« Mensonges à la Une » de Gilles Bon-Maury

J'aime ! Publié le 14 janvier 2012

Après la Une du journal Libération d’hier concernant la position de l’UMP et de Nicolas Sarkozy sur l’ouverture du mariage à tous les couples (et non « mariage gay »), j’ai tenu à réagir auprès de la presse dans un communiqué que vous pouvez trouver ici : AFP – Mariage homosexuel: « brouillage des pistes » par Sarkozy (porte-parole Hollande)

Gilles Bon-Maury, Président d’HES et en charge des questions LGBT dans l’équipe de François Hollande, a par ailleurs commis un trés bon article sur ce sujet, dont je vous donne lecture.

Mensonges à la Une

Ce matin, Libération a choisi une couverture choc pour vendre ses 120.000 exemplaires quotidiens (ci-dessous, à gauche). Un petit Sarkozy penaud passant la bague à l’énorme index d’un gay barbu, vêtu d’un slip blanc et d’une casquette de cuir. Goguenard, le directeur de la rédaction du journal rappelait hier que le couple s’était déjà rencontré le 25 juin 2011 (ci-dessous, à droite), 150 numéros de Libération plus tôt. Sommet de la subversion dérisoire ou de la dérision subversive, le couple devient donc le running gag du quotidien. Il ne faut pas prendre les passants qui traversent les maisons de la presse pour des abrutis. Ils comprennent très bien le second degré et se mobiliseront tous en faveur de l’ouverture du mariage à tous les couples.

liberation25062011liberation13012012

Cette image pourrait donner aux moins drôles l’envie facile de refermer le journal. Seulement voilà, elle est placardée en couverture. Il leur faudra donc ouvrir Libération pour y échapper. Et c’est à ce moment là qu’ils se sentiront dans le même état que le Sarkozy croqué en couverture : piégés.

 Que dit la couverture ? “Mariage gay, Sarkozy tenté par le oui. Selon nos informations, le Président s’apprêterait à inscrire le mariage homosexuel dans son programme de campagne“. Passons sur le vocabulaire. Parler de “mariage gay” ou de “mariage homosexuel” revient à reconnaître une sexualité à une institution, ce qui n’est pas raisonnable. Ou à distinguer entre mariage gay et mariage triste, ce qui n’est pas charitable. Convenons que le lecteur distrait retiendra de cette couverture que Nicolas Sarkozy envisage de proposer l’ouverture du mariage aux couples homosexuels dans son programme – il est donc candidat – pour l’élection présidentielle de 2012.

Or que découvre-t-on, lorsqu’on tourne la page du quotidien ? “Nicolas Sarkozy, qui est en train de définir son programme de campagne, devrait y inclure «l’union civile» pour les homosexuels : le mariage gay fait son chemin à l’Elysée“. Allons bon.

L’union civile, on connaît. C’est le contraire de l’ouverture du mariage.

Le 3 septembre 2006, sur le plateau du 20 heures de TF1, le candidat Sarkozy a répondu à Claire Chazal : “Je considère que le mariage homosexuel conduirait à l’adoption pour les couples homosexuels et je n’y suis pas favorable. Pour autant, je veux qu’on lutte contre toute forme de discrimination. Et l’amour homosexuel a le droit à la reconnaissance. Donc je propose la création d’un contrat d’union civique qui garantirait l’égalité des droits successoraux, sociaux et fiscaux. Il n’y a aucune raison qu’un couple homosexuel soit désavantagé par rapport à un couple hétérosexuel. Et je suis même prêt à faire un pas de plus dans la reconnaissance de l’amour homosexuel sur l’organisation de cérémonies spécifiques et éventuellement, dans les mairies.

C’est donc pour refuser l’ouverture du mariage à tous les couples qu’en 2006 déjà, le candidat Sarkozy proposait cette «union civile», objet juridique non identifié, pacs amélioré, sous-mariage, d’abord réservé aux seuls homosexuels, puis finalement à tous les couples sans enfant. Il a répété sa promesse en avril 2007 à TÊTU. Chacun peut aujourd’hui dresser le bilan : jamais la mise en œuvre de cet engagement de campagne n’a été à l’ordre du jour.

Mais chacun peut aussi se souvenir de la réaction de certains médias à cette époque. Le directeur de la rédaction de TÊTU d’alors a conclu ainsi son dernier éditorial avant les élections : “Pour ce qui nous concerne, quel que soit le vainqueur, les homosexuels pourront accéder soit à une union style pacs, soit au mariage. On peut donc dire qu’on a gagné.” Las, nous sommes déjà en 2012 et il ne semble pas qu’on ait gagné. Depuis 2007, en revanche, la Norvège, la Suède, Mexico, le Portugal, l’Islande et l’Argentine ont rejoint le club des pays qui ouvrent le mariage à tous les couples.

