Forums de la rénovation : les socialistes et l’individu

J'aime ! Publié le 16 octobre 2007

Bonsoir à tous ! Comme vous le savez le parti socialiste a engagé dans le cadre de sa rénovation, trois forums dont vous trouverez la charte sur le site du parti socialiste. Je suis, avec Mireille le Corre, rapporteuse de la Commission chargée, sous la Présidence d'André Vallini, de travailler sur le thème "les socialistes et l'individu : Refonder les solidarités, lutter contre les inégalités, émanciper les individus : vers un nouveau contrat social"

La commission bénéficie de l'appui et de la collaboration du secteur études du Parti socialiste et du Comité économique social et culturel (CESC). Elle doit veiller à mutualiser et à rendre accessibles à tous les militants, par le recours aux moyens de communication les plus modernes, les analyses et les propositions recueillies au fur et à mesure de leurs travaux. A cette fin un forum et des blogs ont été mis en place et je vous invite à les découvrir. Je vous livre par ailleurs ma première contribution qui est un essai de mise en perspective de nos travaux. Merci des éléments que vous pourrez apporter à la réflexion. De nombreux membres de la commission ont également remis des contributions et procèderont à des auditions de personnalités qualifiées.

La restitution de ce forum aura lieu le dimanche 20 janvier 2008.

Bonsoir à tous ! Comme vous le savez le parti socialiste a engagé dans le cadre de sa rénovation, trois forums dont vous trouverez la charte sur le site du parti socialiste. Je suis, avec Mireille le Corre, rapporteuse de la Commission chargée, sous la Présidence d’André Vallini, de travailler sur le thème « les socialistes et l’individu : Refonder les solidarités, lutter contre les inégalités, émanciper les individus : vers un nouveau contrat social »

La commission bénéficie de l’appui et de la collaboration du secteur études du Parti socialiste et du Comité économique social et culturel (CESC). Elle doit veiller à mutualiser et à rendre accessibles à tous les militants, par le recours aux moyens de communication les plus modernes, les analyses et les propositions recueillies au fur et à mesure de leurs travaux. A cette fin un forum et des blogs ont été mis en place et je vous invite à les découvrir. Je vous livre par ailleurs ma première contribution qui est un essai de mise en perspective de nos travaux. Merci des éléments que vous pourrez apporter à la réflexion. De nombreux membres de la commission ont également remis des contributions et procèderont à des auditions de personnalités qualifiées.

La restitution de ce forum aura lieu le dimanche 20 janvier 2008.

Forums de la rénovation

L’individu un être social

Individu et individualisme

Ce qui distingue la gauche de la droite dans son rapport à l’individu, c’est que pour la droite, l’individu est d’abord un être seul dont la marche ne doit être entravée par aucune intervention extérieure. C’est le libre jeu du marché qui doit permettre un bien être social optimal. Dans cette conception, ce sont toujours les mêmes qui s’en sortiront, toujours les mêmes qui seront abandonnés à ce qu’elle croit être leur destin de perdants (destin éventuellement déterminé génétiquement !). La droite ne distingue plus libéralisme politique et libéralisme économique.

Pour cette même droite, la société est la somme d’individus atomisés. L’émancipation a pour chemin privilégié l’individualisme. L’autre peut être même un frein à cette émancipation. La droite encourage certes les réussites individuelles mais n’ambitionne plus les réussites collectives. Elle fige le mérite à un moment de son histoire, favorise la reproduction sociale et l’économie de rente (le paquet fiscal de cet été en est l’illustration éclatante). Elle individualise les réussites au lieu d’en faire un horizon collectif. Le meilleur exemple en est sa politique de promotion de l’égalité qui consiste essentiellement à organiser la fuite des cerveaux de nos banlieues et à créer une élite, aux couleurs de la France certes, mais qui laisse le plus grand nombre sur le bord du chemin.

Individu, individus : un destin commun

Pour la gauche l’individu est par essence un être social. Il s’appréhende collectivement. Il n’y a pas d’antinomie ou de relation adverse entre l’individu et la société. La société, c’est-à-dire la communauté des individus, est même l’instrument de son émancipation. La libération de l’individu est une action collective. Emancipation par l’éducation, par le travail, par l’accès aux soins… Ce sont d’ailleurs là les termes de notre contrat social républicain. La crise vient de ce que celui-ci, faute de s’être renouvelé, ne tient plus toutes ses promesses.

Un contrat social en crise

Les individus dénoncent aujourd’hui les promesses non tenues du contrat social. Ils s’interrogent : puis-je espérer pour mes enfants une vie meilleure que la mienne ? Quel retour sur investissement puis-je attendre de ma contribution à la solidarité nationale, de mon travail… Les réponses à ces questions sont décevantes.

La crise du contrat social se mesure en particulier au changement, en une trentaine d’années, de nature des classes moyennes, qui constituent le cœur de la société française. Nous sommes passés de classes moyennes qui se définissaient comme celles qui pouvaient prétendre par leur travail ou par leurs études (ou celles de leurs enfants) progresser dans la hiérarchie sociale, à des classes moyennes qui se définissent aujourd’hui comme celles qui sont menacées par le déclassement social du fait notamment de l’instabilité de l’emploi et de la dévalorisation des diplômes. La méritocratie, moteur traditionnel de la mobilité sociale, et la justice sociale en sortent affaiblies.

De même, notre modèle social perd du crédit : notre système fiscal et social apparaît inéquitable et inefficace. Nous en sommes arrivés à une situation où notre pression fiscale est comparable à celles des pays scandinaves avec un bien être social à peine supérieur à celui des Etats-Unis. La répartition de la valeur ajoutée de plus en plus défavorable au travail, contribue à le dévaloriser. Les inégalités, enfin, s’accroissent et la pauvreté apparaît comme n’étant plus l’apanage des pays pauvres.

C’est de cette crise que jaillit l’individualisme, chacun individu reprenant d’une certaine manière sa liberté vis-à-vis de la collectivité, de façon plus ou moins manifeste ou plus ou moins violente (évasion fiscale, émeutes urbaines, abstention électorale, travail au noir, désyndicalisation…). La solidarité et la cohésion sociale s’en trouvent nécessairement atteintes. Le communautarisme, la xénophobie et le repli sur soi se développent. Les partisans du libre marché contestent la légitimité des interventions de la puissance publique et se gardent d’y laisser prospérer la démocratie.

Un nouveau destin commun

Penser l’individu collectivement, c’est s’interroger sur ce que vivre ensemble peut apporter de bien-être social supplémentaire à chacun. Les socialistes doivent notamment réaffirmer que la communauté des individus permet la mutualisation des risques, la redistribution des richesses et la mise en place d’un modèle social fondé sur la solidarité nationale. (Autant de capacités aujourd’hui contestées à l’Etat, mais reconnues notamment aux associations caritatives en pleine expansion)

Cela signifie concrètement que les socialistes doivent défendre des principes acquis de haute lutte et aujourd’hui mis à mal, comme la prise en compte des facultés contributives (il faut défendre la progressivité des prélèvements obligatoires et dénoncer la pratique des forfaits), comme l’efficacité et l’équité de notre système social et fiscal (aujourd’hui devenu anti-redistributif !). En filigrane cela pose la question de la définition de nouvelles solidarités, mais aussi de droits de l’homme modernisés (droit à l’accès aux soins, droit au logement, droit à l’information, droit au respect de la vie privée…) garantis par l’Etat. La question des services publics et du rôle de la puissance publique se trouve également posée. La gauche doit redéfinir un horizon commun fait de sécurité et de solidarité.

L’individu, un être singulier

Le socialiste postule l’émancipation et la liberté des individus. L’individu appréhendé comme un être collectif ne doit pas signifier la négation des individualités. Au contraire, nous devons garantir dans le respect de la laïcité, l’expression des identités propres à chacun.

