Education : la méthode du discours.

Éditos En campagne Publié le 29 février 2012

Affaiblissement de l’économie française, dégradation de l’image et de l’attractivité de notre pays, régression pour nos établissements d’enseignement supérieur, remise en cause de l’avenir de milliers de diplômés des écoles et des universités françaises : un seul texte, quatre conséquences graves pour la France, nos jeunes et nos entreprises. C’est le pari difficile réussi par Claude Guéant et Xavier Bertrand grâce à leur circulaire sur les étudiants étrangers diplômés.

Un texte qui demande aux préfectures de restreindre la possibilité donnée aux étudiants étrangers diplômés de travailler en France après leurs études. Un bel exemple, parmi tant d’autres, des errements et des incohérences du mandat de Nicolas Sarkozy dont le degré d’improvisation n’aura eu d’égal que le niveau d’inefficacité. Un fil conducteur qui éclaire l’action gouvernementale des cinq dernières années, mieux que toutes les promesses de campagne sur la priorité donnée à l’éducation. Le discours du candidat d’un coté, la méthode du Président de l’autre : quel contraste !

Devant la levée de bouclier des étudiants, des universitaires, des chefs d’entreprise et des élus de tous bords, le gouvernement a certes tenté sans succès de faire demi-tour à quelques mois de l’élection présidentielle. Trop tard : le mal est fait. Un véritable leitmotiv pour tout un quinquennat…

Tags : , ,

5 commentaires sur Education : la méthode du discours.

  1. Christophe

    La méthode de campagne de M. Sarkosy me fait penser à une citation de Nietzsche : «Souviens-toi d’oublier.» ;-)

  2. jaafar

    Pour la vie étudiante le governement actuel veut bien en debaracer.Il veuent instorer l illitrisme dans le pay de la liberté.Pour la recherche pesonelle;il interdit d en parler;surtout quant il s’agie de la recherche sur l histoire d immigration,la recherche sur les documents administratives en terminant par la genealogie.J en est les preuves et je suis capable de tout jutifier.Sur l immigration on va comparer, le pere Sarkozy est entrer en france en 1948 a l’age de 20 ans pendant sa majorité,mon pere est entrer en france en 1944 a lage de 11ans,il etait le bien venu .la prefecture qui confirme la regularisation de mon pere en temps de gerre ma inviter a quetter le territoire français en temps de paix.Avec l adjonction de deux noms franciser,j aime bien savoir est ce que mon père est Marocain ou français.De plus mes biens son bloquer et comment faire pour les recuperer.

  3. AJ77

    Bonjour Najat, bonjour à tous,

    Ce billet intitulé «La méthode du discours . . .» résume ici une politique ambivalente et schizophrène. En d’autres termes, sous l’apparence d’une improvisation due à des difficultés à assumer la fin de mandat aux abois. Donc ce qui s’impose est davantage l’incompatibilité totale entre des objectifs non dévoilés et l’offre d’une pseudo-nouvelle-crédibilité tonitruée sur le marché de l’électorat !

    Pour bien conduire sa raison il convient de consolider les explications gagnées sur la part de doute qui y faisait obstacle.
    Dans le cas de Nicolas Sarkozy, l’objet, le projet qui sous-tend la méthode étant idéologiquement ultralibéral, donc inavouable, demeure inchangé après avoir été scellé de longue date par un comité restreint émanant de l’outrageant camp du Fouquet’s en 2007. Depuis lors ce programme non divulgué a élaboré un ensemble des mesures gouvernementales d’apparence incohérente qui atteignent leur terme aujourd’hui.
    Il s’ensuit que le discours du candidat ne peut que dériver sans fin vers des promesses fallacieuses, improprement appelées propositions, instrumentalisant les besoins et attentes des français désabusés. Or ces paroles n’engagent que celles et ceux qui y croient dur comme fer puisqu’elles forment un assortiment de boniments dans le genre «travailler plus pour gagner plus». … Cinq ans après nous devrions connaître cette chanson qui inverse les valeurs, « celui qui donne du crédit au baratin est celui qui croit gagner, mais qui finit par perdre ».

    Les dites propositions sont là pour cela, pour leurrer en étalant un soupçon de prodigalité sociale afin de ne pas paraître irréfléchie et un faux semblant de pseudo-compétence de la droite.
    La communication dominante consiste à saturer de l’information incohérente dont le but est de troubler la sérénité préélectorale de peur que les électeurs de droite ne comprennent la pertinence du projet socialiste. Mais le brouillage ne peut avoir qu’un effet provisoire : ce pourrait être la stratégie de la première phase du 1er tour.
    Très opportunément les attaques visant à diviser les français interviennent pour relativiser à outrance les résultats du quinquennat finissant afin d’obtenir un climat d’oubli dans la campagne quant à l’échec patent de la politique qui s’achève.

    D’ailleurs comment pourrait-il en être autrement puisque n’existe aucun programme ou projet du candidat président sortant ? Sans ce sésame, comme il est aujourd’hui catalogué incompétent, il ne peut pas démontrer sa capacité à faire mieux.
    En réalité il y a certainement un véritable programme qui est tenu par les quelques initiés de la finance de haute volée ?

    Amicalement.

  4. jean louis prime

    Cette loi sur les etudiants étrangers est une véritable dose de préférence nationale. A travers le quandidat N.Sarkozy une dose de Marine Le pen risque d’être représenté au deuxième tour de l’election présidentielle. Il y a en effet de nombreuses similitudes dans les manières de faire, lorque l’on entend Mr Guaino dire que certaines personnes ne devraient pas participer au débat politique pour le pas le pourrir. Oublie t il que parmis nos libertés fondamentales il y a celle de s’exprimer librement. Je crois qu’il faut prendre garde de certaines attitudes. Le Front nationale pourrait bien être l’arbre qui cache la forêt UMP.

  5. canetti

    Pour être élu, il faut promettre et faire en sorte de faire rêver…Après il faut tenir ses promesses et la ça devient plus difficile. Je reproche aux politiques, et j’espère que François Hollande me contredira, de ne pas prendre au sérieux leur fonction. Certes les engagements pris demandent que tout les conditions soient réunies pour les mettre en oeuvre. Il faut s’en expliquer dans ce cas et être sincère et loyal avec les Français. Ils peuvent le comprendre..
    Je pense que françois Hollande est capable de donner cette dimension à cette fonction.
    Inutile de nous comparer tous les jours avec L’allemagne. La France a un rayonnement dans le monde que l’Allemagne n’a pas mais cet acquis est fragile. Nous devons moderniser la France sur le plan industriel c’est la clé de notre avenir. Si nous réussissons cette évolution alors le chômage baissera..Entre temps bien sur qu’il faudra prendre quelques
    « mesurettes » car les 4 millions de personnes sans emplois n’ont pas le temps d’attendre..
    Vivre sans argent est impossible, on ne fait que survivre grâce aux aides..C’est pourquoi il faut que les plus aisés contribuent temporairement, ils doivent le comprendre et je sais que pour la plupart c’est le cas..
    Evidemment que c’est énorme de se faire ponctionner 75 % d’une partie de ses revenus mais si nous n’avions pas laissé la situation de l’emploi se dégrader depuis 10 ans, nous n’aurions pas besoin d’avoir à le faire..
    Ayant travaillé dans un groupe international plusieurs années, je peux en dire beaucoup sur les augmentations individuelles. Comment voulez vous faire admettre aux employés/ouvriers qu’il n’est pas possible d’accorder plus de 1.5 voire 2 % alors que dans le même temps les augmentations des cadres sont à deux chiffres…plus les bonus etc…
    Bonne chance à FH

Commentaires fermés.