SOUTIEN AUX LUTTES DES PEUPLES TUNISIEN ET ALGERIEN

Éditos Publié le 14 janvier 2011

Manifestation à Lyon SAMEDI 15 JANVIER 2011

Un mouvement social d’une grande ampleur secoue la Tunisie, depuis bientôt un mois, et l’Algérie depuis plus d’une semaine. Même si la situation dans les deux pays diffère à plus d’un égard (structures du pouvoir, politique économique, étendue et durée du mouvement en cours, ampleur de la répression et nombre incomparable de ses victimes, etc.), les causes du mécontentement à l’origine de ce mouvement sont similaires : échec des politiques des pouvoirs en place depuis des décennies, chômage massif des jeunes, augmentation des prix, dégradation des conditions de vie, absence de liberté, refus de prendre en compte les aspirations démocratiques de la société, corruption, main basse sur les richesses nationales accaparées par les clans et les familles proches du pouvoir.  Ces maux qui rongent les deux pays sont la cible du mouvement social actuel.

Au lieu de reconnaître leur échec et d’entendre les revendications légitimes de leurs populations,  les pouvoirs s’enferment dans le déni de la réalité et persistent dans la voie qui a conduit au soulèvement : criminalisation du mouvement social pour justifier la répression, promesses démagogiques que personne ne prend au sérieux.  Le régime tunisien va jusqu’à accuser les media étrangers et imputer à des « mouvements extrémistes » des actes « terroristes » pour justifier la répression et les tirs à balles réelles qui ont fait des dizaines de victimes.

Malgré l’ampleur du mouvement social et la solidarité nationale et internationale,  et malgré les appels de l’ONU, de la communauté Européenne et de certains pays « amis » habituellement silencieux sur ce qui se passe au Maghreb, les régimes en place persistent dans leur aveuglement.

 Dans le cadre de la journée de solidarité internationale, les organisations signataires de cet appel vous invitent à venir nombreux  à la manifestation qu’elles organisent ce samedi 15 janvier 2011 à partir de 10H30 de la Place Jules Ferry (en Face de la gare des Brotteaux) à la Prefecture (150 Rue Molière), en passant par les consulats d’Algérie (126 rue Vauban) et de Tunisie (14 avenue Foch)

 – Pour exprimer notre solidarité  avec les luttes des peuples tunisien et algérien pour le travail, la liberté, la dignité et la démocratie,

– Pour exiger des pouvoirs tunisiens et algériens la prise en compte des revendications légitimes de leurs populations, une meilleure « répartition des richesses », « la fin de la corruption et du népotisme”,  la libération de toutes les personnes arrêtées dans le cadre de ce mouvement et la poursuite des responsables de la répression

– Pour demander aux autorités françaises et européennes d’exiger des gouvernements tunisien et algérien d’honorer leurs engagements internationaux concernant le respect des droits humains et de tenir compte des aspirations légitimes de leurs sociétés

 AGIR ensemble pour les Droits de l’Homme, Ligue des Droits de l’Homme, Fédération des Tunisiens pour la Citoyenneté des deux Rives (FTCR), la Gauche Unitaire, Europe Ecologie-les Verts, les fédérations du Rhône du PS et du PC, ATTAC-Rhône, le Parti de Gauche, Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la Magistrature à Lyon, le MAN, le Mouvement des Jeunes Socialistes, le Mouvement des Jeunes Communistes, UJFP, Temoins » temoinslyon@free.fr, Union syndicale Solidaires Rhône, Parti des Indigènes de la République, unef, CGT Educ’Action du Rhône,  FSU,  Observatoire lyonnais pour la défense des libertés fondamentales en Tunisie, NPA 69, UJFP, CIMADE,

 

Tags : , ,

4 commentaires sur SOUTIEN AUX LUTTES DES PEUPLES TUNISIEN ET ALGERIEN

  1. philgi

    Salut à tous,

    Il est quand même dommage qu’il est fallu attendre que les Tunisiens fassent eux-mêmes leur propre révolution, pour que politiques et médias français s’y intéressent sournoisement.
    Il fallait sans doute plus les aider au moment où il n’avait pas ou plus le droit de s’exprimer sur un régime tyrannique. Ou étiez-nous à ce moment ? Sur leurs plages peut-être ?

  2. hafrit

    vous êtes d’origine marocaine parler de révolution au Maroc , pourquoi vous voulez une révolution dans ces deux pays , mais pas dans votre pays d’origine si vous voulez faire croire que le Maroc est une démocratie ou tout est beau , je pense que c’est bien pire qu’en Algérie et en Tunisie .
    une révolution colorée qui mène l’armée au pouvoir ?
    si demain ca ne change pas pour mes frères tunisiens, inch allah qu’ils ne se fassent pas voler leur révolte par un autre pouvoir militaire par exemple, ces des militaires qui vont avoir en face d’eux et c’est autre choses que la police .
    j’ai vu les tunisiens des villes une minorité ,mais pas ceux des champs la majorité , personne ne cherche a savoir se que pensent les tunisiens des champs .

    http://www.dailymotion.com/video/x2v8ts_il-etait-une-fois-la-revolution_news

    je suis un enfant de la révolte et de beaucoup de printemps .

  3. Gérard Eloi

    @ Najat,

    « …chômage massif des jeunes, augmentation des prix, dégradation des conditions de vie,…

    corruption, main basse sur les richesses
    nationales accaparées par les clans et les familles proches du pouvoir,…

    Au lieu de reconnaître leur échec et d’entendre les revendications légitimes de leurs populations, les pouvoirs s’enferment dans le déni de la réalité et persistent dans la voie qui a conduit au soulèvement : criminalisation du mouvement social… »

    Cela ne se passe-t-il pas aussi ailleurs qu’en Tunisie ou Algérie ?
    Je ne pense même pas à la Birmanie ou l’Arabie saoudite, je pense à vraiment tout près, tout près,…

    C’est donc peut-être le monde qui est en ébullition.

    Que la manifestation de demain interpelle tous ceux qui  » persistent dans la voie qui mène au soulèvement ( via la paupérisation)… », en Tunisie et ailleurs.

    Et un pas sera fait vers un monde respirable…

    @ Degroise,

    Très beau texte, bravo.

  4. Degroise

    L’être humain de n’importe quelle couleur, de n’importe quelle religion à un droit fondamental, celui de sa liberté d’expression.
    Un peuple opprimé est un peuple dont la liberté est bafouée.
    Mesdames et messieurs les présidents intervenez dans ces pays qui ne respectent pas les droits de l’homme et les droits des enfants.

    Lettre aux présidents

    Laissez les enfants à leurs bonbons
    Et à leurs sucres d’orge.
    Vous parlez comme des bouffons et vos paroles
    S’envolent comme des fétus de paille.

    Là bas au loin le canon gronde
    L’enfant se meurt, la femme pleure
    Vous envoyez victuaille, mitraille
    Mais vous laissez le chaos s’installer.

    La haine comme dans un kaléidoscope
    Brille dans vos yeux désireux.
    Vous ne connaissez qu’un seul Dieu,
    Billets verts et billets bleus.

    Marchands de canons,
    Marchands de mort ;

    Laissez les enfants à leurs bonbons
    Et à leurs sucres d’orge.
    Il n’y a pas que la guerre pour vous rendre prospère,
    Il y a l’Amour, l’Amitié ces deux choses si chères.

    Laissez les enfants bâtir
    Ce monde de rires et de joies.
    Demain c’est sur,
    Vous serez Présidents

    texte protégé copie et reproduction interdite

Commentaires fermés.