L’individu et son identité

La question de l’individu apparaît dès lors indissociable de la question de son identité. La droite voudrait la réduire à des origines ethniques ou éventuellement à une prédétermination génétique. Elle voudrait que désormais chaque individu s’inscrive dans un espace culturel normé, dont un ministère dédié est aujourd’hui le garant : le ministère de l’Identité nationale. La normalisation des individus la conduit même à contester le statut de mineur (cf. remise en cause de l’Ord. de 1945 et de l’excuse de minorité) et à remettre en cause l’irresponsabilité pénale des malades mentaux.

La gauche doit clairement s’opposer à cette normalisation qui est symptomatique d’un recul de l’Etat de droit ; sans céder à la facilité du relativisme culturel, elle doit reconnaître et défendre la diversité culturelle comme une donnée dynamique de l’histoire de France.

Individu, vie privée et espace public

La gauche doit également redéfinir les contours de la vie privée et de l’espace public. Il faut d’une part défendre la liberté de l’individu de ne pas être réduit à des données biométriques, religieuses, culturelles ou ethniques compilées dans des fichiers plus ou moins sous contrôle, et sa liberté à vivre sa culture dans la sphère privée. Il faut d’autre part définir un espace public protégé par un principe de laïcité élargi à d’autres champs que la religion (protection de l’espace public, et donc des individus qui y évoluent, vis-à-vis d’intérêt privés).

Individu et individualisation

Dans notre société ultra médiatisée chacun veut se distinguer et être reconnu dans ses spécificités. Reconnaître les individus dans leurs singularités, c’est également être capable d’individualiser les politiques publiques, c’est-à-dire de s’adapter aux situations particulières. La promotion de l’égalité, c’est la reconnaissance du poids des habitus et des différences de capital social. Cette individualisation peut concerner de nombreuses politiques publiques : l’éducation, l’action sociale ou (sujet à la mode) les retraites avec la prise en compte de la pénibilité.

Individu et réussite individuelle

La droite a compris les ressorts de la valorisation des réussites individuelles et nous aurions tort de les mépriser. La gauche doit être aussi capable d’avoir un discours clair sur la réussite, elle ne doit pas avoir peur de les valoriser. Les individus ont besoins d’incitations.

Nous devrions (et cela nous distinguerait de la politique de la droite) avoir un discours valorisant la réussite dès lors qu’elle est l’expression du mérite. Il faut pour cela favoriser le risque et pénaliser la rente. Aujourd’hui, les possibilités de réussite semblent plus entravées que jamais par un manque de mobilité sociale. La richesse ne peut pas être concentrée entre les mains de quelques uns élus au bénéfice de la naissance.

Conclusion provisoire : Le socialisme est un humanisme, il permet à l’individu de s’épanouir individuellement et collectivement.

___

La Commission :

Président : André Vallini

Rapporteurs : Mireille Le Corre et Najat Belkacem

Membres : Lucile Schmid, Régis Juanico, Elisabeth Guigou, Jérôme Guedj, Claude Pigement, Laurence Rossignol, Luc Broussy, Hervé Baro, Fanny Bullaert, Marc Deluzet, Françoise Geng, Alain Vidalies, Marie-Françoise Pérol-Dumont, Olivier Faure, Elisabeth Auerbacher, Akli Mellouli, Dominique Méda, Pascal Terrasse, Michel Yahiel, Frédéric Cuvillier, Marisol Touraine, Thierry Repentin, Bariza Khiari, Gilles Bon-Maury, Alain Bergounioux, Thierry Mandon, Jean-Pierre Caffet, Dominique Bertinotti, Vincent Léna, Mao Peninou, Jacques Généreux, Stéphane Travert, Olivier Ferrand, Pascale Boitard.

Tags : , ,

63 commentaires sur Forums de la rénovation : les socialistes et l’individu

  1. mozer

    je ne suis pas sur de c forums du PS , le probleme du PS se n’est pas le debat mais la montalite des personnes qui tire les ficelles du partie. je pense qu’il ya beacoup de courant dans le PS et c’est tres dificile de mettre tous le monde derier un meme projet

  2. Gérard ELOI

    @ Chris (ex chris)

    Il y a sans doute un malaise chez les jeunes.

    Ségolène Royal voulait y apporter une solution.

    "Réussite éducative et culturelle", "Emploi", "Pouvoir d’achat",…et j’en passe !

    Il faut croire que le sinistre 6 mai dernier, 53 % des électeurs ont choisi de sacrifier cette jeune génération. Ce qui fut une vision à très, très court terme : ceux qui ont voté pour les heures sup, pour "travailler plus pour ganer…moins !" ont-ils pensé au financement de leur retraite, par exemple ?

  3. Chris(ancien chris ..)

    Quand on compare les jeunes Chinois par rapport aux jeunes de chez nous, le premier se rue sur leurs études techniques, au moment même où dans nos pays les jeunes réalisent "que les diplômes ne servent plus à rien" où nos chefs d’entreprises se disent que s’ils produisent des richesses dans leur propre pays, l’état leur en prendra la plus grande part pour financer ses gâchis ou .. payer la masse grandissante de ses chômeurs. Les jeunes Chinois se forment, pied au plancher alors que notre jeunesse se démobilise.
    Et là on ne parle même pas des jeunes qui n’avaient pas la chance d’accéder ou décrocher un diplôme…

    Sincèrement,

  4. Chris(ancien chris ..)

    Au sujet de l’éducation en France, nous assistons à un problème urgent grave. Prenons le cas des grandes écoles (GEs) ,elles se privent de talents, en favorisant l’individualisme et pas nécessairement l’épanouissement. C’est à l’école primaire que le manque de diversité de nos grandes écoles trouve sa source. Le mode de recrutement de ces dernières ne fait que reproduire et amplifier les dysfonctionnements de ­notre système d’enseignement. c’est l’égalité des chan­ces dans le domaine scolaire qui, en tout état de cause, est aujourd’hui une fiction, voire une imposture.

    Si un pays de 60 millions d’habitants ne sélectionne et recrute ses ingénieurs que dans un milieu qui représente 10 % de la population, c’est comme si on réduisait ce peuple à 6 millions d’habitants .
    Restaurer l’égalité des chances, socle de notre pacte républicain, est une priorité politique qui relève du plus haut niveau de l’Etat. Cela devrait passer par la mise en ouvre de mesures simples et opératoires de la maternelle à l’université et aux grandes écoles.

    A qualité académique égale, certains établissements sont tentés de sélectionner à l’entrée en prépa des « profils conformes » à ce qu’ils estiment être les meilleurs critères de succès pour figurer en bonne place dans le classement.

    L’élitisme républicain sans égalité des chances dérive vers le micro élitisme, c’est-à-dire une forme d’endogamie qui est source d’exclusion pour les oubliés de l’égalité des chances. ces grandes écoles, en particulier les plus prestigieuses, ne reflètent pas la diversité de la société française.
    Elles se privent ainsi de nombreux talents. Il y a un temps, les élèves à fort potentiel scolaire étaient repérés dès l’école primaire par leur instituteur, qui les « poussait » et les préparait, après avoir convaincu les parents, à l’examen d’entrée en sixième. Ensuite, l’ascenseur social assurait la promotion des élèves méritants.

    Actuellement, la fermeture sociale a atteint un seuil critique, les grandes écoles sont trop petites, alors que le jeu, désormais à l’échelle mondiale. Où sont-elles les grandes universités techniques comme les autres payes Européen?Pourquoi oublie-t-on 160.000 personnes/ans dans la misère sans formation?Hmm mystère, illogique voir une mauvaise fois…

    Certes, actuellement, le gouvernement a entamé une reforme de bricolage de l’université . Revaloriser les universités veut dire exactement , leur donner une véritable autonomie, de STRATEGIE,et DES MOYENS. L’enjeu est loin de tout corporatisme, il s’agit de défendre l’intérêt économique française. Le micro-élitisme suscite en permanence la méfiance, la confusion et même un verrou social et économique. La France devrait accroître les actions sur la diversité culturelle. Élitisme, oui, micro-élitisme non.

