« Il faut passer dans le dur »

Droits des femmes Publié le 23 septembre 2012

Capture d’écran 2012-09-23 à 16.41.45La ministre des Droits des femmes a rencontré samedi plus de deux cents militants et sympathisants socialistes réunis à Mignaloux-Beauvoir.

Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement, a participé samedi à l’université de rentrée de la 2e circonscription de la Vienne et de sa députée socialiste Catherine Coutelle, présidente de la délégation de l’Assemblée nationale aux droits des femmes.

Devant plus de deux cents militants et sympathisants réunis à Mignaloux-Beauvoir, avant d’évoquer l’actualité des droits des femmes, la ministre est revenue sur les mesures urgentes mises en œuvre depuis trois mois pour « faire prendre conscience du chemin parcouru depuis l’élection de François Hollande ».
Elle a tenu à répondre à certains, en particulier à droite, qui critiquent l’immobilisme du gouvernement actuel et du président de la République.

«  On a aujourd’hui une ministre de plein droit  »

« Cela conforte ce que nous avons toujours dénoncé, c’est que pour l’ancienne majorité, l’agitation faisait office de politique. C’est vrai qu’aujourd’hui, nous ne sommes pas dans l’agitation, la caricature, nous n’annonçons pas trois projets de loi par jour, quinze réformes par semaine, parce que nous prenons le temps de la réflexion, de la construction (….) pour apporter des réponses en profondeur et pas des paillettes. »
Sa visite à Poitiers a été aussi l’occasion pour elle de saluer les expérimentations réalisées dans la région sur le terrain de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, de la liberté des femmes de disposer de leur corps à travers le pass contraception… « J’ai participé pendant cinq ans à la délégation sous le précédent mandat, témoigne Catherine Coutelle. Mais là, tout a changé. On a une interlocutrice, une ministre de plein droit, le travail se fait tout à fait différemment. »
Pour Najat Vallaud-Belkacem, l’égalité professionnelle femme-homme est un grand chantier : « On est loin du compte dans tous les domaines, il faut passer dans le concret des choses, dans le dur », notamment en s’assurant de l’effectivité des lois déjà existantes.
La salle l’a également beaucoup applaudie lorsqu’elle a insisté sur la nécessité d’agir sur la parité homme-femme en politique, ainsi que sur le cumul des mandats : « Il va falloir à un moment donné être beaucoup plus ferme avec les partis politiques et ne pas se contenter de pénalités financières. Comptez sur nous pour les augmenter, pour faire en sorte que pour ceux qui vraiment ne font aucun effort, ils ne reçoivent plus de subventions publiques. »

la phrase

 » Chacun milite comme il l’entend « 

« Les actions coups de poing sont souvent plus visibles. C’est de l’activisme », dit Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, au sujet des Femen qui militent en manifestant seins nus et qui viennent d’ouvrir un centre d’entraînement à Paris. « Ce n’est pas mon rôle. Le gouvernement est là pour faire avancer la société en tenant compte de toutes ses composantes. »

Philippe Bruyère

Un commentaire sur « Il faut passer dans le dur »

  1. Fiaudrin

    Je vous ai vu ce matin avec Mr Bourdin, et je ne peux que vous faire part de mon admiration pour votre expression facile et convaincante.Enfin des ministres jeunes sans « gamelles » accrochées à leur passé, et qui ont cette sincère envie d’amener du réel changement . Vous êtes dotée d’une intelligence et de connaissance de la vie politique exceptionnelles, qui permet de ramener le souvenir de certaines choses peu honorables pour la droite. Continuez à être le porte-parole de Mr Hollande avec autant de convictions ! Encore une fois Bravo . Avec tous mes respects.

Commentaires fermés.