Lutte contre le décrochage : sous la barre des 100.000 décrocheurs en 2015-2016

À la une Éducation nationale Publié le 14 novembre 2016

« Nous avons cette année passé un cap symbolique très fort ! » La ministre de l’Éducation a annoncé ce 14 novembre 2016 les résultats très encourageants de la lutte contre le décrochage scolaire : 98 000 jeunes sont de l’école sans diplôme en 2015-2016, contre 140 000 en 2010. Quant à la proportion des 18-24 ans ayant quitté le système scolaire sans qualification, elle est passée à 9,3%, contre 11% pour la moyenne européenne. « C’est encore beaucoup trop, mais de tels résultats doivent nous inciter à renforcer nos efforts, à les amplifier », a fait valoir Najat Vallaud-Belkacem, refusant toute « fatalité ».

La lutte contre le décrochage scolaire est une priorité de la ministre qui s’est fixée deux objectifs clairs : prévenir plus efficacement le décrochage afin de diviser par deux le nombre de jeunes sortant sans qualification du système éducatif d’ici 2017, et faciliter le retour vers l’École des jeunes ayant déjà décroché.

Aujourd’hui se tient le séminaire « Décrochage, territoire et actions publiques », organisé par Najat Vallaud-Belkacem. Cette rencontre entre les chercheurs, les professionnels de l’Éducation nationale et leurs partenaires doit permettre à la ministre d’analyser les résultats de la lutte contre le décrochage scolaire et de signer une convention de partenariat avec l’association C’Possible pour renforcer l’accès des collégiens et lycéens à la culture et au monde de l’entreprise.

Retrouvez l’édito de la ministre ainsi que le dossier de présentation de l’action publique contre le décrochage :

Réduire le décrochage constitue un enjeu majeur pour notre société : ce constat est largement partagé.

L’École a évidemment un rôle important à jouer et une grande responsabilité pour prévenir et lutter contre ce phénomène. La loi pour la Refondation de l’École de la République  en a pris  la mesure. Mais si nous voulons agir efficacement contre le décrochage scolaire, et le réduire durablement, il nous faut l’envisager dans toute sa complexité. Le décrochage scolaire obéit en effet à des facteurs nombreux, variés, qui dépassent largement le cadre des enceintes de nos établissements.

L’École doit agir – mais pas toute seule. Le ministère de  l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a donc conduit en 2013, avec tous ses partenaires, une évaluation  de cette politique publique qui a permis l’élaboration d’un plan d’actions concret et ambitieux.

Ce plan « Tous mobilisés pour vaincre le décrochage » est notre feuille de route. Elle fournit, à notre action, un cadre fédérateur.

Le premier résultat de cette mobilisation c’est une coopération renforcée sur le terrain de tous les partenaires concernés, avec une coordination associant l’ensemble des acteurs au service de la prévention et de la prise en charge des jeunes et les travaux de la recherche.

Le deuxième résultat, ce sont des indicateurs positifs, qui sont autant d’encouragements à poursuivre notre action. Après des années passées à avoir le sentiment que nos efforts ne parvenaient qu’à contenir la vague, mais non à inverser la tendance, nous progressons, grâce à l’implication de tous, dans la prise en charge des jeunes sortis sans qualification. Notre taux de 18-24 ans sortants précoces, désormais inférieur à celui de l’Allemagne et du Royaume-Uni, a dépassé l’objectif européen. Un autre cap très symbolique été franchi : nous passons enfin sous le seuil des 100 000 jeunes qui sortent annuellement du système de formation initiale sans diplôme.

En tant que ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, je tiens à saluer l’engagement de la communauté éducative qui contribue fortement à ce résultat.

Bien entendu ce n’est qu’une première étape. Trop de jeunes restent encore au bord du chemin.

Nous devons poursuivre sans relâche notre action, l’amplifier et rester mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire. Soyez assurés de ma détermination au service de cette politique publique dont l’enjeu est immense. C’est en agissant collectivement et de façon pérenne que nous ferons ressentir à chaque jeune la justesse de cette phrase de Proust, qui doit aussi nous inspirer : « Il n’y a pas de réussite facile ni d’échecs définitifs »

Najat Vallaud-Belkacem
Ministre de l’Éducation nationale,
de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

 

Plus d’informations avec le dossier de présentation de l’action publique contre le décrochage, en cliquant sur la vignette suivante :

2016_decrochage_scolaire_1200x600px_twitter_660555-89

Tags : ,

Un commentaire sur Lutte contre le décrochage : sous la barre des 100.000 décrocheurs en 2015-2016

  1. saint germain

    Le blog des mensonges… La ministre et sa communication… Lamentable n’attendez pas le vote des professeurs pour le soi-disant PS!

Commentaires fermés.