    C

  5. Chris(ancien chris ..)

    Je trouve bizarre cette manière de s’emparer l’écologie dans la politique . La communauté scientifique certifie que le réchauffement climatique semble le résultat des activités intensives humaines. Mais les courbes montrent uniquement les 30 dernières années, alors la terre n’a -t-elle pas déjà réchauffé dans le passé? discutable…
    Oui, l’homme pollue certainement plus actuellement, la preuve statistique à l’appui :
    0,5 tonne CO²/pers/ans pour les pays envois de développement
    3 tonnes CO²/pers/ans chez nous
    6 tonnes C0² /ans/pers aux états unis de l’Amérique.
    Il est donc nécessaire et normal d’évoluer, discuter dans notre mode de vie.
    Cependant,Il y a un problème irrationnel dans cette hystérie collective, car certes tout le monde est d’accord sur la diagnostique, on remarque une certaine hypocrisie qui fait monter la température ambiante. Je m’explique, je me pose la question suivante en tant que simple citoyen ,nous pouvons constater que l’économie n’a jamais intégrer réellement la destruction des paysages, santé à long terme. Déplus, la pauvreté ne cesse d’élargir dans notre société . Alors pourquoi les dégâts sont-ils partagés entre les riches et les pauvres? On assiste une espèce de nouvelle religion écologique de culpabilité collective.
    J’espère que vous ne me traitez pas hérétique écologique lol , car nous assistons uniquement une prise de conscience collective des problèmes, d’autres voient encore le contexte comme une opportunité …
    Écologie de notre président est similaire au bouclier fiscal et le TVA social.
    << Ma pollution annuelle est équivalente à la moitié d’un seul voyage en jet privée d’un homme affaire qui délocalise ailleurs, on ne va pas me prendre pour des pollueurs, mais je m’engage à réduire la mienne … >>
    Alors pourquoi les dégâts sont-ils partagés entre les riches et les pauvres? On assiste une espèce de nouvelle religion écologique de culpabilité collective. La vérité est que si on tenait en compte les dégâts environnementaux, écologique, santé par le libéralisme barbare, il n’y a pas un seul riche sur cette terre…
    Nous remercions que le président avance et on va rentrer en détails de ce que vraiment l’écologie du 21èm siècle 8) …

  6. Duncan

    J’ai lu les parties qui traitaient de la question du marché, du capitalisme et de la croissance.
    Je dois avouer que je ne suis pas convaincu. Mais c’est normal car on atteint là les limites de l’exercice.

    Un forum peut permettre de faire émerger des voix qui ne passent pas par les canaux institutionnels et donnant ainsi un point de vue rafraîchissant : des acteurs de terrain comme des avocats, des fonctionnaires de la préfecture, des chômeurs, bref des gens qui ont un point de vue particulier de part leur expérience.
    Seulement ce genre d’exercice tourne souvent à ce que des gens de bonne foi voulant sincèrement faire avancer les choses font des propositions sur des sujets qu’ils ne connaissent absolument pas (à part à travers les médias, c’est à dire pas du tout). Et la problème.

    Par exemple, les contributions sur la recherche s’accordent à dire qu’il en faut plus. Oui et ensuite ? Quelle articulations entre universités et grandes écoles. Comment se tisse la relation université, entrerprise, collectivité locale ? Quelle stratégie pour faire venir des étudiants étrangers ? Tant de question passionnante qui n’ont même pas été posées.

    Globalement, les contributions sont pour les PME et contre la finance, l’ultra-libéralise, le capitalisme, le néo capitalisme, parfois l’un, l’autre ou tout en même temps
    Une fois qu’on a dit, ça on n’a rien dit.
    Cela rejoint ce que je disais plus haut. Le manque d’expertise sur les sujets revient à rester dans le vague. Le faussement conceptuel sans accorche avec le réel.
    Soyons clair. Je n’oppose pas théorie et pragmatisme. Loin de là. Il y a une nécessaire dialectique entre les expériences, les témoignages de terrain et l’élaboration de modèle de pensée pour les apréhender. Seulement là il ne s’agit pas de cela. Il y a plutôt l’usage de mots, de concepts qui ne sont pas définis et qui donnent par ce flou , l’impression d’être dans la théorie.

    Un petit exemple qui m’a beaucoup frappé. L’emploi du mot ultra-libéralisme.
    Moi, je ne connais pas la défition exacte. Je suis donc allé benoîtement sur un forum où se regroupait des anti-libéraux demander ce que c’était. J’ai eu autant de réponses que d’intervenants, parfois même des réponses contradictoires.

    C’est également ce qui m’a frappé lors du débat sur le traité institutionnel. Les partisans du oui et du non était plutôt d’accord sur ce que devait être l’Europe. Mais leur dignostique différait sur comment fonctionnait l’Europe actuellement. Finalement ils ne parlaient pas de la même chose.
    Et c’est problématique pour élaborer des propositions communes.

    Avant de parler projet et rénovation il faudrait que les contributeurs se mettent d’accord sur ce qu’est la situation actuelle.
    Comprendre les rouages de l’économie. Ne pas se limiter les outils d’analyse à une opposition capital/travail, à des références à Marx ou Say mais également parler d’évalutation des politques publiques, d’avantage coût bénéfice, d’expérimentation, et d’utiliser des travaux récents…
    Ne pas s’imaginer le monde de la finance comme une némesis informe et diabolique sur laquelle il n’y a aucune prise mais comme un système, certe complexe, dont les mécanismes doivent être décortiqués afin de savoir sur quels points agir pour améliorer la machine.

  7. François-Xavier B.

    A FP Nicolas :
    Y a-t-il un sous-entendu derrière ta question ?
    Sans parler au nom de Najat, il me semble que les mandats de président du conseil régional et de député sont incompatibles en pratique parce qu’ils requièrent une présence continue dans les lieux correspondant à chaque fonction.

    En revanche, mais je peux me tromper, il est plus possible de concilier deux mandats territoriaux qui se recouvrent, comme par exemple conseillère régionale Rhöne-Alpes et conseillère générale du Rhône : nul besoin d’allers-retours incessants entre la capitale des Gaules et la capitale francilienne, et une action de terrain efficace sur les deux territoires de compétence.

    J’en profite pour indiquer ma petite déception de ne pas voir Najat Vallaud-Belkacem participer directement aux municipales, en tant que tête de liste, et pour l’encourager chaleureusement pour sa campagne des cantonales. Je suppose que dans cette configuration, nous avons les plus grandes chances possibles, étant donnée la répartition territoriale des électeurs, de bénéficer de l’enthousiasme et de la compétence d’une Najat élue.

    Amitiés belkacemiennes.

  8. Aménité

    Ce qui mine souvent les gens de gauche, c’ est qu’ ils ont peur. Non seulement la peur n’ évite pas les dangers, les difficultés, mais elle fait aboyer, voire mordre. Najat , vue sur LCP, par exemple, et lue ici, a sans doute une tête bien faite, mais surtout bien rénovante. Le calme, la fraîcheur, et son choix de Ségolène, sont pour moi très apaisants. Najat , si tu réussis à conjurer les peurs des gens de gauche, quelle magnifique victoire. En effet , comme le disait Corinne, l’ aspiration à un humain idéal, est souvent effacée par nos penchants " poules " : les gens de droite sont souvent comparés aux renards dans le poulailler ! Lagardère joue son beau gosse désinvolte et suffisant : à le voir ( quelque soit le fond de l’ affaire ) on comprend qu’ il se pense de la race des seigneurs , et, à côté de lui Jean Marie Messier semble un enfant de coeur. Si là on n’ a pas à faire à un renard !!! Le problème, c’ est que nous restons bel et bien les poules dans la vie de tous les jours . Comme le dit ASSE42, c’ est l’ ordre juste qui est nôtre solution. Mais justice bien ordonnée commence par soi-même. Najat, il nous faut acquérir plus de confiance en nous, davantage d’ assurance, plus de sûreté de nous-mêmes. Durant la campagne, quels nouveaux socialistes, favorables à Ségolène, ne se sont pas heurtés en réunions , dites socialistes, à de vieux grognards du PS : je peux dire ici qu’ ils m’ ont même fait pleurer, moi à qui la vie et surtout la mort n’ ont jamais fait de cadeaux, celà leur a semblé si ridicule, quel humanisme, quelle humanité ! Si dans un groupe de gens de gauche, la tolérance n’ est pas de mise, voilà de bien grosses poules, en réalité. Mais, beaucoup de jeunes, comme toi Najat, c’ est à dire, des jeunes de coeur comme Gérard, peuvent tout rénover. On voit bien dans le domaine de nôtre environnement naturel, qu’ un mouvement monte : la jeunesse est plus attentionnée à la biodiversité, plus vigilante à la protection de la terre, plus sensible à moins gaspiller…Un semblable mouvement peut prendre corps en politique socialiste. Donc, l’ espérance est possible dans des rapports humains meilleurs ,si des têtes bien pleines comme celles de ton équipe Najat auprès de Ségolène, choisissent les propositions qui rassurent, encouragent , donnent davantage d’ assurances à chacun et bannissent la peur des coeurs.

