Hommage rendu par Matteo Renzi et Najat Vallaud-Belkacem aux victimes des attentats du 13 novembre

Le 26 novembre en Sorbonne, Matteo Renzi, président du Conseil italien, et Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ont rendu hommage aux victimes des attentats du 13 novembre parmi lesquels une étudiante italienne se trouvait.

Hommage rendu par Najat Vallaud-Belkacem

Hommage rendu par Matteo Renzi

2 commentaires sur Hommage rendu par Matteo Renzi et Najat Vallaud-Belkacem aux victimes des attentats du 13 novembre

  1. Ma lutte quotidienne en cours contre la barbarie

    Voilà comment moi, professeur d’italien , je lutte au quotidien contre la barbarie obscurantiste:
    Je transmets à mes élèves ce que la culture italienne a produit de plus lumineux: je les emmène à Rome, à Florence (la ville de M. Renzi) , à Lucques, à Sienne, à Venise, à Turin… (pourrai-je continuer à organiser des voyages quand je serai sur deux établissements et occupée à courir d’un établissement à l’autre?) et leur montre ce que l’esprit humain est capable de produire en architecture, sculpture , peinture, jardins et paysages; je les emmène dans la maison de Dante Alighieri à Florence et leur cite les vers célèbres du Chant XXVI de l’Enfer dans la Divine Comédie : »Pensez à ce que vous êtes : point n’avez été faits pour vivre comme des brutes, mais pour rechercher la vertu et la connaissance. »; je les emmène devant la statue du David de Michel-Ange et leur dit que l’artiste a voulu représenter un homme serein, sûr de ses capacités, regardant droit devant lui , confiant en l’avenir et débarrassé de toute crainte (entretenue par les idéologies obscurantistes) ; je leur fait lire et apprendre par coeur le poème d’ouverture du témoignage de Primo Levi « Si c’est un homme », poème que certains de mes élèves ont lu dans le camp d’Auschwitz lors d’un voyage de commémoration; je leur montre « La vie est belle » (en VO) de Roberto Benigni et leur explique comment l’humour peut être une arme redoutable face à l’innommable; j’organise des échanges pendant lesquels mes élèves apprennent à connaître la culture de l’autre et à être plus tolérants; et beaucoup d’autres choses…
    Si vous pensez que tout ça est inutile, alors supprimez ce qui nous permet d’avoir 5% d’italianistes c’est-à-dire nos classes bilangues et euro. Avec la disparition de ces dispositifs, le nombre d’élèves italianistes va baisser, c’est inéluctable. Moins d’élèves auront accès à la formation humaniste que peut apporter l’étude de l’italien.
    C’est la culture qui recule et la barbarie qui avance….

  2. Censure...

    Pourquoi le commentaire de Frédéric Auria a-t-il disparu?

    Madame la Ministre, comment pouvez-vous écouter le discours de M. Renzi et démolir ce qui permet d’enseigner et d’apprendre la langue de nos voisins transalpins en supprimant les classes bilangues et euro?
    En cours d’italien aussi, on lutte contre la barbarie qui nous guette..

Commentaires fermés.