Elle porte l’avenir de notre pays

Éditos Publié le 4 mai 2007

A la veille du second tour, je veux m’adresser à vous avec sincérité, comme je crois l’avoir toujours fait sur ce blog où vous le savez, j’ai fait le choix de la transparence en laissant toutes les opinions s’exprimer. Je remercie d’ailleurs tous ceux qui ici ont accepté de dialoguer et qui continueront de le faire j’en suis certaine. Je considère que c’est dans le débat sur les idées que s’instaure le progrès.

A quelques jours d’une échéance électorale importante, qui nous engage pour un quinquennat, mais plus encore pour des générations, je vous adresse ces quelques mots.

A la veille du second tour, je veux m’adresser à vous avec sincérité, comme je crois l’avoir toujours fait sur ce blog où vous le savez, j’ai fait le choix de la transparence en laissant toutes les opinions s’exprimer. Je remercie d’ailleurs tous ceux qui ici ont accepté de dialoguer et qui continueront de le faire j’en suis certaine. Je considère que c’est dans le débat sur les idées que s’instaure le progrès.

A quelques jours d’une échéance électorale importante, qui nous engage pour un quinquennat, mais plus encore pour des générations, je vous adresse ces quelques mots.

La génération des responsabilités

Je n’ai pas trente ans et comme les gens de ma génération, née après les Trente Glorieuses, je n’ai, à quelques exceptions près, sous Michel Rocard et Lionel Jospin, jamais connu ni la croissance, ni le plein emploi. Je comprends le désespoir de beaucoup et en particulier de ces 150.000 jeunes qui sortent chaque année du système scolaire sans qualification et qui, deux ans plus tard, connaissent encore un taux de chômage de plus de 40%. Sont-ils tous ces profiteurs, ces fainéants, ces assistés que Nicolas Sarkozy dénonce ? Je ne le pense pas. Je sais le prix de l’effort car rien ne m’a été donné et que si la vie m’a parfois souri, j’ai aussi beaucoup travaillé. J’ai la plus grande admiration pour la France qui entreprend, qui innove, qui prend des risques, que cette France se lève tôt ou qu’elle se couche tard. Mais je sais aussi, et les nombreuses rencontres faites durant cette campagne me l’ont confirmé, que les mots « école républicaine », « protection sociale » ou « solidarité nationale » ne sont pas des vains mots ou des formules incantatoires, mais ce qui rend possible l’épanouissement scolaire, professionnel, personnel, l’égalité des chances, l’ascension sociale. Je sais que nous avons chacun des responsabilités vis à vis de nos concitoyens et que l’Etat a évidemment lui-même des responsabilités. C’est le sens de notre contrat social.

Depuis des années et aujourd’hui encore, nous entendons les justes mises en garde des politiques, des intellectuels, des chercheurs sur l’héritage qu’on laisse aux générations futures, qu’il s’agisse de la question du réchauffement climatique, de la dette publique, de la question des retraites ou du vieillissement de la population avec ce que cela implique au plan économique et social. Nous y sommes ! ces générations à venir sont là, c’est en particulier la mienne qui aura à assumer tout cela, c’est vous dire le haut degré de conscience qui est le mien lorsque je défends le pacte présidentiel. C’est dire le haut degré de conscience de la jeunesse des responsabilités qu’elle aura à assumer. Ce n’est pas un hasard si le vote des jeunes s’est très majoritairement porté sur Ségolène Royal au premier tour.

La jeunesse ne veut renoncer ni à la promesse républicaine d’égalité, ni au rêve de la fraternité et en même temps elle ne vit dans la nostalgie d’aucun âge d’or, n’épouse par principe aucune querelle de ses aînés, elle n’a connu ni Mai 1968, ni la guerre d’Algérie, elle est une génération libre, c’est peut être là son privilège le plus précieux, c’est un peu ça la « grâce de la naissance tardive » pour paraphraser le Chancelier Gerhard Schröder.

Cette jeunesse là, elle est européenne de naissance, elle a tous les visages de la France, elle refuse d’opposer les Français les uns aux autres, cette jeunesse veut sortir de l’affrontement bloc contre bloc, rejette le dogmatisme stérile et veut avoir droit à la parole. Elle s’offusque des inégalités croissantes ou des « primes d’incompétence » de certains grands patrons, mais elle salue aussi les réussites individuelles et l’esprit d’entreprise. Cette génération veut la réconciliation de l’économique et du social, des Français et de l’entreprise, mais elle veut aussi une croissance juste et durable qui ne laisse personne sur le bord du chemin. Cette génération nourrit encore des idéaux, elle rêve de paix, de fraternité et de prospérité.

Nous sommes à un tournant de notre histoire. Sur ce blog, comme dans les meetings ou dans les médias qui ont bien voulu m’inviter, j’ai cherché à approfondir un certain nombre de sujets et de propositions du Pacte présidentiel ; je l’ai fait avec le plus de simplicité et de clarté possible. Vous en avez beaucoup débattu.

Je voudrais revenir sur certains points de cette campagne et sur certains des enjeux de dimanche.