  9. bastien

    Bonjour Madame Vallaud-Belkacem,

    Tout d’abord merci d’avoir répondu aussi rapidement, être considéré sur la blogosphère devient denrée rare. Concernant votre proposition de mettre une note sur l’éducation vous m’en verriez ravi, je suis assez curieux de m’éloigner des sempiternelles approches globales sur l’éducation proposées généralement dans les programmes électoraux pour aborder une vision socialiste plus pragmatique du sujet. Je serai surtout curieux, parce que concerné plus directement, de vous lire sur la thématique de la gratuité culturelle que vous aborder rapidement. Mais peut-être n’est-ce pas l’endroit… Reste le pourquoi de ce forum, cette rénovation en profondeur de votre parti. J’espère pouvoir un jour voter socialiste sans le faire simplement dans un logique d’opposition frontale à la droite, mais parce que le projet portée sera le bon. bon courage…

  10. FP NICOLAS

    Najat,

    Félicitation pour ton investiture pour les cantonales: t’engage tu si tu es élue à démissionner de ton mandat régional comme S. Royal qui a renoncer à se représenter aux législatives ou M. Sapin à la Région ?

  11. Sniper Hood

    Najat, nous aimerions connaitre vos idées au sujet des rapports Nord-Sud et plus particulièrement les rapports France Maroc, nos osons espérer un billet de votre part dans ce sens.
    Au Maroc les idées sont éparses et non ordonnée mais les gens veulent apprendre à faire de la politique:

    "Il est pourtant très facile de réhabiliter les hommes honnêtes qui sont automatiquement massacrés par les corrompus de l’Administration lequels, par contre, prennent du grade tous les ans..le Maroc ne pourra jamais évoluer sans ses hommes incorruptibles marginalisés, combattus et radiés par le système…Sa Majesté le roi pourrait donner l’ordre de réhabiliter les honnêtes gens pour permettre le développement du pays car sans un signe fort dans ce sens le Maroc n’avancera pas et c’est là un secret de polichinel…
    Au Maroc il existe des incorruptibles monarchistes…A Sa majesté le Roi de les réhabiliter pour renforcer son règne et son régime…L’idée est de dire que le Roi est celui des pauvres mais aussi celui des incorruptibles…"

    Extrait d’un débat sur le portail yabiladi.com
    http://www.yabiladi.com/forum/re...

    Source: amical.blog.fr/

  12. Najat

    Bonsoir à tous,

    Quelques réponses aux derniers échanges.

    @ Bastien : cette contribution est une mise en perspective, un cadrage qui reste conceptuel et qui ne prétend pas à l’exhaustivité. La question de l’éducation occupe une place centrale dans nos échanges et je voudrais te détromper en te disant que cette question est au cœur du sujet même si je ne l’ai pas développée. Lorsque j’évoque l’individualisation des politiques publiques, je pense en particulier à l’éducation. J’ai eu ; sur ce blog ; l’occasion de défendre une vraie politique de ciblage dans l’éducation permettant une individualisation des parcours scolaires au primaire en favorisant l’accompagnement personnalisé des élèves et la mise en place de pédagogies différenciées. De la même manière, je suis une farouche partisane du développement de l’offre gratuite de loisirs, culturels et sportifs, comme facteur d’ouverture sur le monde et comme moteur des ambitions individuelles et donc de la réussite scolaire. Si ça vous intéresse, je mettrai sur ce blog une note sur l’éducation.
    Dans ton second message, tu explicites ton propos en écrivant notamment « La culture reste pour l’individu ce qui permet à la fois d’évoluer au sein de sa communauté et de s’en distinguer sans risque de normalisation par d’autres facteurs que son savoir. », je ne pense pas dire autre chose dans mes développements sur « l’individu et son identité » et je partage ton analyse sur le rôle de l’éducation.

    @ Chris : ta question est tout à fait pertinente, la notion de pénibilité est difficile à définir. J’ai lu, puisqu’il s’agit de retraite et donc de durée de versement de la pension, que la pénibilité pouvait s’apprécier en fonction de l’espérance de vie… C’est sans doute un peu réducteur, car cela ne prend pas en compte les modes de vie, les conduites à risque… Je crois que cette question de la pénibilité ne peut pas avoir une définition univoque pour toute les catégories de métier, mais doit s’apprécier au cas par cas et en tout état de cause dans le cadre du dialogue social.

    Enfin, dernier sujet qui n’a pas grand chose à voir, j’ai entendu que le ministre de l’Education s’attaquait au très gros chantier du poids des cartables ! Après la fin de l’école le samedi matin, voilà un sujet dont il fallait se saisir de toute urgence pour résoudre à coup sur le problème des 150.000 jeunes qui sortent chaque année du système scolaire sans qualification ! Je doit avouer que cette agitation sur un sujet, sans doute important, mais certainement pas prioritaire me laisse pantoise ; en attendant, cela permet de ne pas parler de la suppression des ZEP, de la carte scolaire ou des réductions de postes dans l’Education nationale, pas plus que de ce qui sera fait des heures de cours supprimées le samedi matin. Quel moyen plus indolore y a-t-il pour réduire le nombre des enseignants que de supprimer les heures de cours du samedi ?

  13. Gérard ELOI

    Bonjour,

    Je viens de regarder et écouter la video proposée par Corinne (message 35).

    Si des personnes ont estimé nécessaire de créer ce groupe "Diversité", c’est parce que ces personnes ont ressenti un problème. Et il ne devrait pas y avoir de problème.

    J’ai lu également les commentaires sur quelques-uns des forums de rénovation,…et je suis tombé sur un commentaire (suffit de cliquer sur le mot forum souligné, au début du billet de Najat) déclarant "Sarkozy détruit l’identité nationale".

    quel est le rapport ? Bien flou…Le problème du groupe "Diversité" passe par les mots "issus de l’immigration". Et voilà que sur une même page, mais à des endroits diamétralement opposés, on retombe sur les mots "identité nationale"…puis….beaucoup plus loin "immigration".
    En plus, le groupe "Diversité" signale un problème. Or, il ne doit pas y avoir de problème…

    …pour une évidence que trop de gens ont oubliée, ou veulent occulter : "NOUS SOMMES TOUS ISSUS DE L’ IMMIGRATION".

    En effet, l’être humain s’est levé un jour en Afrique et de là, patiemment et à pieds (à l’époque, il n’y avait ni avions, ni pétrole !) s’est mis à marcher à la découverte de la Terre entière…Traversant même "à gué" un passage Sibérie-Alaska.
    (Je parlerai de lîle de Pâques, de l’ Océanie, de la Polynésie et de l’Antarctique une autre fois, si cela intéresse quelqu ‘un)

    Pour parler de la France, et à des époques plus proches, nous avons eu d’abord des gens de l’Est (Celtes et préceltiques), puis du Sud ( L’Empire romain qui possédait toute la Méditerranée, de Gibraltar aux portes de l’Orient), ensuite du Nord (Vikings, puis Guerre de 100 ans).

