Communiqué sur les projets de programmes présentés par le Conseil supérieur des programmes

Presse Éducation nationale Publié le 24 avril 2015

Les  projets de programmes présentés par le Conseil supérieur des programmes suscitent des débats et des prises de position d’autant plus légitimes qu’ils sont justement dans une phase de consultation auprès des enseignants, qui ne s’achèvera que le 12 juin prochain.

Dans un contexte national qui invite à la responsabilité et afin d’éviter les polémiques inutiles, je tiens à rappeler et indiquer les éléments suivants.

Tout d’abord, les projets de programmes n’engagent à ce stade que le Conseil supérieur des programmes, instance ouverte à la représentation nationale et sociale composée de 18 membres représentant la diversité de la société française, dont 3 députés et 3 sénateurs de différentes sensibilités politiques. A l’issue de la consultation des enseignants, je saisirai le Conseil supérieur des programmes pour qu’il fasse évoluer ses projets initiaux, tant sur la forme pour veiller à leur clarté et à leur lisibilité, que sur le fond là où c’est nécessaire.

A cet égard, si je tiens à saluer la qualité du travail du Conseil supérieur des programmes qui rétablit une logique chronologique dans le projet des programmes d’histoire, je souhaite dès à présent lever toute ambiguïté sur la place et les modalités de l’enseignement laïque des faits religieux.

Conformément aux orientations que j’ai annoncées dans le cadre de la mobilisation de l’école pour les valeurs de la République, l’enseignement laïque des faits religieux sera renforcé dans les nouveaux programmes d’histoire.

Ainsi, dans le projet de programmes du cycle 3 (CM1-CM2-6e), pour l’ année de 6e, le thème obligatoire consacré à   « L’Empire romain dans le monde antique » prévoit l’étude des débuts du christianisme.

Dans le projet de programmes du cycle 4 (5e-4e-3 e), l’histoire du fait religieux complète et approfondit ce qui a été fait en classe de 6 e, avec notamment le thème obligatoire en 5ème intitulé   « Société, Eglise et pouvoir politique dans l’Occident chrétien : XIe-XVe siècles ».

Par ailleurs, le projet de programmes de 4e prévoit l’étude de la Révolution française comme celle de l’époque des Lumières au sein du thème obligatoire consacré à l’Europe et au Monde XVIIe – XIXe siècles, qui inclut   les « Sociétés et cultures au temps des Lumières ».

Enfin, l’étude de l’islam, de l’esclavage, des génocides, de la colonisation et de la décolonisation sont au programme d’histoire au collège aujourd’hui et le resteront demain. Ainsi, l’actuel programme de 5e s’ouvre « par la découverte de la naissance de l’islam (fait religieux) et de l’islam médiéval (civilisation) »  ; l’étude des traites négrières et de l’esclavage, celle des conquêtes coloniales, sont  au programme d’histoire de 4 e, et le génocide des Juifs et des Tziganes et l’indépendance des colonies sont au programme d’histoire de 3e.

Ces éléments sont bien éloignés de présentations volontairement polémiques qui ne visent qu’à politiser un enjeu essentiel, celui de la transmission de notre histoire commune et du récit national, qui exige que le consensus le plus large soit recherché. C’est dans cet esprit que j’arrêterai les programmes définitifs, après la consultation des enseignants et une nouvelle saisine du Conseil supérieur des programmes.

Najat Vallaud-Belkacem,
ministre de l’Éducation nationale,
de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Tags : , , , ,

59 commentaires sur Communiqué sur les projets de programmes présentés par le Conseil supérieur des programmes

  1. Arnold

    Ancien prof d’histoire-géo, aujourd’hui à la fac, je suis favorable à ces programmes, pour le peu que j’en ai pu lire. Ceux qui crient au loup devraient se poser la question : à quoi l’école sert-elle ? Pour moi, la réponse est sans ambiguïté : à former des citoyens responsables, capables de comprendre le monde qui les entoure et ne pas céder aux discours totalitaires, d’où qu’ils viennent. Etudier le fait religieux aujourd’hui, et notamment l’Islam, fait évidemment sens dans le contexte terroriste sans précédent qui est le nôtre. Rejeter les religions c’est pratiquer la politique de l’autruche. La religion catholique a modelé nos sociétés pendant des siècles, en bien et en mal d’ailleurs. Sans rejet de la religion et de ses obscurantismes, pas de Lumières. Enseigner l’histoire de l’Islam, c’est faire sonner un autre son de cloche aux dizaines de milliers d’élèves d’origine maghrébine, furures recrues du Jihad, en acte ou en pensée, qui ne connaissent de l’Islam que ce que leurs parents ou autres barbus veulent bien leur dire, sans oublier bien sûr la concurrence d’Internet. Il en va de même de nos chers petits catholiques, prompts à se dresser dès lors qu’on s’attaque à Jésus – souvenons-nous de l’affaire de « La dernière tentation du Christ ». Pour résumer : il est illusoire de penser que l’histoire enseignée à l’école peut être apolitique. Elle doit être politique, mais intelligemment politique.

  2. VILLAVERDE DANIEL

    Pourquoi les programmes ignorent l’esclavage des Francais, Espagnols etc… Par les arabo-musulmans ?
    Leur nombre est bien supérieur à celui des tziganes et pourtant vous les effacez de notre mémoire .
    Tous ces malheureux esclaves méritent le devoir de mémoire .
    Ne rien faire et cacher ces faits c’est se rendre complice et reporter la connaissance à la fac l’est aussi.
    La vérité n’a pas de limite .

  3. Sudholt Emmanuelle

    Alors comme ça, moins d’heures de langues = renforcement des langues ????
    Nous sommes rassurés !!!
    De qui se moque-t-on ?!!!

  4. Luise

    Communiqué publié le 24 avril 2015 :

    -Des « …débats et des prises de position d’autant plus légitimes qu’ils sont justement dans une phase de consultation auprès des enseignants »
    -« A l’issue de la consultation des enseignants… »
    -«…après la consultation des enseignants… »

    A trois reprises dans votre communiqué, vous faites allusion à la consultation des enseignants.
    Quand allez-vous faire cette consultation ? Il eût été mieux de la faire avant de publier votre projet, mais il n’est peut-être pas encore trop tard pour consulter les enseignants.
    Une entrevue demandée n’a d’ailleurs pas eu de réponse.
    Mais qui sait ? Entre aujourd’hui 29 avril et le 12 juin, vous consulterez sûrement les enseignants, puisque vous le répétez par trois fois.

    Est-ce que vous savez dans quelle classe les élèves allemands commencent généralement (car il y a des expériences et des différences d’une région à l’autre) une langue étrangère ? Vos conseillers vous l’ont-ils dit ?
    Et en Allemagne, ils pensent à la formation des professeurs des écoles, sujet sur lequel vous restez opiniâtrement muette.
    Avec quels élèves pensez-vous faire vos « jumelages » en primaire?
    Vous manquez de sérieux et de réalisme.

    « Ich habe meine Befürchtungen mitteilen können, aber sie (Vallaud-Belkacem) teilt überhaupt nicht unsere Sorge und unsere Analyse », sagte die Botschafterin « Le Figaro ». « Wir haben unterschiedliche Auffassungen. »
    Madame l’Ambassadrice Susanne Wasum-Rainer est très déçue que vous campiez sur vos positions, que vous n’acceptiez aucune discussion et que vous ne fassiez visiblement aucun effort pour vouloir comprendre.
    Votre sourire nous agace désormais. Pourquoi vous entêtez-vous ainsi ?!

