Fête de l’Humanité : Un débat « sympa et animé »

Presse Publié le 16 septembre 2012

Capture d’écran 2012-09-16 à 11.33.56La ministre des Droits des femmes reviendra à la Fête de l’Humanité. C’est ce qu’elle a confié sourire aux lèvres à sa sortie du débat auquel elle participait samedi en fin d’après-midi sur la scène de l’Agora de l’Humanité.

« Il ne faut pas faire de conclusion hâtive sur ce qui s’est passé », a expliqué Najat Vallaud-Belkacem à la sortie de ce débat qu’elle qualifie elle-même de « sympa et animé », consacré aux droits des femmes avec la sénatrice PCF du Val-de-Marne, Laurence Cohen. « J’ai pris un grand plaisir à être là. Nous sommes deux organisations politiques distinctes, il est toujours intéressant de venir écouter, toujours intéressant de venir débattre. Il y a des points sur lesquels on peut trouver des convergences, l’égalité hommes-femmes en est un. »

Les femmes, premières victimes de l’austérité

Accueillie par des applaudissements nourris d’une Agora comble, la ministre est, dans un premier temps, tombée d’accord avec l’auditoire lorsqu’elle a rappelé qu’en trois mois au pouvoir, la gauche avait fait plus pour l’égalité homme-femme en recréant un ministère des Droits des femmes de plein exercice, qu’en cinq ans de Nicolas Sarkozy qui n’a jamais évoqué le sujet. Le débat s’est ensuite tendue lorsqu’a été abordée la question du traité budgétaire européen, pour lequel le Front de gauche réclame un référendum sur son adoption. Laurence Cohen a alors souligné que les femmes sont les premières victimes des politiques d’austérité budgétaires mises en place en France.

« Référendum! »

« Je suis d’accord, les choses sont liées », reconnaît la ministre qui tente de défendre les mesures de discipline budgétaire prise par le gouvernement dont elle est la porte-parole. « Ce traité a été réorienté par François Hollande. La rigueur serait de couper dans tous les budgets, ce n’est pas ce que nous faisons », affirme t’elle sous les premières huées. « Le rejet de l’austérité nous est fondamental. » Le public lui répond par des « référendum, référendum ». Le silence revient lorsque Laurence Cohen lance à la salle: « J’adore débattre et quand Najat Vallaud-Belkacem vient à la fête de l’Humanité, on écoute et on débat. Ca ne sert à rien de hurler ».

Quelques minutes plus tard, le débat prend fin. La ministre répond à quelques questions des journalistes présents et repart le sourire aux lèvres.

Un commentaire sur Fête de l’Humanité : Un débat « sympa et animé »

  1. RAMAIN CHARLES

    bonjour
    c’est bien d’avoir été débattre a la fête de « l’huma » même si dans le contexte ce n’était pas facile c’est en vous « frotant » a
    un public pas obligatoirement acquis que vous, vous forgerez une carapace ,de toute façon il faut jamais refuser le débat c’est une nécessité de débattre y compris avec ceux
    qui pensent autrement….
    cordialement

Commentaires fermés.