Les Sarkozystes, ça ose tout…

Éditos Publié le 7 novembre 2010

«…C’est même à ça qu’on les reconnaît » aurait pu dire Michel Audiard… chaque semaine qui passe me conforte dans cette intuition.

Ça ose suggérer la suppression du salaire de Martin Hirsch qui a eu le mauvais goût de dénoncer les conflits d’intérêt ; mais ça ose dans le même temps s’adonner allègrement aux nominations de complaisance au Conseil économique et social ou au Conseil d’État où on pourra désormais se rendre en patins à roulettes ou à vélo…

Ca ose prétendre que la France a bien résisté à la crise quand les derniers chiffres officiels font état de 4,6 millions de chômeurs et de précaires tenus hors d’un emploi a temps complet et durable ; ça ose et continuer d’afficher un taux de chômage à 4,5% d’ici trois ans, quand il flirte aujourd’hui avec les 10% ; ça ose fonder le désendettement de la France sur des prévisions de croissance sans rapport avec la réalité, quitte à soutenir un très gros mensonge à la face de l’Europe… pour combien de temps encore ?

Ça ose la démagogie de supprimer l’aide médicale d’État aux sans-papiers au mépris de leur santé et des risques sanitaires d’une absence d’accès aux soins ; ça ose aussi réduire de près de 2 milliards d’euros l’aide au développement dans les prochains budgets de l’État sans doute parce que ça pense que la misère, comme la maladie, est plus facile à vivre au soleil…

Ça ose rester sourd aux mouvements sociaux soutenus par 60% de la population, comme aux mises en garde des économistes, libéraux ou keynésiens, sur les insuffisances de la réforme à sauver nos retraites, ça ose, comme le disait avec émotion Pierre Mauroy au Sénat il y a quelques jours, « liquider en catimini » la retraite à 60 ans comme si on pouvait abolir l’histoire ;

Ça ose resservir, par la voix de Jean-Marie Bockel cette fois (tristement très bon élève du sarkozysme à la veille du remaniement), l’antienne de la détection dés l’âge de deux ans de la délinquance. Comme toutes les droites réactionnaires du monde, obsédées du contrôle social, ça convoque génétique et neurosciences en renfort des politiques sécuritaires et d’une justice automatique qui soigne par injonction, condamne par présomption ou enferme par précaution sur la seule foi de la dangerosité…

Ça ose parler des droits de l’homme avec Hu Jintao (ça c’est bien !), « parce qu’il n’y a pas de tabou sur la question des droits de l’Homme » (dixit Nicolas Sarkozy). Question: Ont-ils parlé du dissident Liu Xiaobo, prix Nobel de la Paix, quant au même moment, des réfugiés politiques chinois en France étaient embarqués manu militari pour avoir manifesté au passage du cortège ? Ont-ils aussi évoqué les récentes décisions du Conseil constitutionnel et de la Cour européenne des droits de l’homme sur la garde à vue, l’affaire des Roms, l’état des prisons françaises, l’espionnage des journalistes par les renseignements français qui sont autant d’atteintes aux droits de l’homme dans notre vénérable démocratie ?

Alors c’est vrai, cela pourrait être pire, on pourrait avoir Sylvio Berlusconi comme Président et « Benga, Benga » comme information quotidienne… Il n’empêche que Villepin m’aura vraiment enlevé les mots de la bouche le jour où il soulignait : « Nicolas Sarkozy est aujourd’hui un des problèmes de la France et parmi les principaux problèmes qu’il faut régler et qu’il est temps que la parenthèse politique que nous vivons depuis 2007 soit refermée »!

Tags : , , , , , , , , ,

12 commentaires sur Les Sarkozystes, ça ose tout…

  1. Marie France

    Bravo ! N’oubliez pas de faire la liste (qui sera très longue) de tout ce que ce Président a osé faire ou dire !
    La campagne va être très très dure, car ils n’ont aucune limite!
    Mais à quel moment la gauche arrivera à se défendre, à se montrer claire et crédible?
    Entre Hammon et Aubry aucune vision claire !
    Cordialement.

  2. Brice SOUMILLE

    Bonsoir Najat,
    Je compte sur vous pour relayer quelque chose auprès de votre parti.
    Ce jour, dans un discours d’éloge funèbre particulièrement, M. Sarkozy a mis au crédit du seul De Gaulle la création de la Sécurité Sociale. Or cette mesure a été créée par un gouvernement d’union nationale, certes dirigé par De Gaulle, mais où socialistes et communistes avaient largement leur place. C’est plutôt une mesure du Conseil National de la Résistance, pour ne pas dire des socialistes seuls.
    Je n’apprécie pas que Sarkozy tire ainsi la couverture à droite.
    Je sais que vous défendez nos acquis sociaux jour après jour, tandis qu’ils sont gravement menacés. Il faudrait que le PS rappelle que ces acquis sociaux n’ont pas été créés par la droite.

  3. philgi

    Bravo pour ce billet juste et cohérent..car ce gouvernement n’affiche que mépris du peuple et arrogance médiatique depuis qu’il est élu !! Qu’il parte, vite! Devons-nous attendre 2012?
    Amitiés ségoléniste

  4. Giooom

    Bonjour Najat,

    vous avez oublié dans cette liste, malheureusement sans fin, la nouvelle directive sur l’Internement d’Office confié désormais aux préfets, sans avis des médecins, l’affaire Malakoff/Médéric en rapport aux retraites, etc… A chacun son berlusconi

  5. Carole

    Bonjour à vous Najat et bonjour à tous,
    Bravo pour votre billet. Les commentaires sur France Infos des responsables politiques, sur les pbs de la France et cette parenthèse (trop longue)m’interrogent !Je pense, moi qu’ils sont ds la ligne droite du comportement du locataire de l’Elysée ! Ils n’ont rien d’outrancier, simplement une vérité… Comment respecter un Pt qui ne respecte rien ni personne, même pas sa fonction ! Ne récolte t’on pas ce que ns semons ?

  6. mirco

    Suite a modération demandé: remplacer le texte :bravo najat pour cette réaction que je partage .

  7. Cécile

    bonsoir Najat et vous autres,
    que le temps parait long…parfois
    « parenthèse parenthèse »…
    qu’ils la ferment !! vite !

  8. AJ77

    Bonjour Najat, bonjour à tous,

    Le gavage imposé au pays en affaires non (résolues) abouties battra son plein jusqu’en 2012. Il y a une certaine fébrilité outrecuidante du pouvoir qui pèse sur l’air ambiant.

    Amicalement.

Commentaires fermés.