  5. Heine

    Madame la Ministre,
    1) Les parents ne voudront pas d’une autre langue que l’anglais en primaire.On les comprend.
    2) En Lv2, l’allemand ne fait pas le poids en face de l’espagnol, réalité avérée qui a servi de point de départ au plan de relance de l’allemand en 2004 et à la création des c bilangues
    3) Ces bilangues sont ouvertes à tous (et donc pas DU TOUT ELITISTES)
    4) Ce sont des SECTIONS donc élèves dipersés dans diverses classes; on peut donc avoir de bons élèves partout et cela rend le collège VIVABLE
    4) 2h30 h de LV2 en 5ème : horaire inefficace pour tous, enseignement au rabais, on est loin de la qualité que SAIT offrir le service public quand on lui fournit les structures pour ce faire et ça, c’est VOTRE BOULOT!
    5) Les parents qui le peuvent ont déjà pris la fuite
    6) Les enseignants attachés à la qualité du service public y songent aussi! Si c’est pour faire CA, autant s’investir ailleurs!…C’est peut-être ce que vous voulez?…

  6. gabylane

    Plus je lis sur le sujet, plus je suis consternée de la surdité de notre chère Ministre et plus je m’alerte de la dangerosité de cette réforme et de la nocivité de celle qui la défend.
    Mon propos n’est pas de faire de redite sur les multiples contre-arguments étayés qui ont été opposés au noyage de poisson ministériel. Je ne peux cependant que plussoyer à l’ensemble de ce qui a été rétorqué au magnifique concept du « tirage vers le haut » mais qui constitue à très court terme un suicide de masse dans les abysses de l’ignorance crasse et du contentement de soi à moindre coût…
    Pour revenir aux classes bilangues… considérer qu’il s’agit d’un enseignement « élitiste » est déjà en soin fort malsain… professeur dans ces classes, comme tant d’autres qui se sont exprimés ici, elles constituent, (avec les classes euro),la seule bouffée d’oxygène offerte aux enfants (issus de tous milieux, ne vous en déplaise, madame la Ministre) désireux de ne pas passer 2 mois à voir leur professeur s’échiner à faire comprendre la différence entre être et avoir, eux qui ont compris « dans le temps qu’il faut pour le dire »…

    Alors,
    NON, Madame la Ministre, on ne peut pas fournir un enseignement de qualité dans une classe de 28 élèves où l’hétérogénéité, brandie comme un facteur d’égalité, ne laisse aucune chance à personne…
    NON, Madame la Ministre, on n’accroît pas les chances d’un gamin en difficulté en lui rajoutant une seconde langue vivante, on le rend encore plus perdu, triste et finalement réfractaire.

    NON, Madame la Ministre, l’interdisciplinarité telle qu’on peut la pratiquer avec les moyens qui nous sommes donnés (c’est à dire aucun) n’enrichit pas le propos et n’élargit pas les horizons… Elle consiste le plus souvent en un cafouillis besognieux qui se voudrait ludique mais ne trompe personne, et surtout pas les élèves.
    Personnellement, je n’ai nulle envie, ni vocation, à faire coller des gommettes et autres paillettes sur des cartes de voeux pendant trois séances pour faire acquérir « Merry Christmas et Happy New Year » à mes élèves.

    NON, Madame la Ministre, les classes européennes ne sont pas un luxe. Elles permettent justement de fournir cet « aller vers l’autre » que vous préconisez…Elles permettent de proposer une ouverture culturelle, de développer un amour de la langue, et de combler une envie d’apprendre. Doit-on la refuser à ceux qui le souhaitent? C’est cela, tirer les élèves vers le haut??? Il faudra qu’on m’explique. Enfin, qu’on m’explique mieux…. parce que là, je n’ai pas compris.

  7. Sudholt Emmanuelle

    La dernière déclaration de Stéphane Le Foll est une provocation:

    http://lci.tf1.fr/france/societe/le-foll-aucune-remise-en-cause-de-l-enseignement-de-l-allemand-8601847.html

    C’est scandaleux de mentir avec autant d’aplomb…Vous faîtes exprès de ne pas comprendre ou quoi ???? Pourquoi s’entêter ??? On ne fait jamais une réforme contre les personnels..mais c’est vrai qu’on va bientôt disparaître de la circulation…
    Arrêtez d’avancer le nombre de postes au CAPES: vous savez bien qu’il ne représente rien !
    Marre de vos mensonges !
    Marre de devoir me répéter !
    Marre d’être prise pour une bille !

  8. Clemens Brentano

    Le Foll: « aucune remise en cause de l’enseignement de l’allemand » – Publié le 29/04/2015 à 13:22

    Arrêtez de nous mépriser, de nous prendre pour des CONS !

  9. Dorget

    J’ai étudié le latin et le grec et l’allemand et l’anglais.
    Il est triste de supprimer les classes bilangues car les Français ne brillent pas par leur connaissance de l’anglais à l’étranger. Je suis bilingue anglais et j’enseigne à mes enfants l’anglais et je trouve dommageable que d’autres enfants ne puissent profiter de cette chance qu’est la possibilité de s’ouvrir au monde via les langues ou de ne pouvoir avoir un espoir de travailler à l’étranger.
    Je suis profondément laïque et athée et je pense que si l’on devait proposer un enseignement du fait religieux en France il aurait fallu commencer par nos racines païennes et chrétiennes. Si l’on doit enseigner le fait religieux de civilisations externes à la France et à l’Europe il faudrait le faire de manière mondial et sous forme de survol : Islam, Judaïsme, Bouddhisme, Taoïsme, Shintoïsme, Hindouisme en parlant des inventions, conquètes, colonialisme et génocides de toutes les religions. Se contenter d’enseigner à nos enfants la culpabilité de leurs parents dans le colonialisme sans dire qu’ailleurs ce n’est pas mieux et que c’est l’humain qui est mondialement responsable à tour de rôle de l’esclavagisme des autres peuples ou de génocides sur d’autres peuples : il y a le génocide arménien, le génocide rwandais, le génocide des juifs et maintenant le génocide palestinien, les meutres de Boko Haram, des milices chrétiennes en Afrique et de Daesh, les bonzes qui s’immolent au Tibet, la guerre déclenchée en Irak par les américains sous couvert d’informations mensongères d’armes de destruction massive…
    Il faudrait juste enseigner à nos enfants que partout dans le monde des horreurs se produisent et que les bourreaux deviennent des victimes et les victimes des bourreaux, que rien n’est noir ou blanc, vision dichotomique des religions paternalistes.
    Ce programme est incomplet si ce que vous souhaitez enseigner et le fait religieux et vous vous heurterez à beaucoup de colère des personnes laïques qui ont subi les attentats xénophobes au nom de l’Islam en Janvier. Une manière d’apaiser serait de parler sans détour du fait religieux au niveau mondial ou de ne pas en parler si vous ne souhaitez pas choquer les uns ou les autres.

  10. Lauffer

    «Oui, il y a de l’élitisme, mais il faut se demander pourquoi ? C’est le ministère qui le crée en organisant un manque d’accès aux options.» Nous n’ignorons pas la pratique du ministère qui sous la pression de parents, de recteurs ou de chefs d’établissement ouvrent des classes dans certains établissements et pas dans d’autres ! C’est là que commencent les inégalités ! Ces classes de latin, de grec, d’allemand qui ne sont pas ouvertes ou inversement fermées, alors que la demande est là !
    L’année dernière, François Baluteau, professeur d’université en sciences de l’éducation à Lyon, a mené l’enquête sur 500 collèges, piochés un peu partout : en zone urbaine comme rurale, dans les quartiers chics des grandes villes comme en périphérie. Son travail portait sur tous les enseignements optionnels, et donc sur le latin et le grec. Premier constat qui l’a surpris : environ 10% des collèges de son échantillon ne proposent pas de cours de latin ni de grec du tout.
    Pensez-vous que les EPI vont remédier à ce mal ? Permettez-moi d’en douter…. Ou alors encore au détriment d’autres matières ? Mais bien sûr nous (r)assure Madame la Ministre en affirmant que 100% des élèves seront amenés à en faire, puisque l’enseignement des langues anciennes sera non plus une option choisie par les élèves mais l’un des «enseignements pratiques interdisciplinaires» (EPI) – donc obligatoire. Ces plages de trois heures par semaine que devront s’approprier les profs à leur guise, à tour de rôle !
    Il faudra donc aller quémander les collègues pour qu’ils accordent un peu de leurs heures pour enseigner le latin, le grec et pourquoi pas l’allemand au rythme où vont les choses ?
    Mes collègues de lettres modernes m’ont avouée ne pas se sentir capables d’enseigner le latin notamment. De vrais profs de français incapables d’enseigner le latin ! Ah oui j’oubliais il faut avoir fait lettres classiques dans un premier temps et ne pas avoir perdu ses déclinaisons et tout ce qui fait du latin un puits de science ! Oh pardon expression tabou car trop élitiste ! « Donc mis à part passer Spartacus ou Peplum aux élèves je ne vois pas ce que je vais pouvoir faire » me confie une collègue. Il est vrai qu’on ne s’improvise pas enseignant ! Quoi que ! …L’Education Nationale recrute pas mal à Pôle Emploi !

