Quelques éléments importants sur l’orthographe et le décret du 6 décembre 1990

Éducation nationale Publié le 4 février 2016

Face à la polémique stérile sur l’orthographe, une mise au s’impose.

Il ne revient pas au ministère de l’Éducation nationale de déterminer les règles en vigueur dans la langue française. Ce travail revient à l’Académie française depuis Richelieu, qui assigna pour principale fonction à cette instance de donner des règles certaines à notre langue.

Le conseil supérieur de la langue française a adopté en 1990 des rectifications de l’orthographe, approuvées par l’Académie française. Les éléments sont disponibles à l’adresse suivante sur le site de l’Académie française :
http://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/rectifications_1990.pdf

L’orthographe en vigueur est aussi disponible via le dictionnaire de l’Académie française.

Dans son discours à l’époque, le secrétaire perpétuel de l’Académie française, Maurice Druon, rappelait :

Il a été entendu que les propositions des experts devraient être à la fois fermes et souples : fermes, afin que les rectifications constituent une nouvelle norme et que les enseignants puissent être informés précisément de ce qu’ils auront à enseigner aux nouvelles générations d’élèves ; souples, car il ne peut être évidemment demandé aux générations antérieures de désapprendre ce qu’elles ont appris, et donc l’orthographe actuelle doit rester admise.

Les programmes de 2016 font référence à la règle en vigueur tout comme les programmes précédents de 2008 adoptés lorsque Xavier Darcos était ministre de l’Éducation nationale.

Vous en trouverez un extrait ci-dessous.

2008 Programme de français au collège, http://cache.media.education.gouv.fr/file/special_6/21/8/programme_francais_general_33218.pdf (p.3/15)

NB : Pour l’enseignement de la langue française, le professeur tient compte des rectifications de l’orthographe proposées par le Rapport du Conseil supérieur de la langue française, approuvées par l’Académie française (Journal officiel de la République française du 6 décembre 1990). Pour l’évaluation, il tient également compte des tolérances grammaticales et orthographiques de l’arrêté du 28 décembre 1976 (Journal officiel de la République française du 9 février 1977)

Ces règles sont une référence mais ne sauraient être imposées, les deux orthographes sont donc justes.

Tags : ,

12 commentaires sur Quelques éléments importants sur l’orthographe et le décret du 6 décembre 1990

  1. Christiane Leleu

    Madame, je suis loin d’être une personne obtuse,au contraire je me considère comme quelqu’un de très ouvert vers les autres. cependant, je trouve que cette réforme de l’orthographe n’aura aucun effet sur la connaissance et le bien fondé de l’apprentissage de la langue française. Je suis consciente et même satisfaite q’une langue ne reste pas morte et évolue, mais, je reste très dubitative quant aux conséquences
    en effet bien souvent,c’est à travers les racines des mots qu’on en en comprend le sens : exemple : graphologue : racine de grapho = – du grec graphein (écrire) et racine de logue = Étude, discours, raison, parole, science. Et comment vais je retrouver le sens du mot graphologue si je l’écris grarfologe !!! Touchez pas à ma langue, il y a d’autres urgences et apprenez à faire aimer votre langue et toutes ses nuances à vos enfants : ils comprendront aussi et ainsi la diversité du Langage et la diversité tout court. et nos enfants sont loin d’être stupides comme on a l’impression
    qu’ils sont percus ajpud’hui

  2. Christiane Leleu

    MMais, bien souvent,c’est à travers les racines des mots qu’on en en comprend le sens : exemple : graphologue : racine de grapho = – du grec graphein (écrire) et racine de logue = Étude, discours, raison, parole, science. Et comment vais je retrouver le sens du mot graphologue si je l’écris grarfologe !!! Touchez pas à ma langue, il y a d’autres urgences et apprenez à faire aimer votre langue et toutes ses nuances à vos enfants : ils comprendront aussi et ainsi la diversité du Langage et la diversité tout court émoticône smile Grammaticalement et grand mère (ment) à vous émoticône smile

  3. rodier

    ministre de l’éducation celle là qui ne me semble pas du tout être une pure française ! la France ne nous appartient plus depuis longtemps ils en ont été tous et toutes jalouses ! son niveau intellectuel et sa culture ne viennent pas vraiment de chez nous ! un beau mélange tout cela, quelle honte, on ne nous à rien demander même pas un référendum ! une obligation ! déjà qu’il n’y a plus assez de profs là c’est le comble !