Ce que les Français ont entendu fait mal

J’ai entendu dans cette campagne des mots qui stigmatisent, qui humilient, qui blessent. Les rappeler à son auteur ne me paraissent pas relever de la caricature, mais d’un simple esprit de responsabilité. Ces mots pour expliquer nos maux, je les ai entendus dans la bouche de Nicolas Sarkozy.

Tout dans ses mots, dans ses actes, dans ses propositions témoigne d’une lecture « ethniciste », sans précédent dans l’histoire de notre République, des rapports sociaux.

Les abus de langage du candidat UMP assimilant les jeunes des banlieues à des racailles, les raccourcis sur l’immigration, l’excision, le mariage forcé et l’égorgement des moutons, les amalgames entre promotion de l’égalité et prévention de la délinquance qui font des victimes de la discrimination des délinquants en puissance, le soutien affiché aux statistiques ethniques à usage policier, la promotion d’un ministère de l’immigration, ou plutôt de l’humiliation et de l’identité nationale qui n’a pour objet que de désigner à la vindicte des boucs émissaires et fait frémir même Simone Veil, ou la reprise d’un slogan historique du front national, « la France tu l’aimes ou tu la quittes » ont de quoi inquiéter.

Et puis il y a ces propos nauséabonds tenus à Michel Onfray sur les explications génétiques de la pédophilie et du suicide des jeunes.

C’est un sujet trop grave dont les conséquences politiques, à quelques jours de l’élection présidentielle, sont trop lourdes pour être balayées d’un revers de main comme a tenté de le faire le candidat UMP.

Il y a enfin ce curieux regard sur l’histoire de la France et notamment sur la seconde guerre mondiale qui fait dire à Nicolas Sarkozy que « la France n’a pas commis de crime contre l’humanité, ni cédé à la passion totalitaire ». Sans aucun doute la France n’a-t-elle pas à rougir de son histoire, mais à force de relire notre histoire sans honte, Nicolas Sarkozy s’est arrangé avec la vérité. Or l’honneur de la République c’est de regarder notre passé sans honte ni orgueil, mais telle qu’elle a été.

La constance et la cohérence de ses opinions dans ce domaine depuis de très nombreuses années montrent bien qu’il ne s’agit en rien d’une « boulette » de campagne, mais bien du socle de son programme idéologique. Un programme profondément réactionnaire et anti-humaniste qui n’est l’héritage ni de de Gaulle, ni de Chaban Delmas, ni même, de Jacques Chirac, qui n’a jamais été sur le terrain de l’extrême droite et n’a jamais flirté avec le front national.

Les réactions sidérées et inquiètes des scientifiques, des responsables religieux, des intellectuels et de la plupart des politiques de notre pays ne peuvent être tenus pour de vaines polémiques politiciennes.

La vérité est que Nicolas Sarkozy est le tenant d’un ultra-libéralisme bien compris, celui du laisser-faire et du laisser-aller.

Avec lui, ce seront toujours les mêmes qui s’en sortiront, toujours les mêmes qui seront abandonnés à ce qu’il croit être leur destin de perdants. Ce n’est pas ma conception de l’égalité républicaine !

Un programme qui m’inspire des craintes

Faut-il réduire Nicolas Sarkozy à cela ? Certainement pas. Alors qu’en est il de son programme ? Peut on croire à la promesse de gagner plus en travaillant plus quand 9,8 millions de Français souhaitent simplement travailler un peu, que près de 50% des heures supplémentaires autorisées ne sont pas utilisées et quand avec le bouclier fiscal, Nicolas Sarkozy propose aux plus hauts revenus de travailler moins pour gagner autant ou de travailler autant pour gagner plus ? Drôle de façon de promouvoir la valeur travail !

Ne peut on pas craindre pour l’universalité dans l’accès aux soins (13% des Français renoncent déjà à se soigner pour des motifs financiers !) lorsque le candidat propose avec la franchise de soin d’accroître les déremboursements et donc de fait d’instaurer une médecine à deux vitesses, tout en s’engageant dans la voie de la privatisation de fait de la sécurité sociale ?

Qu’attendre d’une discrimination positive qui renvoie chacun à ses particularismes et qui se contentera d’organiser la fuite des cerveaux de nos banlieues et d’entretenir le communautarisme quand une ascension sociale de masse est nécessaire et qu’il faut unir les Français entre eux ?

Quelle réussite éducative attendre avec la suppression pure et simple de la carte scolaire, c’est-à-dire de l’exigence de mixité sociale, avec la suppression des ZEP, c’est à dire du ciblage des moyens sur les établissements en difficulté et avec la sélection à l’entrée des Universités : il demeure pour le candidat UMP cette surprenante conviction qui transpire dans son programme : aide toi et le marché t’aidera !

Qu’attendre de l’Europe quand Nicolas Sarkozy propose d’adopter par voie parlementaire un traité que les Français ont rejeté par référendum ?

Quel retour des services publics dans les quartiers ou en milieu rural attendre quand on propose sans autre explication de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, comme si les fonctionnaires étaient une charge improductive qui ne contribuaient pas à la compétitivité des territoires et donc de notre économie ?

Nicolas Sarkozy, comptable de rien ?