  11. Lauffer

    « La vérité est la chose la plus précieuse que nous ayons, économisons-la. » Mark Twain ; La tragédie de Pudd’nhead Wilson (1894)
    Il est vrai qu’en période de crise il faut faire des économies sur tout ! Mais Madame la ministre vous n’allez quand même pas suivre à la lettre votre cher Mark Twain !
    La vérité vous la devez à vos concitoyens aux élèves, aux parents, aux enseignants ! Un peu de courage, osez dire que vous vous êtes trompée !
    Des économies il est certain qu’avec cette réforme vous allez en faire : économies d’heures d’enseignements d’allemand, économies de moyens pour un enseignement de qualité… tout cela au détriment de la qualité ! La qualité mais qu’est-ce donc ? Le cadet de vos soucis ! … Ou encore un mot qui fait partie du champ lexical de l’élitisme !… donc encore un mot tabou ! Il va devenir difficile de vous écrire !

  12. Heine

    Et l’ennui naquit de l’uniformité… Plat unique pour tout le monde, miam miam….

  13. Kafka

    Une bien triste histoire…

    « Najat n’a pas de chance d’être née en 2005: pour son entrée en 6ème, elle connaîtra la réforme du collège. Certes, elle vit dans un quartier difficile, et ne bénéficie d’aucune aide à la maison, mais elle est sérieuse et semble douée pour les études.

    A cause de la réforme, elle fera moins de Mathématiques, moins de Français et moins d’Anglais en cours disciplinaires, un peu moins de tout en fait. Elle n’aura pas de cours de Latin, de Grec ou d’Allemand qui ne sont plus proposés dans son collège, pour mettre en place des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires. En 3ème, elle ne pourra pas intégrer une 3ème DP3 car cette section n’existera plus. Elle aurait pu être dans une classe bilangue, mais elles ont été supprimées pour permettre de commencer une deuxième langue en 5ème, mais en prenant sur sur les horaires des autres niveaux….
    La nouveauté c’est que ce matin elle a fait un EPI « Mathématiques-Eps », elle a calculé les pourcentages de services au ping-pong avec ses copines. C’était rigolo et concret.
    Hier elle a fait un EPI « Histoire-Techno », ils ont construit des châteaux forts en carton. C’était difficile, car la colle ne voulait pas tenir. A la fin elles en avaient plein les mains. mais au moins c’était concret et transversal.
    Si elle avait le choix, Najat aimerait certainement ne faire que des EPI: « C’est vraiment plus cool que les vrais cours sérieux ».
    Parfois, elle se demande quand même si elle y apprend réellement quelque chose, mais ça ne la tracasse pas trop, du moment qu’elle a plaisir à aller à l’école.
    L’autre jour, Marie lui a dit que ses parents la changeaient de collège, elle était un peu triste de perdre sa meilleure copine. Marie n’avait eu que 2h de mathématiques au collège. Or, dans son nouveau collège, sa classe bénéficie de 4 h. Marie est un perdue…et désespère de rattraper son retard.
    Ce que Najat ne sait pas, c’est qu’elle fera 500 heures de cours disciplinaires de moins sur ses 4 ans au collège, que si elle était née quelques années auparavant. C’est l’équivalent d’une demi-année en classe. Et qu’elle sera mal préparée aux défis qui l’attendent demain. En fait, elle a déjà 2 ans de retard en mathématiques sur les meilleurs pays aux classements internationaux, et cela va empirer avec les nouveaux programmes, mais tout cela, elle l’ignore.
    Najat aurait pu faire de brillantes études, elle aurait pu faire l’ENA ou Science Po et finir un jour ministre; quand on est adolescent, on a encore des rêves. Mais elle risque fort d’être rattrapée par la réalité d’une éducation à plusieurs vitesses.

  14. PF

    Non à la suppression des classes bilangues et sections euros !
    ça fait plus d’un mois qu’on vous le dit…Faut vous faire un dessin pour que vous compreniez qu’il est urgent d’abandonner ce funeste projet ?

  15. Lauffer

    Ma contribution du 27 avril n’apparaît pas dans la liste des commentaires. Seriez-vous déjà lassée par notre prose ?
    Ou bien sont-ce des quotas ou de la censure ?
    Je ne parle pas des clins d’œil à Mark Twain !

  16. Lauffer

    Le rendez-vous Mark Twain :
    « Dans le doute, dites la vérité. » Mark Twain ; La tragédie de Pudd’nhead Wilson (1894)
    Belle réplique mais auriez-vous oublié de la mettre en pratique Madame le Ministre ? Reconnaissez que vous vous êtes fourvoyée ? Prise dans le tourbillon de cette volonté de vouloir réformer, vous vous êtes égarée et voilà que bientôt 33 000 personnes (signataires de la pétition contre la réforme du collège http://www.petitionpublique.fr/PeticaoListaSignatarios.aspx?pi=rcADEAF), que des politiques français et allemands vous montrent du doigt ! Malheureusement pour vous ce n’est pas la rançon du succès mais bientôt l’infamie ! Nous voilà bientôt dans la tragédie grecque ! Oups ! Mots tabous : grec, latin, allemand ! T(r)op élitistes !

  17. Voltaire, germanophile

    Madame La Ministre,

    Seriez-vous aujourd’hui, avec un retard certes bien navrant, en phase de réflexion ?
    En effet, malgré les alertes de députés, de très nombreux professeurs, de l’ADEAF, d’un ancien premier ministre, de la presse française, de la presse allemande, suisse …, vous ne semblez plus aussi imaginative et pleine d’allant que naguère. Au contraire, vous répétez les propos incohérents dont on ne sait quelle part de responsabilité revient à vos conseillers ou à vous-même.
    Nous avons aujourd’hui atteint le stade de l’incident diplomatique avec nos amis allemands.
    Il semble en effet qu’ Outre-Rhin, on se sente un peu plus engagé par les traités que l’on signe ! Et votre reniement ne passe pas !
    Votre réflexion aurait décidément dû précéder votre action !
    A quoi pouvez-vous réfléchir aujourd’hui ?
    A l’expression de vos excuses à nos partenaires, aux professeurs d’allemand, à la communauté éducative dans son ensemble ?
    A une nouvelle méthode de gouvernance, faite de respect des engagements et des personnes, de propositions réfléchies qui pourraient emporter une adhésion large ? …
    Ou peut-être regrettez-vous amèrement d’avoir trop longtemps écouté votre seul entourage, aussi intellectuellement et humainement indigent que couard au point de vous suggérer de laisser les chefs d’établissement endosser la responsabilité de votre incurie ? …
    Pensez-vous à votre avenir politique ? Il passe, c’est certain, par un geste de responsabilité et de courage : prenez du recul, méditez et reconsidérez vos décisions …

  18. "On" nous fera remonter la pente

    Dans une interview sur itélé, 21/04/2015, la ministre Vallaud-Belkacem constate l’échec du collège.
    « Vous le savez: Le constat en la matière n’est pas terrible. Nos collégiens sont de moins en moins bons à la sortie du collège. (…)
    S’agissant des langues vivantes: On n’est [hésitation] vraiment pas bon, les petits français. Dans les classements internationaux, on apparaît généralement tout en bas de la liste. »

    Heureusement que la ministre et « eux » sont là: « On reprend le sujet du collège, et on y apporte des réponses. » Ouf, grand soulagement.

    Un instant, svp ? Mais c’est quoi, les réponses ?

    La réponse contre les mauvais résultats en apprentissage linguistique, c’est … On supprimera les classes bi-langues et les sections euro.

    C’est donc cela, le moyen infaillible pour obtenir de meilleurs résultats ?

    Citoyen, n’ayez aucune inquiétude, faites confiance à notre ministre.

    Ces voies d’excellences où les enfants ont une réelle chance d’apprendre correctement une langue étrangère, cela ne vaut pas du tout ce que l' »on » a concocté au ministère : la LV 2 commencera en classe de 5°.

    Il fallait y penser.