  4. Robert

    Merci de cet article.

    Je confirme ce qu’écrit ‘Guillaume’ : il suffit (et oui, l’effort est toujours formateur, sans voir des complots choses ‘bizarres’ partout !) de copier, dans le champ de votre navigateur, le lien
    <a href="http://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/rectifications_1990.pdf&quot;
    pour télécharger le vieux texte de 1990 : il avait fait un peu de bruit à l’époque, mais pas autant que les risibles dérapages et les verbeux commentaires politiciens actuels ; cette ministre (qui reste -en démocratie- critiquable) et ce gouvernement (qui prête bien évidemment à contestations multiples) ne sont donc pas à la fois les fossoyeurs de notre langue, de notre glorieux passé et de notre République affaiblie !

    Je pratique l’ancienne orthographe et j’apprécie les sophistications orthographiques inutiles (« nénuphar »), mais cet esthétisme demande un peu de tolérance. C’est ce qu’avait choisie la conservatrice Académie Française, dès 1990 !

    Soyons bienveillant : ce qui est vraiment très irritant, ce sont les erreurs syntaxiques, les confusions linguistiques et les anglicismes inutiles.
    Et cela, alors que l’écrit diffus et multi-polaire se répand via les articles et surtout les commentaires sur les sites, les blogues, sur FB, sur Twitter et autres supports d’échanges supposant une maîtrise partagée des formes écrites de notre langue : maîtrise souvent absente de la majoritaire partie des intervenants sur internet.

  5. Lafille

    Bonjour,
    Je suis formatrice en ESPE et essaie de fournir des éléments de réflexion rigoureux aux étudiants.
    Je cherche désespérément une source INSTITUTIONNELLE valide proposant actuellement au téléchargement le texte présenté par Maurice Druon « Les rectifications de l’orthographe » le 6 décembre 1990.
    Le lien présent sur votre site ne fonctionne pas !
    On trouve sur le WEB le pdf de ce texte, l’url comporte bien les mots « academie française »… Mais chose bizarre : c’est en vain que j’ai essayé de le retrouver via Legifrance ou via le site de l’Académie française…
    Dans ce contexte polémique, je trouve ça étrange…

  6. Zorzi

    « Face à la polémique stérile… » Cela en dit long sur l’estime de la « Ministre » envers la plèbe et le débat… Et non, cette société n’est pas encore dogmatique ni « âne-éantie », ne vous en déplaise…

  7. sagittaire

    nullité et médiocrité au sommet. Reforme inutile car ce n’est pas en simplifiant l’orthographe que vous ferez des illettrés et des simplets, des personnes cultivées qui maîtrisent leur langue et qui ont une instruction

  8. Viano stephanie

    Bonjour,
    Le lien vers le fichier pdf de l’académie française n’est pas accessible. Il faut un mot de passe. Est-il possible d’y avoir accès par un autre biais ?
    Merci.

  9. squivee

    Les liens ne sont pas accessibles sans mot de passe!! c’est de l’information ou de la désinformation : une blague?

  10. Ricercar

    C’est une « réforme » qui va rapidement être contre-productive. On aura bientôt ceux qui maîtriseront encore l’orthographe « à l’ancienne », et ceux qui écriront « un ognon ». On sait très bien quel code valoriseront les correcteurs de l’ENS ou de l’agrégation, ne vous faites aucune illusion sur ce point ! Au lieu de réduire les inégalités, cette réforme de l’orthographe va au contraire les accroître. On peut bien sûr prétendre l’inverse, par démagogie, par hypocrisie ou par cynisme.

  11. asteggiano

    Dominique Asteggiano
    23 janvier, 09:47 ·
    Météo: De mauvais poil !
    Je pense que lorsqu’une Florence-institutrice se permet de raturer en rouge toute une page de devoir d’un enfant dyslexique, d’en faire des photos pour les montrer à tous….
    Elle mérite très largement que son prénom soit transformé en âne
    et…. d’être radiée de l’Education Nationale pour incompétence crasse et harcèlement moral

    Conséquence: un groupe d’élèves bousculait l’enfant montrée du doigt par la maîtresse
    L’enfant passait ses récréation enfermée dans les WC

  12. Guillaume

    Merci pour cette mise au point rassurante.

    Le lien sur le pdf ne pointe pas au bon endroit lors du clic (mais l’adresse affichée fonctionne). Et il manque un mot dans la première phrase (mise au point).

Commentaires fermés.