Les mesures pour une grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République

Infographies Éducation nationale Publié le 22 janvier 2015

Après les attentats qui ont visé la République au cœur, Najat Vallaud-Belkacem a présenté onze mesures symboles de la grande mobilisation de l'École pour les valeurs de la République, ce jeudi 22 janvier 2015. Laïcité et transmission des valeurs républicaines, citoyenneté et culture de l'engagement, lutte contre les inégalités et mixité sociale, mobilisation de l'Enseignement supérieur et de la Recherche sont au centre de ces mesures. La grande mobilisation pour les valeurs de la République est celle de toute l'École, y compris l'enseignement agricole et l'enseignement privé sous contrat.

L’École est un révélateur des tensions qui traversent la société française et des inégalités qui la marquent. Le délitement du lien social au cours des trente dernières années de crise économique n’a pas épargné l’École. Le sentiment de désespérance, l’accroissement des inégalités et la prévalence du déterminisme social, l’incapacité collective à prévenir le décrochage scolaire endémique d’une partie de notre jeunesse, ont entamé la mission d’égalité de l’École. Les discriminations, l’écart entre les valeurs affichées et les réalités vécues, les replis identitaires, les velléités communautaristes, les logiques d’entre-soi ont affaibli son ambition de fraternité.

Dans une société en perte de repères et caractérisée par une forme de relativisme ambiant qui favorise amalgames et indifférences, l’École peine aujourd’hui à assurer les missions que la République lui a confiées, transmettre des connaissances et être un creuset de la citoyenneté, et à susciter la confiance des élèves et des familles.

Après les attentats qui ont visé le coeur des valeurs républicaines, la mobilisation du peuple français est porteuse d’une exigence vis-à-vis de l’ensemble de la société, et singulièrement de l’École dont le rôle et la place dans la République sont inséparables de sa capacité à faire vivre et à transmettre la laïcité.

L’École est, et sera en première ligne, avec fermeté, discernement et pédagogie, pour répondre au défi républicain, parce que c’est son identité et sa mission profonde. École et République sont indissociables. Elles doivent le rester.

La grande mobilisation pour les valeurs de la République est celle de toute l’École, y compris l’enseignement agricole et l’enseignement privé sous contrat.

Mobilisation de l’École pour les valeurs de la République – Toutes les mesures.

Tags : , , , , ,

3 commentaires sur Les mesures pour une grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République

  1. HEYERE

    Un temps ou chacun est face à toutes ces propres marches et au seuil de sa propre porte de la maison, il y a l’ornement et les signes de son histoire qui composent de ce qui est uni par trois couleurs.
    Apprendre à apprendre, jouer à jouer, chaque jeux à ses règles dans un cadre précis et dans un lieu désigné, et comment les grains de céréales qui s’échappent du sac, et qui trouvent un peu d’eau et poussent sans terre profonde et nutritive.
    Je rêve à un arbre de la laïcité, de son centre part des fils à linge et à son pieds des feuilles, des crayons, des feutres, des craies, de toutes les couleurs, et une fois que la feuille est prête de chaque côté, vient s’attacher par des pinces à linge sur les fils. Ces arbres pourraient pousser un peu partout, dites qui dessine un mouton !
    Veuillez recevoir, Madame La Ministre, mes salutations respectueuses

  2. Le contestataire

    Bonjour madame Landais,
    MERCI pour votre sympathique et très juste commentaire.
    vous avez dit —> « Voilà une chose fort inadmissible, intolérable dont personne ne parle !  »
    1- Mais comment faire pour en parler lorsque d’un côté on célèbre la totale liberté de dire et dessiner des insultes et des outrages sur certaines personnes et toujours les mêmes. Je ne partage pas du tout leurs idées ni leurs comportements, mais je les respecte. Je les respecte. LE RESPECT a toujours été pour moi le pilier fondamental de notre république. Alors, « JE SUIS QUOI » ??? Dans notre devise républicaine, il y a bien le mot « FRATERNITE », chacun s’abstient bien d’en parler. Il est plus à la mode et moins efficace de parler de la « solidarité » pour faire mine de construire le monde. Le « respect » et la « Fraternité républicaine » vont bien plus loin dans la construction de notre société. Mais il y a un petit nombre de dirigeants très influents qui préfèrent « déconstruire » que construire notre société. Je n’invente pas le mot.
    2- Mais comment faire pour en parler lorsque d’un autre côté on censure et discrédite ceux qui veulent montrer la face cachée de la réalité du vécu actuel et montrer la réalité des projets cachés, projets « inadmissibles et intolérables ».
    3- L’école rempli de moins en moins son rôle. Les chiffres sont là, nous dégringolons tous les ans dans le classement européen. Ce sont les parents qui doivent faire, ou expliquer s’ils en ont le temps et les compétences, les devoirs du soir, lorsque cela n’a pas été enseigné suffisamment aux élèves. Je ne critique pas les enseignants, mais si on leur en demande encore plus, ils ne leur sera plus du tout possible d’apprendre aux enfants le principal de ce que l’école doit effectuer –> lire, écrire et savoir compter! je ne voudrais pas être à la place des enseignants. Depuis quelques années le ministère les a mis le cul entre deux chaises. Entre l’enseignement et l’éducation! Je félicite ceux et celles qui en pareille situation portent néanmoins beaucoup d’intérêts à nos chères petites têtes blondes, font le maximum de de ce qu’ils peuvent. Je voudrais bien voir NVB à leur place et sans son salaire de ministre.
    4- Pour information, il y a des jeunes diplômés d’une licence à la FAC, qui ne savent pas faire une règle de trois !!! Alors que peut-il être possible de faire dans la vie avec des hautes études ?

  3. LANDAIS Hélène

    Madame,
    Voilà une chose fort inadmissible, intolérable dont personne ne parle ! Il serait également indispensable de lutter plus activement contre toutes les fautes d’orthographe qui sont régulièrement véhiculées dans les médias ou sur internet. Quelle exemplarité pour les enfants en cours d’instruction ! Pourtant, nous avons une langue magnifique que l’on se doit de défendre avec plus de vivacité, d’efficacité, d’enthousiasme que de la laisser mourir à petit feu parce que les gens ne savent même plus l’utiliser ou la parler à bon escient. Cela va des fautes d’accords, de conjugaison, des règles élémentaires de grammaire, de celles d’orthographe, etc. Personnellement, cela nous heurte au plus haut point surtout lorsque personne ne réagit face à tout ce déclin. Nous nous refusons à renier l’enseignement que nous avons reçu autrefois, sans réagir devant le spectacle alarmant de sa déchéance actuelle et devoir accepter ce qui est inacceptable voire révoltant et dégradant pour notre précieuse culture.
    Merci de tenir compte de notre modeste intervention.

Commentaires fermés.