L’égalité en marche

Presse Publié le 28 juin 2010

« PARIS (Reuters) – Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont pris part samedi à la 9e Marche des fiertés parisienne, ancienne Gay Pride, placée cette année sous le signe de l’égalité.

L’Interassociative lesbienne, gay, bi et transgenre (Inter-LGBT), qui coordonne le défilé, estime que leurs droits ont plutôt régressé depuis l’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir en 2007.

Déplorant un bilan législatif nul malgré les promesses du candidat de l’UMP pendant la dernière campagne présidentielle, l’Inter-LGBT adopté un mot d’ordre très revendicatif: « Violences, discriminations, assez! Liberté et égalité partout et pour tous ».

Les associations réclament le droit au mariage, que l’Espagne et le Portugal ont instauré, et à l’adoption pour les couples gays.

Elles espèrent également améliorer le Pacte civil de solidarité (Pacs), instauré en 1999 par le gouvernement socialiste de Lionel Jospin: pouvoir le signer en mairie et non au tribunal de grande instance ou assurer le versement d’une pension de reversion en cas de décès.

« Sans la Gay Pride, le Pacs n’aurait jamais existé », a déclaré un participant dans le cortège chamarré.

Au son de la musique techno, une soixantaine de chars devait relier la gare Montparnasse à la place de la Bastille, où un podium a été installé pour une gigantesque fête en plein air.

De nombreux dirigeants de gauche étaient présents au départ de la marche, comme l’ancien ministre de la Culture Jack Lang, le président du conseil régional d’Ile-de-France Jean-Paul Huchon, le nouveau secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent, et des parlementaires du Parti de gauche.

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, l’un des premiers hommes politiques français à avoir révélé son homosexualité, a annoncé vendredi qu’il ne participerait pas au défilé comme il en a l’habitude, invoquant un autre engagement pris de longue date.

Selon Najat Vallaud-Belkacem, secrétaire national du PS chargée des questions de société, depuis 2007, « plus d’une dizaine de propositions de loi ont été déposées par les parlementaires socialistes pour promouvoir les droits des personnes LGBT, mais la droite les a toujours rejetées ».

Pour le Parti de gauche, « la situation est accablante » puisque les témoignages d’agressions continuent de progresser.

« Le monde du travail, surtout en temps de crise, est l’un des principaux lieux de manifestations homophobes ou lesbophobes. Et depuis l’an dernier, c’est internet qui devient le premier lieu de défouloir des haines homophobes et transphobes », déplore le parti de Jean-Luc Mélenchon. »

Laure Bretton

Article extrait de Capital.fr

Tags : , , , , , , ,