Ma tribune : Quand « The Economist » se trompe

Divers Porte-parolat Publié le 20 novembre 2012

Les Echos - Logo

La semaine dernière, le magazine britannique « The Economist » nous prend à partie.« La France pourrait devenir le plus grand danger pour la monnaie unique européenne. » Il y a quelques semaines encore ce même magazine avait pourtant pris en exemple notre politique comme le symbole d’un tournant international. « Les inégalités ont atteint un tel niveau qu’elles peuvent être inefficientes et peser sur la croissance », disait-il. Face à cette évolution, nous incarnions le retour du « vrai solidarisme » (« true progressivism »).

« The Economist » contre « The Economist » ? Qui croire ? Osons le dire sans complexe, nous sommes de ceux qui croient dans le tournant vers la solidarité. Notre gouvernement est à l’avant-garde d’une nouvelle cohérence, que nous installons pas à pas dans le dialogue permanent avec les forces économiques et sociales de notre pays. Cette cohérence repose sur trois différences décisives : la justice fiscale, la réorientation de l’Europe et le redressement de notre compétitivité. La politique que nous conduisons est la première depuis vingt ans à bousculer l’idée selon laquelle la politique fiscale doit se brider à cause des risques de délocalisation de la richesse. Si nous sommes très observés, c’est que nous sommes les premiers à refuser ce dogme. Les mesures font masse : la création d’une tranche d’imposition à 45 %, la nouvelle imposition à 75 % des revenus supérieurs à 1 million d’euros, l’égalisation du taux d’imposition des revenus du capital et du travail, le plafonnement des niches fiscales. Avec ce budget de front populaire, nous avons sonné la fin de la politique de la tête baissée qu’avaient pratiquée nos prédécesseurs et montré que la solidarité fiscale renforce un pays plus qu’elle ne l’affaiblit. François Bourguignon a montré dans ces colonnes que notre budget permettra d’infléchir significativement la hausse des inégalités. Nous sommes le seul gouvernement en Europe à avoir placé si haut cette ambition.

Notre budget est deux fois plus ambitieux que la moyenne des pays européens en termes de réduction du déficit structurel (2 % contre 1 %). Et nous amplifierons encore l’effort sur les dépenses pour améliorer notre compétitivité. Nous faisons ce qu’il faut pour libérer les générations futures du poids de la dette et pour réinstaller l’espoir. Et nous sommes crédibles : nous avons gagné plus de 40 points dans le « spread » de taux de la France et de l’Allemagne depuis notre arrivée au pouvoir et, aujourd’hui, nous empruntons à des taux négatifs sur la plupart de nos lignes de crédit.

Parce que le contexte européen a changé, nous ne sommes pas contraints de prendre le chemin de la compétitivité par la déflation, celui que nous avait préparé Nicolas Sarkozy sur le modèle de l’Allemagne du milieu des années 2000. Nous le faisons par des réformes structurelles.

Notre économie a connu en 2009 le plus fort recul de l’activité depuis 1945. Elle a perdu cette année-là plus d’emplois qu’elle ne l’avait jamais fait depuis que les statistiques de l’emploi salarié existent (1954). Cette année-là, nous avons connu la plus forte augmentation du chômage depuis que le chômage existe dans sa forme contemporaine, c’est-à-dire le premier choc pétrolier. Nous subissons encore les contrecoups de ce séisme.

Le paquet que nous avons annoncé le 6 novembre est une réponse à la hauteur de ce choc. Avec la création du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, nous baisserons les charges des entreprises, à travers un mécanisme innovant de crédit d’impôt qui permettra d’avoir de véritables contreparties en termes d’emplois. Ce dispositif sera massif (20 milliards euros) et pour moitié financé par une baisse de la dépense publique. Nous augmentons la TVA dans des conditions qui épargneront les ménages défavorisés et ne pèseront pas sur le pouvoir d’achat en 2013. Enfin, et c’est essentiel, cette restauration de la compétitivité-coût de notre économie est concomitante du programme le plus ambitieux que la France ait connu depuis vingt ans pour restaurer nos atouts dans la compétition internationale.

Le changement est en marche. Et nous réussirons.

Najat Vallaud-Belkacem

Tags : , , , ,

5 commentaires sur Ma tribune : Quand « The Economist » se trompe

  1. potl

    На мой взгляд, это интересный вопрос, буду принимать участие в обсуждении.

  2. Chris

    On s’en fou des avis the Economist!!! Il y a beaucoup de gens (FEMMES aussi )dans une situation horrible. La plupart de ces gens ont voté F. Hollande!
    Amicalement,