    Voici le gain en nombre d’heures de nos élèves avec la nouvelle organisation : 18H pour la LV2 pendant la scolarité 5°/4°/3.
    Voici la perte d’un élève qui ne pourra plus faire bi-langue / euro : 342H.

    Il est clair que les élèves français vont remonter en flèche dans les comparatifs internationaux. Merci Madame la Ministre !

  19. F. DIEDRICH

    Une chose est sûre: Vous ne ménagez pas votre peine pour ce qui est de la comm’.
    De là à être convaincante…

  20. Marc Letombe

    je ne lis plus, je n’ écoute plus… Jamais ministre de l’EN aura ruiné son crédit en si peu de temps… allez, hop! à l’agriculture!

  21. Marc Letombe

    Avez-vous pensé que nous pourrions avoir des ministres transdisciplinaires ? On ferait ainsi des économies substantielles : une même personne ministre de l’intérieur, de la pêche et de l’enseignement supérieur, une autre des affaires étrangères, de la santé et du budget, une autre des armées, de l’éducation nationale, de l’agriculture, et de la recherche, …

  22. Lauffer

    Ne lâchons pas la pensée directrice de Madame la Ministre à travers son auteur phare !
    « On ne songe jamais à tout quand on se presse trop ! » Mark Twain ; Les aventures de Huckleberry Finn (1884)
    Ne serait-ce pas l’illustration parfaite de ce qui arrive avec cette réforme du collège ?
    Cette précipitation à vouloir laisser votre empreinte comme vos prédécesseurs ?
    Certes réformer l’Éducation Nationale mais après études sérieuses et avisées, je ne parle pas des études de ces messieurs du CSE qui ne sont pas sur le terrain ! N’avancez plus de chiffres, nous savons tous très bien qu’on fait dire aux chiffres ce que l’on veut !
    Voilà maintenant plus d’un mois que nous attendons une réponse et bizarrement pas de communiqué élaboré à la hâte ! Toujours la rengaine des créations de postes, de l’égalité des chances, de l’élitisme, de l’opportunité de faire une LV2 en 5ème !
    Faut-il croire que Madame la Ministre prend son temps pour peaufiner une réponse ! Voilà donc la confirmation que nous attendions, Mark Twain lui est revenu à l’esprit ! Merci Madame La Ministre d’avoir recouvré vos esprits ! Nous sommes impatients d’entendre ou de lire votre prochaine intervention !

  23. Heinrich Heine

    Après la réforme, les programmes, enfin si nous pouvons encore utiliser le mot « programme »…
    Vous pensez que votre réforme et celles entreprises par votre mentor auront des effets positifs perceptibles lorsque vous ne serez plus au pouvoir. M… encore deux ans, cela va être long, très long…
    À la différence d’un G. Schröder qui a allongé le nombre des heures de cours (Ganztagsschule, vous connaissez ?), vous réduisez les horaires, nivelez par le bas, diluer les matières dans des EPI. Merveilleux, ce sigle, qui restera bel et bien la marque de votre incompétence et des dégâts causés.

    Arrêtez donc cette mascarade ! Cessez de mépriser vos interlocuteurs ! Écoutez un peu les acteurs qui sont sur le terrain ! Et puis, au risque de voir mon message censuré, pensez à votre parcours : Faites tout pour que d’autres enfants puissent s’en sortir et non son contraire !

    Mais encore faut-il percevoir chez vous un peu d’humanité, tout ne transpire hélas que l’arrivisme, l’arrogance, pire encore la haine.

    Oui, vous avez la haine. Vous détestez ces enseignants qui osent se rebeller, vous contredire, attaquer les chiffres erronés de vos conseillers. Cela devient palpable. Irrésistible ascension qui se heurte à ses petits fonctionnaires, encore trop bien payés, qui ont néanmoins pour la plupart d’entre eux, plus de diplômes et surtout plus d’expérience que vous, chère Madame.

    Alors, écoutez-les un peu sauf bien sûr si votre arrogance menace de vous étouffer, vous vous comporteriez toutefois de manière – enfin – raisonnable.

    Un prof qui aimait faire progresser ses élèves mais que vous avez vraiment écoeuré.

  24. Odile Chaumeton

    A propos des 500 postes d’allemand , couvrent-ils les départs à la retraite?
    Sinon je tiens à signaler cet article très intéressant à propos de votre réforme:
    http://www.marianne.net/jeunisme-imbeciles-100233061.html

    Vous devriez le lire et revenir sur certains points. Les critiques que nous vous faisons visent tout de même à améliorer un projet qui serait catastrophique pour des générations d’élèves.
    Allez, on met son petit orgueil dans sa poche et on revoit sa copie?

  25. Lauffer

    Madame la Ministre vous avez affirmé sur Canal Plus « Le petit journal » avoir toujours été guidée par Mark Twain. Auriez-vous oublié cette phrase?
    « Dans le doute, dites la vérité. » Mark Twain ; La tragédie de Pudd’nhead Wilson (1894)
    Si vous doutez d’avoir fait le bon choix quant à la réforme des collèges et notamment en ce qui concerne les langues, alors dîtes-le tout simplement !
    UN retour aux sources n’est jamais négatif !

  26. weballemand

    J’ai toujours autant la rogne quand je lis vos lignes …

    Vous dites

    Les projets de programmes présentés par le Conseil supérieur des programmes suscitent des débats et des prises de position d’autant plus légitimes qu’ils sont justement dans une phase de consultation auprès des enseignants, qui ne s’achèvera que le 12 juin prochain.

    une phase de consultation????? Alors là, c’est la 1ère, si vous parlez des syndicats, je ne considère pas cela comme de la représentation, inféodés que sont certains à votre botte!! Je n’ai pas l’impression d’être consulté, je n’ai pas l’impression non plus que vous teniez compte de toutes nos remarques. Un élève pour progresser doit tenir compte des remarques de ses professeurs, et malgré toutes nos remarques concernant la copie que vous nous proposez, je ne vois toujours aucun progrès, toujours les mêmes arguments fallacieux à des années lumière de la réalité de ce que sera l’enseignement de l’allemand après le passage de votre réforme.

    Vous dites
    Dans un contexte national qui invite à la responsabilité …

    Et bien oui, soyez donc responsable, reconnaissez votre erreur, voyez comme vos propositions et prises de position entachent l’amitié franco-allemande. A l’adresse suivante, un petit article que vous vous ferez traduire si vous trouvez dans votre cabinet des germanistes:
    http://www.welt.de/politik/deutschland/article139889058/Sprachenstreit-belastet-Beziehung-zu-Frankreich.html

    Vous dites
    et afin d’éviter les polémiques inutiles, …
    Les polémiques, c’est vous qui les créez, je n’ai pas l’impression que nous ayons créé de polémiques nous professeurs d’allemand. Tout juste défendons nous l’intérêt des élèves afin que leur soit réellement conservée l’opportunité d’apprendre la langue de notre premier partenaire et qu’ils puissent oeuvre à l’amitié franco-allemande et la construction européenne

    Vous dites
    A l’issue de la consultation des enseignants, je saisirai le Conseil supérieur des programmes pour qu’il fasse évoluer ses projets initiaux, tant sur la forme pour veiller à leur clarté et à leur lisibilité, que sur le fond là où c’est nécessaire.

    Quand serons-nous consultés??? Loin de dire que rien ne doit évoluer (non, nous ne sommes pas des conservateurs), nous professeurs d’allemand, n’avons cessé de rappeler depuis plus d’un mois les dangers liés à votre projet de réforme. Alors, consultez-nous en effet et surtout entendez-nous! Il y a plusieurs points qu’il est effectivement nécessaire de revoir, notamment la suppression programmée des bilangues et classes européennes, dispositifs qui fonctionnent, qui ont fait leur preuve et ne sont pas réservés à des élites. Je vous renouvelle mon invitation à vous rendre dans mon collège REP pour y découvrir la réalité du terrain …

  27. SB

    Madame la Ministre,

    afin que chacun puisse voir que vous n’êtes pas à un mensonge près, ni pour l’allemand, ni pour les programmes d’histoire-géographie, voici les preuves, les programmes prévisionnels du collège :

    http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Documents/docsjoints/programmecycle4.pdf

    Les programmes d’histoire-géo se trouvent p. 37 et suivantes, je cite : »Pour chaque période de l’année, les sujets indiqués en gras dans le tableau seront obligatoirement étudiés, les autres seront traités au choix de l’enseignant. »

    Donc comme chacun peut voir dans le tableau, « l’islam » et « la traite négrière » sont bien obligatoires, mais le christianisme (Une société rurale encédrée par l’Eglise) et les Lumières (!!!) facultatives !

