Agir contre les violences faites aux femmes – Tribune dans Le Monde

Droits des femmes Publié le 9 mars 2013

Retrouvez ici ma tribune publiée dans Le Monde et co-signée avec Lynne Featherstone, mon homologue britannique.

Avec mon homologue brittannique Lynne Featherstone - © Razak

Le 8 mars est depuis un siècle la journée internationale des droits des femmes. Cette date est une nouvelle occasion de souligner qu’en dépit des progrès réalisés, aujourd’hui encore, l’égalité entre les femmes et les hommes est loin d’être une réalité. Elle nous rappelle aussi qu’il ne suffit pas d’agir un jour par an : l’égalité est un travail de tous les instants. C’est pour cette raison que le Gouvernement français a lancé cette année une initiative :  » Le 8 mars, c’est toute l’année ! « .

Le 8 mars doit aussi rappeler avec force que les violences commises à l’égard des femmes sont à la racine des inégalités entre les femmes et les hommes et que les violences sexistes et sexuelles constituent bien trop souvent le révélateur extrême de toutes les autres inégalités.

Car les faits sont têtus : les violences faites aux femmes sont la violation des droits de la personne humaine la plus répandue sur la planète. Sept femmes sur dix dans le monde disent avoir subi victimes des violences sexuelles ou physiques au cours de leur vie. Les exemples de violences dans l’actualité récente ne manquent pas : Malala Yousafzai, la jeune écolière pakistanaise visée et blessée par balle parce qu’elle osait aller à l’école. L’étudiante indienne, victime d’un viol collectif à Delhi, tout simplement parce c’était une femme. Dans les pays en situation de conflit, les femmes continuent d’être la cible de violences sexuelles intolérables comme en République démocratique du Congo, en République centrafricaine, au Soudan ou encore en Syrie et cette liste n’est certes pas exhaustive.

LES VIOLENCES ENVERS LES FEMMES N’ONT PAS DE FRONTIÈRES

Aucun pays n’échappe à cette réalité. Des milliers de femmes sont chaque année aussi victimes de violences physiques ou sexuelles en France et Royaume-Uni. C’est pourquoi, la lutte contre toutes les formes de violences à l’égard des femmes est au cœur des préoccupations et des priorités des gouvernements auxquels nous appartennons. Il s’agit d’un domaine d’action prioritaire au niveau national mais aussi international car les violences envers les femmes n’ont pas de frontières et sont une réalité politique et sociale mondiale qui exige une réponse mondiale.

C’est le message que nous avons porté ensemble à New York où nous avons participé à la session annuelle de la Commission de la Condition de la Femme qui est précisément consacrée à cette thématique majeure que constituent la prévention et l’élimination de toutes les formes de violences à l’égard des femmes. Cette Commission des Nations Unies est un instrument déterminant pour promouvoir les droits des femmes et l’égalité entre les sexes. Elle permet de définir des engagements concrets de la communauté internationale dans ces domaines.

C’est la raison pour laquelle, et contrairement à la session précédente qui s’était achevée sur un échec, il importe que celle-ci permette l’adoption de conclusions agrées d’un haut niveau d’ambition qui traceront le cadre d’action des Etats en matière de prévention et de lutte contre toutes formes de violences commises à l’égard des femmes mais aussi des filles. Elles témoigneront de l’engagement, unanime et continu, de la communauté internationale en faveur de l’éradication de toutes les formes violences e de la réalisation de tous leurs droits.
Ce cadre sera particulièrement important à la veille des grandes échéances internationales en matière de droits des femmes : les 20èmes anniversaires des conférences du Caire et de Pékin et surtout, les travaux d’actualisation des Objectifs du Millénaire du développement post-2015.

SOUTENIR L’INDÉPENDANCE

En tant que ministres et en tant que femmes, engagées dans nos pays respectifs pour les droits des femmes et l’égalité des genres, nous sommes fortement mobilisées dans ce combat contre les violences et plus largement pour l’égalité des droits qui suppose de pouvoir agir sur plusieurs leviers d’action.

Il importe avant tout de travailler, pour mettre fin aux violences à l’égard des femmes, à soutenir leur indépendance. Car l’égalité à laquelle nous œuvrons suppose une autonomie effective des femmes qui n’a de réalité que si elle englobe les droits fondamentaux que constituent le droit à disposer de son corps et les droits sexuels et reproductifs. La négation de ces droits est souvent la première expression des violences qui sont exercées à leur encontre. C’est l’un des points les plus discutés aujourd’hui dans les enceintes internationales, et à New York actuellement, et que la France et le Royaume-Uni soutiennent résolument.