Nicolas Sarkozy n’est-il, par ailleurs, comptable de rien ? n’a-t-il vraiment aucune responsabilité dans le bilan du gouvernement de MM Raffarin et de Villepin dont il a été ministre de l’Intérieur et ministre de l’Economie et qu’il a soutenu sans réserve durant cinq ans comme chef de majorité parlementaire ? La suppression de la police de proximité, l’augmentation des violences contre les personnes, des violences urbaines et du nombre des mineurs impliqués ne sont-elles pas aussi une part de son bilan ? Nicolas Sarkozy n’est-il pas comptable de la baisse des crédits de la recherche et de l’Université, de la suppression de 125.000 postes d’enseignants, d’aides-soignants, d’éducateurs ou de la fin du programme Handiscol qui laisse de nombreux enfants handicapés hors de l’école ? N’a-t-il véritablement rien à voir avec le CPE et le CNE qui ont précarisé l’emploi et fragilisé la situation des salariés, rien à voir avec la stagnation du pouvoir d’achat et des salaires ou dans la débâcle d’Airbus, dossier dans lequel l’Etat a su maintenir coûte que coûte son champion, Noël Forgeard, mais n’aurait pas pu intervenir comme actionnaire ? Je crois que tout électeur de bonne fois trouvera réponse à ces questions.

La confiance en Ségolène Royal est partagée par de nombreux Français

Est ce par hasard, si de très nombreux intellectuels se sont mobilisés pour Ségolène Royal, que Thomas Piketty, l’un des plus brillants économistes français et 26 de ses éminents collègues soutiennent son programme économique, que la Ligue des droits de l’homme partage largement sa vision de la France et appelle à voter pour elle, tout comme des fédérations d’associations de banlieue. Est ce par hasard que, par deux fois, le programme écologique de Ségolène Royal ait été bien mieux noté par des collectifs d’associations environnementales que celui de son adversaire d’aujourd’hui ? Est ce un hasard si des syndicats d’enseignants et des associations de parents d’élèves soutiennent son projet pour l’école ? Que Zapatero, Romano Prodi, Michèle Bachelet ou le maire de Berlin lui ont apporté son soutien ?

SROu enfin, que Jean-Marcel Jeanneney, trois fois ministre du général de Gaulle, un homme sage et libre, lui apporte son soutien public dans une lettre ouverte qu’il conclut sur ces mots « Madame la candidate, je vous souhaite de tout cœur bonne chance et vous assure de la grande considération que j’ai pour votre culture gouvernementale, pour votre intelligence, votre sensibilité et votre caractère. »

Ségolène Royal propose un projet pour la France et pour les Français

Ségolène Royal l’a montré durant toute cette campagne, elle a un projet pour la France et pour les Français ; je crois que nous pouvons très nombreux nous y retrouver, notamment autour de son aspiration à faire de la politique autrement.

Ségolène Royal, propose une 6e République qui réconcilie les Français et leurs représentants. Une République qui redonne aux élus de la Nation leur capacité d’agir. Une République dans laquelle le Président –la Présidente !- est responsable de son action tout au long de son mandat.

Une République dans laquelle les Députés reflètent la diversité réelle du pays et jouent pleinement leur rôle dans une Assemblée ayant retrouvé sa dignité perdue à force de tant de complaisance et de servilité. Une République dans laquelle les citoyens ont toujours leur mot à dire une fois les élections passées.

Une République du changement et du renouvellement pour remettre la France debout.

Une République du respect, de la justice et de la solidarité pour remettre les Français debout.

Cette République nouvelle est le chemin que Ségolène Royal propose à la France avec des engagements forts comme le non-cumul des mandats pour les parlementaires, l’introduction de la proportionnelle à l’Assemblée Nationale (toujours refusée par l’UMP), l’instauration d’un statut véritable de l’opposition qui aurait la présidence de la commission des finances, l’instauration de pratiques de démocratie participative ou le renforcement de la démocratie et du dialogue social.

Ce chemin n’est pas celui de la rupture ni de l’immobilisme, c’est un élan pour renouveler en profondeur la démocratie, c’est la volonté de rendre à l’action publique toute sa noblesse, et toute son efficacité.

C’est un chemin que Ségolène Royale propose aux Français de parcourir avec elle pour aller vers une République nouvelle. Pas une simple réforme pensée dans la précipitation par quelques uns au profit de quelques autres, j’allais dire, comme d’habitude.

Le rassemblement, une chance pour notre pays

C’est à une rencontre de la Nation avec elle-même que nous invite Ségolène Royal, comme la France a su le faire dans tous les grands moments de son histoire, à chaque fois que la crise était trop profonde. Ségolène Royal sait aussi que les majorités d’idée sont nécessaires pour faire avancer la France et que les Français attendent une pratique politique qui rompe avec les désaccords politiques systématiques et le principe de confrontation bloc contre bloc. Elle laisse la place à un dialogue le plus large possible entre les forces de progrès.