    Par ailleurs, j’ai également étudié vos programmes de cycle 3 et je n’ai qu’une remarque à faire : criminel ! On avait abgrogé le fonctionnement par cycle en 2010, afin que chaque enseignant soit responsable de ce qu’il fait dans sa classe, de l’avancement des choses, du respect de l’avancement des programmes et l’ordre dans lequel était abordé les choses, car force était de constater que le niveau des élèves déclinait.
    Vous voilà ministre et vous abrogez de nouveau ce principe et remettez à l’orde du jour les cycles instaurés en 2002 par la gauche, or il a été prouvé que cela ne fonctionne pas ! Pire encore, vous mettez le cycle 3 à cheval sur l’école et le collège ! Comment vous assurez-vous de la concertation entre équipes de collège et école pour garantir une continuité et une progressivité ? Ou serait-ce aux professeurs de collège de classe de 6ème de réparer les pots cassés, de rattrapper tout ce qui n’a pas été fait avant, comme ce fut le cas en CM2, classe en fin de cycle avant ? Je les ai connu les, « oh mais ils ont jusqu’à la fin du CM2 pour acquérir les compétences » et toi, tu te retrouves en CM2 avec des gamins qui ne savent pas lire, écrire, calculer, mais tu dois faire acquérir l’ensemble des compétences ! C’est une honte de remettre ce fonctionnement ! Je les ai connu aussi les magnifiques liaisons école-collège ! Aucune heure n’est dégagée pour cela (ou au mieux une demie-journée par année !), et, dans les faits, on ne se concerte pas. Je vous laisse donc imaginer ce que ça donne avec un enseignement à cheval sur l’école et le collège (classe de 6ème) !
    Je ne suis pas pour M. Sarkozy, mais ce qu’il avait fait, à savoir de réintroduire un programme par année et ainsi que la responsabilité de l’enseignant de s’y tenir (et je ne dis pas que tous les instits se moquaient de tenir le programme, mais il y en !) c’était une très bonne chose ! Mais comme la droite l’a fait, il faut le bousiller, même si ça marche ! Idem pour les classes bilangue. Ca marche, mais ça coûte trop cher, alors on bousille !
    Votre politique éducative est tout simplement criminelle et j’espère que vous aurez la décence de virer vos soi-disant conseillers qui vous conseillent apparemment très mal ! Il est encore temps de faire marche arrière !
    Entendons-nous bien, je ne suis pas contre une réforme du collège, il en faut une, mais pas comme ça.
    Si vous voulez la réussite de tous, créez des groupes de niveau au collège, avec un parcours différencié et à la fin de la 3ème, une vraie orientation professsionnelle via des apprentissages pour les élèves qui ne sont pas scolaires ! Mais cessez de niveler vers le bas, l’ensemble des élèves. Evidemment, ce que je propose coûte cher et il faut le soutien des employeurs. Mais on n’a rien sans rien ! 4000 postes pour 5000 collèges ! Je rigole, car ça fait moins de 18h (un poste c’est 18 heures) allouées pour votre réforme ambitieuse du collège ! On fait quoi avec 18 h par semaine pour 300 à 400 élèves (collège de taille moyenne) ? Quelle ambition !

  28. Fréart

    Non, vraiment, je ne peux adhérer à cette idéologie qui s’oppose à ce qui peut élever des élèves par rapport à d’autres. Je ne suis pas la seule à le penser. Plus de 31 000 personnes ont signé la pétition de l’ADEAF et bien des députés et sénateurs partagent cette opinion, et pas seulement de vagues idéologistes de gauche, mais ça vous le savez déjà, même si vous refusez de l’admettre tant l’obscurantisme de vos conseillers est fort.

  29. Lauffer

    « Je ne vois pas en quoi ce qu’il aurait comme effet pervers de faire disparaître l’allemand »
    Cette phrase de Madame la Ministre de l’Education Nationale Najat Vallaud-Belkacem m’attriste et me révolte ! Certains diront que c’est un lapsus… Mais comme chacun sait les lapsus sont révélateurs !
    Alors que comprendre ? Qu’interpréter ? Que Madame la Ministre Najat Vallaud-Belkacem est fermement décidée à faire encore reculer l’enseignement de l’allemand ? Ou disons le clairement supprimer l’allemand ?
    Après 16 ans dans un lycée professionnel où j’ai organisé des périodes de stages en Allemagne, de 4 à 10 semaines pour les élèves germanistes volontaires, de multiples échanges et voyages Outre-Rhin, mon poste a été supprimé l’an passé. A l’heure actuelle j’enseigne toujours avec bonheur uniquement à des classes bilangues dans un collège (de la 6ème à la 3ème) soit 12 h (déjà pas un temps plein, juste un bloc de moyens provisoires comme dans de nombreux établissements)
    Si les classes bilangues sont supprimées, que reste-t-il ? Un petit volant d’heures qui ne constituent pas un poste, juste une peau de chagrin !
    Comment prétendre de façon éhontée que nous allons tous pouvoir enseigner l’allemand au primaire ? Tout le monde sait qu’il n’y a majoritairement que de l’anglais dans le premier degré ; il est compréhensible que les parents veuillent que leurs enfants maîtrisent d’abord l’anglais ! Mais soyons honnêtes c’est d’abord plus pratique pour les écoles primaires qui font valider un ou deux enseignants « habilités » à l’enseignement de l’anglais, la gestion des cours se fait donc en interne parfois même sur les heures de MAP !
    Et puis c’est plus économique de le faire faire par les instituteurs plutôt que de payer des intervenants extérieurs. Et ce n’est pas en cette période d’austérité budgétaire qu’on va aller dans ce sens.
    Dans sa lettre du 4 avril 2015, madame la ministre Vallaud-Belkacem indique clairement vouloir « plus de diversité linguistique dans le premier degré. Le fléchage de postes de professeurs habilités à enseigner l’allemand dans les écoles et la construction d’une nouvelle carte des langues assurant la diversité linguistique et la continuité des parcours d’apprentissage des langues de l’école au collège y contribueront ».
    Mais ces intentions ne suffisent pas à lever le doute sur sa capacité à atteindre l’objectif. Depuis maintenant plus d’un mois on nous annonce des chiffres pour soi-disant nous rassurer. Nous ne sommes pas dupes ! On fait dire ce que l’on veut aux chiffres ! Ceux avancés par Madame la Ministre sont infondés et pure spéculation ! Un peu comme les prévisions météorologiques, (or je pense que ces dernières sont plus fiables que celles de Madame la Ministre !) cette dernière nous annonce du beau temps pour l’allemand !
    Elle parle des écoles, académie par académie, où l’allemand sera particulièrement encouragé.
    Il serait bon qu’elle nous dise en étant très claire, par quels moyens elle compte mettre en œuvre l’apprentissage de l’allemand dans le premier degré sur tout le territoire national, pas seulement en Alsace-Lorraine.
    Et même si toutes les exigences de progression de l’enseignement de l’allemand à l’école primaire étaient satisfaites dès la rentrée prochaine, elles ne pourraient produire leurs effets au collège que 5 ans plus tard. Que deviennent les enseignants en allemand ? Des enseignants sans poste qui courent d’un établissement à l’autre pour assurer des heures par ci par là ? Sans réellement de possibilités, d’énergie et de temps pour s’investir, organiser des échanges et mettre en place des stratégies pour motiver et dynamiser les élèves et notre enseignement.
    Par quel coup de baguette magique Madame la Ministre va-t-elle convaincre les parents d’enfants du cours préparatoire de choisir l’allemand ?
    Alors que le projet de réforme des collèges porté par Madame la Ministre Najat Vallaud-Belkacem comporte de nombreuses dispositions audacieuses et novatrices, il ne faudrait pas que sur un point sensible, une vision faussée de l’élitisme condamne les jeunes, travailleurs et volontaires, issus de milieux modestes, à ne plus pouvoir profiter d’une classe bi-langue (souvent anglais – allemand mais pas uniquement) pour se hisser au niveau des meilleurs et décrocher des postes recherchés.
    Madame la Ministre Najat Vallaud-Belkacem semble en effet confondre élitisme et excellence !
    En effet les classes bi-langues contribuent à la lutte contre l’élitisme en tirant tous les élèves vers le haut.
    Il n’est pas faux de dire que les élèves issus de catégories sociales favorisées sont, parfois plus que les autres, présents dans les classes bi-langues. Sur ce point, madame la ministre a raison.
    Mais de nombreux élèves issus de catégories moins favorisées suivent également les classes bi-langues. Aucune sélection n’est pratiquée à l’entrée de ces classes bi-langues.
    En améliorant la réputation de ces collèges en ZEP, l’existence des classes bi-langues contribue à son tour à y attirer un public plus diversifié, au lieu de transformer ces collèges en ghettos. Elles participent donc bien à l’objectif de Madame la Ministre (Je reprends ses propres mots, prononcés à l’Assemblée Nationale le 14/04/2015) : « agissons pour réformer ce collège, dont on dit depuis des décennies qu’il ne fait pas suffisamment réussir nos enfants. Agissons pour leur offrir des pratiques pédagogiques qui permettent à chacun des collégiens, et non aux seuls 20 % les plus favorisés, de s’approprier les connaissances fondamentales dont ils auront besoin pour construire leur vie ».
    La mission de l’école est bien de permettre, à tous ceux qui en ont les moyens intellectuels et la volonté de progresser, de réussir. L’ascenseur social est bien un des objectifs de l’École de la République. Et il passe aussi par le maintien de classes bi-langues et par l’enseignement renforcé de l’allemand.
    Par ailleurs Madame la Ministre Najat Vallaud-Belkacem annonce fièrement qu’elle ouvre des postes au CAPES mais si elle ne « recrute » pas d’abord les élèves, à quoi bon recruter des professeurs supplémentaires ?
    Pour ces quelques raisons (bien d’autres me viennent encore à l’esprit, mais je ne vais pas monopoliser…) est donc nécessaire de maintenir les classes bi-langues actuelles pour éviter un recul de l’enseignement de l’allemand ou comme on a pu le lire dernièrement, la mort programmée de l’allemand !
    On nous parle d’une assise réglementaire pour les classes bilangues ! Est-ce une nouvelle plaisanterie de Madame la Ministre Najat Vallaud-Belkacem, car quand il n’y aura plus ces classes spécifiques (allemand-anglais) à quoi bon créer un cadre légal ?
    Les classes bilangues comme les classes européennes sont des classes locomotives pour les établissements scolaires alors pourquoi casser ce qui marche ?
    Plus de 31 000 signatures, des politiques allemands sur le pied de guerre, que faut-il de plus à Madame La Ministre Najat Vallaud-Belkacem pour revoir sa copie ?
    Au fronton de toutes les écoles françaises, la devise de la République – Liberté, Egalité, Fraternité – s’affiche fièrement. Où est l’égalité des chances dans cette réforme ? Où est la Liberté de choisir la langue que l’on veut ? Quelle Fraternité avec nos amis allemands nous restera-t-il ?