    Et de l’ Ouest? C’est à l’ Ouest que l’on situe la mystérieuse Atlantide…Légende, diront certains. Il y a dans toute légende au-moins un fond de vérité…J’irai même plus loin : certains auteurs, en interprétant mythologies et religions, évoquent même l’hypothèse d’ancêtres extra-terrestres !

    Quand on imagine les millions d’années de cette aventure et les distances inlassablement parcourues par toutes les générations qui se sont succédées, on trouve microscopique ce ministère de l’immigration et de l’idenité nationale, avec ses analyses ADN et autres mesquineries inconvenantes et à la limite de l’absurde.

    Je ne sais pas si on pourrait ajouter au forum "Les socialistes et l’individu" : "Nos collectivités sont faites d’individus un peu du Sud, un peu de l’Est, un peu du Nord…peut-être un peu Atlante de l’Ouest voire même extra-terrestre. Et cette diversité doit faire notre richesse ". (Au moins, une telle déclaration détendrait l’atmosphère !)

    Pas vraiment politique ce que je viens de raconter. Mais j’avais envie de le dire !

  14. bastien

    A François -Xavier,

    Je crois avoir bien compris de quoi parlait le texte de Madame Belkacem, et je reste persuadé qu’orienter principalement le débat sur ses dimensions politiques et économiques fait le jeu de la droite. La culture reste pour l’individu ce qui permet à la fois d’évoluer au sein de sa communauté et de s’en distinguer sans risque de normalisation par d’autres facteurs que son savoir. Rechercher une logique d’émancipation de l’individu et vouloir lutter contre les inégalités en faisant l’économie de sa culture, surtout lorsqu’on sait combien aujourd’hui chaque culture emprunte à celle de son voisin, me semble un erreur. C’est une école forte, laïque, capable de projeter l’individu dans l’avenir en se basant sur notre passé humaniste qui pourra donner à chacun les armes nécessaires pour défendre son identité face à une globalisation économique qui tend à normaliser des individus sur une logique du "marche ou crève". L’épanouissement de l’individu au sein de sa société passe par là, et cantonner cette thématique au forum animé par Henri Weber et Alain Bergounioux sans faire de passerelle forte entre la culture, l’éducation et ce que devient l’individu au sortir de l’école par rapport à son environnement reste je crois une aberration. Pour que le minorités se sentent enfin acceptées en France, que nous retrouvions une vraie solidarité qui nous pousse à accepter après tout "toute la misère du monde" parce que culturellement nos concitoyens savent qui ils sont, d’où ils viennent et vers quoi ils tendent, ça ça serait enfin une démarche socialiste.

  15. stoplepen (et sarko)

    MPF: Destop politique de N. Sarkozy

    Avec une totale hypocrisie, l’UMP continue à rechercher une alliance électorale avec le MPF raciste de Philippe de Villiers. Il s’agit de présenter des listes communes aux élections municipales pour faire élire de grands démocrates tels que Jacques Bompard (ex dirigeant du Front National) à Orange, Marie-Claude Bompard, Jean-Louis Millet à Saint-Claude, Christophe Girard à Vénissieux (Le Mouvement pour la France revient dans la maison UMP , Le Monde du 7/10/2007).

    Le MPF sert donc du Destop politique à Nicolas Sarkozy et sa machine de guerre l’UMP pour dissoudre définitivement ce qui reste des égouts FN (canal d’égout toujours qualifié d’historique). Philippe de Villiers, en grand clown politique comme à son habitude, fait semblant de se révolter contre les politiques du gouvernement (Le Figaro du 23/10/2007 : De Villiers: “ce traité est inacceptable car c’est une Constitution bis “) tout en recherchant cette alliance électorale. Racolage. Ridicule. Accepter de soutenir Jacques Bompard à Orange sur une liste commune UMP-MPF et lire la lettre de Guy Môquet.

    Toute la politique du gouvernement vise à absorber les électeurs du FN (durcissement de la justice avec l’introduction des peines systématiques et arbitraires dites plancher, nouvelle loi ignoble contre les étrangers précaires incluant un volet d’identification génétique digne de Vichy, etc.). Pour que la France ne devienne pas une nouvelle Suisse qui élit honteusement un parti ouvertement raciste, il faut que la jeunesse de France se réveille enfin.

    Oui lisez Môquet, Aragon, Camus partout et tout le temps, réveillez-vous et dites surtout Stop à Sarko.

    stoplepen

  16. Chris(ancien chris ..)

    Bonsoir,

    Extrait:Individu et individualisation
    (…). Cette individualisation peut concerner de nombreuses politiques publiques : l’éducation, l’action sociale ou (sujet à la mode) les retraites avec la prise en compte de "la pénibilité (…)"
    ——-*———-
    Il ya quelque chose que je ne comprends,besoin éclaircissement…

    La pénibilité pour une personne dans un métier bien précis, on l’a défini comment?
    -Son degré de concentration pour un travail répétitif?,
    -Sa créativité?
    -Son degré de résistance émotionnelle envers des situations difficiles et imprévisibles?
    -Sa force musculaire?
    -Sa résistance à la fatigue?
    -Etc.
    Comment peut-on classifier ce genre de critère en fonction du métier et la personne elle même?

    Sincèrement,

  17. François-Xavier B.

    A Bastien :

    le sujet est bien l’articulation entre la réussite collective et la réussite individuelle, ce qui oriente tout particulièrement la réflexion sur le domaine économique et politique dans notre monde globalisé.

    amitié belkacemiennes

  18. bastien

    bonjour Madame Vallaud-Belkacem,

    Je m’étonne avec une lecture (un peu rapide je l’avoue) de votre essai de n’avoir trouvé qu’une seule fois le mot "éducation", et pas une fois le mot "culture". Lorsque le parti socialiste cherche à retrouver ses fondamentaux, n’y a t-il pas un manque flagrant dans vos débats concernant ces deux points qui devraient être les bases de la lutte contre les inégalités ?
    Cordialement
    b.

  19. Chris(ancien chris ..)

    Désolé pour mon message N° 28, j’avais que 20 sécondes, "charabia informatique…".En gros, les dirigeants du PS deviennent opaque, et ils ne montrent pas de l’exemple de la rénovation,collaboration..etc.

  20. Chris(ancien chris ..)

    @Corinne
    ce décalage étonnant entre les hommes de tous les jours et leur conception de l’être humain idéal est vraiment un problème grave pour l’homme.Presque la moitié des hommes de tous les jours précisément, même la statistique semble valable au niveau mondial sur ce point.
    Un aspect très intéressant de ce catégorie de personne,est que sa "vie cachée" qui est souvent pas trop bien cachée, comme vous dites.
    Il semble que ce type de personne a un besoin régulier de prendre un "congé dans la vulgarité et la dégradation" de la même façon que comme tout le monde qui prends des congés dans un centre de vacances où ils jouissent d’alentours et de culture magnifiques. Pour obtenir une pleine sensation de cet étrange "besoin" de ce type de personne – un besoin qui semble être la preuve que "agir humainement" est très stressant pour eux. Il devient clair que leurs mots ne collent pas avec leur actes. Ils sont le type de personne qui peut déclarer qu’ils sont dévastés par la douleur et qui ensuite participent à une réception pour "oublier". Le problème est qu’en réalité ils oublient VRAIMENT.

    Sincèrement,

  21. Gérard ELOI

    @ Corinne

    Nous avons des incertitudes (Toi plus que moi, peut-être parce que tu es plus réaliste, peut-être parce que je me force à l’optimisme…pour ne pas étouffer), mais nous sommes du même avis.

    Je suis heureux de t’avoir rencontrée, même virtuellement : tu es une Dame exceptionnelle.