C’est dans cet esprit que Ségolène Royal s’est adressé au président du futur parti démocrate et à ses électeurs. A ceux qui ont trouvé ce débat illégitime, je crois qu’il est nécessaire de dire qu’aucun débat n’est jamais illégitime dans une démocratie. Je ne crois pas en outre que l’on puisse faire comme si les 18% de François Bayrou du premier tour ne correspondaient à aucune aspiration profonde. A la différence de l’UMP qui négocie le ralliement des députés UDF « pistolet sur la tempe », Ségolène Royal a pris acte de cette nouvelle donne politique. Que le débat avec le président du futur parti démocrate ait révélé des désaccords n’est pas une surprise, comment aurait il pu en être autrement entre deux candidats qui ont été adversaires ? Leur culture politique, leurs références ne sont pas toutes les mêmes. Beaucoup de sujets distinguent aussi Ségolène Royal du parti communiste ou des verts, mais le plus important, ce sont les convergences nombreuses qui existent, une certaine vision de la France et de la pratique politique et surtout la possibilité de débattre de ce qui fait divergence. C’est ça l’honneur d’une grande démocratie. En annonçant qu’il ne voterait pas Nicolas Sarkozy, je crois que François Bayrou fait aussi implicitement le choix de poursuivre le dialogue engagé avec Ségolène Royal et la gauche. Il fait sans nul doute le bon choix. Il faut rassembler la plus large majorité pour faire gagner la France.

Dimanche, nous aurons à nous prononcer sur deux personnalités, deux choix de société, deux visions de la France et du monde, deux façons de faire de la politique. J’ai eu l’occasion de vous parler sur ce blog des engagements de Ségolène Royal pour l’école, pour l’emploi, pour les PME, pour la recherche, pour l’environnement, pour l’Europe. Sa vision est dynamique, elle ne tient pas la croissance pour une donnée exogène à laquelle ont ne peut rien, mais comme un objectif que l’on sert de façon déterminée. En mettant l’éducation au cœur de son programme, en assurant de nouvelles sécurités professionnelles sur le mode de la flex-sécurité des pays nordiques, en encourageant le pouvoir d’achat et les salaires, en soutenant les PME, en investissant dans la recherche et l’innovation, en rénovant le dialogue social, Ségolène Royal nous propose d’engager une démarche globale qui permettra à la France de passer d’une économie d’imitation qui perd des emplois à une économie d’innovation qui crée de la richesse. Seule une croissance durable permettra de réduire significativement les déficits publics, de créer de l’emploi et de préserver notre modèle social tout en ayant une économie compétitive et conquérante. Cette vision dynamique de la politique est la vision de Ségolène Royal, elle est une vision pour les générations à venir.

Le 6 mai donnons une chance à notre avenir, votons Ségolène Royal !

Tags : , , ,

23 commentaires sur Elle porte l’avenir de notre pays

  1. Fred.

    Une gauche en France?Où est elle?Je ne vois pas l’ombre d’une opposition dans cette nation,je vois juste des personnes de bords differents qui se partagent le POUVOIR.
    Je vois un regime totalitariste mené par ses quelques personnes,qui suivent la meme direction avec quelques variantes d’apparrat.
    Je ne vois que des ambitieux pour eux meme,où sont ils ceux qui avaient de l’ambition pour la nation et surtout,son peuple…
    Je vois que nous avons reussit l’esploit d’avoir retabli le systeme des castes.
    Je vois des gens qui avaient le pouvoir et se sont fait evincés par un ambitieux encore plus fort,qui veut se fameux POUVOIR,que pour lui seul.
    Je vois des manipulateurs satisfaient d’avoir remis aux urnes les abstentionnistes,grace à une election truqué (2002)transformé en probleme mathematique.
    Abstentionnistes,craints par ces gens qui se partagent le pouvoir.
    En effet vaut mieux avoir une population qui vote blanc ou nul,plutot que des abstentionnistes,où l’on ne marquera pas credule en face de leur noms sur les listes.
    Croyez vous que je retournerai aux urnes tant que le vote blanc,nul ou abstention ne soient pas pris en compte?
    Me rendra t on mon statut de citoyen libre,plutot que celui de citoyen en liberte conditionnelle?
    Me rendra t on un réel pouvoir d’achat qui contribu à ma sensation de liberté?
    Etait il bien raisonnable de pretendre qu’une maison à Mougins coute seulement 200000 euros,alors qu’à Nice on vous vend une "studette" de 7 metre carré,oui, 7metre carré, 55000 euros.?
    Comment aurai je pu faire confiance à une personne,qui continue dans la tradition pure de cette fameuse caste…
    Comme bien d’autres avant moi,je suis passé de socialiste à anarchiste merci la gauche…
    Dommage Segolene,j’avais, malgres mon idée abstentionniste,defendu votre participation,aupres de tous ceux qui ont croisé mon chemin,en esperant(naivement) un peu me tromper sur ce que je pense du systeme que vos paires ont mis en place.
    Dommage de ne pas vous avoir donné ma voix,car malgres tout il vallait peut etre mieux pour le peuple aller là ou nous nous rendons,à plus petite vitesse,que ce que le "petit fachiste" propose.
    Enfin bref,sachez,vous caste dirrigeante que meme si les abrutis sont plus nombreux qu’il n’y parrait il y a encore dans cette nation des personnes qui savent annalyser les gens qui sont au pouvoir et connaissent vos ambitions…
    A quel club, quel reseau,quel aubediance appartenez vous madame?

  2. Gérard ELOI

    hh :

    c’est ton style et tes élucubrations qui rayent le parquet !