  30. Fréart

    Cela fait plus d’un mois que nous avons droit au même discours, sans même avoir pris la peine de nous recevoir, nous les professeurs de langues qui sommes sur le terrain depuis des années. En laissant fuir ainsi tout ce qui tire les enfants vers le haut (j’entends par là, les classes bilangues, les sections européennes, le latin, le grec), je sais bien qui doit déjà se frotter les mains: les établissements privés! Ils ont de belles perspectives d’avenir!!
    D’ailleurs, qu’entendez-vous aux langues, Madame la Ministre? Combien en maîtrisez vous? Ah oui, j’oubliais le fameux « EINS, ZWEI,DREI », qui nous a fait bien rire dans les chaumières!
    Vous prétendez qu’avec votre saupoudrage de 2,5 heures de LV2 à partir de la 5ème, tout va changer et que d’un coup de baguette magique (il n’y a d’ailleurs que vous à croire qu’elle est magique!), les petits Français vont s’améliorer en langues étrangères, alors que nos voisins européens commencent l’apprentissage d’une langue étrangère avec bien souvent 5 heures ?
    Mais à qui voulez-vous encore faire croire cela? Toutes les recherches menées par les linguistes ont prouvé qu’à moins de 3 heures par semaine, il n’y avait pas de progrès possibles. Ainsi, les élèves français pourront-ils être la risée de leurs voisins européens. Est-ce cela la vision d’excellence au service de la réussite de tous les collégiens?
    Et puis, bien sûr, en parlant d’excellence, pour financer cette remontée de la LV2 en 5ème, il faut bien trouver sur qui tirer, n’est-ce pas? Alors la seule idée qui vous vient à l’esprit, c’est de supprimer les classes bilangues et les sections européennes, sous prétexte d' »élitisme ». Ces classes bilangues anglais/allemand, j’y enseigne depuis des années et au contraire, elles ne s’adressent pas qu’à quelques privilégiés mais à des enfants issus de tous milieux sociaux, des enfants juste curieux qui ont soif d’apprendre.
    D’ailleurs, en région parisienne, une grande parie de ces classes bilangues se situent au nord-est, dans des endroits à très forte mixité sociale et culturelle.
    Si telle est votre vision de l’école de la République, à quoi bon faire encore des langues étrangères, voire du français puisqu’à l’âge de 7 ans tous nos élèves le parlent approximativement?
    CBF, professeure d’allemand qui regrette profondément votre aveuglement.

  31. rubempré

    Il faut absolument dénoncer cette réforme. Outre la suppression « de facto » des langues anciennes et étrangères (sauf l’anglais et l’espagnol), le nouveau programme d’Histoire des 5eme impose l’étude obligatoire de l’Islam et celle optionnelle du christianisme médiéval (je n’invente rien)! Celui de 4eme privilégie la traite négrière aux dépens des Lumières.
    Ces gens malfaisants haissent profondément la France. Leur but est de couper notre jeunesse de tous ses liens historiques, culturels, patrimoniaux pour en faire des êtres acculturés, de simples consommateurs. Comment parler de République ou de Laicité lorsque l’on ignore l’étymologie ou l’origine historique de ces concepts? Je pleure de rage et d’impuissance devant cet immense gachis

  32. Sudholt Emmanuelle

    http://www.berliner-zeitung.de/politik/deutschunterricht-in-frankreich-im-namen-der-gleichheit,10808018,30507966.html
    On vous le ré-explique encore et encore: cette réforme est en bien des points néfaste et va conduire à la mort de l’enseignement de l’allemand en France !
    Pourquoi auriez-vous raison toute seule dans votre coin ??? Madame l’ambassadeur d’Allemagne n’aurait donc rien compris et ferait un caprice ? La presse allemande serait mytho ?!!
    Et remballez aussi votre argument d’élitisme ! Allez plutôt voir sur le terrain comment ça se passe !

  33. Gisela Lefebvre

    Bonjour !
    Pour rendre lisibles certains points des programmes, il va falloir être à la hauteur. En tout cas, je n’ai pas envie d’enseigner aux élèves d’aller de l’ici et du soi vers l’autre et l’ailleurs.
    Quant au fait d’être lue, chère Audrey (je me permets), nous le sommes, puisqu’une faute d’orthographe signalée (ou deux), disparaît rapidement. Donc aucune inquiétude à ce sujet-là (au moins un !).
    Par contre, il est vrai que ces pauvres conseillers doivent avoir du pain sur la planche, on finirait presque par avoir pitié avec d’eux. Je me demande si on peut apparenter leur travail à des « bullshit jobs ». (Eh oui, moi, j’enseigne en classe bilangue, je maîtrise l’anglais !)
    Ce qui manque, c’est la fonction « voir avant publication », les erreurs de frappe, d’orthographe et de syntaxe ne passeraient pas si facilement. Parce que se moquer des erreurs d’orthographe des autres et d’en faire soi-même, ça se fait pas !
    Bien à vous,
    Gisela LEFEBVRE
    professeur en colère (tout court, maintenant)

  34. Gisela Lefebvre

    Bonjour !
    Pour rendre lisibles certains points des programmes, il va falloir être à la hauteur. En tout cas, je n’ai pas envie d’enseigner aux élèves d’aller de l’ici et du soi vers l’autre et l’ailleurs.
    Quant au fait d’être lue, chère Audrey (je me permets), nous le sommes, puisqu’une faut d’orthographe signalée (ou deux), disparaît rapidement. Donc aucune inquiétude à ce sujet-là (au moins un !).
    Par contre, il est vrai que ces pauvres conseillers doivent avoir du pain sur la planche, on finirait presque par avoir pitié avec eux. Je me demande si on peut apparenter leur travail à des « bullshit jobs ». (Eh oui, moi, j’enseigne en classe bilangue, je maîtrise l’anglais !)
    Bien à vous,
    Gisela LEFEBVRE
    professeur en colère (tout court, maintenant)

  35. Audrey Mangin

    Ils ne répondront pas Emmanuelle, Madame est au Chili! Je ne suis même pas sûre que nous soyons lus.