  3. Chris

    source: http://www.jovanovic.com/blog.htm
    emoignage Auto Entrepreneur:
    Mr Montay
    « Je viens de recevoir mon avis d’imposition de cotisation foncière des entreprises, l’impôt qui a remplacé la taxe professionnelle. + 500% d’augmentation! Dans le détail :
    – la cotisation foncière passe de 62 à 353 euros, soit + 470%
    – la taxe pour frais de chambre de commerce passe de 4 à 44 euros, soit + 1000%
    – les frais de gestion (puisque c’est à nous de payer les frais lié au recouvrement de nos impôts) passent de 4 à 16 euros, soit + 300%
    Et je sais que je suis très privilégié par rapport aux commerçants et artisans, car si l’augmentation, en taux, est délirante, elle reste, en valeur absolue, d’un montant supportable (enfin, il s’agit quand même de payer 413 euros de taxe qui viennent se rajouter à la taxe foncière et à la taxe d’habitation déjà payées sur le même appartement). Par ailleurs, je n’ai pas connaissance que la chambre de commerce ait multiplié par 10 ses effectifs. Plus que le montant en lui-même, c’est la brutalité de l’augmentation et la sensation que cela a été fait en douce, avec le moins de publicité possible, qui me dérange. Et dans le même temps, touchés par la crise, nos clients sont de moins en moins enclins à nous confier du travail, et nos revenus diminuent.
    Un rapide complément, puisque j’ai voulu savoir comment il est possible d’augmenter certains impôts de 500% en une seule année (et maintenant que je le sais, je découvre qu’il est possible que je paye encore 3 fois plus l’année prochaine! 2000% d’augmentation en 2 ans si cela se vérifie !) (…) Et voila comment ma taxe « minimale forfaitaire » passe de 62 à 353 euros. Pour l’instant cette revalorisation est limitée à 5 départements pilotes, mais devrait être étendue à l’ensemble de la France en 2015. Nous avons eu connaissance du cas d’un autoentrepreneur qui se voit réclamer 800 euros, et d’un consultant habitant le sud de la France pour lequel la cotisation est passée de 385 à…2546 euros! Cela, ajouté à mon mail précédent où vous voyiez que les professions libérales participent certainement plus que leur part à l’effort national, et vous comprendrez le ras-le-bol qui gagne la profession ».

  4. Chris

    Bonsoir Najat,
    Non!
    -France Télévisions va virer 500 personnes (France 2, 3, etc.)
    -TF1 prépare un plan d »économies » de 85 millions, comprenez licenciements à venir.
    -Ligne Roset (vous savez, les meubles snobs qui coûtent 10 fois trop cher) va se séparer de 93 salariés
    -Veolia prépare un plan de départ « volontaires » de 100 personnes sur les 500 de son siège social
    -Les cloisons Clestra à Strasbourg est en faillite avec 500 personnes à bord
    -Le groupe Direct Line assurances a renvoyé 900 personnes
    -Supra, l’assureur du Canton est « au bord de la faillite »
    -Idd Tech (pharmacie) est en faillite et vire 50 salariés
    -Ethicon a bien reçu la permission de délocaliser son usine de l’Eure et Loire en Amérique du sud
    -Les artisans et pme: les 171 millions d’euros de travaux au Château de Versailles ont été reportés à une date inconnue pour cause d’absence de budget.
    -SAS, compagnie aérienne va licencier 1.000 personnes et baisser les salaires de 15%
    -Iberia, vous l’avez entendu partout, va se séparer de 7.000 salariés
    -Le quotidien Sud Ouest va sabrer 180 postes
    -Candia sabre 313 personnes et ferme 3 usines en France
    -La pme Parisot Mattaincourt va être obligée de licencier au moins 100 personnes sur ses 380 salariés
    -Gaba supprime 240 postes
    -Straumann 150 emplois
    -Groupama vire au moins 80 personnes
    -Philips vire 218 personnes
    -En France Alcatel va virer 1430 personnes
    -La Banque Rothschild se sépare de 66 personnes.
    Colgate-Palmolive va supprimer environ 2300 emplois dans le monde d’ici fin 2016
    -Ebay vire 325 postes met fin aux contrats de 120 sous-traitants
    -PSA et Toyota stoppent leurs usines en France cette semaine
    -Sicli met 110 personnes à la rue
    PC Loos met 2 unités de production à l’arrêt
    RFS Trignac Alcatel licencie 25 personnes
    – Dow Chemical va fermer 20 usines et licencier 5% de ses salariés soit 2400 personnes (CNBC) en particulier en Belgique et en Hollande
    – DuPont va virer 1500 personnes
    – Pfizer Canada licencie 300 salariés merci à Isabelle
    – (correctif) UBS va licencier 10.000 de ses banquiers dans le monde le FT.
    – Coca Cola Europe va se débarasser de 500 personnes
    – Nokia-Siemens-Networks se sépare de 17.000 salariés dans le monde entier le FT.
    – Hewlett Packard Belgique va perdre 250 emplois, merci à Antoine.
    – le « Darty » belge, Photo Hall, vient de tomber aussi et 350 personnes vont perdre leur travail.
    – La Louvière et sa sidérurgie belge sont aussi frappés () avec plan de départs de 600 personnes (merci à Marie-Christine)
    – Ford Angleterre va licencier 1.400 ouvriers en fermant les usines de Southampton et Dagenham.
    – Ford Belgique à Genk va licencier 5.000 ouvriers ce qui veut dire que 5.000 autres perdront leur emploi chez tous les sous-traitants et entreprises connexes .
    – Electrolux ferme son usine pour la délocaliser en Pologne, 410 emplois vont sauter.
    – Dans le Morbihan, 96 emplois disparaissent chez Cvo Plouhinec Ouest France ici, merci à Scod.
    – Sunrise Suisse renvoie 140 personnes.
    – Ex Libris, la chaîne de librairies suisse va fermer près d’un quart de ses magasins
    – Logitech Suisse renvoie 43 personnes de plus
    – Planzer en Suisse vire 20 personnes suite à la délocalisation de Nespresso
    ..etc.

  5. Gérard Eloi

    Mise au point parfaite, Najat, bravo.

    Analyse claire, très complète, très convaincante.

    Dans le style énergique que nous apprécions depuis longtemps.

    J’aime beaucoup cet engagement pour l’avenir :

    « …Nous faisons ce qu’il faut pour libérer les générations futures du poids de la dette et pour réinstaller l’espoir. Et nous sommes crédibles : nous avons gagné plus de 40 points… »

    Ainsi que la superbe conclusion :

    « Le changement est en marche. Et nous réussirons. »

Commentaires fermés.