  3. hh

    najat,
    je t’ai découvert il y peu
    tu as les dents qui rayent le parquet, comme royal
    tu es comme ces jeunes politiciens qui n’ont jamais mis les pieds et ne mettront jamais les pieds dans une entreprise, et qui parlent comme si leur discours social angélique était une évidence (puisque de gauche)
    je t’ai même entendu dire que tu ne serais pas contre le retour des éléphants au gouvernement … il y a bien 80% des français qui ne veulent plus du ps à gauche de la gauche, qui vous condamne à encore et tjs des défaites
    le rassemblement c’est toute la france, pas toutes les gauches, et il n’y a pas de quoi parader en obtenant le soutien de partis extrêmistes qui ne représent plus rien et qui veulent appauvrir tout le monde
    va donc faire un tour dans la vraie vie au lieu de montrer tes dents à la télé pour soutenir ton "exceptionnelle" candidate qui s’est réjouie de sa défaite

  4. slim

    Merci Najat pour cette belle campagne aux côtés de Ségolène Royal, il ne faut pas relacher l’effort pour les législatives. Courage

  5. Gérard ELOI

    @ Morad

    T’es engagé, c’est bien !
    Toi, ta famille, tes connaissances,…vous allez peut-être contribuer à donner à la gauche un réel pouvoir aux législatives.

    Nous avons perdu une élection très importante, et j’en suis toujours "dans les vaps"…J’en ai toujours comme un poignard dans l’estomac, qui m’empêche de respirer normalement…

    Mais tentons, s’il nous reste quelque énergie, de sauver ce qui peut l’être encore…

    GE

  6. Khem

    Bon bein voila, le PS a perdu, en esperant un bon gros coup de pied au cul du PS. Ce vieux PS qui a beaucoup dit et a pas fait grand chose. Notamment sur les questions de discrimination, sérieu j’ai honte je sais pas de quoi, pas d’etre Francais en tout cas

    parce que depuis hier je me sens moins Francais que je l’étais deja

    Moi j’aurais bien aimé que LE PS gagne mais un vrai socialisme neuf !!! Avec des jeunes des idées modernes !!! Moi j’dis jeter les éléphants et Najat Belkacem Arnaud Montebourg et les jeunes prennez le flambeau et montrais leur qu’est ce que c’est la France de L’Avenir

    et sérieu on se sent un peu cocu les "beur" les "banlieusard", montré une mosaique

    bon bein j’sais pas quoi dire de plus, renové !!! moi ca m’interresse la politique et ca m’donne envie de m’inverstir quand je vois des gens comme vous

    Morad 21 ans

  7. mistral

    J’ai été choqué par l’appel de ROYAL pour le soulèvement des quartiers si Sarko était élu.

  8. hafrit

    vous vous etes bien battu face a sarkozy , mais bon les francais ont choisis sarkozy , mais bon now faut penser au legislative , mais bon ,avec toute la gauche reunies vous n’avez pas gagne , l’election presidentielle , mais bon avec bayrou en force ca vas etre dur dur les legislatives , UDF viends de la droite , y va avoir du boulot , pour faire la cohabitation , mais bon a part vous jettez la pierre , qu’est ce qui va se passe ,meme le bastion de mon enfance (valenciennes) est passe a l’ump :( , strategiquement rejoindre l’udf ou cree PDF ou MDF (mouvement des democrates francais) ,et bien le bordel commence haudj , a force de diabolisation de le pen et le non pointage de sarkozy qui a vole le projet de lepen , mais bon wait and see , mdrrrrrrrrrr vous allez voir si sarkozy est democrate et republicain ,mais dans un sens ca va faire comprendre au francais mais il sera deja trop tard puisque les legislatives seront deja passe .
    mort de rire 56% contre L’EUROPE .

  9. Félicitations

    Félicitations pour la campagne ; Pour tout ce que vous avez apporté qui est énorme !!! ça sent l’heure du changement grâce à vous et ça fait chaud au coeur… Les taux de participation et d’engagements sont historiques. Les gens échangent, discutent, se sentent concerné, tout ça c’est super, c’est le bon début.
    Pour ce qui est des chiffres, de cette majorité qui a voté Mr. N Sarkozy, que dire? Certains se retrouve dans ses valeurs, d’autres savent peu ou y voit leur intérêt personnel… Mais il reste du monde à convaincre : ceux qui se sont "dévoyé à au mieux "

  10. Sophie

    Merci pour cette campagne du respect, et de l’écoute, notamment sur ce blog où tout le monde peut s’exprimer.
    Je pense que Ségolène Royal se place au delà d’une défaite à titre personnel, alors que Sarkozy ne voit la france qu’à travers son ego, elle incarne de ce fait un renouveau du PS qui doit être solide dans l’adversité.

    Il faut bien sûr faire un bilan, mais pas de la part de ceux qui n’ont cessé de la décridibiliser pour satisfaire leurs ambitions personnelles, il est temps de laisser la place aux idées neuves, et à leurs messagers.

    Maintenant : résistance ! et dès les législatives, on compte sur vous Najat !

