Leadership pour Elles, l’appli pour aider les femmes à progresser dans leur carrière

Droits des femmes Publié le 7 avril 2014

A l'occasion de la journée de l'égalité salariale, le ministère des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, présente un outil inédit, pratique et gratuit pour aider les femmes à progresser dans leur carrière : l'application pour téléphone mobile et tablette "Leadership pour Elles"

Savez-vous en effet que les différences de confiance en soi entre femmes et hommes peuvent expliquer jusqu’à 4,5 des 25 points de l’écart salarial ? Toutes les études sont concordantes. L’une d’elles montre que les hommes sont 9 fois plus enclins à demander une augmentation de salaire que les femmes.

Ces chiffres étonnants, peu connus, appellent des réponses adaptées aux phénomènes d’autocensure au féminin. Pour mieux encourager les femmes à s’affirmer et à construire leur parcours professionnel, le ministère des Droits des femmes, avec l’aide de l’APEC et de l’AGEFOS PME, a choisi d’innover.

« C’est sur la confiance qu’il faut agir, en donnant à toutes les femmes des outils qui étaient jusqu’à présent l’apanage des cadres supérieurs appartenant à des réseaux de grandes écoles« , a expliqué Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes dans une interview au Parisien.

A cet égard, précise Najat Vallaud-Belkacem, l’application fournit « des conseils simples efficaces, détaillés et gratuits » afin de « provoquer une prise de conscience« . « C’est du coaching pour toutes« , a-t-elle ajouté.

L’application Leadership pour Elles est un outil efficace, facile et ludique. Il s’ouvre sur un quiz d’autoévaluation qui interroge l’utilisatrice sur son comportement, sa posture en milieu professionnel. A l’issue de cette évaluation, l’application  propose information, sensibilisation et conseils d’expertes pour prendre la parole en public, booster carrière et salaire, cultiver ses réseaux et entreprendre.

Construite avec les experts des réseaux féminins d’entreprise, l’application permet d’avancer à son rythme et de partager ses progrès et découvertes. Sans exclusive, elle est évidemment aussi accessible aux hommes.

Vous pouvez téléchargez l’application Leadership Pour Elles sur l’Apple Store, en cliquant ici.

Ou sur le magasin Google Play en cliquant ici Leadership pour Elles.

A Lire Aussi :
Libération : Inégalité salariale : une appli pour coacher les femmes.

Appli Leadership Pour Elles – le dossier de presse

12 commentaires sur Leadership pour Elles, l’appli pour aider les femmes à progresser dans leur carrière

  1. JCR

    Bonjour,
    Une simple réaction d’un homme aux différents commentaires publiés sur ce site.
    Je les trouve globalement négatifs et critiques et c’est bien dommage car l’initiative mérite d’être accompagnée positivement même si l’outil n’a qu’une vocation pédagogique.
    Les progrès ne pourront se réaliser que collectivement!

  2. Nathalie Brickx

    Donc en fait, si je comprends bien, si je gagne moins qu’un homme et que j’ai moins de possibilités de carrière c’est parce que je n’y connais rien, je ne sais pas m’affirmer, je ne sais pas demander une augmentation de salaire, etc…. Mais ce n’est pas grave j’ai enfin une application sur mon androïd qui va m’apprendre comment faire !
    Quand comprendrez vous que nous ne sommes pas responsables mais que ce sont certains hommes et la société dans son ensemble qui sont responsables du sexisme. C’est pour les sexistes que vous devez faire une application, pour leur apprendre à respecter l’égalité, mais non pour culpabilisez les femmes encore et encore !
    Mais là encore ce n’est pas grave car grâce à Mr Valls tous les salariés de France vont être payés au Smic donc fini les inégalités de salaire entre les homme et les femmes !

  3. Christian

    Donc, si je comprend bien, il faut que les femmes apprennent à régler elles même les problèmes de la différence de salaire et de promotions sociales. Problème qu’elles ont d’ailleurs elles-même engendrés en naissant femme.Il est bien évident, que ce ne sont pas les employeurs qui sont à l’origine des ces différences de traitement.
    Nous vivons dans une société à dominante masculine. Je regrette profondément que cela ne se règle pas par la logique de la capacité à tenir un poste plutôt que par le sexe du postulant, mais s’il faut en passer par la loi et les moyens de la faire appliquer, il faut que ce soit fait. Si une femme ne se sent pas en confiance, c’est aussi par la faute du ou des dirigeants et des collaborateurs masculins qui ne font rien pour que cela se passe d’une façon normal dans les rapports de travail et d’humanité simple.

