La parité n’est pas un luxe

Droits des femmes Publié le 18 juin 2012

L’élection de l’Assemblée Nationale hier soir a montré une nette progression des femmes parmi les députés. De 18,5% dans l’ancienne Assemblée (108 élues), elles représenteront dans la prochaine près de 27% des élus (155). Ce progrès, du aux efforts faits par la gauche, ne doit pas masquer la réalité. L’égalité n’est pas encore devenue un automatisme de la vie politique française.

Comme le Président de la République s’y est engagé, la parité sera rendue plus contraignante dans toutes les sphères de l’action publique. En particulier, s’agissant des élections législatives, des mesures seront adoptées pour que, à l’avenir, les dotations de l’Etat aux partis politiques qui ne contribueront pas à la parité dans l’investiture de leurs candidats soient purement et simplement supprimées.

La logique de la parité doit être plus largement étendue à l’ensemble de la sphère publique. Nous appelons les partis politiques à y veiller dans la perspective des prochaines échéances électorales et notamment des élections municipales. La France n’a aujourd’hui pas plus de 14% de femmes maires. Cette situation doit évoluer.

La parité n’est pas un luxe : le partage des responsabilités à égalité entre les femmes et les hommes est une étape incontournable pour réaliser l’égalité dans tous les domaines.

12 commentaires sur La parité n’est pas un luxe

  1. Felix Daniel

    Bonjour,

    Il semble y avoir une double logique dans le Code électoral.

    Dans le langage courant, un parti « investi » des candidat-e-s mais, selon le Code électoral, ce sont, in fine, les candidat-e-s (seul-e-s reconnu-e-s par l’Etat pour les actes de candidature) qui désignent le parti auquel il souhaite voir « rattaché » le financement calculé d’après les voix obtenus.

    Formellement, la désignation n’est connu que de la préfecture où la candidature est déposée. On pourrait d’ailleurs être « investi/présenté » par un parti et en désigner un autre ! Ce n’est évidemment pas correct et on ne pourra le faire qu’une fois (le parti s’en apercevra au moment du versement de la dotation…), mais rien n’empêche de le faire !

    Cordialement,

    Felix Daniel

  2. TANGUY

    Bravo pour cette mesure ! La parité est parfaitement atteignable, encore faut-il que les hommes veuillent bien arrêter de monopoliser tous les pouvoirs. Il convient donc d’agir également sur la limitation du cumul des mandats. Comme il ne faut pas compter sur le volontariat, frapper au portefeuille des partis récalcitrants est une bonne mesure.
    Bon courage

  3. bernard

    la parité je veux bien mais les compétences dans tout sa( suppléante de LEFOLL qui va siégé a l’assemblée M TOLMONT 3è ajointe au maire de fay petite commune sarthoise que je connais bien, j’ai peur pour elle et pour celui qui la mis en place,,,,,,,,,,

  4. titi

    Najat, tu es aussi Marocaine. En matière de droit des femmes la situation du Maroc est sans commune mesure avec celle de la France.

  5. AlephThot

    Bonjour,

    bien évidement qu’il faudrait une parité en politique, et qu’il est inadmissible d’avoir un tel écart. Qu’il faille légiférer, peut être. Être aussi direct, pourquoi pas (il existe malheureusememt de nombreux cas où certain préfèrent payer plutôt que…, tels les villes et la proportion de HLM…).

    Mais avant tout, ce sont les moeurs qu’il faudrai réussir à changer, cela devrait être normal, naturelle. Un tel débat devrait être futile…

    Alors ma question est : où sont les limites? Où faut-il s’arrêter?
    quelques exemples (non exhaustifs bien sur…):
    _ 15% de filles dans ma promo d’école (d’ingé), pour 300 élèves
    _ congé paternité différent de congé maternité
    _ de nombreux métier ne sont pas paritaire : policier/militaire/instit/technicien(ne) de surface (femme de ménage)/dames de cantine/maîtresses d’école/éboueur/routier/pompier…
    _ etc…

    faut-il à chaque fois imposer/encourager la parité? cela a-t-il un sens?

    bravo et bon courage tout de même

    amicallement

  6. bibi

    Tout d’abord, l’égalité totale est un mythe.

    De plus, toutes ces mesures, c’est considérer que la parité est un but, indispensable.
    Je ne dis pas que je suis contre, mais couper court les subventions, c’est « un peu » autoritaire pour quelque chose de souhaitable sans aucun doute, mais de là à en faire tout un plat …
    On pourra me faire remarquer cette hypocrisie de dire « mais oui mais oui je suis tolérant, ouvert, non sexiste ou anti [tout]-phobe, etc » ; car se rendre compte de la situation est nécessaire pour que la méritocratie fonctionne correctement.

    Une autre solution serait de supprimer la mention du sexe sur la carte d’identité, comme certaines le réclament, on aurait ainsi plus de problème de parité (mot devenant alors vide de sens). (je suis un brin sarcastique en disant cela ;) )

    cordialement

  7. jean louis prime

    Madame la Ministre
    bonjour Najat

    Contrairement au commentaire de Caille je ne suis pas choqué de la fermeté qui est la vôtre sur ce sujet. Trop de temps a passé sans que l’on puisse faire évoluer les choses de manière significative. Il est temps de bousculer la socièté. Ne lachez rien Madame la ministre !!

    Je voulais vous remerciez pour vôtre intervention sur france 2 hier soir, je veux parler des 10 secondes réclamées à Mr Pujadas, que vous avez exclusivement consacrées à Ségolène Royal.
    Egalement votre intervention de ce jour dans le parisien où vous qualifiez « d’ombre au tableau » ce qui s’est passé à la Rochelle. C’est vraiement comme ca que j’ai ressentis les choses hier soir, on n’arrivait pas à être pleinement satistfait des ces éléctions malgré le resultat.
    Une fois encore je voudrais saluer ici vôtre loyauté et vôtre fidélité qui a peu d’égal dans la politique francaise.

    Bien à vous

  8. Caille

    Que la parité ne soit pas un luxe, c’est une évidence et qu’indépendamment du sexe, il faille aller chercher les compétences, je suis pleinement d’accord. Qu’il y ait encore des efforts à faire, oui. Mais quant à imposer cette parité de manière systématique et coercitive, c’est inadmissible. On recherche des compétences et non des sexes. ce type de démarche aussi systématisée ne conduira au résultat voulu mais plus vraisemblablement a de superbes erreurs de « casting », hommes ou femmes confondus.

  9. Pascal Wilder

    Bonjours Najat, la parité est aussi la parité et l’égalité entre tous les hommes et toute les femme,ors pendant les tractage pour Anne ta remplacante, j’ai rencontré une personne française qui n’a pas le droit de vote parce qu’elle fair parti des gens du voyage. Ces personnes ne peuvent voter que si elles résident au moins 3 mois dans la même commune, ce qui n’est jamais le cas. Il serait bien de trouver une solution pour eux.
    A bientôt
    Pascal

  10. Bergeri Jean-paul

    Au-delà de la parité à la base, il y a aussi un réel partage des responsabilités : L’assemblée nationale a des commissions, combien y aura-t-il de présidentes de commissions ? Il y a les vice-présidences, combien y aura-t-il de vice-présidentes ? Je ne pose pas la question d’une présidente, le jour s’y prête mal. En tout cas, la parité n’est effectivement pas un luxe.

Commentaires fermés.