Le Royaume-Uni soutient aussi en ce sens un projet nommé « Making it Happen » qui forme le personnel médical dans les pays en développement dans le domaine de la santé reproductive. Fin 2011, ce projet avait permis de former presque 3000 agents. De même, la France finance des programmes dédiés à l’accès à la santé sexuelle et reproductive notamment en Afrique sub-saharienne et en Haïti en coopération avec ONU Femmes. Des mesures ont été prises par ailleurs récemment pour assurer la mise en œuvre concrète des droits sexuels et reproductifs des femmes en France. C’est le cas notamment du remboursement à 100% de la contraception des mineures ou encore de l’interruption volontaire de grossesse.

Il faut, ensuite, veiller à ce que dans tous les programmes ou les stratégies d’aide et de coopération que nous mettons en œuvre dans les pays en développement soit pris en compte un volet « égalité femme-homme ». C’est l’un des objectifs de la nouvelle politique d’aide au développement de la France qui vient compléter les actions déjà spécifiquement entreprises au bénéfice des femmes. C’est le cas par exemple d’un projet financé par le Royaume-Uni qui travaille ainsi au Népal au niveau local à améliorer l’accès à la justice par la mise en place de tribunaux locaux, avec une attention particulière portée aux femmes. Ainsi 18 000 cas sont passés devant les tribunaux en deux ans. C’est aussi le cas de la France qui finance des programmes de lutte contre violences faites aux femmes en Afrique du nord et subsaharienne ou encore pour l’accès des femmes à la justice en Afghanistan.

FORTES TENTATIONS POUR FAIRE RECULER LES ACQUIS

Il faut, enfin, organiser la mobilisation de la communauté internationale et fédérer les énergies en vue des prochaines échéances internationales dans un contexte où les tentations de faire reculer les acquis sont fortes et largement portées par certains pays au nom, notamment, de la tradition, de la culture ou de la religion. C’est bien l’objet de l’engagement de nos deux pays actuellement à New York à la Commission de la Condition de la Femme et dans d’autres enceintes multilatérales. Cette mobilisation doit permettre en particulier de soutenir le caractère universel de tous les droits qui s’attache à la personne humaine et dont les droits des femmes font partie intégrante et de rappeler notre refus de tout relativisme qui tenterait de fragiliser cette bataille essentielle pour l’égalité entre les sexes.

L’initiative britannique dans le cadre du G8 – dont le Royaume-Uni assure la Présidence en 2013 – en matière de prévention des violences sexuelles s’inscrit pleinement dans cet objectif. Elle vise à fixer de nouveaux engagements internationaux pour réduire les situations de violences sexuelles dans les zones de conflit. Ce sera une priorité pour la France et le Royaume-Uni lors de la réunion des Ministres des Affaires étrangères du G8 qui se tiendra en avril 2013.

C’est aussi l’ambition de deux grands rendez-vous internationaux que la France organisera en 2013 : le tout premier Forum mondial des femmes francophones, qui se tiendra à Paris le 20 mars prochain et la 3ème réunion ministérielle de l’Union pour la Méditerranée consacrée au renforcement du rôle des femmes dans la société qui se tiendra également à Paris, les 3 et 4 juillet prochains. La question des violences faites aux femmes sera un point central de l’ordre du jour de ces deux rencontres.

Dans cette perspective de mobilisation internationale en faveur de la promotion et de la défense des droits des femmes, l’implication des associations, des ONG et du grand public est plus que jamais nécessaire. Les campagnes de plaidoyer dans ce contexte où les droits des femmes sont menacés de recul sont en outre particulièrement importantes comme la pétition en ligne de l’ONU contre les violences de « genre » que nous invitons relayer très largement.

A la veille du lancement au niveau international d’un nouveau cycle politique en matière de droits des femmes, en tant que ministres, française et britannique, nous sommes résolues à promouvoir les droits des femmes et l’égalité entre les femmes et les hommes. Mais nous ne pouvons pas – et nous ne devons pas – agir seules. Il est de la responsabilité de la communauté internationale dans son ensemble d’agir pour mettre fin aux inégalités, aux discriminations et aux violences encore vécues par trop de femmes. Cet objectif requiert un effort de tous et de tous les instants. La journée internationale des femmes est là-aussi pour le rappeler.