    Amicalement

    GE

  22. Chris(ancien chris ..)

    Bonsoir tout le monde,

    Interéssant ce texte mais il ne reflète pas la réalité (je vais tenter d’ y venir à la prochaine fois)
    A propos du forum rénovation: pourquoi le PS demande et propose-t-il un travail collectif (copier ou inspirer de DA), alors que leur noyau (dirigeant) ne sont pas compatible, ou ils sont toujours en conflit?

    C’est comme un ordinateur qui essaye de faire marcher un programme (socialiste de gauche) alors que le système exploitation sont: fragment de programme de windows qui bug (on ne peut pas accéder dans la source du programme , ensuite mélanger avec un fragment de programme linux (travail collaboratif) qui est entièrement transparent .

    Humm!

  23. asse42

    @ Corinne

    Je te conseille de faire le tour de la blogosphère UMP par exemple et puis après de venir ici nous en renddre compte:-D
    Nous portons des valeurs de gauche , le plus dur est de les ajuster au monde réel. On a bien vu qu’il nous faut trouver une entrée pertinente pour être compris et identifié comme étant de gauche.
    Moi, personnellement, je milite pour que soit reconnue comme une valeur structurante de la nouvelle gauche: L’ordre juste. Car l’ordre juste c’est de mettre l’humain au milieu du projet et de faire en sorte que les régles s’appliquent à tout le monde puissants et faibles. Cela est valable aussi au niveau international il faudra que la Franc edeviennen un acteur de l’ordre juste mondial où les volontés démocratiques seront encouragées et les directions autoritaires dénocées quelles que soient leur couleur politique. Il faudra donc à la gauche nouvelle qui se léve de permettre l’épanouissemnet individuel de l’humain quelles que soient ces conditions de départ en mettant en place l’odre juste à travers la société. Chacun doit avoir la possibilité de réussir sa vie.

  24. mariane de Marrakech

    hafrit,
    tu as sans doute raison mais qu’ils aient besoin des dictatures au sud pour bien pomper ces pays comme le Maroc n’empêche pas que la France par exemple en a marre de lire les plaintes de ses investisseurs obligés de corrompre à droite et à gauche dès qu’ils mettent les pieds au Maroc. Des gens comme ceux que défend (l’équipe) Sniper Hood sont des gens honnêtes capable de faciliter la communication nord-sud en général. Et puis d’un point de vue strictement humain, quel est le mal à toucher un mot au roi du Maroc concernant un homme comme Younes Fennich sanctionné pour refus de corruption?

  25. Corinne Arquillière

    En fait, je m’interroge toujours sur ce décalage étonnant entre les hommes de tous les jours et leur conception de l’être humain idéal : petite explication. on a des gens qui sont capables de s’extasier devant des films comme titanic (l’amour face à l’argent, le bonheur face aux privilèges etc), qui adorent les films de héros (qui se sacrifient patin couffin… pour des causes qui les dépassent), qui regardent dr House (série dans laquelle, tiens marrant, la vision entreprise de l’hôpital est condamnée) ou des séries américaines très manichéennes (le gentil, c’est toujours l’humaniste et le méchant, le haineux). on s’emballe pour guy mocquet, qui combattait certaines valeurs de haine au nom d’autres valeurs d’amour et de justice et paix sociale, on aime les rugbymen qui gagnent contre les blacks, parce que les plus faibles gagnent contre les plus fort, on est fan des voix qui s’élèvent contre les dictatures, on idéalise le chevalier en armure blanche qui sauve les opprimés etc etc…
    Et en même temps, on est prêt à dénoncer son voisin, à tuer socialement les chômeurs et les RMIstes, on ne veut pas payer la santé des autres et toutes ces réactions de poules primaires…

    Le paroxysme : ces chanteurs ou stars qui chantent ou participent aux restos du coeur ou fondent des associations d’aide aux plus démunis, mais qui paradoxalement vont planquer leur fric à l’étranger, alors que leurs impôts permettraient de remettre sur les rails plus durablement la plupart de ceux qu’ils veulent aider…

    J’en conclus qu’il y a, et ce sera ma conclusion sailormooonesque (je reste dans le domaine culture populaire), en chacun de nous une aspiration vers l’humain idéal et un penchant vers la poule, et j’espère que le projet socialiste saura réveiller plutôt le premier que le second…

  26. Gérard ELOI

    @ Corinne

    Je comprends ton scepticisme et ta grave question : "Le PS pourra-t-il maintenir son unité ?". Pour l’heure, il y a évidemment désunion. J’ose espérer que ces forums vont contribuer grandement à refaire un parti uni où tous aurons la volonté de marcher ensemble dans la même direction de l’humanisme.
    Une gauche unie est en effet la dernière chance d’une vie décente pour les citoyens. En effet, dans un discours à l’hôpital de Bordeaux, Sarkozy (vu sur le blog de Michèle Delaunay) a carrément indiqué que la santé serait gérée comme une marchandise, et l’hôpital comme une entreprise !

    Et un de ses proches (un certain Kessel, ancien président du MEDEF) définit la rénovation comme la "suppression de tout ce qui a été installé" par le Conseil de la Résistance, soit toutes les bases de notre société, entre 1945 et 1952. Menace donc bien réelle sur la Sécurité sociale !
    (Voir texte complet sur mon blog, centpenseespourvous.blogs…
    billet intitulé "Libéralisme et incivisme", et datant d’il y a peut-être une dizaine de jours )

    Voter à gauche est un acte de légitime défense. Donc, il faut qu’il y ait une gauche forte et unie. Donc, je continue à communiquer des idées, des valeurs,…avec,c’est vrai, pas beaucop de précisions pour l’instant. Et il faut que tout soit prêt au printemps…

    Il y a moyen. La devise préférée de Najat est cette citation attribuée à Mark Twain :

    "Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !"

    Amicalement

    GE

  27. jim

    Salut,

    Quand j’entends encore ce cher Holland qui ne soutient pas le gouvernement sur les retraites , ça me dégoute. Le double discours pour gagner des votes aux prochaines élections, ça me tue.

    Je ne comprendrai jamais cette attitude politicienne à toujours s’opposer à tout. Il veut une négociation, mais le parti socialiste sait que la négociation est impossible avec ce genre de personnes qui pense que conduire un train, c’est pénible.

    Quand je lis cela:

    "Pour cette même droite, … L’émancipation a pour chemin privilégié l’individualisme"

    C’est trop drole, quand j’entends Holland défendre les quelques privilégiés de la SNCF qui prenne le pays en otage.

    Il faut leur donner des contreparties à ces pauvres prolétaires. HE oui, ils avaient signé pour 37.5 ans, et pour nous les gens du privé on a signé pour combien 40,41,42? Et nos enfants?

    Sur tous les sujets importants pour remettre le pays sur les rails, vous êtes hors sujet.

    Je regrette la malhonnêteté de votre discours. Vous n’avez rien voulu faire quand vous aviez le pouvoir, vous aviez pourtant la croissance.

    Par ailleurs, je suis toujours bluffé de voir le parcours de gens comme vous. A 34 ans je me sens vieux.

    C’est d’ailleurs votre CV qui m’a donné envie de vous écrire, parce que vous n’êtes peut-etre par encore polluée par la politique politicienne.

    Bonne chance. J’espère surtout que vous serez différente.

  28. hafrit

    salam sniper hood , crois moi n’attends rien des politiques des pays de l’emisphere nord du globe , ils ont besoin de ces dictatures , ceux qui gouvernent les pays d’afrique sont places la par ceux dans haut , alors ne rien attendre de la politique francaise , le seul moyen de t’organiser (communautarisme=organisation) pour combattre l’injustice tout seul avec ceux qui te ressemble , sinon ici n’attends rien ni de la gauche ni de la droite , cul et chemise sans pantalon ;) , salam et inch allah , qu’il y est plus de justice en afrique :)

  29. ROM

    Sniper Hood
    ton soutien à cet homme politique marocain est une grande cause car vous voyez en cet homme une image que vous voudriez reproduire chez les hommes politiques marocains, le problème c’est qu’il s’agit d’un agent de l’autorité qui a surtout besoin du soutien du ministère de l’intérieur marocain…ce ministère est contre l’honnêteté, vous le savez; que faire? vous avez un roi qui devra se prononcer à ce sujet puisqu’il détient tous les pouvoirs!

