« Demain la France »: en débat aux Journées de Nantes avec le Nouvel Obs.

Questions de société En campagne Publié le 20 janvier 2012

2863886

Petite information sur mon actualité du jour: je suis en débat aujourd’hui à 14h15 avec Martin Hirsch, Président de l’Agence du Service Civique, sur le thème de la « dislocation sociale » à la Cité des Congrès. Tant à dire, tant à proposer… 

Ici, pour les Nantais, tout le programme de ces deux très belles journée d’échange, de débat et de dialogue sur… la France de demain! Télécharger le PDF.

Tags : , ,

5 commentaires sur « Demain la France »: en débat aux Journées de Nantes avec le Nouvel Obs.

  1. Hermès

    Bonjour,

    *
    http://www.youtube.com/watch?v=gQFVpPdMFoI

    M.Berger : La groupie du pianiste
    Florentino : Les groupies sarkozistes

    Elles jacassent et nous ennuient à mourir
    Croyant préparer leur avenir
    Les groupies sarkozistes
    Dieu ! Elles ne vivent et n’existent
    Qu’heureuses de servir un égoïste
    Les groupies sarkozistes
    Elles nous broutent et nous pompent l’air
    Et toutes nous ennuient quand elles causent
    Si seulement elles pouvaient se taire
    Et arrêter de nous répéter à l’infini
    Toujours les mêmes choses

    Elle passent leur vie à reprendre
    Les mots d’un texte qu’on est fatigué d’entendre
    Les groupies sarkozistes
    Sur les plateaux dans les coulisses
    Elles rêvent de devenir un jour ministre
    Les groupies sarkozistes
    Celles qu’il a renvoyé des ministères
    Comme de vulgaires pas grand choses
    Essayent de trouver un pied-à-terre
    Comme Rama Yade et Dati
    Dont l’ambition cherche une nouvelle cause

    Elles même, même, s’il a tort,
    Quelque soit le thème,
    Dire le faux n’est pas un problème.
    Et même, elles en feront plus encore
    C’est fou comme elles se démènent
    C’est trop ce qu’elles nous assènent

    Il a des droits sur ce qu’elles doivent dire
    Elles ont le devoir de bien le servir
    Les groupies sarkozistes
    Elles sont là pour le défendre et le soutenir
    Et expliquer le moindre de ses délires
    Les groupies sarkozistes
    Il s’en sert et quand c’est terminé
    Elles sont piteusement renvoyées
    Alors après s’être autant démenées
    Certaines pestent et poussent de hauts cries
    Que personne ne veut plus écouter

    Elles nous font entendre sa musique
    Pour avoir une place sur une liste
    Les groupies sarkozistes
    Mais Dieu que ces fille prennent de risques
    A jouer les gueuses au service d’un égoïste
    Les groupies sarkozistes

    Elles nous broutent et nous pompent l’air
    Et toutes nous ennuient quand elles causent
    Si seulement elles pouvaient se taire
    Et arrêter de nous répéter à l’infini
    Toujours les mêmes choses

    Elles même, même, s’il a tort,
    Quelque soit le thème,
    Dire le faux n’est pas un problème,
    Et même, elles en feront plus encore.
    C’est fou comme elles se démènent
    C’est trop ce qu’elles nous assènent

    Les groupies sarkozistes !

    23/12/11

  2. aviseur

    Et pourtant, ils sont et pour beaucoup, ils étaient……., même si la « Mémoire » fout le camp…..

    http://aviseurinternational.wordpress.com/2012/01/19/les-pupilles-de-la-nation-et-leurs-promesses-que-viennent-ils-encore-nous-enquiquiner/
    Qu’y répondez -vous, réellement, au-delà des simulacres et simagrées de vagues promesses qui encore une fois ne seront pas tenues? Ils n’ont plus confiance en quiconque….. même plus en leur souffrance….

    Mais qui sont-il avec leurs quelques misérables 700 000 descendants, parents, parentèles sans compter les solidaires ?
    cordialement

    Aviseur

  3. alphonse

    Un débat d’analystes politiques, ce matin sur Frinter se termine par ces mots:

    « Le seul problème de Mélenchon…c’est qu’il n’est pas ASSEZ raciste… »

    …Quelle misère..!!!…

    C’est une catastrophe…

    Une catastrophe ….humanitaire..!

  4. jean louis prime

    il est clair que ca doit etre interessant comme manifestation. Est ce ouvert au public ?

  5. Loïc Le Naour

    Bonjour,
    Je regrette de ne pouvoir être là.
    Si tu as l’occasion de lui passer le bonjour de ma part.
    Un ancien de son cabinet.
    Loïc Le Naour

Commentaires fermés.