  11. Chris

    salut tout le monde

    Najat, vous avez fait une bonne campagne …

    18-24 ans : 53%
    25-34 ans : 54%
    35-49 ans : 56%
    50/64 ans : 51%
    —————————-*——————————
    65 ans et + : 25%

    Curieux, c’est les gens qui ont plus besoin de solidarité qui a voté pour le président de la république Sarkozy.

  12. Marie

    Ma chère Najat,
    je suis comme toi sans doute, et comme pas mal de monde aussi, infiniment triste et déçue. Un des tes lecteurs parlait plus haut de "résistance", c’est exactement le terme que j’ai employé hier soir en regardant les résultats avec mes parents (qui t’embrassent et te félicitent pour tout ce que tu as accompli)… Ce nouveau président (je n’arrive décidément pas à dire que c’est le mien) devra compter avec l’opposition, et il y a des choses qui ne passeront pas.
    Merci Najat, merci Mme Royal d’avoir transporté nos espoirs et de les avoir portés si haut. Ce n’est pas fini!
    Continue à croire en tes valeurs; je te sais tellement entière et honnête. J’ai honte de certains propos tellement outranciers, tellement à côté de ce que devrait être un débat…
    A bientôt; je t’embrasse.

  13. ex de gauche

    Pourquoi tant de mépris, tant de haine, tant d’insultes ? La pensée unique, le politiquement correct seraient-ils obligatoires ?
    Il y a 5 ans, entre les 2 tours des présidentielles, des milliers de personnes ont défilé contre Le Pen. Nombreux pourtant étaient restés chez eux au lieu de voter. Il était facile de jeter l’opprobre sur les quelques 4 à 5 millions d’électeurs de Le Pen(dont je n’étais pas, étant délégué de circonscription de JP Chevénement).
    Je suis un homme libre. Pendant près de 20 ans j’ai voté à gauche. Et lorsque j’ai évolué vers la droite (après avoir cru au ni droite-ni gauche), j’ai été mis à l’index par mes amis restés à gauche. Pourquoi ce sectarisme ? Je crois que tout n’est pas blanc d’un côté et noir de l’autre. Je suis pour le débat. Et ce blog en est la preuve. Merci Najat Vallaud-Belkacem.

  14. Jacques Beauregard

    Un petit rappel très vérifiable :

    Sarkozy est merveilleux, c’est un génie de la finance, il a sauvé Alstom !
    Bouygues a racheté pour 2 milliards la participation de l’Etat dans Alstom (cours de 68 euros)
    Aujourd’hui, le cours est à 114 €
    Bouygues fait pour l’instant une plus value virtuelle de 67% soit 1,3 milliards d’euros.
    Merci qui ?
    68 Euros c’était pas cher…L’Etat a bradé notre patrimoine mais cela n’inquiète personne car personne n’y connait rien, hi hi hi

    Vive les affaires juteuses qu’on va pouvoir faire sous l’ère Sarko !
    Pourquoi vous ne le savez pas ? hi hi hi parce que le deal s’est fait le 27 avril 2006 et que tout le monde se faisait enfumé par l’affaire Clearstream dans les médias (de avril à juin 2006).

    Hi hi les français sont trop cools, avec l’ère Sarko, on va travailler dur. La France qui se lève tôt pour regarder boursorama et faire de beaux profits est ravie ! Merci à tous, vraiment hi hi

    Je suis plutôt de droite mais les manipulations de Sarko vont bcp trop loin…

    C’était un commentaire cynique pour attirer l’attention, encore une fois, sur les relations Sarkozy-Bouygues….

    Et comparer l’audience des rares médias qui soutiennent Royale
    (libé, nll obs) à TF1, Europe 1, Largardère, la PQR de droite, c’est un scandale dont malheureusement les électeurs de Sarkozy (+ 65 ans et les ouvriers) ne se rendent pas compte.

    Bon courage

  15. Peckinpache

    Pour moi, rien n’est joué…le sondage ne fait pas l’élection. Et puis les citoyens disposent d’une redoutable: les élections législatives de juin. En cas de mobilisation forte, il est possible de renverser la tendance.

  16. Guillaume

    Bonjour Najat !

    Je viens de lire une interview de vous sur "Marianne.fr" intituler « mobilisation jusqu’à la dernière minute ».

    Difficile de ne pas être défaitiste aujourd’hui. Même si je voterais Mme Royal dimanche, je n’y crois plus…

    De plus, j’ai comme un sentiment que Mme Royal se fait attaquer de partout dans la presse. (Notamment sur les chiffres du nucléaire, les handicapés, "sa colère" face à Sarkozy….)… Pendant que Mr Sarkozy passe pour un sacro-saint.

    M’enfin, comme on dit : " Wait and see"

  17. Gérard ELOI

    @ Najat

    J’étais hier au meeting de Lille, et je retiens, (pour pas faire trop long) :
    -Nous n’aimons pas cette France que prépare Sarkozy, mais nous ne la quitterons pas : nous la changerons dimanche ! (Martine Aubry)
    -Vous êtes mon équipe, c’est avec vous que je puise l’énergie qui nous conduira à la France Présidente ! (Ségolène)

    @ ex de gauche :

    Manichéisme ? J’aurai tout lu, tout entendu pendant cette campagne…
    T’es vraiment un ex de gauche, qui inviterait à voter contre Ségolène ?
    Avec son programme éducation, emploi, économie, pouvoir d’achat,…sans oublier l’environnement, je ne vois pas ce que même l’extrême gauche pourrait envier à son programme !