  30. Gérard ELOI

    @ Filou

    Je comprends tes réticences, mais je regrette qu’un gars de ta valeur devienne facho.

    Je suis pragmatique : j’aime beaucoup mieux l’attitude de Bruno, je crois, qui va voter pour Najat "parce qu’elle est jolie"…mais aussi parce qu’elle est humaniste ( elle a la beauté de ses valeurs humanistes !) que celle de X qui a voté pour Y qui l’a "envoûté" par ses ses manipulations malhonnêtes et qui considère l’humain comme un numéro ! (Je ne sais pas si on imagine que je parle de quelqu’un de précis ?)

  31. filou

    ouai pas de quoi fouetter un chat …..et quand je lis des commentaires tels que "je voterai pour toi car tu es jolie" je me dis que la goooche caviarde ne tient pas la route….
    La "vraie gauche" sans doute celle de Mitterrand avec sa femme et sa double vie ??????il y alongtemps que j’ai laissé la goooche, le syndicat et toute ces conneries…maintenant je deviens facho

  32. Corinne Arquillière

    Bonjour,

    A la lecture du texte de Najat, la question qui m’est venue naturellement à l’esprit a été: "qu’est-ce qui pousse quelqu’un à plutôt faire un sport collectif ou un sport individuel?" Ne me demandez pas pourquoi, c’est venu tout seul…

    Sinon, à la lecture des différentes réactions et des différents forums ou blogs, en rencontrant différents acteurs, je commence à me demander vraiment si l’unité du PS pourra demeurer, et si moi-même je serai dans ou hors de ce parti, je m’explique: prenons l’exemple des forums de la rénovation, les gens sont loin de voir les choses de la même façon, et je ne me reconnais même pas dans la majorité des contributions. J’ajoute que je suis de plus en plus persuadée que ces forums ne servent à rien puisque non lus par les décideurs, mais serviront d’alibi à ce qui sera pondu par la suite. Pour moi, un parti, ce n’est pas une position théorique sur des valeurs, c’est un projet concret qui se déclinera en lois et budget concrets, au travers duquel se révéleront ces valeurs. Et bien outre le fait que ce projet, je ne l’ai lu ni vu nulle part émerger des tiroirs des pontes du PS, lorsque je lis ou entends les propositions concrètes des socialistes pour construire ce projet, je les trouve souvent incompatibles entre elles. Bref, beaucoup de pessimisme… Je commence même à me demander parfois si je suis socialiste ^^ (heureusement dans ces cas-là je repense à ce qui se fait à Lyon et ça me rassure)

  33. JERONIMO

    Chère Najat
    Je tourne , je tourne, … sur la blogosphère lyonnaise et reviens toujours avec plaisir sur ton blog (le premier que j’ai consulté , par pur hasard en vérité)…le seul vrai blog du secteur qui porte une réelle reflexion …mon propos dans mon ethnologie politique lyonnaises n’est pas d’adhérer ou non à ces idées si bien exprimées, il n’est pas non plus d’apporter une contradiction ou un soutien à ces développements …il est tout simplement de dire bravo Najat !!! que beaucoup d’autres en prennent de la graine !!

  34. SERGIO

    Bonjour Najat,
    Vous ne me connaissez pas, mais par l’intermédiaire des médias j’ai pu saisir une partie de votre personnalité que j’ai bien appréciée.
    Bien évidemment, la droite a toujours été égale à elle-même : égoïsme, libéralisme à outrance, « social » pour les riches, etc…
    Comment se fait il que cette droite néo libérale se trouve à la Présidence de la République , puis majoritaire à l’A .N ?
    Bref, votre forum est très pertinent et réaliste. Mais il me semble sauf erreur de ma part, que ce n’est pas tout à fait dans la ligne du PS , nonobstant ces derniers temps un petit changement de cap.
    Je compte sur votre génération pour mener la VRAI gauche au pouvoir.
    Bon courage

  35. bruno

    Salut Najat,

    je suis venu par curiosité lire un peu ce texte concernant le socialisme et ses valeurs.
    Je ne suis ni de droite ni de gauche, ni centriste, ni politicien et je me moque pas mal de la politique.
    Je suis venu vous donner mon impression de citoyen français lambda qui viendra lire votre texte pour savoir pour qui je vais voter. J’entend pas là qu’on ne va pas se leurrer la rénovation de la gauche n’a que pour but de remonter et recréer un dynamisme autour du PS pour persuader les gens de voter pour eux/vous. (ce qui est parfaitement honorable, c’est pas une condamnation)

    Il s’avère que je ne voterais surement pas à gauche, non pas parce que je n’adhère pas à vos idées, mais parce que vous avez une attitude fatiguante (pas vous en particulier mais cet entité qui est "la Gauche"). On entend scander par vos dirigeants "Sarko, gouvernement de la rupture" et au final votre discours est essentiellement basé sur l’opposition droite/gauche… la droite fait ça, nous on fait ça, la droite dit ça, nous on dit ça…
    Croyez vous qu’un jour le socialisme sera fonder sur des valeurs réelles et rassembleuses plutot qu’une opposition constante au courant de penser majoritaire?
    De ce que je vois c’est mal partie, et c’est vraiment domage…

    Bruno

    PS: Najat, tu es vraiment ravissante ^^ je voterais pour toi rien que parce que t’es jolie :)

  36. Arnaud Pécrel

    Le socialisme, c’est l’egalité des chances. Il faut donc tenir compte des parcours personnels, du "capital social" de chacun pour mettre tout le monde sur une même ligne de départ. Il faut aussi tenir compte des aspirations individuelles et permettre à chacun de pouvoir choisir sa vie. C’est doit être le propre du socialisme que de donner à chaque individu les moyens de choisir son destin et de ne pas être entravé ou contraint par le poids des inégalités lié à la naissance, au quartier qu’on habite ou même aux origines.
    Donner à chacun les moyens de son épanouissement personnel passe bien sur par l’education, mais pas seulement: l’acces à la culture, au sport, aux arts est egalement un facteur d’emancipation ce qui doit etre une priorité chez les progressistes.Emanciper l’homme pour le rendre libre de ses choix et l’aider dans ses aspirations.

  37. Najat

    Le message de Rif n’apportant pas grand chose à nos échanges l’insulte étant rarement une contribution productive, je l’ai supprimé.

    @ Gérard, le terme de collectivité désigne pour moi la communauté des individus liés par un destin commun. Cette association des individus entre eux, c’est ce qui permet une politique sociale fondée sur la solidarité. J’aime bien cette idée qu’une société juste ne se construit que dans l’ignorance de la place qu’on y occupera.

    @ Henri : Je partage ton constat sur une forme de désengagement de la puissance publique au profit des associations. On l’a bien vu en novembre 2005, il n’y a plus de services publics dans les quartiers en difficulté ou presque. On parle beaucoup des services publics en milieu rural, je crois qu’il y a un sujet tout aussi pressant dans les quartiers. Concernant l’accès à la culture, c’est parce que nous considérons que c’est en soi un déterminant de la réussite scolaire et donc un outil de promotion sociale, que nous avons mis en place en Rhône Alpes des actions de promotion de l’accès à la culture pour les jeunes dont la carte M’RA est que l’un des exemples.

    @ Asse42 : je suis d’accord avec toi, il n’y a pas d’un côté la France qui se lève tôt et de l’autre une France des fainéants !

    @ François Xavier, merci pour ton compliment, mais je crois au contraire que la qualité des échanges des blogueurs est toujours un enrichissement pour nos réflexions. Vive le débat !

    @ Anaïs : tu n’es pas la seule à être sceptique, je l’ai entendu dans la bouche de beaucoup, je crois que notre obligation de réussir cette rénovation n’en est que plus grande.

