’est le cas, il serait très important de le remplacer par un autre outil, vraiment pédagogique celui-là.

    Car, quand Najat écrit ci-dessus :

    « L’idée de ce film, selon moi, est très importante car il s’agit, non pas d’évoquer une quelconque forme de sexualité, mais bien de les sensibiliser à l’existence d’autres modèles de couple et de famille, et de combattre les stéréotypes. Il n’est jamais trop tôt pour éduquer à la différence. »,

    elle a tout à fait raison. Car, ne nous voilons pas la face, dans les cours de récré, il y a souvent un (ou des) souffre-douleurs. Les enfants s’acharnent contre un des leurs à cause d’une « différence ». Il peut s’agir d’une différence physique, vestimentaire, ou autre,…
    La monoparentalité est une « différence ». L’objectif du réalisateur du film était de faire accepter cette « différence ».
    Comme il conviendrait ( mais on en est loin ) de faire accepter bien d’autres « différences ».

    S’il est avéré que l’outil créé ne convient vraiment pas, il faut autre chose. Un autre point de départ (qui me semble adapté aux CM 1 et 2) pourrait être le film d’Edouard Molinaro,  » Une famille pas comme les autres », avec Line Renaud et Guy Bedos.

Commentaires fermés.