Lynne Featherstone et Najat Vallaud-Belkacem, ministres britannique et française


Tags : , , , ,

10 commentaires sur Agir contre les violences faites aux femmes – Tribune dans Le Monde

  1. tino

    Pourquoi ne pas parler de violence conjugale tout simplement.
    Je suis un homme et un fonctionnaire bien placé pour dénoncer les maltraitances que nous subissons les enfants et moi. Les lacunes de nos institutions sont réelles. De ne parler que de violence masculine entretien ce gouffre que les pères dénoncent. Il ne faut pas être Magistrat à la Cour de Cassation pour comprendre le désespoir dans les salles d’audience du JAF.
    Veuillez prendre en considération ce fléau qui est le plus souvent organisé par des mamans. N’est-ce pas aussi de la violence. J’aurai préféré combattre chaque semaine Mike Tyson que de supporter l’enfer que je vis depuis 6 années.

  2. GIARD

    Bonsoir,cette publication est bien écrite,mais a mon gout ne refflette pas la réalité.Entre les lois et l applications de ces lois il y a un grand fossé.En tand que victime ,je trouve que les procédures judiciaires sont bien souvent lentent vu certains cas, et je trouve ca bien dommage pour les victimes. cordiallement.

  3. EPEP

    Peut-on là aussi parler de la violence faite aux femmes sans évoquer les enfants victimes, car aux coeur des conflits conjugaux et pris dans un cruel conflit de loyauté, de culpabilité sans oubler les conséquences parfois très graves des traumatismes post-traumatiques…
    Ne faisons pas d’eux ces tristes oubliés et incluons les dans la journée de la femme car c’est aussi celle des mères…
    Eric Doucelance chef de service éducatif.

  4. EPEP

    Peut-on là aussi parler de la violence faite aux femmes sans évoqués les enfants victimes, car aux coeur des conflits conjugaux et pris dans un cruel conflit de loyauté, de culpabilité sans oublié les conséquences parfois très graves des traumatismes post-traumatiques…
    Ne faisons pas d’eux ces tristes oubliés et incluons les dans la journée de la femme car c’est aussi celle des mères…
    Eric Doucelance chef de service éducatif.

  5. christine gamita

    Les féminicides plus nombreux (comme le montrent les chiffres que vous évoquez) que les pratiques génocidaires ; pourtant, ils ne sont pas génériquement interdits en Code pénal, alors qu’ils s’y trouveraient en bonne compagnie, enfin symboliquement proscrits pour le bien de l’humanité. Leur qualification en Droit déterminant de vrais statistiques, et les moyens de les combattre en découlant. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/definitions-feminicides.html

  6. CHARLES RAMAIN

    Bonsoir
    on ne peu pas traiter cette question des violences faites aux femmes sans aborder la
    question des religions .Aucune religion ne pratique l’égalité hommes femmes aucune femme
    dans aucune religion n’accède aux responsabilité les plus hautes mais il y a plus grave certaines religions encourage la violence envers les femmes et là la question
    est posée comment changé cela ? Quand on sait
    que ces religions influencent des millions de
    personnes de par le monde!!!!!!
    cordialement

  7. Jean-Luc LETOMBE

    Bonjour Nadia,
    Très bon papier que j’ai repris pour La Lettre de Jaurès blog des socialistes de GAUCHY (02). Il sera aussi publié sur le blog de la Fédération de l’Aisne.

    Bon courage.

    Amitiés.

    Jean-Luc LETOMBE

  8. Patricia Lacombe

    Bonjour Najat Vallaud-Belkacem,

    Merci pour votre engagement et comme c’est bien connu nous voulons toujours plus…

    Najat, aurez-vous le courage, un jour, de dire haut et fort, que les violences faites aux femmes et aux filles commencent dès leur âge le plus tendre c’est à dire vraiment très tôt, quand les adultes utilisent la punition corporelle pour les éduquer.

    Eduquer les enfants en leur transmettant le message que leur corps ne leur appartient pas, que leur corps n’a pas de valeur, qu’on peut taper le corps, qu’on peut le brutaliser, le malmener… c’est une porte grande ouverte vers la violence… subie et agie…

    Le respect du corps des êtres humains quel que soit leur âge et donc incluant les enfants…
    le respect du corps des enfants par TOUS les adultes sans aucune exception est incontournable de la prévention contre les violences faites aux femmes et aux filles et à toutes les personnes vulnérables…

    Les enfants de France, et de la majorité du monde, attendent leur droit à leur intégrité physique…

    Les enfants attendent de vivre dès leur âge le plus tendre ce que les adultes veulent leur enseigner ensuite…

    D’avance, merci à vous pour tout ce que vous ferez.

    Patricia Lacombe

  9. Bertrand JULLIEN

    Les Britanniques aussi tolèrent et protègent leurs élus coupables de violences sexistes ? Comme cela se pratique en France avec le PS.

Commentaires fermés.