    Et c’est un ex de droite qui vous parle !!!!!

    (Note pour Najat, Marion, Liljana, et beaucoup d’autres….: c’est pas vrai que je suis ex de droite, c’était seulement une métaphore pour montrer comment on peut faire de la manipulation ! Et, étant donné les méthodes extrémistes de l’ennemi, je me permets d’affirmer que tous les coups sont permis…Moi qui, en foot, n’ait pourtant jamais commis la "faute nécessaire". Et je ne dis plus adversaire, je dis ennemi. J’assume : il a trop de cadavres dans son placards : RG, descentes à l’école maternelle, tentative de création de jeunesses sarkozyennes -en appelant ses militants à utiliser les adresses mail de leurs enfants pour propager sa campagne,…- déterminations génétiques…sans le moindre aval scientifique, promesse démagogique de baisse des impôts…malgré le feu rouge de l’UMP.

    Triste époque !)

    @ rico

    Aussi long…pour finalement avoir écrit n’importe qauoi !

    Quelles menaces ? Quelles intimidations ?
    A ma connaissance, les dernières menaces sont venues de Sarkozy, "qui va virer toute la direction de FR 3 quand il sera élu" (pour un problème de loge présidentielle non encore installée pour lui !)

    Quant au message de Rachida Dati, j’émets de sérieus doutes quant à vos sources : si Rachida Dati a vraiment écrit çà,…c’est qu’elle devait être dans "un état second", comme Tapie, qui n’a même fait rire personne avec ses élucubrations devant les caméras TV le soir du premier tour…

    @ Najat

    Si tant de "trolls" doivent envahir même ton blog, et faire semblant d’y développer des arguments fantômes, c’est la preuve qu’ils ont peur…et que nous gagnons dimanche, et aussi en juin !

  18. hafrit

    salut Oliv92 , t’inkiet les noires et arabes n’ont pas peur du ps ou l’ump , la preuve ont a conu que ca , mais bon force que la politique politicienne fait du lepen light , la pensee change , tu sais l’histoire est une boucle bipolaire ,J’ai peur qu’il ne nous faille rentrer en résistance avec qui tu comptes entree en resistance , tous les partis politiques cres la division ,ordre juste ou juste un ordre ;).si tu comptes resister fait le seul de ton coter ,chaque jour , des actes anodins , ou faire un petit truc chaque jour appore bcp plus que rejoindre des politique politico juste . vive la resistance vive CHAVEZ , ca manque de chaveisme en france de vrai socialaux.

  19. Oliv92

    Merci Najat
    J’ai 37 ans et quand je vois et j’entends les jeunes sarkozystes, j’ai la nausée. Comment la jeunesse peut-elle être si intolérante, fermée, xénophobe? Peut-être faut il se rendre à l’évidence, Sarkozy a réussi à faire ressortir ce côté noir de la France. J’ai peur que la "France décomplexée" nous rammène 65 ans en arrière. J’ai peur qu’il ne nous faille rentrer en résistance. Quand je vois la jeunesse entourant Ségolène Royale, quand je vous vois, je me dis que la tolérance, le partage, le bonheur de vivre ensemble finiront pas l’emporter. Nous nous apprêtons à vivre des jours sombres, il faut nous unir pour mieux résister.
    Olivier

  20. Peckinpache

    L’intérêt national conditionne un vote sanction contre Sarkozy

    Voilà un homme politique qui ne cesse depuis cinq ans (Douze ans avec Chirac) de faire son possible non pas pour faire avancer la France mais pour conflictualiser la société française. Sous son régné et celui de sa famille politique, la France s’est fragmentée, les banlieues se sont enflammées, les délocalisations se sont accélérées, le clientélisme et le copinage se sont installés au plus haut sommet de l’État !.

    Avec lui, l’expression de lepénnisation des esprits a pris tout son sens. Elle a atteint un degré d’incandescence jusque-là ignoré.

    Nicolas Sarkozy dans sa grande sagesse s’en est encore une fois adressé à ceux qui n’aiment pas la France. Personne ne les forces. Ils peuvent quitter la France pour un pays plus accueillant. Voici en paraphrasant les propos d’un homme responsable qui souhaite incarner toute la France, rien que la France.

    Une question me taraude. Qui sont ces gens qui n’aiment pas la France, enfin pas autant que les militants de l’UMP ?. À les entendre, défendre un projet de droite revient à acquérir de manière automatique un brevet de patriotisme. L’amour de la patrie, nous l’incarnons, nous.

    Il préjuge ainsi de l’attachement de certains citoyens au pays ! bravo.

    Qui sont donc ces individus, qui n’aiment pas la France et qui peuvent donc la quitter ? Expression reprise également par un De villiers en perdition. Non ce sont les étrangers ! mais c’est bien sûr, le mal français résulte de l’immigration.

