Une societé toujours aussi inégalitaire

Éditos Publié le 22 juillet 2010

Le huis clos en politique permet de faire beaucoup de choses à ceux qui n’ont pas la conscience tranquille. La réforme des retraites est la preuve on ne peut plus symptomatique de cette volonté de passer en force et en silence un ensemble de mesures injustes, bien souvent absentes du discours habituel et médiatique des tribuns du 20 heures.

Ainsi l’UMP vient de refuser à nouveau l’extension de la pension de réversion aux couples pacsés. Peu importe donc que le candidat Sarkozy de 2007 affirmait le contraire, le temps des promesses de campagne est bien loin à présent. C’est scandaleux et empreint de préjugés comme la droite en a bien souvent le secret. Mais ce n’est pas seulement scandaleux, c’est aussi tout à fait ridicule. Ridicule quand au même moment la Présidente de l’Argentine Cristina Kirchner signe et promulgue une loi votée au parlement ouvrant le mariage aux couples du même sexe. Nous avons un train de retard dans la construction d’une société égalitaire et ils luttent contre des moulins à vent par pur dogmatisme et électoralisme.

Nous perdons du temps face à une société qui ne ressemble plus aux vieux modèles et 2012 sera aussi un rendez-vous essentiel pour cet enjeu. Les socialistes sont au clair sur cette question.

« En réalité nous n’avons pas seulement promulgué une loi : nous avons promulgué une construction sociale. Et comme toute bonne construction sociale, elle est transversale, elle est diverse, elle est plurielle, elle est vaste et elle n’appartient à personne, sinon à celle qui l’a construite  […] Nous sommes aujourd’hui une société plus égalitaire que la semaine dernière. »

La droite française serait bien inspirée d’écouter ces mots de Cristina Kirchner.

En attendant aujourd’hui la France est une société tout aussi inégalitaire que la semaine dernière.

13 commentaires sur Une societé toujours aussi inégalitaire

  1. hafrit

    @GE , y a des pays qui soit disant ne sont pas démocratique exemple: Venezuela on nationaliser les énergies ,l’économie c’est aussi la démocratie .

  2. Gérard Eloi

    Merci Cécile d’avoir été, comme toujours, aussi attentive.

    Désolé se rester hors sujet ( j’espère que Najat m’en excusera), mais ce problème d’électricité est aussi une facette d’une société inégalitaire.
    Il faut donc que tout le monde soit  » au courant »…

    ——————

    Nous ne sommes pas sortis de la crise, mais :

    « La France doit augmenter ses tarifs d’électricité, selon l’AIE »

    -Ce qui est honteux à l’heure actuelle, car, comme déjà dit, cette augmentation est dûe à la libéralisation, l’ouverture à la concurence !

    http://www.lefigaro.fr/matieres-premieres/2010/07/26/04012-20100726ARTFIG00277-la-france-doit-augmenter-ses-tarifs-d-electricite-selon-l-aie.php

    —————–

    • « Dans son rapport quinquennal sur la politique énergétique de la France, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) prône une libéralisation accrue du marché, qui passera par des prix reflétant la réalité des coûts… »

    – On remarque : AIE qui prône une libéralisation accrue du marché.
    Donc : libéralisation = plus cher. Tant qu’on peut presser le citron con-tribuable et con-sommateur, pourquoi on s’en priverait, en effet ?

    ——————————————–

    « Pour l’AIE, chantre de la libéralisation du marché de l’électricité, comme Bruxelles, les tarifs régulés, aussi bien pour les ménages que les clients industriels ne pourront pas perdurer. S’ils ne reflètent pas les coûts, les tarifs régulés créent une «distortion de marché». Le tarif pratiqué en France ne reflète pas le coût, très lourd, de mise en place de nouveaux réacteurs nucléaires, le développement des 58 réacteurs d’EDF ayant été largement pris en charge par l’Etat…. »

    – On remarque : l’ultra-libérale AIE s’ attaque au fait que la production d’électricité (aujourd’hui par centrales nucléaires) est partiellement financée par l’Etat.
    Or : si la fourniture d’électricité est considérée comme service public, au nom de quelles magouilles cette Europe libérale et vassale de la dictature des « marchés », cette Europe qui flanque aujourd’hui la nausée, s’arroge-t-elle le droit d’interdire aux Etats de financer leurs services publics ?