En 2007, le candidat Sarkozy a donc parlé «union civile» pour entretenir l’ambiguïté sur son refus d’ouvrir le mariage à tous les couples. C’est une arnaque, comme l’écrit Nicolas Gougain. Certains se sont laissés piéger. Pendant cinq ans, le président Sarkozy n’a pas bougé. Il a nommé Christine Boutin au gouvernement. Il a investi Christian Vanneste aux élections municipales. Ses députés ont rejeté massivement la proposition de loi socialiste visant à ouvrir le mariage aux couples de même sexe. Pendant cinq ans, à la droite qui a refusé systématiquement toute avancée des droits des couples de même sexe, la gauche a répondu rassemblée et volontaire.

Et en 2012, il suffit qu’une députée UMP recycle cette vieille proposition d’«union civile» dans une contribution au projet de l’UMP pour que Libération ose : “Mariage gay, Sarkozy tenté par le oui.” Deux erreurs en une page : il ne s’agit pas du mariage et il ne s’agit pas d’une tentation puisque cette mesure est inscrite à son programme depuis cinq ans. Immédiatement, sur le fondement de cette Une erronée, Europe 1 titre : “Mariage gay : Sarkozy prêt à dire oui ?” et France TV s’interroge : “Sarkozy va-t-il inclure le mariage gay dans son programme ?“.

En 2007, Nicolas Sarkozy a promis. Il n’a pas tenu parole. En 2012, il n’a pas eu besoin de promettre : Libération s’en est chargé.

Gilles Bon-Maury

Ici l’article sur le site de TÊTU : Mensonges à la Une

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

4 commentaires sur « Mensonges à la Une » de Gilles Bon-Maury

  1. Hermès

    http://www.youtube.com/watch?v=mWYH3lqnkFk

    Aznavour : Emmenez-moi
    Florentino : Ne croyez pas

    En cette époque où le poids de la Vie
    Nous courbe le dos
    Arrivent des ventres alourdis
    Qui nous mènent en bateau

    Plein de haine ils grondent
    Que l’avenir est à eux
    Ils me semble qu’ils confondent
    Nos désirs avec leurs vœux
    Leurs mirages

    Héritiers de fureurs passées
    Qui ne sont inconnues
    Que si on veut les ignorer
    Aucun d’eux n’est parvenu
    A tourner la page

    Ils disent que leur but est de sauver la patrie
    Est d’améliorer nôtre triste sort
    Ceux qui se laissent embrouiller aujourd’hui
    Ont grand tort

    Refrain
    Ne croyez pas les gourous des dogmes de naguère
    Qui vous promettent, quoi, le pays des merveilles
    Quoi qu’il vous semble avec eux vôtre misère
    Ne sera pas moins pénible, elle sera pareille

    Ils égarent ceux qui les prennent pour recours
    En ignorant leur desseins
    Et placent le pouvoir et tous ses recours
    Entre leurs mains

    Les nations qui ont écouté leurs prose
    Auraient préféré s’en être dispenser
    Si on les élève, on ne les dépose
    Le pouvoir seule une force armée
    Le leur enlève

    Gangsters se moquant du droit
    N’étant ni avares de sang ni de coup
    Ils se jugent au-dessus des lois
    Et maintiennent sous leur joug
    La plèbe

    Que ceux qui s’égarent et pourraient demain
    Remettre notre sort
    Entre de si mauvaises et tristes mains
    Réfléchissent encore

    Refrain
    Ne croyez pas les gourous des dogmes de naguère
    Qui vous promettent, quoi, le pays des merveilles
    Quoi qu’il vous semble avec eux vôtre misère
    Ne sera pas moins pénible, elle sera pareille

    Songez qu’un beau jour vos enfants
    Jugeront nos actions
    Pour l’avenir, pour vos descendants
    Que vôtre choix soit le bon

    Refusez à présent la route qui mène
    Et s’achève dans le néant
    Des viles bassesses humaines
    Où rien n’est important
    Que de survivre

    Travail, faucille, patrie,
    Chantent les extrêmes en chœurs
    Et l’on pressent dans leurs litanies
    Le penchant du soviet et du gauleiter
    Qui les enivrent

    Laissons là les idéologies du passé
    Ne réveillons pas les morts
    N’allons pas nous salir nous renier
    Je le redis encore

    Refrain (X2)
    20/01/11

    A Bientôt

  2. Hermès

    De la fille à papa, je ne diri que ceci :

    http://www.youtube.com/watch?v=QKSEDiC5q3s

    P. Bachelet : Elle est d’ailleurs
    Florentino : Elle fait fureur

    Elle a de ces manières de parler aux haineux
    Qui les rendent encore plus aveugles et plus peureux
    Elle déteste, flatte les mauvais instincts
    Qui tendent plus vers la bête que vers l’humain
    Ceux dont la haine dévore le cœur
    A semer l’effroi, c’est sûr, elle fait fureur