    Le non-dit de cette expression qui voudrait faire croire, que des héritiers qui n’ont jamais rien bâti de leur vie, qui se sont contenté de prospérer sur les deniers publics est de désigner des agents indésirables au sein de a la nation. Des Français moins bien que les autres. Des assistés qui préfèrent dépendre de leurs droits plutôt que de se bouger et de saisir les opportunités qui s’offrent à eux !

    Quels sont les messages de ruptures : les chômeurs, les Rmistes sont des assistés. Il est vrai qu’on peut considérer comme assisté un individu qui ne pas dispose d’une fortune familiale, d’un carnet d’adresses bien fourni ou d’un réseau d’anciens. La rupture, c’est travailler plus pour gagner plus. Il n’y a pas assez de travail dans ce pays ! la droite a eu cinq ans pour lutter contre le chômage, pour lutter contre les ghettos, pour promouvoir l’accession sociale à la propriété, pour proposer des actions de groupe au bénéfice des consommateurs, pour proposer des solutions aux jeunes diplômés, etc. Le résultat est aujourd’hui catastrophique.

    À entendre les militants de l’UMP, il faudrait encore refaire confiance aux sortants, à des réactionnaires bon teints.

    L’intérêt national devrait conduire nombre de nos concitoyens à changer d’équipe politique et à ne pas reconduire les sortants. L’intérêt national devrait également conduire les républicains de tous bords à ne pas se cacher derrière un vote extrémiste au nom d’une protestation qui dissimule mal l’absence de pensée. L’intérêt national devrait conduire à accorder une confiance limitée mais responsable à une nouvelle équipe. L’union nationale devrait prévaloir sur les divisions artificiellement crée par des hommes politiques sans scrupule.

    Pour tout dire, l’intérêt de la France ne réside pas dans la vérité et dans l’intérêt de quelques-uns mais dans l’intérêt général.

    Voter Sarkozy, même pas en rêve !

  21. rico

    Bonjour Najat,

    Merci d’avance pour la transmission du courrier suivant :

    ******************************************

    Mme Royal,

    Permettez-moi tout d’abord de vous faire de mon indignation quant à vos méthodes sournoises et dangereuses visant à opposer les Français les uns contre les autres. Ma conception de la politique et de la démocratie n’est pas celle-ci, et ce n’est pas non plus, j’en suis sûr, celle de Nicolas Sarkozy et des Français.

    Si vous ne parvenez pas, malgré tous vos efforts de diabolisation et de décrédibilisation systématiques de votre adversaire, à remonter dans les sondages, c’est justement à cause de cette stratégie malsaine. Mais vous n’êtes surement pas assez proche du peuple pour vous en apercevoir par vous même.

    Pourquoi ne pas avouer tout de suite qu’il vous manque l’expérience, les compétences, et la stature pour accéder aux plus fonctions de l’Etat ? pourquoi vous bornez-vous à ces attaques personnelles déplacées envers votre adversaire ? pourquoi vous limitez-vous à accuser tout le monde de tous les maux (un jour vos collègues que vous accusez de ne pas vous avoir soutenue, un autre jour les médias d’être à la botte du candidat UMP, un autre jour encore les sondages de favoriser votre concurrent) ?

    Pourquoi est-il impossible pour vous de vous remettre, ne serait-ce qu’une seule fois en question, comme l’a fait Nicolas Sarkozy, lors de votre débat, en assumant son bilan ? est-ce trop dur pour vous de voir la vérité en face ? est-il trop compliqué pour vous de débattre sereinement et respectueusement, programme contre programme ? on vous a accusé pendant longtemps de ne pas en avoir, maintenant que c’est le cas, pourquoi ne pas vous en servir ? je vous plains, car je suis certain que le soir, après votre journée, vous ne pouvez même pas vous regarder dans un miroir, et si ce n’est pas le cas, à ce moment là, vous êtes d’une froideur et d’une insensibilité exceptionnelles.

    Pour conclure cette lettre, je citerais Rachida Dati qui exprime fort bien ce que je ressens :

    "Nous tenons à déclarer avec la gravité et la solennité, que ces déclarations sont inadmissibles et irresponsables de la part de quelqu’un qui prétend occuper les plus hautes fonctions de la République. En vérité, c’est une bien étrange conception de la démocratie qu’a Mme Royal. Dans un débat démocratique, on ne peut impunément proférer des menaces et des intimidations dans le but de chercher à dissuader la majorité des électeurs de voter pour l’autre candidat. Ce n’est ni en cherchant à faire peur aux Français, ni en proférant des invectives personnelles que Mme Royal arrivera à les convaincre de voter pour elle, mais en proposant des réponses concrètes aux problèmes qu’ils rencontrent dans leur vie quotidienne, comme le fait depuis le début de la campagne Nicolas Sarkozy."

    En espérant que ce genre de courrier vous fasse réfléchir un jour …

    rico

  22. ex de gauche

    Dépêche de Reuters :  »Dans les dernières heures de la campagne officielle, la candidate socialiste a appelé avec ferveur les Français à voter massivement dimanche pour une "France claire" de la "lumière" contre l’"ombre" portée par le candidat de l’UMP.  » Manichéisme quand tu nous tiens. Encore une raison de plus de ne pas regretter d’être un transfuge de gauche.

Commentaires fermés.