  38. asse42

    Le commentaire de Rif a au moins le mérite de montrer le fossé qui s’est creusé entre les "gaulois" et les "rifains". C’est son seul mérite. Après la vulgarité de ses propos ne font pas honneur à son auteur c’est le moins que l’on puisse dire.

  39. François-Xavier B.

    J’ai deux espoirs à l’instant :
    – que le message de Rif soit effacé (comme vraisemblablement le premier l’a été), oublié, pardonné pourquoi pas mais que ce message cesse de faire autant de mal qu’il m’en a fait. Monsieur Rif, fais de l’histoire, pas de la mémoire…
    – C’est tout, mais ce serait déjà bien.

    Chère Najat, tu devrais cesser de proposer des "introductions" à des sujets de réflexion, car la tienne est si fine que tu décourages presque les intervenants d’en rajouter (de peur d’affadir).

    Il est en effet paradoxal que la droite française actuelle semble plus apte à créer une aristocratie qu’une société fondée sur le mérite (détaxation de la transmission d’héritage, taxation sur la consommation et non sur la rente, etc.). Il est remarquable aussi qu’à partir de l’individu, la droite française ait pris acte (passivement) de l’individualisation, tandis que la gauche ne se saisissait pas (activement) de l’individuation passant par la vie sociale.

    Tout ce qui apparait dans cet avant-propos est fécond. Merci donc et j’attends avec impatience la synthèse finale.

    Amitiés belkacemiennes.

  40. Gérard ELOI

    @ Anaïs

    J’espère, comme toi, que ces forums permettront aux différentes "tendances" actuelles de se réconcilier et de marcher ensemble dans la même direction.

    Le travail entrepris par Najat et son équipe (forum ci-dessus) peut noos conforter dans cette hypothèse : tout ce qui est présenté est humaniste et socialiste !

    Espérons que les autres forums du PS se déroulent aussi sereinement.

    Amicalement

    GE

  41. Anais

    je ne suis pas bien sure de l’interet de ces forums de la rénovation. Les valeurs et les projets du parti socialiste au fond tout le monde les connait déja. Si vous n’avez pas réussi à convaincre les français lors de la derniere election c’est simplement que votre discours n’était pas intelligible. je ne dis pas cela pour vous najat dont j’apprécie sincérement les prises de parole chaque fois que je vous vois ou vous lis, mais pour le parti dans son ensemble. le jour ou les gueguerres intestines arreteront, on y verra plus clair à nouveau dans ce que vous proposez. Peut etre que ces forums devraient d’abord vous servir à imposer une ligne de conduite saine aux différents représentants de votre parti. pour les idées, l’echec actuel du président de la république suffira à demontrer la pertinence de celles de votre camp.

  42. asse42

    Le socialisme nouveau ne devra pas avoir peur de valoriser la réussite individuelle tout en ne négligeant pas le filet de sécurité garantie par la collectivité. C’est cela être de gauche et non comme la droite encourager la réussite individuelle tout en dénigrant ceux qui n’y arrivent pas.

  43. fandenajat

    ..j’espère que c’est gentil ce que tu dis là Rif, pourrais-tu nous gratifier d’une traduction?

  44. Gérard ELOI

    C’est encore moi !

    Je crois que je viens seulement de comprendre ce qui m’avait donné une première impression mitigée : c’est sans doute le titre, "Les socialistes et l’individu…"

    Ce qui suit (en caractères gras) est important et bien dit : " Refonder la solidarité",…

    Mais j’ai l’impression que LES socialistes et L’ individu, c’est un peu un pluriel "contre" un singulier, çàd une espèce d’ absorption.
    En plus, le mot "individu" me semble fort impersonnel.

    J’aurais préféré "Socialisme et humanisme", ou : "L’ humanisme au centre des préoccupations socialistes", ou…

    Amicalement

    GE

  45. Gérard ELOI

    Bonsoir,

    Je reviens sur mon commentaire publié en n° 1.

    J’avais lu le texte une seule fois, sans doute assez attentivement.

    Et j’ai envoyé ce commentaire "à chaud", sans relecture (parce que si cela avait été un discours, je n’aurais pas réentendu !).

    Je voulais donc d’abord faire une expérience, pour avoir une idée de ce que peut-être la première impression.

    Après relecture attentive, je me rends compte que dans cette première impression, j’ai commis une grosse erreur. En effet, les mots "collectifs" ou "collectivement" ne sont jamais employé, comme j’en avais eu l’impression, dans le sens de "collectivisme". Et les "social" et "société" sont régulièrement utilisés, et à bon escient.

    Je trouve maintenant le texte une excellente base de travail, et déjà presque complet.

    D’autres personnes auraient-elles eu la même impression de départ que moi ? Ce serait intéressant à savoir, de manière à ce que la présentation (titres et sous-titres, très importants) soit parfaite et la première impression directement positive.

    A bientôt

    GE

  46. Henri

    Bonjour Najat

    Belle synthèse, tout est dit ou presque , reste à développer les outils de mise en oeuvre.

    L’emploi du mot "collectivement" me va bien…associé au mot "groupe" ou action en groupe", en effet, seul, on lance des idées, ensemble, on les réalise…

    Parmi les outils, travailler à la reprise, par l’Etat ou les collectivités d’actions sociales beaucoup trop reportées sur les associations, composées de bénévoles, qui ne peuvent pas tout faire. Ou bien étudier, une vraie mutualisation avec des moyens.

    Par exemple, les assos sportives complètent une certaine éducation pour les jeunes enfanfs ou ados : écoute des règles, jeu en collectivé, esprit de groupe… mais ne peuvent pas devenir les garderies publiques du mercredi ou des samedis/dimanches…

    En ce qui me concerne, un outil principal est l’accès à la culture gratuite pour tous : les musées, le cinéma, la musique, les spectacles… avec des lieux d’accueil,
    abolir à la télévision tous ces jeux people abrutissants…

    Un autre outil simple est , dans le travail, le transfert de savoir-faire, il faudrait créer et donner du temps et un vrai sens, par exemple dans les entreprises, au rôle du tuteur qui explique et partage ses connaissances et son histoire "sociale" avec un jeune nouvel embauché.

    En fait, soutenir et développer partout , ou le plus possible, le sens du partage et de sa mise en valeur, en toute simplicité, comme quelque chose de naturel.

    Voilà quelques idées, je reviendrai sur ce thème.

  47. Charles

    Cette réflexion est vraiment intéressante, le parti socialiste se doit de proposer une nouvelle idée de l’individu, décomplexée et surtout radicalement différente de ce que nous propose le gouvernement actuel. On se doit d’envisager sa singularité par rapport à la collectivité et une certaine idée de l’humanisme. Un des exemple les plus frappants de l’idée qu’en a l’UMP est la proposition de Herr Horteffeux de refuser l’aide et le logement d’urgence aux sans papiers… elle est belle la France!

  48. Gérard ELOI

    Bonjour Najat,

    Je viens de lire le "Forum".

    Beau travail, qui mérite d’être bien compris par un grand nombre de personnes. Je relirai encore attentivement.

    Mes premières impressions :

    -le début du texte emploie souvent le mot collectif et collectivité. Attention : les distraits pourraient confondre avec"collectivisme" ! Il serait intéressant de remplacer où c’est possible, par social et société.
    -on parle "d’individualisation" à droite. Comme un individu sommeille en chacun de nous, il serait peut-être i ntéressant, surtout en parlant du libéralisme économique, de parler de déshumanisation, voire de robotisation.
    -au sujet de la "normalisation" par "l’identité nationale", et l’allusion à la génétique, on pourrait ajouter : à droite, vous êtes un N° ; chez nous, vous êtes une personne.
    -enfin, la conclusion, humanisme, épanouissement individuel et collectif, est formidable. (A moins de remplacer "collectivement" par "socialement" ?

    Amicalement, à bientôt

    GE

Commentaires fermés.