  36. Sudholt Emmanuelle

    Hey, les conseillers !!!… Faudrait peut être penser à mettre votre chef au courant de ce qui se passe en France et en Allemagne depuis que le projet de réforme a été dévoilé…Dîtes lui donc de venir faire un tour sur ce blog et de lire ce que nous postons. Elle est soit disant à l’écoute….Pourtant, nous continuons de ne pas avoir de réponses sur bien des points:
    – Qui se chargera d’enseigner l’allemand aux millions de petits Français en primaire qui choisiront l’allemand en CP ?
    – Que feront tous les professeurs d’allemand à qui il manquera plus de la moitié de leur service ??? Tout le monde ne pourra pas être sur 3 collèges !!!
    – Les conséquences de cette funeste réforme sur l’enseignement au lycée ont-elles été pensées ? Là aussi, les heures fondront bientôt comme neige au soleil puisqu’il y aura peu de groupes de germanistes…
    Revenez sur cette réforme ! Non à ce nivellement pas le bas !
    Je ne vous cache pas mon agacement
    Méditez donc le dernier communiqué du député Le Borgn….
    http://www.pyleborgn.eu/2015/04/apprentissage-de-lallemand-madame-la-ministre-vous-vous-trompez/

  37. fray

    Madame la ministre, vous voici pris en flagrant délit de mensonge (ou d’incompétence, ce qui serait pire encore). Vous affirmez en effet que les Lumières sont inclus dans le thème obligatoire. C’est faux, et il suffit pour s’en convaincre d’aller voir le projet publié : http://cache.media.education.gouv.fr/file/CSP/04/3/Programme_C4_adopte_412043.pdf
    Le thème est intitulé L’Europe et le monde XVIIe–XIXe siècles, et comprend 4 sous rubriques dont deux sont obligatoires (en gras : domination européenne sur le monde ; révolution française et empire) et deux ne le sont pas (Lumières, Révolution américaine). Ce que vous affirmez est donc factuellement faux. Au passage, c’est ça qu’on apprend lors d’études d’histoire : à distinguer le faux du vrai, à vérifier, et ensuite à contextualiser pour comprendre. J’ajoute qu’il en est de même effectivement pour l’islam (obligatoire) et le christianisme médiéval en 5e (non obligatoire). Entendons-nous bien, je trouve très bien que les élèves aient un enseignement laïque du fait religieux, y compris sur l’islam, mais c’est absurde de vouloir enseigner le Moyen Age en gommant sa dimension chrétienne; au fait, vous croyez vraiment que les gens des villes n’étaient pas encadrés par l’Église ? Ce projet de programme montre juste que le CNP est composé d’ignorants qui pilotent de manière stupide l’EN et cela fait des années que ça dure.
    S. Fray agrégé d’histoire, docteur en histoire médiévale, professeur en lycée (donc qui subit à longueur de temps les inepties élaborées par des gens qui n’ont jamais vu un élève de près)

  38. Audrey Mangin

    Si votre fille n’a pu intégrer la bilangue, c’est peut-être parce que les 2 classes dont vous parlez étaient au complet et que le chef d’etablissement n’a pas reçu suffisamment d’heures professeurs sur la dotation horaire globale (DGH, pardonnez-moi de jargonner) pour en ouvrir une 3 ème! Il n’y a pas de critères pour intégrer une bilangue sauf si l’élève est en grande difficulté scolaire et qu’une 2eme langue lui apporterait prématurément une surcharge de travail qu’il ne pourrait pas assumer! Tous les élèves peuvent entrer en bilangue mais il faut les financer et le ministère ne le veut pas! Plutôt generaliser la lv2 en 5eme à 2h30, ca coute moins cher! Cettereformefait reculer l’enseignement des langues et je suis desdésolée de lire que votre enfant en fait déjà les frais!

  39. Audrey Mangin

    Bonjour Raphaël, quel collège recrute en bilangue sur critères? Donnez-nous le nom du collège de votre fill svp!

  40. Leo

    Merci de votre intérêt pour l’allemand, Raphaël, mais si j’ai bien compris-et bien compté-, ce ne seront pas une mais six années qui sépareront désormais l’apprentissage de la LV1 de celui de la LV2. Les élèves débuteront à partir de 2016 l’apprentissage d’une langue au CP et le poursuivront à l’entrée en 6ème. Ils choisiront ensuite une LV2 en 5ème, soit six ans après leur passage au CP. Si vous êtes plus enclin à choisir allemand LV1 avec cette réforme, je ne peux que m’en réjouir. Mais pour cela, si vous êtes concerné en 2016, il vous faudra inscrire votre enfant dans une école primaire qui dispense des cours d’allemand puisque votre enfant devra impérativement débuter l’apprentissage de cette langue au CP pour pouvoir l’aborder en tant que LV1 au collège. Or, tant que la nouvelle carte des langues n’a pas été publiée, impossible pour les parents de savoir si l’école primaire dont ils dépendent pourra leur offrir cette possibilité.
    cordi’allemand

  41. Raphaël

    Non Mme Audrey Mangin, le ministère recrute 500 enseignants et ce n’est pas pour les abandonner. Vous vous faites à la fois un piètre idée du ministère et des parents.
    A partir du moment où il n’y a plus qu’une année de différence entre LV1 et LV2, en tant que parents, je suis plus enclin à faire prendre Allemand en LV1.
    Je regrette bien d’ailleurs que ma fille, plutôt bonne élève n’ait pas eu droit d’aller en classe bilangue dans son collège actuel où il y a pourtant 2 classes bilangues (réservés à certains sur des critères que seul Dieu connait …). Parce que maintenant, elle ne peut faire allemand LV2 sauf à changer de collège.
    Oui j’en suis convaincu cette réforme est une opportunité pour l’apprentissage de l’Allemand.

  42. Audrey Mangin

    Ce que souhaite Madame la Ministre: marquer l’histoire de l’EN par sa réforme. Elle n’a jamais eu de grands ministères auparavant et c’est probablement son dernier. Ce n’est pas elle qui a décidé de tout cela. Les ordres viennent de plus haut! Pourquoi Messieurs Vals et Hollande ne s’expriment pas sur ce projet de réforme? Parce qu’il nest pas encore temps de désavouer Madame Vallaud-Belkacem. Ils vont laisser son projet de réforme s’enliser et à l’approche des élections M. Hollande arrivera sur son cheval blanc et reviendra sur les propositions de Mme VB en affirmant que les classes bilangues et SE sont nécessaires … les plus credules applaudront et voteront à nouveau pour lui. Il a fait exactement pareil avec M. Ayrault. On le laisse se démener tout seul et au moment opportun, je lui demande de démissioner et je m’en tire avec les honneurs. Réforme pseudo sociale, stratégie politique: M. Hollande n’a encore rien fait pour les enseignants. Il lui reste un peu moins de deux ans! Madame la Ministre sert d’appat!