    ——————-

    Pour l’Europe, Sarkozy n’est pas assez fort : il ne voulait supprimer qu’un fonctionnaire sur deux. Et il faut les supprimer tous. Pour la rentabilité des marchés.
    La majorité a voté Sarkozy en 2007. La majorité a voté libéral aux Européennes.
    Il reste donc à payer la note. Et c’est tout le monde qui galère…

  3. Gérard Eloi

    Un peu hors sujet, mais Françoise Canova ( blog Segolavie 82) demande de diffuser d’urgence l’avis suivant :

    Vérifié http://www.leparisien.fr/economie/nouveaux-compteurs-edf-obligatoires-230-eur-par-abonne-08-06-2010-955222.php
    >
    >
    >
    >
    > > >
    > Au fait: les fameux compteurs qui devraient être installés bientôt et qui devraient nous être facturés au prix très très fort : vers les 300€ ne seraient pas fiables : il ne faudra rien
    > signer. On ne peut pas refuser à EDF d’accéder aux compteurs, et de changer : par contre comme nous n’avons rien demandé, nous n’avons aucune obligation de signer quelque document que ce soit, du moment que nous n’aurons rien signé, EDF ne pourra pas nous obliger à payer ces compteurs….attention aux signatures : aucune, même pour la réception de travaux etc…..
    > LES TARIFS D’ÉLECTRICITÉ VONT AUGMENTER POUR PERMETTRE LA CONCURRENCE !
    > > >
    > À TERME, L’USAGER PEUT S’ATTENDRE À DES HAUSSES SUBSTANTIELLES DE SA FACTURE, COMME CELA S’EST DEJA PRODUIT POUR LE GAZ.
    > > >
    > NE LAISSONS PAS FAIRE !
    >
    > > > Début juin 2010, les parlementaires auront entre les mains l’avenir du service public de l’électricité. En effet, débutera dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale l’examen du projet de loi Nome, soit la Nouvelle Organisation du Marché de l’Electricité, concoctée par le gouvernement.
    > > >
    > Le principe en est simple : constatant que la concurrence ne
    > fonctionne pas – plus de 96 % des Français restent fidèles à
    > l’opérateur historique (EDF) -, le gouvernement a décidé de la créer…
    > artificiellement.
    > > >
    > Si la loi passe, à partir du 1er janvier 2011, EDF aura obligation de
    > revendre à ses concurrents jusqu’à 25 % de sa production
    > d’électricité.
    > > >
    > Un véritable hold-up ! Les fournisseurs d‘électricité vont se voir
    > offrir un quart de la production, que les Français ont déjà payé avec
    > leur facture, pour qu’ils puissent réaliser des profits, au seul
    > bénéfice de leurs actionnaires.
    > > >
    > C’est une première que d’obliger une entreprise, dans le monde de la
    > « concurrence libre et non faussée », à céder une partie de ses atouts à
    > des concurrents qui produisent peu ou pas du tout d’électricité.

    > > >
    > Si vous êtes scandalisé, diffusez au moins ce message !
    > > >
    > Une fois livré à la concurrence et surtout au  » privé  » ce sera trop
    > tard. Le prix de l’électricité sera fixé par des groupes privés qui en
    > fait seront des filiales d’un seul et unique groupe ! Vous n’y croyez
    > pas ?
    > > > Alors remettez vous dans le contexte de nos chères autoroutes Françaises que nos parents et grands parents ont payé avec leur impôts et qui ont été vendues et bradés à de grands groupes privés..Cela profite à qui ? Et le prix à payer pour y circuler ? N’est-ce pas scandaleux ? Mais c’est trop tard, car ce réseau routier n’appartient plus en totalité à l’état ! Et pour le reste ce sera pareil ! Aujourd’hui le service public coûte cher, mais ce n’est rien face à ce qui nous attend si nous le bradons à des groupes privés !
    > > >
    > Si vous pouvez faire circuler sans modération autour de vous ce
    > message et cette adresse du site, alors n’hésitez pas.
    >

  4. Gérard Eloi

    @ Fromageplus,

    Il est vrai que Sarkozy n’est pas le seul à ne pas avoir respecté ses engagements.
    Néanmoins, c’est de lui qu’il est question aujourd’hui, puisqu’il est au pouvoir.

    Il allait être le Président du pouvoir d’achat, qu’il disait par exemple. Evidemment, il avait omis de préciser du pouvoir d’achat de qui ! Donc, à part l’abbé Tancour et quelques rares privuilégiés, on peut comprendre que tout le monde râle.

  5. fromageplus

    Gérard,
    Ah, parce que vous croyez aux promesses électotales, vous ? Sérieusement ? Je vous rappelle que ça fait 10 ans que Nicolas Sarkozy promet la fin de la délinquance en France, et 100 ans que le socialisme promet la prospérité à la terre entière.

  6. Gérard Eloi

    @ Fromageplus,

    Ce qui est scandaleux, c’est une promesse ( une de plus !) non tenue :

     » Ainsi l’UMP vient de refuser à nouveau l’extension de la pension de réversion aux couples pacsés. Peu importe donc que le candidat Sarkozy de 2007 affirmait le contraire, le temps des promesses de campagne est bien loin à présent… »

  7. fromageplus

    « C’est scandaleux et emprunt de préjugés comme la droite en a bien souvent le secret. »
    Peut-on avoir des arguments rationnels, des chiffres, des faits, des fondements intellectuels ? Qu’est-ce qui est scandaleux ? De quels préjugés parle-t-on ?

