« Le mot d’ordre est de rester mobilisé sur le front de l’emploi »

Najat Vallaud-Belkacem Portrait
Porte-parolat Publié le 20 août 2013

Ce lundi 19 Août 2013, je répondais aux questions du quotidien Le Parisien et revenais sur le dossier des retraites et notre priorité qu'est l'emploi.

Le Parisien : En cette rentrée, le gouvernement n’est-il pas déjà obsédé par les élections municipales de mars ?
Najat Vallaud-Belkacem : Non, ce qui intéresse le gouvernement, c’est la situation économique et l’emploi. La meilleure préparation pour les municipales, c’est de se préoccuper des Français, de leur emploi, de leur avenir, de la rentrée scolaire de leurs enfants…

LP : Justement, le gouvernement est aussi attendu sur ce terrain de la rentrée scolaire…
NVB : C’est une rentrée scolaire très importante car c’est la première année de l’application de la réforme portée par Vincent Peillon. L’objectif est d’améliorer la réussite scolaire des élèves. On va voir se concrétiser beaucoup de choses : des mesures pour lutter contre les inégalités scolaires dès le plus jeune âge, des moyens humains plus importants déployés dans les écoles et la mise en œuvre dans certaines communes de la réforme des rythmes scolaires.

LP : La réforme des retraites se fera-t-elle a minima ?
NVB : Je ne le crois pas. Les Français veulent à la fois qu’on garantisse la pérennité de notre système de retraites par répartition et que la réforme soit faite sur une base juste, car tout le monde n’est pas à égalité par rapport à la retraite. Le gouvernement a annoncé qu’il tiendrait compte de la pénibilité et de l’égalité, notamment entre les hommes et les femmes. Pour être durable, ce sera donc une réforme structurelle. Les efforts seront répartis de manière équitable, sans brusquer les choses.

LP : Beaucoup s’inquiètent, y compris dans la majorité, de la hausse des impôts…
NVB : La stratégie budgétaire du gouvernement n’a pas changé : trouver le point d’équilibre permettant de réduire les déficits tout en soutenant la croissance. Le budget 2014 ira en ce sens avec d’un côté la réduction des déficits (essentiellement fondée sur la baisse des dépenses publiques de 1,5 Md€) et un soutien très fort à la compétitivité de l’économie.

LP : Le pari du président d’inverser la courbe du chômage d’ici à la fin de l’année sera-t-il tenu ?
NVB : L’emploi est notre objectif prioritaire. On enregistre quelques signaux prometteurs comme le chômage des jeunes qui est en baisse et la reprise de l’emploi intérimaire au dernier semestre. Et notre dispositif sur les emplois d’avenir (plus de 40000 contrats signés) monte en puissance. C’est encourageant, mais le mot d’ordre en cette rentrée est de rester mobilisé sur le front de l’emploi.

Tags : , ,