  43. Audrey Mangin

    Merci d’avoir répondu à Charlotte! A Christophe: je pense que le ministère sait parfaitement ce qu’il fait. L’objectif est qu’il n’y ait plus de professeurs d’allemand à partir de 2017. Comme en Italie ou bien en Grèce, nous serons payés au nombre d’heures que nous effectuerons: si nous faisons 7h30, nous serons payés 7h30, pas plus. Il ne faut pas croire à la bienveillance de nos gouvernements qu’ils soient de gauche ou de droite. Le temps est aux économies! Ouvrir des postes de professeurs d’allemand est parfaitement irresponsable et ceux qui pensent que c’est une bonne mesure sont complètement naīfs.
    Beaucoup me croient pessimistes mais je ne vois pas d’autres fins si cette réforme non pas éducative mais sociétale passe. Vous ne croyez tout de même pas que l’on va continuer de nous payer alors que nous n’avons pas un service complet!!! Je n’y crois pas! Quant aux professeurs de latin-grec, d’occitan etc. on leur demandera d’enseigner leur bivalance.

  44. Christophe Charlot

    @Charlotte

    Arrêtez de croire ce que vous raconte la propagande du ministère.
    4000 postes créés ? Dont 500 rien que pour l’allemand encore cette année ?
    La réalité c’est tous les profs d’allemand se retrouvant à moins que mi-temps (7h30) à donner parce qu’ils n’auront plus que des LV2, donc la moitié de suppressions de postes pour cette matière à l’échéance 2019 :
    Actuellement, j’enseigne sur 6 niveaux :
    – 4 niveaux en allemand LV1 (c’est-à-dire les classes bilangues, qui ont en fait 2 LV1), à savoir en 6e, 5e, 4e et 3e pour un total d’heures de 4x3h=12h
    – 2 niveaux en allemand LV2, 4e et 3e. Bon an, mal an, je réussis à recruter autour de 10 élèves LV2 en 4ème, pas plus car la grande majorité des élèves de 4ème choisissent l’espagnol en Lv2. J’ai donc 2 classes, 2x3h=6h.
    – TOTAL : 18H, TEMPS PLEIN.

    Si le projet de réforme est appliqué, voici ce qui se passera pour mon poste:

    – rentrée 2016 : on supprime les bilangues, je perds donc 3h en 6e, avec la LV2 en 5e, je récupère 2h30 (et jamais je n’aurai assez d’élèves pour avoir 2 classes en LV2 à cause de la concurrence de l’espagnol, le fait de donner à choisir une LV2 en 5e ne va pas m’amener plus d’elèves, cela repousse le problème au niveau 5e et je n’en aurai qu’une petite dizaine).
    Bilan : bilangues « ancienne génération » 5e, 4e 3e : 3x3h=9h ; LV2 « nouvelle génération » 2h30 + 3h* + 3h* = 8h30 ; TOTAL : 17H30 (* en partant du principe que les LV2 « ancienne génération » restent à 3h), il me manque 0h30.

    – rentrée 2017 : je perds 3h en 5e, il ne me reste plus en LV1 bilangue que les 4e et les 3e, soit 6h. En LV2, 2h30 en 5e, 2h30 en 4e, 3h* en 3e (ancienne génération), soit 8h ; TOTAL : 14h, il me manque 4h.

    – rentrée 2018 : je perds 3h en 4e, il ne me reste plus en LV1 bilangue que les 3e, soit 3h. En LV2, 2h30 en 5e, 2h30 en 4e, 2h30 en 3e, soit 7h30 ; TOTAL : 10h30, il me manque 7h30.

    – rentrée 2019 : je perds 3h en 3e, il ne me reste plus de LV1 bilangue. En LV2, 2h30 en 5e, 2h30 en 4e, 2h30 en 3e, soit 7h30 ; TOTAL : 7h30, il me manque 10h30.

    TOUS les professeurs d’allemand vont se retrouver dans mon cas, avec seulement 7h30 à donner dans leur établissement.

    Dès la rentrée 2017, l’Education Nationale va se retrouver avec TOUS les professeurs d’allemand en manque d’heures, et le phénomène va s’aggraver à chaque rentrée.

    Le ministère ne s’en est même pas rendu compte !

  45. Föttinger Fanny

    Quelques précisions à l’intention de Charlotte:
    – les 84% d’élèves NE CHOISISSANT PAS la 6ème bilangue ( s’ils postulent, ils peuvent la choisir!) ont à ce jour une LV 2 à raison de 3h / semaine en 4è et 3è, donc pas « zéro » comme vous le dites .
    Mais je suis d’accord avec vous, mon vœux est que tous les élèves volontaires puissent bénéficier d’ un enseignement de LV2 de la 6è à la 3ème à raison de 3h/ semaine, car, je pense que vous en conviendrez si vous avez une expérience de linguiste, il est impossible d’apprendre de manière efficace une LV avec un horaire de 2.5h/semaine.
    Moi aussi, je suis ravie de lire qu’il y a des créations de postes à profusion!
    Mais créer des postes ne veut pas dire qu’ils seront pourvus! On ne peut pas dire que ce métier attire les foules, au contraire, on manque d’inscriptions aux concours, et si vous regardez ce qui se passe sur le terrain, faute de professeurs certifiés ou agrégés, l’EN recrute des vacataires en masse, sans qualification pédagogique!
    En ce qui concerne les nombreux postes ouverts au CAPES d’allemand, (s’ils sont pourvus!), je me demande ce qu’on va faire d’eux, en sachant que les titulaires actuellement en poste devraient perdre plus de la moitié de leurs heures.
    Dernier point, en faisant les calculs, je dois rectifier vos dires: il n’y a pas d’investissement, ni de nouveaux moyens déployés pour financer la LV2 en 5ème: Il n’y a pas ajout de 2.5 h/semaine en 5ème pour 84% des collégiens, mais redistribution des heures ( 2.5h/sem sur 3 ans eu lieu de 3h/sem sur 2 ans. L’ajout est de de 1.5 h, et non de 2.5h(7.5 h au lieu de 6).
    Et bien ça correspond exactement à la perte des 8.5 heures en section bilangue et européennes des 15% volontaires pour ce cursus… Dans ce projet, il n’y a donc pas le moindre investissement de 2.5 h en 5ème , mais un nivellement des heures de langue au détriment des sections bilangues.
    Personnellement, je préfèrerais qu’on préserve ce cursus qui a fait ses preuves et permet à tous (quelque soit son milieu!) de progresser et de suive une formation valorisante, et qu’on fasse un vrai investissement sur l’enseignement des langues avec un minimum de 3h/semaine sur tous les niveaux du collège!

  46. E.T.A. Hoffmann

    @ Charlotte : Je maintiens mon propos, cette réforme est la pire que l’EN va peut-être connaître. 2,5 heures hebdo, cela n’apportera rien.

    Mieux vaut donc maintenir ce qui marche, à savoir les classes bilangues et européennes. Ne vous en déplaise.

    Vous êtes du reste une des rares sur ce site à penser le contraire, réfléchissez donc un peu !

    Quant aux programmes, l’annonce du jour sur le site de l’EN traduit bien leur REJET par la majorité des enseignants.

  47. Charlotte

    Et j’oubliais toujours pour E.T.A. Hoffmann : cette réforme s’accompagne de la création de 4000 postes d’enseignants et faites aussi le compte de l’investissement que représente les 2,5 h hebdo de LV2 en 5ème !

  48. Charlotte

    Hum … à E.T.A Hoffman à part pratiquer l’insulte à quoi sert votre commentaire quand tous les points que vous « soulevez » se retournent contre vous ?
    Que peut-on faire avec 2,5 heures hebdo ? Mais c’est vous qui ne connaissez rien au terrain ? Que peuvent apprendre 84% des élèves de France avec ZERO heures ? ZERO ?

  49. E.T.A. Hoffmann

    Le journal de référence suisse Neue Zürcher Zeitung a également abordé le sujet de votre réforme qui vise davantage à détruire qu’à faire progresser les élèves, référence est effectivement faite aux 2,5 heures hebdomadaires généreusement octroyées pour la LV2, chiffre bien ridicule dans un pays où le plurilinguisme est constamment donné en exemple.

    Nous voyons avec ce chiffre que vous n’avez AUCUNE connaissance du terrain. Que voulez-vous faire en 2,5 heures hebdo. ?

    Lisez donc cet article, cela vous inspirera peut-être…

    L’image, déjà calamiteuse de la France, en prend de toute manière encore un coup avec votre incompétence à vouloir réformer sans dépenser un euro.

    http://www.nzz.ch/feuilleton/da-verschlaegts-einem-die-sprachen-1.18527626

    Les semaines passent et vous devenez tout simplement PITOYABLE !

Commentaires fermés.