    « Mais ce n’est pas seulement scandaleux, c’est aussi tout à fait ridicule. Ridicule quand au même moment la Présidente de l’Argentine Cristina Kirchner signe et promulgue une loi votée au parlement ouvrant le mariage aux couples du même sexe. »
    Okay, donc est « ridicule » ce qui ne s’aligne pas sur l’Argentine. C’est ça ? Et ne serait-ce pas moins ridicule de s’aligner sur l’Italie, l’Iran, le Canada ou la Russie ? Pourquoi l’Argentine ? Parce que sa présidence est assurée par une femme et que les homosexuels peuvent se « marier » ? C’est ça le raisonnement ?

  8. philgi

    Salut à vous tous,

    Merci à Najat de continuer à rendre publique les injustices que prépare le gouvernement de Mr Sarkozy (qui d’ailleurs se ballade sur le tour de France alors qu’il aurait tant de choses à faire mais propagande oblige, l’oiseau est très fort en com,)pendant ce mois de juillet et août.
    Ce n’est pas la première fois qu’il revient sur ce qu’il disait la veille, mais quand arrêterons-nous ce dangereux individu dans ces mensonges et contre-vérités ?
    Prenons plutôt exemple en effet sur Mme Kirchner en Argentine, pour établir une politique juste et égalitaire, comme l’aurait fait Ségolène si elle avait été élu.Vous avez dit 2012?

  9. Gérard Eloi

    Superbe, Cécile !

    Et j’admire la saine combativité de ta jeunesse.
    Tu ne veux pas que ce soit impossible, alors tu le réussiras !

    (Je suis parfois plus vite fatigué, parce que si je n’ai que 60 ans, il y a des jours où j’en parais le double…)
    —————–

    Encore une chanson donc,

    Isabelle Aubret répond à Madonna :

    http://www.youtube.com/watch?v=YGxNMayxJDs

    Tu as raison, Cécile. Tant qu’il y a des poètes, il y a de l’espoir !

    Bizzz

    G

  10. Gérard Eloi

    Cristina Kirchner :

    Une Présidente d’avant-garde dans tous les domaines.

    ————————–

    Deux exemples :

    ————————–
    -Relance de la consommation, grands travaux et nationalisations

    Par ailleurs, le gouvernement a mis en place un programme de grands travaux (21 000 millions de dollars) destinés à relancer l’économie, ainsi qu’un programme de prêts à faibles intérêts pour relancer la consommation, appuyé par les syndicats (CGT et CTA), les organisations patronales industrielles (UNI) et les coopératives rurales (CONINAGRO), mais critiqué par les organisations patronales rurales (SRA et FAA). Le FMI a quant à lui refusé d’inclure l’Argentine dans son plan anti-crise, en alléguant ses « antécédents négatifs » (la crise de 2001-2002, largement provoquée par les décisions du FMI lui-même)

    ——————–

    Passage à la retraite par répartition

    Le mois suivant, Kirchner annonce un plan de nationalisation des fonds de pension privés, qui détenaient entre 24 [11] et 28 milliards de dollars [17], afin de mettre les retraites à l’abri des remous des marchés financiers globaux [11]. Ces fonds de pension, gérés par l’Administradora de Fondos de Jubilaciones y Pensiones (es), avaient été créés en 1993 par le gouvernement Menem.

    Le projet de loi, qui a établi le Sistema Integrado Previsional Argentino (SIPA) et rétablit un système de retraites par répartition [17], fut voté le 20 novembre 2008 avec l’appui de secteurs de l’opposition (dont le PS et l’ex-sénateur de l’ARI José Martínez [18],[19]), tandis que la Coalition civique, l’UCR et la droite (Propuesta Republicana) votaient contre.

    ( sources : taper Cristina Kirchner
    sur Google)

    —————-

    On remarque :

    -plan de relance contre la crise, avec…nationalisations !
    (ici, ce fut « étatisation des pertes pour privatisation des profits…)

    -retraites assurées,… grâce au système qu’ici on tente de liquider !

    ———-

    Conclusion : ce qu’une femme honnête et énergique réussit en Argentine, on n’osera pas le tenter en France ni en Europe.
    Une femme l’avait pourtant proposé en 2007. Mais elle a été flinguée à droite, ce qui est logique, mais aussi par certains à gauche, ce qui l’est moins.
    Donc tout va mal. Parce que 53 % de l’électorat l’a accepté…

Commentaires fermés.