    Elle a de ces manières de discourir
    Qui insultent le passé et l’avenir
    Cette manière de stigmatiser
    Qui plaît tant aux esprits mal embouchés
    Avec elle la bassesse atteint des hauteurs
    A semer l’effroi, c’est sûr, elle fait fureur

    Parce qu’elle est en tête dans les sondages
    Certains sont prêts à suivre son sillage
    Et les bas du béret y croient
    Elle croit les français prêts à l’esclavage

    Et que la France c’est le petit village
    D’Astérix le gaulois
    Son fond de commerce c’est la peur
    A semer l’effroi, c’est sûr, elle fait fureur

    Son idéologie est la même que celle de son père
    C’est celle de l’infâme amateur de Wagner
    La bête revient il n’est plus rien qui la retienne
    C’est la revanche de toutes les haines
    Que du reste tous connaissent par chœurs
    A semer l’effroi, c’est sûr, elle fait fureur

    Parce qu’elle est en tête dans les sondages
    Certains sont prêts à suivre son sillage
    Et les bas du béret y croient
    Elle croit les français prêts à l’esclavage
    Et que la France c’est le petit village
    D’Astérix le gaulois
    Son fond de commerce c’est la peur
    A semer l’effroi, c’est sûr, elle fait fureur (2X)

    14/09/11

  3. Hermès

    Bonjour,
    De certains candidats l’on peut dire ceci :

    http://www.youtube.com/watch?v=RkmeqR_1p3M
    S. Lama : Attention souvenir danger
    Florentino : Attention délires danger

    Vous avez du apprendre dans vos cahiers bleus d’écolier
    Jusqu’où les vieilles haines peuvent mener
    Les maux lourds, les horreurs les outrances et les destins
    Brisés au nom d’idéologies qui ne valaient rien
    Ils relèvent leurs têtes dures, ils sont de retour
    Les diseurs de bonne aventure avec leurs discours,
    Leur drapeau rouge à faucille et à croix gammée :
    Délires… Attention… Danger !

    Les revoilà avec leurs hantises d’autrefois
    Les revoilà qui vaticinent sur ce qui sera
    Les revoilà les éternelles fausses solutions aux vrais problèmes
    Les revoilà qui écument et divaguent à cœur perdu
    Les revoilà qui entraînent dans l’illusion les déçus
    Les revoilà les vieilles lunes des malheurs connus.

    Ils rallument sans effort les peurs tapies,
    Par des mots favorisés par le sort et à grand bruit
    Distillent de faux espoirs emprunts
    D’une déraison qui ne me dit rien
    Retomber dans le passé est un leurre
    L’avenir est à inventer et si possible meilleur
    Ils nous égarent en gardant leurs intentions bien cachés :
    Délires… Attention… Danger !

    Je crois que la France n’est ni soumise ni en rien brisée
    Je crois qu’il ne faut ni renoncer ni déchanter
    Je crois que si nos jours sont gris il n’en sera pas toujours de même
    Je crois que si l’on assume les erreurs d’hier
    Je crois que tout est possible et tout est à faire
    Je crois qu’il est temps de renoncer aux veilles lunes de naguère

    Les deuils, les sacrifiés qui reposent liés
    Sur les feuilles de papier quadrillé
    De nos manuels d’histoire sont les humbles témoins
    Des valeurs qui rendent l’être humain
    Certains pillent, les gueux endurent, sans horizon
    Les gens sont indignées à juste raison
    Et les démagogues proposent un retour vers le passé :
    Délires… Attention… Danger !

    Voilà qu’ils s’instruisent avec Marx et germinal
    Voilà qu’ils relisent men kampf et brûlent les fleurs du mal.
    Ceux-là ils sont ennemis mais trop semblables quand même
    Voilà peste brune ou peste rouge aucune des deux.
    Voilà on ne fait pas le bonheur des gens malgré eux
    Voilà nos infortunes et nos alarmes sont bonnes pour eux.

    Que dans des cahiers bleus, bleus horizon,
    La postérité ne lise jamais nos folles déraisons
    Et ne se dise l’histoire pourtant leur clamait :
    Délires… Attention…Danger !

    Ils n’écouteront pas, mais comme le dit Cyrano :
    “ Je le sais ! Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès. Non !
    c’est bien plus beau lorsque c’est inutile. »
    Il ne s’agit pas pour moi de plaire ou de déplaire.
    Je fais en mon temps et avec mes moyens
    Ce que je crois devoir faire.
    29/12/11

    *

  4. Jean Louis PRIME

    Le droit au mariage gay est un tabou près à tomber comme un fruit mur. La Socièté est maintenant prète à integrer ce droit. Il ne reste plus que quelques poches de resistance parmis les plus conservateurs dans la mouvance de Christine Boutin.
    Gageons qu’une victoire de la gauche donnera la dernière secousse qui fera tomber le fruit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>