  4. Cathy

    Oui, bien dommage que cette appli ne soit pas disponible pour toutes. Ca gache le gout d’une bonne initiative. Une discrimination ou un manque de moyens? J’ai hate qu’elle sorte sous Windows.

  5. Anaïs

    Bonjour,
    J’aurai aimé tester cet outil mais il n’est malheureusement pas disponible sur Windows store. Dommage qu’il n’ait pas été prévu non plus sur un site dédié.

  6. Karg se

    Sympa, sauf pour les femmes du peuple qui ont des portables sous androïdes (tout le monde n’a pas 600 euro pour un telephone « design »), elles vont rester soumises…

  7. LE BRAS LAURENCE

    Bonjour Madame la Ministre,
    Je profite de l’appui pour aider les femmes à progresser dans leur carrière….
    Après 25 ans passés dans le secteur du Maritime sur Le Havre, mon mari, ma fille et moi avons déménagé sur le Calvados pour le job de mon mari.. Sans réseau, après des formations complémentaires, j’ai dû attendre 5 ans avant de retrouver un travail à temps plein (BAC+2) dans une Ecole d’Ingénieurs en qualité de contractuelle à 52 ans. Après 3 et demi de contrats renouvelés, je suis passée à mi-temps à 55 ans, pour soi-disant, des restrictions budgétaires…. Sauf, qu’à 55 ans, dans la fonction publique, j’aurai dû être cédéisée….
    Je ne peux m’imaginer qu’un homme ne serait jamais passé à mi-temps…. Je voulais juste vous signaler que la fonction publique est quand même champion dans les domaines de la maltraitante vis à vis des femmes…
    Je voulais vous souhaiter ton mon soutien et courage devant l’épreuve….
    Avec tout mon soutien.
    Salutations.

  8. françois appert

    Bonjour
    je regrette profondément que nos politiques, tous comme nos recruteurs, nos journalistes, ou nos sportifs, soient incapables d’aligner deux mots de français, et ne sachent que jargonner un pidgin french pour bobos fashion.
    Pour leur culture, je leur rappelle ses quelques synonymes:
    Leadership : Poigne, Ascendant, pouvoir d’influence, suprématie, direction, hégémonie, commandement, prépondérance
    Challenge : c’est un défi
    Le franglais hipster semble devenir l’apanage de nos élites.
    Quel gâchis et quel mépris des autres (majoritairement non anglophones), alors que notre langue est si belle.
    Je me pose la question de savoir: quel serait l’accueil, par ses mêmes élites, d’une candidature féminine utilisant un tel jargon?
    Bonne réflexion.

  9. Luk

    Projet intéressant sur le fond mais sur la forme, ce qui me perturbe pour ma part, c’est de produire une application qui ne tourne que sur un téléphone qui est une plateforme verrouillée, qui fait le commerce des données personnelles de ses utilisateurs, dont le fournisseur pratique la censure régulière des applications et œuvres et dispose des systèmes espions dans ses téléphones (tel dropoutjeep).

    Une application produite par l’État ne devrait pas encourager les citoyens à rentrer dans un système commercial et de contrôle (et Apple est ce qu’on fait de « mieux » en la matière).

    L’application devrait pouvoir être téléchargée et installée indépendamment du dispositif commercial du vendeur de téléphone. Ce serait tout aussi valable pour le playstore de Google.

    Je ne sais pas si c’est faisable dans le monde Apple, mais c’est possible côté Androïd et pourtant, ce ne sera malheureusement pas la première fois qu’il faudra se livrer à un acteur commercial tiers pour bénéficier d’un service financé avec les deniers publics.

  10. béa

    Bonjour.
    Je trouve vraiment dommage et inquiétant qu’un ministre de la République Française se sente incapable d’utiliser correctement la langue française au point d’utiliser des mots anglais….Le français n’est pas une langue régionale dans un monde anglophone, c’est une langue nationale! Leadership, coaching, booster….manque de vocabulaire parmi les chargés de communication? Volonté de paraître « tendance » au lieu d’être efficace?

Commentaires fermés.