Communiqué à la presse: « Nicolas Sarkozy, ou le coup de poker permanent ».

En campagne Presse Publié le 10 janvier 2012

Vendredi, nous serons à 100 jours du premier tour de l’élection présidentielle. 100 jours pour faire oublier 2 000 jours : Nicolas Sarkozy fait le pari d’un quinquennat terminé au bluff dans l’espoir d’être jugé sur ses promesses de la dernière heure, plutôt que sur l’échec de ses cinq années d’exercice du pouvoir. Comme un dernier coup de poker au terme d’une partie désastreuse.

Les Français méritent mieux qu’une stratégie de joueur de hasard pour juger de l’action de ceux qui les gouvernent : la démocratie n’est pas un jeu.

TVA sociale, taxation des transactions financières, formation des chômeurs, autonomie des écoles, collèges et lycées… les propositions « toc et choc » des 100 derniers jours, qui ne seront pas appliquées et encore moins jugées sur leurs résultats avant l’élection, ne doivent pas faire oublier les 600 milliards de dette publique en plus, les 75 milliards de cadeaux fiscaux aux plus riches, le million de chômeurs en plus, les 750 000 emplois industriels perdus ou l’augmentation de 36 milliards du déficit commercial de la France.

Il faut que chacun abatte ses cartes : François Hollande propose, que Nicolas Sarkozy assume.

Un coup de dés du Président-candidat jamais n’abolira le bilan de la droite au pouvoir.

Tags : , , , ,

12 commentaires sur Communiqué à la presse: « Nicolas Sarkozy, ou le coup de poker permanent ».

  1. Gérard Eloi

    Un peu raté, Charles, parce que cette absence de gouvernement laissait un gouvernement en « affaires courantes », où il n’y avait pas de majorité libérale.

    Ceci dit, c’est vrai que j’avais pris deux seukement des pays « voisins ». Parlons de l’Italie. Pire qu’en France. Mais Berlusconi était plutôt libéral ?

    Donc : match nul !

  2. Charles

    @ Gérard

    Les pays voisins c’est la Belgique, l’Allemagne et l’Espagne?

    Quid de l’Italie, l’Irlande, la Grande Bretagne, le Danemark… Bref, le reste de l’Europe de l’ouest!

    Vous prenez le mot voisin au pied de la lettre parce que cela vous arrange un peu, non?

    D’ailleurs vous faites bien de faire remarquer que l’absence de gouvernement (libéralisme!) est un facteur de réussite en Belgique.

  3. Gérard Eloi

    @ Charles,

    France : 9,5 % de chômeurs ;
    Belgique (pays qui a vécu presque 2 ans sans gouvernement) : 8,6 % ;
    Allemagne : 7,5 %.

    Le chômage a donc augmenté plus en France que dans des pays voisins (sauf Espagne).

  4. Charles

    Là vous atteignez un niveau de caricature rarement égalé.

    Comparez la hausse du chômage en France avec les hausses de nos pays voisins et vous aurez une vision un petit peu plus équitable de son bilan.

  5. avec elle

    Bonjour Najat,

    cette année est celle du redressement de la France. Merci de te battre comme tu le fais chaque jour pour cet objectif VITAL.

    Ramener Sarkozy et sa clique CONSTAMMENT ET SYSTEMATIQUEMENT à leur bilan est la plus sûre manière de faire face à la machine de guerre, à ses provocations, à ses mensonges grossiers, à ses insinuations, calomnies et malfaisances en tous genres.

    Tiens bon, tenez bon, ripostez et appelez le peuple à riposter et l’ANNEE SERA BONNE!

  6. jean louis prime

    Bonjour Najat

    D’accord en tout point avec vous. Nicolas Sarkozy m’apparaissait deja comme un vendeur de grande surface près à tout pour vendre son produit. Les Français lui ont acheté le produit et il ne marche pas. Il le rapporte au magasin et au lieu d’être rembourser on leur propose de bricoler le produit. Une petite tva social par ici, une petite taxe sur les transactions financière par la etc etc. Cela n’est pas acceptable et dans ce cas on change de magasin.

  7. AJ77

    Bonjour Najat, bonjour à tous,

    Oui, le coup de bluff permanent correspond à ce que Nicolas Sarkozy déclarait déjà en invectivant son comité de soutien interloqué pendant la campagne de 2007, à peu près dans ces termes :
    «Ce qui compte n’est pas la vérité de mes dires, c’est de dire ce qui me fera élire».

    Ce qui se passe actuellement me fait penser à une salle de classe attentive dans laquelle les candidats potentiels sont appelés à s’exprimer mais dont l’un (qui vous savez) sème le trouble pour empêcher l’auditoire de suivre les enseignements tirés du quinquennat écoulé.
    En termes de communication cela s’apparente à du bruitage qui interfère dans les échanges entre candidats puisque l’objectif manifeste est de brouiller les pistes.

    Remarquez à quel point il tente de se fondre dans un paysage qui n’est pas le sien, le paysage de la justice sociale !
    Mais il faut le débusquer, le naturel revenant au galop, sortons-le de ses gonds. Je dirais même qu’il faut casser ses pauvres gonds pour le mettre en pleine lumière au vu et au su de tout le monde, ce vrai-faux candidat.

    Amicalement.

  8. Francis

    Mais il propose quoi Hollande? On attend toujours le projet socialiste avec des mesures concrètes
    Quotient familial. Pour une fois que l’un de ses porte-paroles (Manuel Valls) annonce une mesure concrète du projet socialiste, le candidat retire la mesure dans la journée.
    Compte-tenu de l’énormité de la proposition, on le comprend…
    Mais on ne comprend toujours pas ce qu’il prévoit de faire s’il est élu !!!

  9. GuyFrancis5

    Vous dites que Hollande propose. Mais il propose quoi? On attend toujours des propositions concrètes.
    Quotient familial. Pour une fois que l’un de ses porte-paroles (Manuel Valls) annonce une mesure concrète du projet socialiste, le candidat retire la mesure dans la journée.
    Compte-tenu de l’énormité de la mesure, on le comprend.

  10. Henry Goldfarb

    Le probleme, c’est que malheureusement médiatiquement les répliques de la gauche manquent de punch, à quand le réveil tant attendu???

    Il faut se poser une seule question: avons nous tous envie de gagner en mai 2012?

  11. Imbert Josette

    En route pour remplacer Perben.
    De plus , la réforme du quotient familial est une excellente idée : que ne l’a-t-on faite plus tôt!Je viens de lire l’article de Libé sur ce sujet, c’est exactement la différence entre droite et gauche : donner plus aux moins aisés et moins aux plus riches!En voilà une idée qu’elle est bonne, aurait dit Coluche!

Commentaires fermés.